Tag Archives: bulletins

Bulletin français 1 fevrier 2024


. ARTISTES POUR LA PAIX . .

La lutte continue pour mettre fin aux attaques génocidaires d’Israël contre la population de Gaza. La Cour internationale de Justice, répondant à la plainte déposée par l’Afrique du Sud, a ordonné à Israël de s’abstenir de tout acte génocidaire. Bien qu’il n’existe aucun mécanisme d’application, la décision renforce le mouvement croissant exigeant un cessez-le-feu.

Les peuples du monde entier continuent de manifester en solidarité avec la Palestine. Le 13 janvier, des manifestations ont rassemblé près d’un demi-million de personnes à Washington DC et Londres, et il y avait des autres manifs à Paris, Berlin, Rome, Johannesburg, Abuja, Tokyo, Islamabad, Jakarta, Kuala Lumpur, Milan, Dublin, Bâle, Amsterdam, Oslo, Uppsala et Tunis.

Les artistes jouent un rôle important.

Concernant le génocide contre Gaza, des artistes se sont mobilisés au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Afrique du Sud, en France, au Qatar, à Dubaï, en Malaisie, au Canada, en Inde et même en Israël même. Ils ont organisé des événements de solidarité tels que des peintures murales, des expositions de peintures, des sculptures de sable et des lectures de monologues par des jeunes de Gaza. Des milliers d’artistes ont signé des déclarations telles que celles de Musicians for Palestine, Artists for Palestine UK, #MusicForACeasefire, Artists4Ceasefire et le mémorandum de paix des artistes en Malaisie, ou ils ont été en tête des événements tels que la marche pour la paix à Paris.

Les chanteuses Mira Awad et Noa, deux Israéliennes, l’une arabe, l’autre juive, chantent pour la paix entre Israël et la Palestine. En décembre, elles ont participé à un concert de la Philharmonie de Berlin.

150 artistes, chanteurs, danseurs et comédiens sont montés sur scène à l’Opéra Boualem Bessaih d’Alger le 20 janvier pour un gala de solidarité visant à récolter des fonds pour la Palestine. Tous les billets ont été vendus et l’événement a été diffusé à la télévision.

Un article spécial de CPNN est consacré à la jeune artiste palestinienne Amal Abu al-Sabah qui réalise des peintures murales sur les décombres de bâtiments détruits, « afin d’envoyer un message fort selon lequel nous resterons sur notre terre et ne la quitterons jamais ».

En réponse aux tentatives du gouvernement allemand d’interdire les manifestations de soutien à la Palestine, des centaines d’artistes et de travailleurs culturels du monde entier ont signé une pétition appelant au boycott des institutions culturelles allemandes.

Les artistes se mobilisent également pour d’autres initiatives de paix et de justice.

Aux Etats-Unis, le soutien au mouvement Black Lives Matter se joue sur les grandes scènes de la danse. « Ode » du chorégraphe Jamar Roberts, une danse sombre et sensuelle créée pour la première fois en 2019 en réponse à la violence armée, a été remontée pour le 65e anniversaire de l’Alvin Ailey American Dance Theater en décembre. En mai dernier, « Tabernacle » de Chanel DaSilva a été créé au Dallas Black Dance Theatre, fusionnant afrofuturisme, hip hop et danse africaine en réponse directe au Black Lives Matter. Et l’automne dernier, « Never Twenty One » du chorégraphe franco-malien Smaïl Kanouté a fait ses débuts à New York, son titre emprunté à un slogan de Black Lives Matter.

En Colombie, 45 chanteurs, poètes, danseurs et musiciens ont répondu à l’appel du Haut-Commissariat à la paix et ont créé un album de musique pour envoyer un message contre la violence : « Assez, c’est assez ». L’album contient un mélange de rythmes afro-colombiens, de chansons ordinaires et de rap.

En Turquie, des centaines d’artistes ont appelé à des négociations sur une solution pacifique à la question kurde. La déclaration « Soyons une voix pour la paix » est signée par 564 personnalités, parmi lesquelles d’éminents musiciens, écrivains, réalisateurs, actrices, photographes et peintres. Il comprend la déclaration suivante : “Nous, les gens d’art et de littérature, ne resterons pas les bras croisés et regarderons la Turquie perdre un autre siècle, proposerons de tisser ensemble un avenir dans lequel toutes les identités ethniques, religieuses et culturelles vivront librement et ne seront ni opprimées ni soumises aux pogroms. »

En France, 121 personnalités du monde culturel et intellectuel ont signé un appel en soutien à la déclaration turque, parmi lesquelles figurent Annie Ernaux et Edgar Morin, et le collectif « Voix pour la paix au Kurdistan » a organisé une conférence de solidarité à Marseille le 13 janvier.

