Category Archives: bulletins

Bulletin français 1 decembre 2020

ÉVÉNEMENTS VIRTUELS POUR CULTURE DE PAIX

Il y a maintenant tellement d’événements virtuels promouvant la culture de la paix que nous avons lancé un nouveau service à CPNN, en les répertoriant à l’avance avec leurs informations d’inscription. Nous listons ceux qui sont gratuits et ouverts au grand public. De cette manière, les lecteurs du CPNN peuvent participer à l’événement en direct.

Ce mois-ci, nous avons répertorié en moyenne un événement par jour venant de toutes les régions du monde. Voici un bref résumé, organisé par thème.

ÉDUCATION POUR LA PAIX

Un laboratoire d’action non-violente a été parrainé par l’organisation américaine Pace e Bene les 5, 12 et 19 novembre.

Non-violence: du mouvement des droits civiques à “Black Lives Matter.” La conférence Mahatma Gandhi de cette année a eu lieu en ligne le 7 novembre. La conférence qui a lieu chaque année depuis 20 ans est parrainée par le Peace Studies Program et le Centre for Peace Studies de l’Université McMaster au Canada.

La médiation et la justice réparatrice étaient le thème au Mexique le 27 novembre lors du cinquième congrès de la Federación Nacional De Colegios De Mediadores.

DROITS DE L’HOMME

Solidarité avec le peuple palestinien. Une dizaine d’organisations françaises ont accueilli des militants pour les droits humains du peuple palestinien le 30 novembre.

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE

“Ecole de la démocratie” était le thème d’une série de conférences parrainées par la Chaire UNESCO à Pamploma, Espagne. Le 5 novembre, la conférence a présenté Agusin Ruis Robledo, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Grenade, s’exprimant sur le thème «la déchéance du parlementarisme». Le 12 novembre, Miguel Angel Simon s’est exprimé sur “la montée de l’extrême droite”.

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Économies transformatrices. Le Forum Social Mondial sur les Ecoomies Transformatrices a organisé une série de cinq programmes du 4 au 18 novembre avec des exemples spécifiques de toute l’Amérique Latine.

“Créer un monde meilleur pour les générations futures” était le thème d’un événement Web le 21 novembre, parrainé par la Fondation Goi Peace du Japon et mettant en vedette Jaques Attali.

ÉGALITÉ DES FEMMES

La résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies promouvant le rôle des femmes dans les opérations de maintien de la paix des Nations Unies a été célébrée à l’occasion de son 20e anniversaire le 20 novembre lors du symposium annuel du Texas (États-Unis) sur les femmes, la paix et la sécurité.

La Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes a été célébrée par le Bureau de l’Union africaine de l’envoyé de la jeunesse, le 25 novembre avec des hauts fonctionnaires de l’Afrique et des Nations Unies.

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ

La défense des élections vénézuéliennes contre l’ingérence impérialiste américaine a été discutée dans un forum le 18 novembre parrainé par des organisations progressistes aux États-Unis.

LIBRE CIRCULATION DE L’INFORMATION

Les jeunes à la tête du mouvement contre le racisme ont fait l’objet d’un webinaire parrainé par la Campagne mondiale pour l’éducation pour la paix le 20 novembre.

Plusieurs orateurs ont abordé divers thèmes de la culture de la paix lors du Forum annuel mondial sur la paix de Coventry Rising les 11 et 13 novembre.

PAIX ET SÉCURITÉ INTERNATIONALES

Analyse des perspectives de paix avec le nouveau gouvernement américain: tel était le thème de plusieurs conférences Internet. Deux ont été parrainés par le Stop the War Coaltion au Royaume-Uni. Le 30 novembre, l’orateur était Jeremy Corbyn. Le 28 novembre, il y avait cinq orateurs, dont un député du Parliament. Un thème similaire, “l’élection anti-impérialiste; La lutte des jeunes” a été discutée le 21 novembre par les organisations membres de l’organisation américaine United National Antiwar Coalition. Un autre webinar sur de sujet, le 11 novembre, était parrainé par le Bureau international de la paix

Les risques de guerre nucléaire et de réchauffement de la planète ont été discutés lors d’une conférence le 29 novembre par les organisations canadiennes Peace Magazine et Project Save the World.

“Voies pour réinitialiser la coopération internationale” était le thème de la Semaine de la paix de Genève qui s’est tenue en ligne du 2 au 6 novembre, parrainée par le Centre de Genève pour la consolidation de la paix. Un thème similaire, “Inspirer la coopération au nom du bien commun”, a été parrainé par la National Peace Academy des États-Unis le 10 novembre.

L’élimination des armes nucléaires était le thème du webinaire du 2 novembre parrainé par Unfold Zero.

Les lecteurs de CPNN sont encouragés à consulter régulièrement les listes contenues sur notre page Web et à partager ces informations avec vos amis et collègues. Surtout, participez! Participez! PARTICIPEZ!

DROITS DE L’HOMME




Des milliers de personnes manifestent en France contre la loi “sécurité globale”

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Five new digital media platforms for uncensored news from Colombia

DÉVELOPPEMENT DURABLE



FAO : Strong support for innovation and digital technologies in Latin America and the Caribbean

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Toluca, Mexico, establishes more than 150 Peace Centers

          

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Burkina Faso : Blanche Bana, remporte le Sotigui Awards 2020

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



I am Generation Equality: Ixchel Lucas, youth advocate for girls’ leadership

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ


France: De Jeunes Normands se Mobilisent pour les Droits de l’Homme et pour la Prix Liberté

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Following peace deal, talks on Libya’s political future begin

Bulletin français 1 novembre 2020

CULTURE DE LA PAIX EN AFRIQUE

Jugeant par les nombreux articles d’Afrique dans CPNN ce mois-ci, la culture de la paix s’épanouit en Afrique.

Union africaine (UA). L’UA continue de diriger une culture de paix dans toute l’Afrique, comme nous l’avons suivie ces dernières années avec CPNN . Ce mois-ci, le groupe de travail sur la paix et la sécurité de l’UA, en association avec les Nations Unies, a tenu sa 19e réunion consultative. La réunion a débattu des développements et de la coopération à l’appui des processus électoraux en cours en Côte d’Ivoire, au Ghana et en Guinée. La réunion a également procédé à un échange de vues sur les situations en Éthiopie, en Libye, au Mali, en Somalie, au Soudan du Sud, au Soudan et au Sahara occidental.

L’envoyé de la jeunesse de l’UA, en coopération avec d’autres organisations africaines, a parrainé ce mois-ci une série d’événements virtuels dans cinq régions visant à développer les capacités de leadership des jeunes femmes africaines. Les groupes de discussion ont discuté des droits économiques et de la justice, de la santé et droits sexuels et reproductifs, de la justice climatique, de la technologie et de l’innovation pour l’action féministe, du mouvement et du leadership féministes, de la violence sexiste et de l’initiative «Faire Taire les armes».

L’African First Ladies Peace Mission (AFLPM) joue un rôle de soutien à l’Union africaine ainsi qu’aux organisations régionales et aux gouvernements nationaux dans la promotion d’une culture de paix et de la prévention des conflits. Ce mois-ci, CPNN réimprime une interview de l’assistante spéciale de la Présidente concernant le travail de l’organisation.

Côte d’Ivoire. Avant les élections nationales en Côte d’Ivoire, de nombreux secteurs œuvrent pour une culture de la paix afin d’éviter que ne se reproduise la violence qui a entaché les élections des années précédentes. Cela comprend la Voix des femmes, les chefs traditionnels de Gagnoa, les jeunes leaders chrétiens et musulmans réunis par la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix et le groupe musical Les Héritiers du Zouglou. La culture de la paix est profondément enracinée en Côte d’Ivoire, puisque c’est à Yamoussoukro en 1989 que le programme de l’UNESCO sur la culture de la paix est né. Le Réseau de fondations et d’institutions de recherche pour la promotion d’une culture de la paix en Afrique réimprime chaque mois le bulletin du CPNN.

Guinée. Toujours en Guinée pour réduire la violence pendant la période pré-électorale, la société civile s’est mobillisée pour une culture de la paix. L’ONG Conseil de Réflexion pour une Guinée Nouvelle (CRGN) a lancé une campagne pour garantir des élections inclusives, pacifiques, transparentes et crédibles et pour sensibiliser et éduquer les citoyens sur la culture de la paix.

Nigeria. Les candidats au poste de gouverneur aux prochaines élections dans l’état d’Ondo ont promis d’embrasser la paix. Ils ont pris l’engagement lors de la signature d’un accord de paix organisé par le Comité national de paix (NPC) en collaboration avec la Commission électorale nationale indépendante (INEC).

Sénégal. A Kédougou, près des frontières du Mali et de la Guinée, le groupe de réflexion Institut de Tombouctou-Centre Africain d’Etudes de la Paix lance une initiative intitulée «Résilience aux frontières» pour promouvoir la culture de la paix.

Libéria. Mariama H. ​​Konneh, une jeune militante des droits des femmes libériennes, a été sélectionnée pour participer au Sommet mondial de la chaîne de la paix 2020 en Turquie. «En transférant les connaissances et les compétences acquises grâce à la chaîne mondiale de la paix, j’espère construire un réseau de jeunes militants engagés dans le plaidoyer pour la non-violence et les valeurs de tolérance et de coexistence pacifique», a-t-elle déclaré.

Niger. Organisée par l’ONG OXFAM, une campagne de sensibilisation a été lancée pour renforcer la participation des femmes et des jeunes dans les différents cadres de dialogue intercommunautaire.

Gabon. Dédiée à la prévention et à la résolution des conflits dans la sous-région de l’Afrique centrale, la création d’un réseau de «Jeunes tisserands de la paix» au Gabon, au Tchad et au Cameroun a été récemment présentée par le représentant des Nations Unies au Gabon, Dr. Stephen Jackson.

Burkina Faso. « Culture de la paix, prévention et gestion des crises ; gages d’une cohésion social durable »: c’est le thème de la 3ème édition des « 96 heures de la région Centre ». lancé à Ouagadougou.

L’épanouissement de la culture de la paix en Afrique est stimulé et soutenu par l’UNESCO depuis la conférence de Yamoussoukro de 1989 mentionnée ci-dessus. Le soutien de l’UNESCO a augmenté ces dernières années, comme détaillé dans plus de 40 articles de CPNN.

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Côte d’Ivoire : La chefferie de Gagnoa appelle à des élections apaisées

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



‘Democracy Has Won’: Year After Right-Wing Coup Against Evo Morales, Socialist Luis Arce Declares Victory in Bolivia Election

DÉVELOPPEMENT DURABLE



À Montréal, manifestation pour la «justice climatique»’

DROITS DE L’HOMME




Comment by UN High Commissioner for Human Rights Michelle Bachelet on the Colombian Comprehensive System of Truth, Justice, Reparation and Non-Repetition

          

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Les Héritiers du Zouglou sortent un maxi single pour sensibiliser les Ivoiriens

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Diffa, Niger : Lancement de campagne de sensibilisation pour le renforcement de la participation des femmes et des jeunes dans le dialogue intercommunautaire

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ


Yamoussoukro, Côte d’Ivoire : De jeunes leaders chrétiens et musulmans s’engagent pour la paix

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Red Cross : Nuclear ban: “Today is an historic day. We call on world leaders to act with courage and join the right side of history”

Bulletin français 1 octobre 2020

. JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX .

Dans notre enquête sur Internet cette année, nous avons trouvé des actions pour la Journée internationale de la paix dans 717 communautés situées à travers le monde. Ce total est similaire à ce que nous avions trouvé l’année dernière, bien que la répartition géographique soit quelque peu différente.

Cette année, le plus grand nombre d’actions a eu lieu en Europe.

En Europe occidentale, nous avons trouvé des références à des actions dans 274 communautés. Le plus grand nombre a été enregistré en Belgique où 159 villes et communes ont participé à une campagne pour hisser le drapeau de la paix sur les bâtiments officiels, appelant à une Belgique sans armes nucléaires dans un monde sans armes nucléaires. Un article de l’île italienne de Sardaigne répertorie les actions menées dans 37 communautés. En France, le Collectif du 21 septembre a coordonné et décrit des actions dans 43 communautés, dont des marches et des manifestations, souvent liées à la lutte pour préserver la planète du réchauffement climatique.

Le Collectif du 21 septembre est composé de 35 organisations françaises, dirigées par le Mouvement de la Paix. Leur déclaration affirme: “Plus que jamais il est nécessaire de crier haut et fort : Stop les guerres, Stop les violences, Stop la misère, Stop les injustices. Ensemble, agissons pour façonner la paix et le développement d’une culture de la paix à travers la construction d’un monde solidaire, débarrassé de toutes les armes de destruction massive.”

Dans les anciens pays soviétiques d’Europe de l’Est, en Russie, en Ukraine et en Biélorussie, nous avons trouvé des actions dans 168 communautés, la plupart impliquant des enfants dans les écoles. Souvent, les enfants fabriquaient des colombes en papier et écrivaient leurs vœux de paix, les attachant parfois à des ballons pour voler dans le ciel et voyager à travers la terre.

Comme ce fut le cas l’année dernière, de nombreuses actions se sont déroulées dans des communautés des deux côtés du coflit armé en Ukraine. L’un d’entre eux, à Svyatogorsk, a été accueilli par l’Église orthodoxe ukrainienne dans le but de mettre fin au conflit armé dans la région du Donbass. Le métropolite de Svyatogorsk a rappelé que «Heureux les artisans de paix, dit le Seigneur. Nous osons prendre sur nous le titre de pacification, pour ne pas renoncer au grand titre de fils de Dieu.”

En Amérique du Nord, nous avons trouvé des actions dans 159 communautés, dont 110 ont été coordonnées et répertoriées sur le site Web de la Campagne Nonviolence, “travaillant pour une nouvelle culture de non-violence sans guerre, sans pauvreté, sans racisme et sans destruction de l’environnement”. Les 50 États des États-Unis étaient représentés, ainsi que les provinces canadiennes de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Manitoba, de l’Ontario et du Québec.

Par exemple, à Philadelphie, la Journée de la paix Philly 2020 a inclus onze programmes sur sept jours – tous en ligne et tous gratuits – liés à la paix et à la justice personnelles, locales et mondiales.

Les guerres en cours et les accords de paix ont été abordés lors des célébrations de la journée dans le reste du monde.

En Afrique, nous avons trouvé des célébrations dans 35 communautés et 23 pays, dont beaucoup sont déchirés par de violents conflits. À Cabo Delgado, au Mozambique, une table ronde a débattu de la contribution des acteurs locaux au processus de construction d’une paix durable et d’une cohésion sociale dans une région en proie à des attaques armées successives et au radicalisme religieux. Dans la ville de Goma, au Nord Kivu, en République démocratique du Congo, des mouvements citoyens et des artistes ont défilé dans la rue pour protester contre les massacres de civils dans l’est du pays. Pendant ce temps, en RDC, soixante-quinze organisations de femmes de la société civile ont formulé à l’unanimité une déclaration commune sur l’établissement de la paix. Et l’Union africaine a organisé une vidéoconférence: «Les jeunes en tant qu’agents pour faire taire les armes et façonner la paix».

Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, nous avons trouvé des actions dans 19 communautés de 10 pays et régions. Au Soudan du Sud, le 21 septembre, jour de la paix, coïncide avec le deuxième anniversaire de l’Accord revitalisé sur la résolution des conflits. Des représentants de diverses sensibilités au Soudan du Sud ont publié une déclaration collective appelant à la mise en œuvre de cet accord de paix. Au Yémen, toujours en guerre, une campagne de jeunes appelant à un cessez-le-feu a été lancée avec une vidéo vox pop dans laquelle des jeunes partagent leurs messages sur la paix. Et depuis Alep en Syrie, il y a une vidéo pour la Journée internationale de la paix en arabe: «Vivre en paix est notre droit légitime»!

En Amérique latine, nous avons trouvé des actions dans 29 communautés. Les célébrations en Colombie étaient liées à la commémoration de la quatrième année depuis la signature de l’accord de paix. Par exemple, dans l’article de Prensa Latina, «les Colombiens de tout le pays défileront aujourd’hui dans le cadre de la Journée internationale de la paix pour exiger que le gouvernement respecte l’Accord de La Havane et mette fin à la violence dans le pays». Le plus grand nombre de célébrations communautaires est venu du Mexique, un autre pays qui connaît un niveau élevé de violence.

En Asie et dans le Pacifique, nous avons trouvé des actions dans 33 communautés de 13 pays. En Corée, une campagne appelant à la fin de la guerre de Corée, signée par plus de 350 organisations de la société civile sud-coréenne et internationale. Aux Philippines, la solidarité a été proclamée avec les jeunes de Mindanao qui ont été directement touchés par le conflit qui se fait encore sentir malgré les progrès du processus de paix. Et au Pakistan, des appels ont été lancés pour que les Nations Unies interviennent au Jammu et Cachemire, où il y a un conflit armé avec l’Inde.

Une nouvelle caractéristique des célébrations de cette année a été l’importance accrue des réunions et conférences virtuelles, comme celle mentionnée ci-dessus par l’Union africaine. Un bon exemple est l’initiative Peace Weekend 2020 avec la convergence de plusieurs sommets et festivals de musique en ligne, y compris l’UP Convergence, Peace One Day Live Digital Experience ainsi que le Shift Festival and Music Festival.

GLOBAL

What has happened this year: International Day of Peace

ÉTATS-UNIS ET CANADA

United States and Canada: International Day of Peace
EUROPE

Europe: Journée internationale de la paix
ASIE ET PACIFIQUE

Asie et Pacifique: Journée internationale de la paix
PAYS EX-SOVIÉTIQUES

Pays Ex-Soviétiques: Journée internationale de la paix
ETATS ARABES ET MOYEN-ORIENT

Etats Arabes et Moyen-Orient: Journée internationale de la paix
AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBES

Latine et Caraïbes: Journée internationale de la paix
AFRIQUE

Afrique: Journée internationale de la paix

Bulletin français 1 septembre 2020

. ESPOIR POUR LES USA .

Face aux prédictions pessimistes, inclusant même une guerre civile, il y a des mobilisations progressistes aux États-Unis.

Syndicalisation. Le taux d’approbation publique des syndicats a presque atteint son plus haut niveau en cinquante ans. Il y a également eu une vague de syndicalisation parmi les professeurs auxiliaires, les étudiants diplômés, les journalistes numériques et imprimés, les employés des musése, les infirmières, les employés des points de vente de cannabis et les des ONGs.

Collèges et universités. Search for Common Ground s’est associé à Soliya et Tiger 21 pour mettre en œuvre un programme d’orientation pour les étudiants de première année dans toutes les matières, qui facilitera le dialogue intra-campus et renforcera la confiance, le respect et la coexistence constructive à travers les différences (orignes, politiques, etc.).

Black Lives Matter Le mouvement continue de se mobiliser, plus récemment dans le sport professionnel. Les joueuses de la Women’s National Basketball Association portent des t-shirts pour soutenir un candidat progressiste au Congrès qui s’oppose à un propriétaire d’équipe qui s’oppose à l’égalité raciale.

Jeunes militants pour le climat. Une militante adolescente a lancé une organisation internationale à but non lucratif, Climate Cardinals, avec plus de 5 000 bénévoles qui traduisent des informations climatiques dans plus de 100 langues et dialectes. L’âge moyen des volontaires est de 16 ans!

Journée internationale de la paix. La Campaign Nonviolence a déjà répertorié plus de 3500 actions prévues pour la semaine nationale d’actions la troisième semaine de septembre autour de la Journée internationale de la paix – “descendre dans la rue contre la violence et l’injustice, et poursuivre la vision du Dr King de ce que nous pourrions devenir – une nouvelle culture de la non-violence ”

Mouvement pour la paix. La United National AntiWar Coalition, qui regroupe un large éventail d’organisations pacifistes américaines, a lancé un “Appel à l’action”:

* Exiger justice et responsabilité contre les flics tueurs racistes! *

* Pour la justice économique en réponse à l’effondrement économique.

* Pour une réponse de santé publique à la pandémie avec Medicare for all.

* Pour la défense des migrants arrêtés et expulsés!

* En solidarité avec les personnes handicapées et les LGBTQ.

* Contre les embargos, les occupations de terriroires, et les guerres sans fin.

Paix sur le bulletin de vote. Les citoyens de New Haven voteront sur un référendum, proposé par la commission de paix de la ville et approuvé à l’unanimité par le conseil municipal sur la question suivante: «Le Congrès doit-il se préparer aux crises sanitaires et climatiques en transférant des fonds du budget militaire aux villes pour les besoins humains, les emplois et une économie écologiquement durable?»

Agenda politique progressiste: S’adressant à la Convention nationale démocratique, la représentante Alexandria Ocasio-Cortez a appelé à un mouvement populaire de masse œuvrant pour l’établissement de ”

* Droits sociaux, économiques et humains du XXIe siècle, y compris la garantie des soins de santé, l’éducation supérieure, les salaires décents et les droits du travail pour tous aux États-Unis;

* un mouvement qui s’efforce de reconnaître et de réparer les blessures de l’injustice raciale, de la colonisation, de la misogynie et de l’homophobie, et de proposer et de construire des systèmes d’immigration réinventés

* une politique étrangère qui se détourne de la violence et de la xénophobie de notre passé;

* un mouvement qui réalise la brutalité insoutenable d’une économie qui récompense des inégalités flagrantes, richesse pour quelques-uns au détriment de la stabilité à long terme pour le plus grand nombre. ”

Espérons que dans les prochaines éditions du bulletin, nous pourrons signaler que ces mobilisations progressistes aux États-Unis sont en mesure de fournir un «atterrissage en douceur» pour le crash de l’empire américain.

DROITS DE L’HOMME




Plan for Campaign Nonviolence Action Week, September 19-27, 2020

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



USA: Democratic Rep. Alexandria Ocasio-Cortez’s remarks to the 2020 Democratic National Convention

DÉVELOPPEMENT DURABLE



First Person: Turning ‘apathetic people into climate activists’; a young person’s view

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Colombia: Details of the Non-Violence Secretariat to be created by the Mayor’s Office of Medellín

          

ÉDUCATION POUR LA PAIX



For colleges in the United States: First Year Connect

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



International Alert Programme on Women, Peace and Security in Nigeria

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ


Palestine: 15 lessons from 15 years of BDS

DISARMAMENT ET SECURITÉ



US: The United National AntiWar Coalition – Call to Action

Bulletin français 1 août 2020

. QUELQUES BONNES NOUVELLES . .