À Cuba, des institutions culturelles parmi lesquelles l’Institut cubain d’art et d’industrie cinématographique, la Maison des Amériques, la Maison du Festival du cinéma, la Fondation du nouveau cinéma latino-américain, l’École internationale de cinéma, la Fondation Ludwig de Cuba, le Ballet national de Cuba, l’Association Hermanos Saiz et l’Union des écrivains et artistes de Cuba ont publié une déclaration de soutien aux artistes argentins face aux attaques de Javier Milei contre les institutions culturelles de ce pays.

En Algérie, le Festival National du Graffiti a décerné le premier prix à l’artiste Fethi Mjahed pour ses peintures murales qui sensibilisent à la citoyenneté et diffusent la culture de la paix.

À Mexico, le travail de 12 artistes est exposé pour promouvoir la paix dans leurs quartiers de la ville. À partir des portraits réalisés par Esteban Viveros des habitants du quartier de Guerrero ; aux paysages de Jessica Islas, qui dénonce l’incendie des forêts de Xochimilco ; et l’œuvre collective d’Atardecer Dwsk qui démontre que l’art guérit le cœur de ceux qui ressentent la solitude et la dépression, les créateurs cherchent à remettre en question les préjugés sur les lieux qu’ils habitent.

En ce qui concerne la guerre en Ukraine, les lecteurs de CPNN se rappelleront que de nombreux artistes russes notamment des écrivains et des poètes, des musiciens et des travailleurs de l’industrie musicale, des célébrités de la télévision, des animateurs et des gens du spectacle, des acteurs et des actrices, des cinéastes, des comédiens et des artistes de stand-up, des opéras des chanteurs, des mannequins, des danseurs de ballet, des chefs d’orchestre et des metteurs en scène de théâtre font partie de ceux qui ont osé s’opposer à la guerre l’année dernière. La plus célèbre est peut-être Alla Pougatcheva, la chanteuse pop la plus appréciée de Russie.

S’exprimant lors de la réunion des artistes turcs, Feyyaz Yaman de Karşı Sanat (Contre-Art) a exprimé la tâche urgente à laquelle les artistes sont confrontés aujourd’hui. « L’environnement de silence que nous connaissons aujourd’hui partout dans le monde nous pousse à revendiquer nos droits. Si l’art doit parler un langage critique, il doit d’abord tisser les droits et la coexistence des peuples. Nous invitons les artistes à s’unir contre ceux qui continuent à imposer un processus d’extermination et revendiquer cette nécessité. Nous avons quelque chose à faire pour cela, nous devons produire un processus de véritable dialogue. Nous devons rassembler et défendre les injustices que nous avons subies dans cet environnement de différences sur notre terrain commun de justice. En tant que croyants au pouvoir de l’art, nous invitons chacun à rétablir cette paix. »

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



Gala de solidarité avec les Palestiniens à l’Opéra d’Alger

DROITS DE L’HOMME



BDS Movement: Act Now Against These Companies Profiting from the Genocide of the Palestinian People

DÉVELOPPEMENT DURABLE



Wealth of five richest men doubles since 2020 as five billion people made poorer in “decade of division,” says Oxfam

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Rallies held worldwide as Israeli genocide in Gaza enters 100th day

  

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



The women leading the fight for peace in Palestine: Women in Black

ÉDUCATION POUR LA PAIX



The artists Mira Awad and Noa: voices for peace in the Palestinian-Israeli conflict

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Wives of Russian soldiers descend on Putin campaign office to demand demobilisation

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Oaxaca, Mexico: State Government Promotes Culture of Peace as a Public Policy

Bulletin français 1 janvier 2024

. BONNES NOUVELLES D’AMÉRIQUE LATINE .

Les efforts se poursuivent pour mettre fin au génocide israélien à Gaza. L’Assemblée générale des Nations Unies a voté par 153 pour, 10 contre et 23 abstentions pour exiger un cessez-le-feu. Et le secrétaire général de l’ONU a été invité à soumettre le cessez-le-feu à un vote par référendum mondial.

Alors que l’Europe et le Moyen-Orient, avec le soutien des États-Unis, continuent de se détruire par la guerre et la culture de la guerre, non seulement à Gaza mais aussi en Ukraine, de bonnes nouvelles arrivent d’une autre partie du monde. En Amérique latine, les peuples de Colombie, du Mexique, du Brésil et d’Argentine continuent de cultiver une culture de paix. Cela confirme la tendance selon laquelle l’Amérique latine est en avance sur le monde en cultivant une culture de paix. Au fil des années, CPNN a publié plus d’articles sur cette région que sur toute autre, l’Afrique arrivant en deuxième position.