Il y a beaucoup de mauvaises nouvelles ce mois-ci alors que les peuples souffrent de la propagation de la pandémie, du chômage, de la famine et même de la menace d’une guerre civile. Cependant, nous pouvons également citer quelques bonnes nouvelles.

Aux États-Unis:

La Conférence des maires des États-Unis a annoncé sa Vision 2020 pour l’Amérique – Un appel à l’action, avec un programme positif pour le changement. Parmi les 12 priorités figurent la protection et la promotion des droits humains et civils et de «la réparation de notre système d’immigration qui est brisé», ainsi que la «lutte contre le changement climatique en accélérant l’utilisation d’énergie renouvelable».

Le Caucus progressiste du Congrès américain a annoncé son opposition au «Gaspillage et ballonnement» de la proposition de budget du Pentagone. Il a proposé un amendement qui réduirait le budget proposé du Pentagone de 10% et redirigerait les économies vers les soins de santé, le logement et l’éducation dans les communautés pauvres.

En France :

Les résultats des récentes élections locales en France sont célébrés comme une «vague verte européenne» et un «mandat pour agir pour le climat et la justice sociale». Selon un observateur, «une grande partie du travail important effectué par les Verts se fait au niveau municipal. C’est là qu’ils montrent qu’ils peuvent gouverner. Et cela façonne à son tour le paysage national. »

Suite à leur victoire électorale, les maires et les écologistes de la gauche française se sont réunis à Tours afin de bâtir un réseau de partage d’idées et construire des projets communs. L’écologie a donc été largement abordée lors de ce rendez-vous, avec les questions de la 5G, des transports propres, du développement des réseaux cyclables, de la transition écologique, du traitement des déchets. Au-delà de la problématique de l’environnement, les élus ont aussi planché sur les politiques de la ville en matière d’emploi des jeunes et des précaires, d’intégration des milieux populaires, d’accueil des réfugiés, de logement et d’économie sociale et solidaire.

En Amérique latine:

Le gouvernement de la ville de Guadalajara, au Mexique , a mis en place un diplôme en ligne en culture de la paix, destiné à construire la paix dans les quartiers et au sein de la société civile.

La Colombie a accueilli le 2e Congrès latino-américain de justice réparatrice. Selon l’un des orateurs, «La culture de la paix suppose des changements profonds dans deux sphères, dans la sphère de la justice où il est nécessaire de garantir les droits, et dans la sphère politique où il est également nécessaire de transformer le modèle de domination du pouvoir. ”

Le Festival international de folklore se déroulera virtuellement, accueilli par Abrasoffa au Brésil, les 22 et 23 août sous le slogan «Le folklore nous unit et le monde – danse pour la paix».

La «HipHop Week» a été célébrée virtuellement à Cali, en Colombie. Le thème est “rendre le Hip Hop visible en tant que culture de la paix, une culture avec une position politique et à son tour qui peut nous unir en tant que hiphoppers et en tant qu’éléments de culture, car nous faisons converger DJ, graffeurs, rappeurs et autres”.

Aux Nations Unies:

La vice-secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, s’est adressée à «Women Rise for All», un rassemblement virtuel de femmes influentes de différentes régions, secteurs et générations, pour examiner comment leur leadership façonne la réponse à la pandémie qui profite à tous. “Même au milieu de cette crise dévastatrice, il existe une possibilité de construire un monde meilleur qui fonctionne pour tous. Cela ne sera possible que si nous reconnaîssons d’abord la valeur des femmes et leurs qualités permettant une ouverture pour tous.”

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a prononcé un discours majeur à l’occasion de la Journée internationale Nelson Mandela, appelant à un nouveau contrat social pour une nouvelle ère. «Nous sommes unis, ou nous nous effondrons. Aujourd’hui, dans des manifestations pour l’égalité raciale… dans des campagnes contre le discours de haine… dans les luttes de personnes revendiquant leurs droits et défendant les générations futures… nous voyons les débuts d’un nouveau mouvement. Ce mouvement rejette l’inégalité et la division, et unit les jeunes, la société civile, le secteur privé, les villes, les régions et d’autres autour de politiques pour la paix, notre planète, la justice et les droits de l’Homme pour tous. Cela fait déjà une différence … Nous sommes à point de rupture. Mais nous savons de quel côté de l’histoire nous sommes.”

DROITS DE L’HOMME




UN Secretary-General: Tackling Inequality: A New Social Contract for a New Era

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



La troisième édition du Forum de Paris sur la Paix

DÉVELOPPEMENT DURABLE



Russia: Ambassadors of Specially Protected Natural Territories

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



France: Le Tours de Force des Maires de Gauche et Écologistes

          

ÉDUCATION POUR LA PAIX



More than 29 thousand people registered in the Second International Montessori Congress, a free virtual event

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



United Nations: ‘Women Rise for All’ to shape leadership in pandemic response and recovery

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ


Adolescents in Cuba delve into the culture of peace

DISARMAMENT ET SECURITÉ



US: Progressive Caucus Announces Opposition to ‘Wasteful, Bloated’ $740 Billion Pentagon Budget Proposal

Bulletin français 1 juillet 2020

. LA LUTTE CONTRE LE RACISME .

Ce fut un mois de succession de luttes contre le racisme.

Cela a commencé aux États-Unis avec des émeutes décrites comme un “halètement collectif pour la vie” par la Poor People’s Campaign qui poursuit la lutte pour la justice menée par Martin Luther KIng, Jr. Leur phrase fait référence aux derniers mots de George Floyd, étouffé et tué par un officier de police blanc “rappelant viscéralement les photographies de lynchage qui ont été utilisées pour terroriser les Afro-Américains pendant des décennies dans ce pays”.

La force excessive de la police, condamnée par les lois et les normes internationales fondamentales relatives aux droits de l’homme, est courante aux États-Unis, selon une étude récente.

Comme l’écrit par Reuters, “des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés à Washington et dans d’autres villes américaines, samedi 6 juin, pour exiger la fin du racisme et de la brutalité par les forces de l’ordre”. “J’ai l’impression de faire partie de l’histoire et de faire partie du groupe de personnes qui essaient de changer le monde pour tous,” a déclaré l’un des manifestants.

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes en Europe et en Asie manifestant à l’appui des manifestations américaines contre la brutalité policière, notamment Londres, Hambourg, Paris, Berlin, Brisbane, Sydney, Tokyo, Séoul et Bangkok,

Les manifestations en Australie ont relié la manifestation au traitement raciste des autochtones dans leur pays, où 432 autochtones sont morts en garde à vue depuis 1991 sans une seule condamnation. Le racisme est particulièrement évident dans la destruction de sites du patrimoine autochtone pour des projets de développement privé. «Le Bureau de l’environnement et du patrimoine de la Nouvelle-Galles du Sud montre qu’entre juin 2012 et juin 2013, il y a eu plus de 99 demandes de destruction de sites du patrimoine autochtone à des fins de développement – qui ont toutes été approuvées.»

Au centre des manifestations, le mouvement Black Lives Matter, lancé en 2013 par trois organisateurs noirs radicaux – Alicia Garza, Patrisse Cullors et Opal Tometi – en réponse à l’acquittement du meurtrier de Trayvon Martin, un jeune noir de 17 ans. Leur projet est maintenant un réseau mondial dirigé par ses membres dans plus de 40 sections qui organisent et renforcent le pouvoir local pour intervenir contre les violences infligées aux communautés noires par l’État et les “justiciers.”