La Colombie élabore une stratégie de tourisme pour le développement durable et la paix, comprenant des territoires de tourisme de paix, le développement économique local, une promotion ciblée du tourisme et la construction d’une culture de paix autour du tourisme.

En Colombie, la ville de Medellin célèbre ses jours les plus paisibles des 40 dernières années, grâce au travail du Secrétariat de Non-Violence créé en 2020. Le travail comprend une attention aux victimes du conflit armé;
-avec des opportunités et formation des signataires de la paix ;
– avec des mesures visant à prévenir l’implication des adolescents et des jeunes dans la criminalité organisée;
– avec une formation à une culture de paix pour les garçons et les filles ;
– et avec la mise en œuvre d’actions de réparation entre les victimes, la communauté et les responsables.

Du 24 novembre au 8 décembre s’est déroulé en Colombie le Festival du Cinéma de la Paix, avec la projection de plus de 30 pièces cinématographiques, parmi lesquelles des longs métrages et des courts métrages, qui racontent la nouvelle Colombie née après la signature de la Accord de la Paix en 2016. La programmation du festival comprend des espaces publics de formation, des forums, des ateliers, des dialogues et des projections autour de la mémoire et de la paix.

À ces efforts s’ajoute la proposition de l’Alliance mondiale pour les infrastructures et les ministères de la paix – chapitre Amérique latine et Caraïbes, présentée en novembre aux membres du Sénat et de la Chambre des représentants à Bogotá, de créer un Ministère de la Paix qui coordonne les actions de construction et de culture de la paix à travers le pays en collaboration avec les ministères en charge de la santé, de l’éducation, environnement, culture et sécurité.

Au Mexique, le VIe Forum mondial sur la culture de la paix a eu lieu à l’Université de Guadalajara, comprenant une conférence de maître « Études sur la paix en Amérique latine », ainsi qu’un panel « Construction de la citoyenneté et promotion de la culture de la paix » et la conférence internationale tableaux « Éducation, Conscience et Paix, Politiques Publiques de Paix, Sécurité, Justice et Paix ».

Au Mexique également, le programme Multiplicateurs de Paix a touché plus de 19 000 jeunes dans l’État de Guanajuato. Le programme utilise la méthodologie « Humanízate », composée de diverses activités impliquant la participation de la communauté des jeunes, telles que des discussions, des séances de formation, des conférences, des macro-jeux et des réunions virtuelles. Dans cette stratégie peuvent participer des jeunes entre 17 et 30 ans qui entendent générer un changement positif dans leur vie et leur environnement, en construisant une culture de paix.

À l’Université Nationale Autonome du Mexique, le Séminaire Permanent des Sciences Sociales a été consacré cette année à la reconstruction du tissu social et à la culture de la paix. Au cours de 18 séances, les méthodologies ont été analysées, les expériences d’interventions communautaires et territoriales ont été partagées et les approches théoriques ont été abordées pour fournir des éléments de compréhension et de pertinence de la reconstruction du tissu social et de la culture de la paix.

Aussi à l’Université Autonome Métropolitaine de Mexico, le Réseau de Recherche sur la Culture de Paix, de Justice et “Institutions Solides,” récemment créé, a mené diverses actions tout au long de l’année pour comprendre les méthodologies et proposer des actions de consolidation de la paix dans le pays. En septembre 2023, ce réseau a organisé la première Journées pour la paix avec des conférences et des ateliers sur l’éducation à la paix, la méditation et les stratégies pour construire la paix en Amérique latine.

Lors de l’assemblée de l’Association nationale des universités et établissements d’enseignement supérieur, 113 recteurs d’universités et d’établissements publics et privés de Le Mexique s’est engagé dans une stratégie commune pour la construction d’une culture de paix. Cet engagement est pris dans le cadre de la nouvelle Loi Générale de l’Enseignement Supérieur qui rend obligatoire une formation universitaire pour « la culture de la paix et la résolution pacifique des conflits, ainsi que la promotion des valeurs d’égalité, de justice, de solidarité, de culture de la légalité et du respect des droits de l’homme”.

Le travail conjoint entre la Colombie et le Mexique a également été observé tout au long de cette année. José Luis Calderón et Irene Álvarez, fonctionnaires du ministère de l’Intérieur du Mexique, ont édité le livre “Culture des droits de l’homme pour un avenir de paix. Expériences au Mexique et en Colombie“, publié par le Fonds pour la culture économique. Ce livre est proposé comme référence pour les futures collaborations binationales pour la consolidation de la paix en Amérique latine.