Comme l’a décrit l’historien Robin D. G. Kelley, outre Black Lives Matter, de nombreux efforts d’organisation ont constitué une base pour les manifestations d’aujourd’hui. “Il s’agit notamment de personnes comme Melina Abdullah, Charlene Carruthers de Black Youth Project 100, tous les universitaires militants qui ont travaillé sur cette question – Barbara Ransby, Kimberlé Crenshaw, Angela Davis, Ruth Wilson Gilmore – puis, avant cela, Le Malcolm X Grassroots Movement, Copwatch, Dignity and Power, Critical Resistance, the African American Policy Forum. Ce sont des initiatives sur le terrain qui ont fait toute cette éducation politique, tout ce travail d’organisation – We Charge Genocide, Dream Defenders, the Rising Majority, Black Organizing for Leadership et dignité, et aussi des groupes comme SURJ, Stand Up for Racial Justice, qui traite du racisme blanc.

Kelly conclut son interview par “Et la vraie question est maintenant de savoir si cela peut ou non être maintenu.”

L’un des moyens de soutenir le mouvement est la mobilisation dans de nombreuses communautés et organisations américaines pour célébrer “Juneteenth,” l’anniversaire de la proclamation d’émancipation d’Abraham Lincoln pour mettre fin à l’esclavage. Il est maintenant reconnu dans 47 États et le district de Columbia (Washington).

De l’avis du célèbre activiste Cornel West, il est important de faire le lien entre la violence américaine à l’étranger et aux Etats-Unis. «Lorsque vous semez les graines de la cupidité – au niveau national, l’inégalité; à l’échelle mondiale, des tentacules impériales, 800 unités militaires à l’étranger, la violence et AFRICOM en Afrique, tout en soutenant divers régimes dictatoriaux en Asie et ainsi de suite – il y a un lien entre les graines de violence que vous semez à l’extérieur et à l’intérieur. »

Pour en savoir plus sur le lien entre le racisme et la culture de la guerre, à l’extérieur et à l’intérieur, ainsi que ses racines historiques, consultez le blog de ce mois pour la culture de la paix.

DROITS DE L’HOMME




‘A part of history’: Calm prevails over D.C.’s biggest George Floyd protest

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Decolonising peace journalism – and putting it to work in East Africa

DÉVELOPPEMENT DURABLE



Feeding the people in times of Pandemic: The Food Sovereignty Approach in Nicaragua

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



“Listening as governance”, by Amartya Sen

          

ÉDUCATION POUR LA PAIX



USA: Historian Robin D.G. Kelley: Years of Racial Justice Organizing Laid Groundwork for Today’s Uprising

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Philippines: Women’s leadership in the time of pandemic

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ


USA: An uprising is a collective gasp for life

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Film From USA: Camden’s Turn: A Story of Police Reform in Progress

Bulletin français 1 juin 2020

. CONNECTER MONDIAL, MANGER LOCAL . .

Comme nous l’avons vu dans ce bulletin au cours des derniers mois, la crise économique et sanitaire mondiale a incité beaucoup de personnes à envisager et à s’y préparer à un changement radical en pensant qu’un “autre monde est possible”.

Ce mois-ci, nous présentons deux aspects de ce mouvement: 1) vers la production et la consommation alimentaire locale, connue sous le nom de “Souveraineté alimentaire” et 2) connection mondiale des militants via des webinaires et des cours et conférences en ligne. D’où une nouvelle variante de l’ancien slogan selon lequel «Penser global, agir local».

Souveraineté alimentaire

Comme l’a souligné la Coalition populaire pour la souveraineté alimentaire, le décalage entre l’offre et la demande alimentaires n’a jamais été aussi énorme. Alors que près d’un milliard de personnes dans le monde s’endorment affamées , des tonnes de nourriture sont gaspillées dans les champs à cause des problèmes de transport et du marché. Chaque année, un tiers de la nourriture mondiale – valeur de 1 200 milliards de dollars – est perdu ou gaspillé. Avec la pandémie d’aujourd’hui, les blocages et les défaillances de la chaîne d’approvisionnement sont encore pire. Pour faire face à cette crise, la Coalition populaire pour la souveraineté alimentaire a émis 9 demandes, dont la priorité à la production alimentaire locale et aux marchés locaux. L’une de leurs revendications est de lever les sanctions et de mettre fin à toutes les agressions militaires qui aggravent la crise de la faim.

La Coalition Planétaire, une autre coaltion, basée en Asie et comprenant des partenaires à travers le monde, appelle à une nouvelle “démocratie de la terre” avec un large éventail d’actions, y compris les systèmes alimentaires locaux de biodiversié. Ils nous rappellent que “contrairement à ce que l’on nous fait croire, ce n’est pas la globalisation qui protège des famines, elle qui les produit et les aggrave, mais bien la souveraineté alimentaire des peuples qui permet aux personnes, au niveau communautaire d’avoir le droit de produire, de choisir et de consommer des aliments adaptés, sains et nutritifs en vertu d’accords et de prix justes pour la production et les échanges locaux.”

Un des leaders du mouvement pour la souveraineté alimentaire est depuis longtemps le mouvement paysan international, La Via Campesina, une coalition mondiale de 182 organisations dans 81 pays. Maintenant, ils nous rappellent que “Alors que le monde est sous le choc d’une pandémie, il est temps de commencer à construire une société égalitaire, juste et libérale qui embrasse la souveraineté alimentaire et la solidarité”.

Le Réseau nord-africain pour la souveraineté alimentaire a présenté une série de demandes et de mesures urgentes en réponse à l’urgence sanitaire, notamment un soutien aux activités agricoles de subsistance, à l’élevage de subsistance et à la subsistance côtière. En plus d’encourager la consommation de leurs produits par la création de marchés directs et lune lutte contre la spéculation illégale et monopolistique.

L’Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique travaille à faire de la souveraineté alimentaire et de l’agroécologie une réponse politique clé à la crise climatique qui a un impact négatif sur l’Afrique. “L’agroécologie est une réponse inverse rejetant l’agriculture monoculture industrielle qui contribue à plus de 90% des émissions de gaz à effet de serre, dégrade l’environnement, épuise la biodiversité, érode diverses cultures et ne nourrit que moins de 30% de la population mondiale.”

Des exemples provenant de France, de Thaïlande et de Singapour sont cités dans l’article “Cultivez votre propre jardin: L’agriculture urbaine prospère pendant la confinement lié au coronavirus.”

Aux États-Unis, on assiste à une renaissance du Food Sovereignty Movement. Ceci est illustré par l’utilisation accrue des fermes et jardins urbains dans la ville de Détroit et le programme Seeds and Sheep de la Nation Navajo dans l’état de Utah.

Webinaires, cours en ligne et conférences

De plus en plus, les conférences prennent la forme de webinaires afin que la participation puisse être mondiale.

La conférence mondiale “No Nukes, Climate Justice, Peace” initialement prévue à New York en avril s’est tenue en ligne avec jusqu’à 500 personnes rejointes par Internet et en streaming simultané afin que tout le monde puisse se joindre en écoutant simultanément ou ultérieurement sur une publication YouTube. La conférence était parrainée par des centaines de grandes organisations de désarmement nucléaire, de paix, de climat et de justice. Les conférenciers venaient des États-Unis, du Japon, de l’Allemagne, du Costa Rica, de l’Iran et de l’Australie.