Au Brésil, le 2e Dialogue sur la justice réparatrice dans les écoles a été organisé par le ministère de l’Éducation. Il s’agit de la première étape dans la mise en œuvre d’un accord de coopération technique pour la mise en œuvre du projet « Justice réparatrice dans les écoles » signé par le ministère et le Conseil national de la justice. L’objectif est de promouvoir une culture de paix et de non-violence dans les écoles, en utilisant des pratiques qui impliquent le dialogue, la responsabilité et la réparation des dommages causés par les conflits.

Le Brésil est depuis longtemps un leader dans le développement de la justice réparatrice.

En Argentine, malgré les récents résultats des élections, les progrès se poursuivent vers une culture de paix. Le 6 décembre, une réunion internationale sur les méthodes participatives de résolution des conflits « Droits de l’Homme, démocratie et culture de la paix » s’est tenue dans la ville de Salta avec plus de 400 médiateurs de différentes organisations au niveau fédéral. Au cours de la conférence, différents panels ont été organisés avec des experts travaillant sur différents axes thématiques liés aux méthodes participatives de résolution des conflits dans toute l’Argentine.

Le numéro actuel de la revue CoPaLa-Construyendo Paz Latinoamericana, est consacré à la Déclaration pour la Transition vers une culture de la paix au XXIe siècle, à travers des réflexions et des expériences de consolidation de la paix dans plusieurs pays de la région, dont l’Argentine, le Chili, la Colombie, le Mexique et Porto Rico. Le numéro est gratuit et ouvert à la lecture et à l’utilisation par tout citoyen du monde.

Même si nous ne constatons pas de progrès vers une culture de paix dans les relations internationales, entre les gouvernements nationaux, nous pouvons en trouver dans des initiatives telles que celles énumérées ci-dessus aux niveaux national et local. Ces pays d’Amérique latine nous montrent comment y parvenir.

DROITS DE L’HOMME



L’ONU invitée à Soumettre son Appel à un « Cessez le Feu Immédiat à Gaza » pour la Signature du Soutien des Peuples du Monde

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



Guernica stands in solidarity with Gaza

DÉVELOPPEMENT DURABLE



Tourism as an engine of peace: strategies for sustainable development in Colombia

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Nations Unies : l’Occident vote contre la démocratie, les droits de l’Homme et la diversité culturelle ; promeut les mercenaires, sanctions

  

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



De la résilience féminine dans la littérature orale traditionnelle africaine (revue Sociotexte)

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Mexico: Multipliers of Peace impact more than 19 thousand young people from Guanajuato

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Nuclear Abolitionists Occupy New York

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Brazil: Ministry of Education advances the debate on restorative justice

Bulletin français 1 decembre 2023


CRIMES DE GUERRE PAR ISRAËL .

Dans le mois qui a suivi notre dernier bulletin qui documentait les actions de solidarité avec les Palestiniens de Gaza face au génocide israélien, les Israéliens ont intensifié leur destruction de Gaza, détruisant beaucoup de ses hôpitaux. Ces actions et d’autres constituent des crimes de guerre selon le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Amnesty International, Human Rights Watch, les pays des BRICS (Brésil, Russie, Chine et Afrique du Sud) et Israels Against Apartheid.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Volker Türk, a déclaré mercredi 8 novembre que « la punition collective infligée par Israël aux civils palestiniens équivaut… à un crime de guerre, tout comme l’évacuation forcée illégale de civils ». Les commentaires de Türk sont intervenus après avoir visité le poste frontière de Rafah qui relie l’Égypte à Gaza, qu’il a décrit comme « les portes d’un cauchemar vivant – un cauchemar où les gens étouffent, sous les bombardements persistants, pleurent leurs familles, luttent pour avoir de l’eau, de la nourriture, de l’électricité et du carburant. ». Bien avant le 7 octobre, lorsqu’une attaque menée par le Hamas a tué plus de 1 400 Israéliens et déclenché des représailles israéliennes, Gaza était « décrite comme la plus grande prison à ciel ouvert du monde… sous 56 ans d’occupation et 16 ans de blocus par Israël » a-t-il souligné.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, qui a également fait pression en faveur d’un cessez-le-feu, a dénoncé les opérations aériennes et terrestres d’Israël pour leur impact sur les civils lors d’une conférence Reuters le mercredi 8 novembre. “Nous voyons des milliers d’enfants tués, ce qui signifie qu’il y a clairement quelque chose qui ne va pas dans la manière dont les opérations militaires sont menées”, a ajouté le dirigeant de l’ONU. Selon le ministère palestinien de la Santé à Gaza, la guerre israélienne contre le Hamas a tué plus de 4 300 enfants.