Le webinaire “Youth Actions for Climate, Nuclear Disarmament and Sustainable Development” s’est tenu les 14 et 19 mai, parrainé par le Abolition 2000 Youth Network, World Future Council, Parliamentarians for Nuclear Non-Proliferation and Disarmament et the Basel Peace Office. Les intervenants venaient de Suisse, des États-Unis, du Canada, du Kenya, du Maroc, de la République tchèque, des Philippines, du Bangladesh, de Corée du Sud et du Japon.

Le webinaire “How Young People Can Lead Climate Change Action” parrainé par la International Youth Foundation a eu lieu en novembre 2019 et a été mis à disposition ce mois-ci sous forme de vidéo sur un site Web appelé Youthlead.

Nonviolence International propose une série de webinaires hebdomadaires. “Young Women Fighting for Our Planet” a eu lieu le 22 avril et la vidéo est disponible en ligne via Facebook. Les conférenciers sont originaires du Kenya, des Émirats arabes unis, du Canada et de la Corée du Sud.

Campagne Non-violence organise un cours communautaire hebdomadaire sur la non-violence pendant six semaines du 28 mai au 2 juillet. Il y a de la place pour 50 participants.

Movimento por la Paz (Espagne) organise un cours en ligne “Cinq voies pour la paix” à partir du 18 mai, avec des places pour 20 participants remplies par ordre d’inscription.

Enfin, ici, au Culture of Peace News Network, Mirian Castello, basée au Brésil, organise un webinaire hebdomadaire interviewant des militants pour une culture de la paix. L’inscription est ouverte aux personnes du monde entier pour accéder au webinaire en direct et soumettre leurs questions à la personne interrogée. Les trois premières interviews sont désormais disponibles sous forme de vidéos en ligne.

Nous voyons maintenant que la technologie est disponible et est utilisée pour un “mouvement mondial en faveur d’une culture de la paix . . . favorisé par un partage de l’information ” qui était envisagé en 1999 par la Déclaration et le Programme d’action des Nations Unies.

DÉVELOPPEMENT DURABLE



Communiqué du Jour de la Terre- 22 avril 2020: Une planète Une santé; Réalisant la paix avec la Terre

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



If Culture of War was a human choice and invention, what if we choose a culture of peace?

DROITS DE L’HOMME




Amnesty International: Comment les droits humains peuvent aider à nous protéger de COVID-19

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Mexico: Universities of ANUIES to share best practices on culture of peace

          

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Campaign Nonviolence: Weekly Nonviolence Online Community Course

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Webinar and Video: Young Women Fighting for Our Planet

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ


Le Laboratoire Citoyen du Nouveau Monde, Yali Gabon et le PAYNCoP Gabon s’associent pour sensibiliser sur le Covid 19

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Les dépenses militaires mondiales enregistrent la plus forte augmentation annuelle depuis une décennie – selon le SIPRI

Bulletin français 1 mai 2020

. TRACER LA VOIE À SUIVRE .

Un mois s’est écoulé depuis que nous avons écrit dans notre bulletin que “la crise médicale et économique associée au coronavirus peut être considérée comme une opportunité en même temps qu’une calamité.” Entre temps, de nombreux analystes ont adopté cette position et proposé des moyens d’aller en avant. Voici leurs propositions concernant tous les aspects de la culture de la paix:

Désarmement et sécurité: Trois anciens commandants de la Royal Navy du Royaume-Uni ont envoyé une lettre au Parlement disant que les 2 milliards de livres sterling dépensés chaque année pour les sous-marins nucléaires ne pouvaient pas être justifiés et que l’argent devait être utilisé pour les soins de santé. Aux États-Unis, le militant David Swanson propose que le ministère américain de la Défense soit converti, de sorte qu’il fonctionne pour la sécurité financière et médicale universelle au lieu de préparations militaires. Réagissant à la dernière menace de guerre américaine, celle contre le Venezuela, il a été dit que “les États-Unis devraient combattre le COVID, pas le Venezuela ” et que surtout avec la pandémie, “le président Trump n’aurait pas dû déployer des ressources militaires américaines menaçant le Venezuela“.

Les lecteurs se souviendront que le mois dernier, nous avons publié des appels similaires du Bureau international de la paix et de la Peace Pledge Union pour convertir les budgets militaires en dépenses pour les soins de santé, et l’appel du Secrétaire général de l’ONU pour un cessez-le-feu mondial.

Solidarité: Partout dans le monde, les gens ont répondu à la crise par des actions de solidarité locale pour prendre soin de ceux qui sont vulnérables à la pandémie. Un bon exemple nous vient des jeunes du Gabon qui fournissent des stations d’eau dans les zones pauvres. Comme l’a exprimé l’organisation Tamara, au Portugal “la crise représente une grande opportunité, en plus de tous ses défis: maintenant, nous avons la possibilité d’unir nos forces dans le monde entier pour atteindre un objectif commun, développer la cohésion sociale, mettre en place des structures décentralisées, une économie solidaire – un véritable redémarrage ”

Participation démocratique: Le professeur marocain Abdelmoughit Benmassoud Tredano déclare que la crise économique ne fait que commencer. Il réitère l’appel à la solidarité: “Au niveau individuel, du groupe et de la nation, l’individualisme est censé s’émousser et la solidarité gagner en profondeur, martèle l’universitaire”. “Ceci implique certainement de repenser l’organisation du monde sur tous les plans . . . L’organisation du monde par groupes régionaux doit être adoptée du fait qu’aucun Etat ne peut se suffire à lui seul, sauf les Etats-continents.” Aussi, selon le Conseil de l’Europe, dans de nombreux pays, la direction est prise par les villes plutôt que par l’État, à l’exemple de Raseborg en Finlande.

Égalité des femmes: Nazra Feminist Studies of Egypt propose que nous adoptions les valeurs féministes “telles que l’union des forces en temps de peur, de perte et de construction, la responsabilité collective et l’action pour notre survie, la coopération internationale et la collectivité afin de comprendre et d’identifier les moyens de surmonter cette crise. ”

À court terme, le développement durable a été freiné par la pandémie, mais selon le World Economic Forum, “il est temps de commencer à réorienter chaque année les 5 200 milliards de dollars consacrés aux subventions des combustibles fossiles vers les infrastructures vertes, le reboisement et les investissements dans une économie plus circulaire, partagée, régénérative, et moins polluant. ”

Éducation pour la paix: dans un récent webinaire organisé par l’Institut international d’éducation à la paix et la Campagne mondiale pour l’éducation à la paix, des éducateurs des États-Unis, d’Autriche, de Porto Rico, d’Afrique du Sud, de Chine, du Nigéria, des Philippines, du Mexique, de Colombie, d’Argentine et de Corée du Sud ont expliqué comment ils réagissent à la pandémie et aux violences et injustices systémiques qui y sont associées.

“Comment les droits de l’Homme peuvent nous aider à nous protéger de COVID-19″ est le titre d’un article d’Amnesty International, soulignant la nécessité de protéger les droits à la santé, à l’accès à l’information, à l’emploi, au logement, à l’eau, à l’assainissement et à l’absence de discrimination.

Libre circulation de l’information. Selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), la crise mondiale nous a poussés plus loin dans un monde numérique. Le télétravail et les conférences en ligne ont fait un bond en avant. Cependant, seulement 20% de la population des pays les moins avancés utilisent Internet, de sorte que le monde a besoin d’une réponse multilatérale coordonnée pour relever le défi de la numérisation.

Bien entendu, les huit aspects de la culture de la paix sont tous interdépendants et doivent être traités en coordination. Cela se voit dans les analyses suivantes.

Mazin Qumsiyeh nous envoie un appel mondial de “Palestine Action for the Planet” qui appelle à la démocratisation des Nations Unies, à la réorganisation des priorités de développement, à une réduction drastique des dépenses militaires, à la défense de la participation démocratique, à la solidarité mondiale et au rétablissement de l’équilibre écologique (“Nous, les humains, devons reconnaître que nous faisons partie de la nature et que nous devons vivre en harmonie avec elle”).

William Astore, lieutenant-colonel à la retraite (USA) et professeur d’histoire, nous donne sept suggestions “pour changer l’Amérique” [et, nous pouvons ajouter, “pour changer le monde”]. La première suggestion est de réduire les dépenses militaires et les deux suivantes sont de réduire les 800 bases militaires américaines autour du monde et d’abandonner le plan de mener deux guerres étrangères en même temps. Il appelle à une Works Progress Administration, comme celle du président Roosevelt pendant les années 1930, pour reconstruire l’infrastructure américaine et revigorer la culture. Il appelle à “mettre fin à la peur et au bellicisme, et à reconnaître comme de vrais héros non pas les guerriers et les stars du sport, mais plutôt ceux qui sont en première ligne contre le coronavirus. Et “enfin, nous devons étendre notre amour pour englober la nature dans notre planète.”

La lauréate du prix Nobel de la paix Mairead Maguire nous rappelle que “si ce virus a fait quelque chose, il nous a rappelé que en tant que humains, nous sommes très vulnérables; nous avons besoin les uns des autres pour survivre et prospérer. On espère que ce virus renforcera l’opinion que nous sommes tous Un, frères et sœurs; ce qui affecte chacun affecte tous … Les politiques gouvernementales de sanctions, le militarisme, les armes nucléaires et la guerre doivent être radicalement remplacées par des politiques gouvernementales qui mettent la santé de leurs citoyens – à la fois physique et mentale – au-dessus de l’agenda politique … Le capitalisme ne fonctionne pas, le système est brisé, et nous sommes tous mis au défi de construire un système de véritable démocratie qui fonctionne pour tout le monde.

Un autre lauréat du prix Nobel de la paix, Mikhaïl Gorbatchev, appelle à «repenser radicalement la politique internationale… N’est-il pas clair maintenant que les guerres et la course aux armements ne peuvent pas résoudre les problèmes mondiaux d’aujourd’hui? La guerre est une défaite, un échec de la politique! … . Nous devons démilitariser les affaires mondiales, la politique internationale et la pensée politique et réaffecter des fonds militaires aux fins de la sécurité humaine. Nous devons repenser le concept même de sécurité. Par-dessus tout, la sécurité doit signifier fournir de la nourriture, de l’eau, ce qui est déjà en pénurie, un environnement propre et, comme priorité absolue, la protection de la santé des gens. ”

Enfin, ici à CPNN, nous fournissons des outils et des propositions dans notre blog pour tracer la voie à suivre, pour profiter de la crise à réformer la structure de gouvernance du monde et pour faire la transition de la culture de la guerre à une culture de la paix.

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



From Nazra for Feminist Studies (Egypt): A Letter of Solidarity; Together, We Stand in Solidarity..To Build

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Coronavirus reveals need to bridge the digital divide

DROITS DE L’HOMME




Amnesty International: Comment les droits humains peuvent aider à nous protéger de COVID-19

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Covid-19 : Une nouvelle organisation du monde s’impose (universitaire marocain)

          

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Peace Education and the Pandemic: Global Perspectives (video now available)

DÉVELOPPEMENT DURABLE



Could COVID-19 give rise to a greener global future?

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ


Le PAYNCoP Gabon et Ingénieurs Sans Frontières s’associent pour combattre le COVID 19

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Threatening Military Intervention in Venezuela During a Pandemic?

Bulletin français 1 avril 2020

. DEPASSER LA CRISE ENSEMBLE . .

Du point de vue de la culture de la paix, la crise médicale et économique associée au coronavirus peut être considérée comme une opportunité plutôt qu’une simple calamité.

Comme nous l’avons posé dans le dernier blog Le crash est-il arrivé?, si oui, ette situation pourrait-elle nous donner l’opportunité de passer de la culture de la guerre à une culture de la paix? Pour cette transformation radicale un tel scénario était prévu dans la nouvelle j’ai vu la terre promise écrite en 2008 qui prévoyait un krach économique mondial en 2020, suivi d’actions pour se défendre contre le développement du fascisme et pour reconstruire les Nations Unies comme un véritable agent de la culture de la paix .

A ce propos, des articles récents de CPNN décrivent des actions permettant de surmonter ensemble la crise et promouvoir cette transition vers une culture de la paix dans ses différents domaines:

— DÉSARMEMENT. Le Bureau international de la paix a publié une déclaration demandant aux dirigeants mondiaux de remettre le désarmement et la paix au centre de l’élaboration des politiques. “Sans cela, nous handicapons notre lutte contre les futures pandémies de santé, pour éradiquer la pauvreté, la faim, pour fournir une éducation et des soins de santé à tous, ainsi que la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies.”

De même, l’organisation anglaise Peace Pledge Union dit: «Dans cette crise, tout le monde a besoin du soutien des autres. Cela coûte de l’argent. Le gouvernement doit réattribuer plusieurs millions de livres destiné aux armaments et aux exercices d’entraînement de l’OTAN. Finançons des choses qui vont vraiment aide à nous protéger. Vous ne pouvez pas “atomiser” un virus.”

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé à des cessez-le-feu dans les guerres partout dans le monde, déclarant: “La fureur du virus illustre la folie de la guerre … Il est temps de mettre le conflit armé sous contrôle et de se concentrer ensemble sur le vrai combat de nos vies.”

— SOLIDARITÉ. En cette période de souffrance et de peur, nous pouvons apprendre de la sagesse des peuples autochtones tel à l’exemple du peuple Mixe du Mexique. Le Mixe est un peuple qui a connu les ravages des épidémies depuis l’arrivée en Amérique des premier Europeens. «Les soins collectifs qui ont sauvé la vie de [ma grand-mère Luisa] m’ont permis aujourd’hui de partager les paroles mourantes de mon arrière-grand-père lors d’une précédente épidémie: le bien individuel est le bien collectif.

Cuba nous a montré un bon exemple de solidarité face à la pandémie mondiale. “Le même esprit humanitaire et internationaliste par lequel Cuba à autorisé le Braemar [navire de croisière infecté] à accoster a également conduit ce petit pays à envoyer des médecins pour aider Haïti après le tremblement de terre dévastateur de 2010, à combattre Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014, et, maintenant, à aider le système de santé submergé de l’Italie en face de la pandémie de coronavirus.”

— ÉGALITÉ DES FEMMES. Les femmes du Mexique nous donnent un bon exemple de solidarité qui peut servir de modèle pour d’eventuelles mobilisations futures. Faisant écho au cri “Une journée sans nous”, des millions de Mexicaines ont participé le 9 mars à une grève nationale de femmes protestant contre la vague des féminicides et demandant une longue liste de revendications de l’agenda féministe. La grève a été organisée pour suivre la mobilisation annuelle pour la Journée internationale de la femme qui a été célébrée dans le monde entier.

— PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE. Comme l’a souligné la déclaration du Bureau international de la paix, “Nous savons par l’histoire de notre propre organisation et de nombre de nos organisations membres que dans de telles crises, la démocratie doit être défendue contre des États qui devient de plus en plus autoritaires.” Lors de la dernière grande dépression, dans les années 1930, la démocratie a été remplacée par des dictatures en Allemagne, en Italie et en Espagne, entraînant des guerres civiles et la Seconde Guerre mondiale. Comment éviter cela? Robert J. Burrows, spécialiste de l’action non-violente, nous propose une stratégie non-violente avec des objectifs spécifiques “pour défendre l’humanité contre un coup d’État politico-militaire mené par l’élite mondiale”.