Amnesty International a écrit le 20 octobre que les attaques israéliennes sur Gaza ont causé de nombreuses pertes civiles et doivent faire l’objet d’une enquête comme crime de guerre. « Dans leur intention déclarée d’utiliser tous les moyens pour détruire le Hamas, les forces israéliennes ont fait preuve d’un mépris choquant pour la vie des civils. Elles ont pulvérisé rue après rue des immeubles résidentiels, tuant des civils à grande échelle et détruisant des infrastructures essentielles. Des nouvelles restrictions signifient que Gaza manque rapidement d’eau, de médicaments, de carburant et d’électricité. Les témoignages de témoins oculaires et de survivants ont souligné, à maintes reprises, comment les attaques israéliennes ont décimé les familles palestiniennes, provoquant une telle destruction que les proches survivants n’ont que des décombres pour se souvenir de leurs proches. ».

Human Rights Watch, le 14 novembre, a écrit que « les attaques répétées, apparemment illégales, de l’armée israélienne contre les installations médicales, le personnel et les transports détruisent encore davantage le système de santé de Gaza et devraient faire l’objet d’une enquête comme crime de guerre ». L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a rapporté qu’au moins 521 personnes, dont 16 travailleurs médicaux, ont été tuées dans 137 « attaques contre les soins de santé » à Gaza le 12 novembre. Ces attaques, parallèlement aux décisions d’Israël de couper l’électricité et l’eau et bloquer l’aide humanitaire à Gaza, ont gravement entravé l’accès aux soins de santé. Les Nations Unies ont constaté le 10 novembre que les deux tiers des établissements de soins primaires et la moitié de tous les hôpitaux de Gaza ne fonctionnent pas à un moment où le personnel médical doit s’occuper d’un nombre sans précédent de patients gravement blessés. Les hôpitaux sont à court de médicaments et d’équipements de base, et les médecins ont déclaré à Human Rights Watch qu’ils étaient obligés d’opérer sans anesthésie et d’utiliser du vinaigre comme antiseptique.

Suite à un sommet extraordinaire des BRICS sur le conflit palestino-israélien, convoqué par le président sud-africain Cyril Ramaphosa et tenu par vidéoconférence le 21 novembre 2023, Ramaphosa a déclaré : « Les actions d’Israël violent clairement le droit international, y compris la Charte des Nations Unies et la Convention de Genève. La punition collective des civils palestiniens par le recours illégal à la force par Israël est un crime de guerre. Le déni délibéré de fournir du carburant, de la nourriture et de l’eau aux habitants de Gaza équivaut à un génocide. » Sa demande de cessez-le-feu a trouvé un écho dans les déclarations des présidents de la Russie, du Brésil et de la Chine.

Israelis Against Apartheid, un groupe représentant plus de 1 500 citoyens, a exhorté cette semaine le procureur de la Cour pénale internationale « à prendre des mesures accélérées contre l’escalade des crimes de guerre israéliens et du génocide du peuple palestinien » à Gaza. « Les militaires et les journalistes israéliens appellent désormais ouvertement au nettoyage ethnique et au génocide », ajoute leur lettre. “Il est évident qu’Israël ne tient pas compte de la vie des civils à Gaza, leur ordonnant d’évacuer de vastes zones, même s’il n’y a aucun endroit sûr à Gaza où les gens puissent fuir.”

Comment mettre fin à ces crimes de guerre ? Cette question est abordée dans un blog connexe ce mois-ci.

DROITS DE L’HOMME



UN Rights Chief Says Israel’s Collective Punishment in Gaza Is a War Crime

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



Mercosur without Racism: Brazil will propose a campaign at a meeting of ministers from the bloc

DÉVELOPPEMENT DURABLE



The 3rd Edition of the Biennale of Luanda THEME: “Education, Culture of Peace and African Citizenship as tools for the sustainable development of the continent”

LIBERTÉ DE L’INFORMATION


UNESCO: Comment les jeunes peuvent-ils devenir acteurs de paix ?

  

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Secretary-General Tells Security Council Open Debate ‘Standing with Women Is Good for the World’, Stresses Patriarchy ‘a Massive Obstacle’ to Culture of Peace

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Mexico: XIX World Congress and XXIII National Mediation Congress 2023

DISARMAMENT ET SECURITÉ



1,500+ Israelis Urge ICC Action on ‘War Crimes and Genocide’ in Gaza

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Feasibility Proposal for the Creation of a Ministry of Peace for Colombia

Bulletin français 1 novembre 2023


. SOLIDARITÉ AVEC GAZA . .