Le directeur de Pace e Bene, une organisation de paix familière aux lecteurs du CPNN en raison de ses vastes mobilisations autour de la Journée internationale de la paix, nous dit que le COVID-19 est un messager nous appelant résolument à rejoindre un “mouvement planétaire qui émerge”. “Le plus grand mouvement social de l’histoire humaine arrive. Chacun de nous est appelé à le rejoindre. C’est un mouvement global, un mouvement de mouvements. Il apprend à partir de l’histoire des mouvements qui se sont accélérés au cours du siècle dernier. Il est enraciné dans le sang et les larmes de millions de personnes qui ont passé leur vie à travers l’Histoire à réclamer la justice, à œuvrer pour la paix, à œuvrer pour un monde qui fonctionne pour tous. Ce mouvement n’apparaîtra pas par magie. Cela nécessite un travail acharné. Il sera profondément non violent – disant non à l’injustice et oui à l’humanité de toutes et de tous, y compris l’humanité de nos adversaires.

Oui, cela dépend de nos actions maintenant pour déterminer si la crise devient une opportunité ou une catastrophe. CPNN continuera de publier des infos de ces actions au fur et à mesure de leur développement. Les lecteurs sont encouragés à nous envoyer des rapports.

          

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Déclaration du Bureau International de la Paix à l’Occasion du Sommet du G20 : Investissons dans la Sante Plutot que dans la Militarisation !

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Federico Mayor pays tribute to Javier Pérez de Cuéllar

DROITS DE L’HOMME




International Criminal Court Offers Hope to Afghanistan’s Victims

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Defending Humanity Against the Elite Coup

ÉDUCATION POUR LA PAIX



“Education Nobel”, Global Teachers’ Prize includes three Brazilian teachers.

DÉVELOPPEMENT DURABLE



The Most Successful Air Pollution Treaty You’ve Never Heard Of

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ


Love and Nonviolence in the Time of Coronavirus

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Journée internationale des femmes 2020

Bulletin français 1 mars 2020

 

LES VILLES PRENNENT LE LEADERSHIP .

Les villes prennent les leadership dans de nombreux domaines de la culture de la paix.

Le désarmement nucléaire. New York est en train de devenir la ville la plus récente à planifier le désinvestissement de ses fonds de l’industrie des armes nucléaires. Des audiences publiques dans la ville le 28 janvier ont entendu un large éventail d’orateurs en faveur de cette action. Parmi les intervenants figuraient la campagne mondiale, Move the Nuclear Weapons Money, ainsi que Mayors for Peace, des jeunes de Peace Boat et un représentant de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), qui a remporté le prix Nobel de la paix en 2017. Les participants à l’audition ont exprimé leur amour de la ville et leur forte réticence à voir New York, ou tout autre endroit sur la terre, être exposé à la menace de destruction irréversible que représentent les armes nucléaires.

Des centaines de villes ont rejoint l’appel aux villes de l’ICAN appelant à l’abolition totale des armes nucléaires. L’appel déclare: «Notre ville / village est profondément préoccupé par la grave menace que les armes nucléaires font peser sur les communautés du monde entier. Nous croyons fermement que nos habitants ont le droit de vivre dans un monde libéré de cette menace. Toute utilisation d’armes nucléaires, qu’elle soit délibérée ou accidentelle, aurait des conséquences catastrophiques, de grande envergure et durables pour les personnes et l’environnement. Par conséquent, nous saluons chaleureusement l’adoption du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires par les Nations Unies de 2017, et nous appelons notre gouvernement national à le rejoindre. »

L’appel est également soutenu par Maires pour la Paix avec son réseau de 7675 villes dans 163 pays à travers le monde. La ville la plus récente à avoir soutenu l’appel, le 27 janvier, était Oxford au Royaume-Uni.

Le développement durable. ONU Habitat a récemment parrainé le dixième Forum urbain mondial pour soutenir les objectifs de développement durable (ODD) convenus par les dirigeants mondiaux en 2015. Lors de la réunion, qui s’est tenue à Abu Dhabi du 8 au 13 février, les 13 000 participants ont reconnu que “l’urbanisation croissante du monde est une force transformatrice qui peut être exploitée et dirigée pour stimuler le développement durable.” Parmi les organisations de villes participant au Forum figurait ICLEI (Gouvernements locaux pour la durabilité), un réseau de villes dans plus de 100 pays, avec des experts mondiaux dans 22 bureaux.

Lors du Forum urbain mondial, le Parlement mondial des maires a présenté un projet appelé le Parlement virtuel, un outil en ligne pour connecter les maires du monde entier, pour débattre et voter sur des questions politiques et pour échanger des expériences. Par exemple, il a soutenu une action du Congrès américain des maires contre la violence armée.

Réduction des tensions internationales. L’organisation de Cités internationales de la paix rapporte que la première ville de la paix sur la péninsule coréenne a été créée le 5 février près de la zone démilitarisée à Pocheon. Une grande célébration a eu lieu à l’hôtel de ville où le maire Mr Park a signé une proclamation devant une foule de médias, de dignitaires et de plus de 100 citoyens. Pocheon a le potentiel pour aider à réaliser le rêve de la réunification de la Corée du Sud et de la Corée du Nord afin de bénéficier aux citoyens des deux pays.

Violence urbaine. Une nouvelle initiative, le Strong Cities Network (SCN), travaille avec une large coalition pour réduire la violence urbaine . Selon le SCN, “Aujourd’hui, 83% des violences meurtrières se produisent en dehors des zones de conflit, la majorité de ces violences étant concentrées dans les villes”. Leur rapport met en évidence les initiatives réussies à Glasgow (Écosse), Oakland (Californie) et dans les villes de l’Équateur.

La lutte contre la violence urbaine est également la priorité du Forum mondial des villes et des territoires de paix, qui est un projet des Cités et Gouvernements locaux unis. Des forums précédents ont eu lieu à Madrid en 2017 et 2018. Le prochain aura lieu en octobre 2020 à Mexico pour construire “des solutions qui favorisent des environnements urbains capables d’éliminer les expressions de la violence”.

Selon le Strong Cities Network, «les États-nations dominent l’arène politique mondiale depuis des siècles, mais avec plus de la moitié de la population mondiale résidant aujourd’hui dans les villes, il est peut-être temps de repenser qui devrait être à la table des décisions sur la façon dont nous pouvons réduire la violence.” On pourrait dire de même en ce qui concerne le désarmement nucléaire, le développement durable et la réduction des tensions internationales.”

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE

Strong Cities Network: Reducing violence is not impossible, and cities are proving this

LIBERTÉ DE L’INFORMATION

Promotion de la paix au sahel : Les meilleures productions radiophoniques primées

DROITS DE L’HOMME


Amnesty International: Une génération de jeunes militant·e·s reprend le flambeau contre le durcissement de la répression en Asie

DISARMAMENT ET SECURITÉ

New York City hearings pave the way for nuclear weapons divestment

ÉDUCATION POUR LA PAIX

For Bob Marley’s 75th Birthday, Ziggy Marley Reflects On His Father’s Legacy

DÉVELOPPEMENT DURABLE

The Wet’suwet’en Fight Against New Pipeline Spreads Across Canada with Blockades & Occupations

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ


Switzerland: Lutheran World Federation marks World Interfaith Harmony Week

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES

Devoted to discovery: seven women scientists who have shaped our world