« Nous assistons à un génocide en temps réel. En seulement trois semaines, l’armée israélienne a tué plus de 8 000 Palestiniens à Gaza, parmi lesquels plus de 3 000 enfants », a déclaré Jewish Voice for Peace (JVP) lundi 30 octobre. « C’est plus que le nombre annuel d’enfants tués dans les conflits à travers le monde depuis 2019. » Selon les Nations Unies, au 26 octobre, au moins 45 % des logements ont été détruits ou endommagés..

En réponse, des millions de personnes à travers le monde se sont mobilisés dans un mouvement de solidarité sans précédent avec Gaza. Comme nous l’informe le militant palestinien Mazin Qumsiyeh , c’est l’holocauste le mieux documenté de l’histoire.

Le 23 octobre, nous avons publié des photos de manifestations de masse dans 42 pays, et une semaine plus tard, le 29 octobre, nous avons publié des photos de 44 pays. Comme on pouvait s’y attendre, la plus grande, impliquant des millions de personnes, a eu lieu dans des pays à majorité musulmane, comme le Pakistan, le Yémen, l’Indonésie, le Bangladesh, l’Iran, la Malaisie, l’Irak, la Jordanie, le Maroc, l’Égypte, le Qatar et le Liban. En Turquie, l’énorme manifestation a été soutenue par une prise de parole du président Erdogan.

L’ampleur des manifestations dans les pays ou les gouvernements soutiennent Israël ont été particuliairement importantes. Londres a vu des plus grandes manifestations pro-palestiniennes de l’histoire britannique. Aux États-Unis, d’énormes manifestations ont eu lieu, entre autres, à New York, Chicago et San Francisco. La manifestation de Jewish Voice for Peace qui a rempli la gare Grand Central de New York faisait partie d’un mouvement qui a été qualifié de « plus grande mobilisation massive de Juifs dans l’histoire américaine ». Un millier de manifestants se sont massés à l’université Harvard, la plus prestigieuse université des Etats-Unis.

Le 28 octobre, Stockholm a été le théâtre de l’une des plus grandes manifestations de l’histoire moderne, avec des milliers de personnes venues soutenir la population de Gaza. Malgré les tentatives visant à interdire leurs manifestations, les partisans palestiniens sont descendus en grand nombre dans les rues de Paris et de Vienne. D’autres manifestations de masse ont eu lieu en Inde, au Népal, au Chili, au Canada, aux Pays-Bas, en Espagne, en Italie, au Danemark, en Australie, au Brésil, en Nouvelle-Zélande, en Finlande, en Irlande, en Grèce, en Suisse, en Norvège, en Belgique, en Allemagne, au Venezuela et même en Pologne et en Corée du Sud.

Amnesty International a recensé des attaques israéliennes illégales, notamment des attaques aveugles, qui ont causé de nombreuses pertes civiles et qui doivent faire l’objet d’une enquête qualifiée de crime de guerre.

Les appels au cessez-le-feu émanaient d’organisations du monde entier : non seulement Amnesty International, mais aussi l’Assemblée générale des Nations Unies, le secrétaire général Antonio Guterres et les agences des Nations Unies, notamment le Programme alimentaire mondial, l’Organisation mondiale de la santé, le Programme des Nations Unies pour le développement, le Fonds des Nations Unies pour la population et UNICEF. Parmi les autres organisations exigeant un cessez-le-feu figurent l’Organisation mondiale du mouvement scout, le Conseil œcuménique des Églises, Oxfam, Save the Children, le Conseil de coopération du Golfe et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est. Parmi les individus figurent le pape François et l’archevêque de Canterbury. Parmi les chefs d’État figurent le président chinois Xi Jinping et le président brésilien Lula da Silva. Le Département d’État américain a dû demander aux diplomates américains de ne pas utiliser le mot « cessez-le-feu » dans les documents de presse, suite à la démission de l’un de leurs plus hauts diplomates pour protester contre leur soutien à Israël.

Un sondage d’opinion aux États-Unis montre que 66 % des électeurs probables conviennent que « les États-Unis devraient appeler à un cessez-le-feu et à une désescalade de la violence à Gaza » et « tirer parti de leurs relations diplomatiques étroites avec Israël pour empêcher de nouvelles violences et des morts civiles ».

Les organisations pacifistes traditionnelles ont appelé à la non-violence de la part du Hamas ainsi que d’Israël. Quant à la violence du Hamas, elle a été assimilée à une « évasion de prison ». Selon le rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme dans le territoire palestinien, l’occupation militaire israélienne a transformé l’ensemble du territoire palestinien occupé en une prison à ciel ouvert, où les Palestiniens sont constamment enfermés, surveillés et disciplinés.

Malgré le terrible bilan de morts et de destructions, Mazin Qumsiyeh déclare : « Je suis optimiste parce que l’attaque sioniste (ciblant les hôpitaux, les écoles, les universités, les boulangeries, les immeubles résidentiels, les mosquées, les églises, anéantissant des familles entières) a déclenché le soulèvement mondial que moi et d’autres réclamons et prévoyons depuis longtemps. . . Il suffit d’intensifier la pression, car chaque jour où les États-Unis et Israël sont autorisés à continuer signifie des centaines de morts supplémentaires. Plus tôt ce cauchemar se terminera, plus nous serons proches de la paix et de la justice. »

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Calls for ceasefire in Gaza

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



L’association de sauvetage en mer SOS MEDITERRANEE remporte le Right Livelihood Award 2023

DÉVELOPPEMENT DURABLE



Tourism at the International Day of Peace Has a Double Meaning

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



RSF lance la campagne mondiale “Dommages collatéraux” pointant le danger que représentent les poursuites contre Julian Assange pour les médias et le droit du public à l’information

  

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Yemeni peace laureate to deliver keynote speech on the matter in Cape Town today
w Collaborations And Collective Action At Women’s Conclave

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Œuvrer en faveur d’une renaissance africaine à travers la culture et l’histoire

DROITS DE L’HOMME



More Demonstrations for Palestine

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



3rd World March for Peace and Nonviolence officially launched in the Spanish Congress of Deputies

Bulletin français 1 octobre 2023


. JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX .

Selon notre enquête sur Internet, la participation à la Journée internationale de la paix a été plus importante cette année. Cela est vrai dans toutes les régions du monde, à l’exception de l’Afrique et des États arabes et du Moyen-Orient.

Les actions ont été plus nombreuses cet annéé en Russie et en Ukraine, notamment dans les écoles et les universités, mais elles ont été grandement compliquées par la guerre. La plupart souhaitaient simplement la paix, souvent exprimé en découpant des colombes en papier ou en origami et en les suspendant à la vue de tous ou en les donnant aux gens. Mais de nombreuses autres actions ont explicitement soutenu les soldats de leur côté dans la guerre. Parmi des événements dans les écoles d’Ukraine, beaucoup ont appelé à la victoire. Et certains événements dans les écoles russes ont été organisés par des représentants de l’armée recrutant pour la guerre. Les critiques sur leur effort de guerre étant interdites, elles ne peuvent pas être directement exprimées sur les sites Internet russes. Cependant, dans quelques cas, elle s’est exprimée indirectement sous la forme de caricatures anti-guerre que nous avons reproduites.

Comme d’habitude, le plus grand nombre d’actions a eu lieu en Europe. En France, grâce à la mobilisation du Mouvement de la Paix et des syndicats militants, des actions ont eu lieu dans la moitié des cent départements du pays aved le drapeau multicolore de la paix. En Belgique, la plupart des villes ont participé à l’action consistant à hisser le drapeau de la paix au-dessus de l’hôtel de ville. Cette année, des actions ont eu lieu dans 42 villes d’Italie. Particulièrement touchante a été l’école italienne qui a planté un cerisier en mémoire de son ours préféré récemment décédé. L’ourse était surnommée « Cerise noire » parce qu’elle aimait particulièrement ce fruit. Le tournoi de football organisé dans la prison pour femmes de Rebibbia, près de Rome, a été particulièrement inhabituel. Le directeur de la prison a déclaré : « Nous avons voulu célébrer la Journée internationale de la paix à travers le sport, qui a toujours été un terrain fertile pour exalter les valeurs de solidarité, d’équité et de respect d’autrui ».

Aussi comme d’habitude, la deuxième plus grande mobilisation a eu lieu en Amérique du Nord, impliquant 43 des 50 états américains et 4 provinces canadiennes. Souvent, une ville entière est mobilisée, comme ce fut le cas à Chicago, Boston, Philadelphie et Montréal. Les Nations Unies ont consacré cette journée à un programme impliquant les jeunes du monde et leur culture contemporaine. Dans son message annuel, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a évoqué les incendies meurtriers, les inondations dévastatrices et la hausse des températures dans le monde et a appelé à une action pour « mettre fin à la guerre contre notre planète et ses dons naturels ».

Les actions se sont multipliées cette année en Asie et dans le Pacifique. Cela a été particulièrement évident au Japon, où 28 actions ont eu lieu, dont 13 où des lycées ont participé à un projet visant à dessiner une calligraphie à grande échelle pour la paix. En Inde et au Népal, nous avons trouvé 17 actions menées par diverses organisations de la société civile, notamment les scouts et les guides, le Lions Club et le Rotary, ainsi que des écoles et des universités..

La plus forte augmentation des actions cette année a eu lieu en Amérique Latine. Cela comprenait 28 actions au Brésil, 15 au Mexique et 14 en Argentine, ainsi que des actions dans 14 autres pays. Dans 10 de ces pays, des actions ont été menées au niveau gouvernemental. Au niveau des autorités municipales : Esquel, Mendoza et Puerto Genera San Martín en Argentine ; Campo Grande, Guarulhos, Juazeiro et Ourinhos au Brésil ; Medellin et Popayan en Colombie ; Holguín à Cuba ; Quito en Équateur ; et les autorités provinciales de La Altagracia, en République dominicaine, ainsi que de Mérida et Queretero au Mexique. Les autorités gouvernementales nationales ont été impliquées au Mexique, au Panama, au Paraguay et au Venezuela.

Il y a eu moins d’actions en Afrique, 59 cette année contre 74 l’année dernière. Dans les États d’Afrique centrale déchirés par les conflits et tentant de se séparer du néocolonialisme européen, l’occasion a été utilisée pour appeler au dialogue et à la non-violence. Des actions à cet égard ont eu lieu au Burkina Faso, au Cameroun, en République centrafricaine, au Tchad, en République Démocratique du Congo, au Gabon, au Mali, au Niger, au Nigeria, au Soudan du Sud et au Togo. L’Angola a profité de la Journée internationale de la paix pour annoncer la troisième édition du Forum panafricain pour la culture de la paix, qui aura lieu cette année. L’initiative de plantation d’arbres au Kenya revêt une importance particulière, compte tenu de la vulnérabilité de l’Afrique aux effets du réchauffement climatique.

Il y a eu moins d’actions dans les États arabes et au Moyen-Orient cette année, mais la bonne nouvelle est la domination croissante de la voix des femmes. Au Koweït, l’Institut des femmes pour le développement et la paix a profité de la Journée de la paix pour annoncer la création d’un réseau des femmes arabes pour la paix. Et en Syrie, le bureau de l’Union des femmes du Kurdistan a organisé une séance de dialogue à l’occasion de la Journée internationale de la paix, appelant à la fin de la violence et de l’armement et à une solution politique globale et juste qui convienne à toutes les parties en Syrie.

En plus des actions énumérées ci-dessus, quelques événements virtuels ont eu lieu à l’échelle internationale, notamment les suivants :
° Women as Powerful Agents of Transformation for Peace
° Peace One Day
° Peace Education Day
° Service Civil International: The many ways of peace and antimilitarism
° NoWar2023 Conference: Nonviolent Resistance to Militarism

Heureusement, les deux derniers événements ont spécifiquement attaqué la culture de la guerre, contrairement à la plupart des événements qui ont eu lieu cette année à l’occasion de la Journée internationale de la paix. C’est important, comme nous l’avons souligné dans notre dernier blog.

GLOBAL



Que s’est-il passé cette année: Journée internationale de la paix

ÉTATS-UNIS ET CANADA


États-Unis et Canada: Journée internationale de la paix

EUROPE

Europe: Journée internationale de la paix

ASIE ET PACIFIQUE



Asie et Pacifique: Journée internationale de la paix

  

PAYS EX-SOVIÉTIQUES



Pays Ex-Soviétiques: Journée internationale de la paix

ETATS ARABES ET MOYEN-ORIENT

Etats Arabes et Moyen-Orient: Journée internationale de la paix

AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBES



Latine et Caraïbes: Journée internationale de la paix

AFRIQUE



Africa: International Day of Peace

Bulletin français 1 septembre 2023


. PLUS D’ARTISANS DE PAIX .

Alors que les dirigeants du monde entier avertissent que la guerre en Ukraine risque de dégénérer en une guerre nucléaire mondiale, de nouveaux artisans de la paix se joignent à la Chine et au Vatican (notre bulletin de juillet).

Les dirigeants de toute l’Afrique qui se sont rendus en Russie le mois dernier ont proposé leur plan de paix pour la guerre en Ukraine. Les présidents Cyril Ramaphosa de la République d’Afrique du Sud et Macky Sall du Sénégal ont été rejoints par trois autres présidents africains et 49 délégations représentant la plupart des pays africains et des organisations régionales, dont l’Union africaine. Al Jazeera cite l’agence de presse Reuters selon laquelle la proposition africaine évoque une série de mesures possibles pour désamorcer le conflit, notamment un retrait des troupes russes, le retrait des armes nucléaires tactiques russes de Biélorussie, la suspension d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) contre Poutine et l’allègement des sanctions, et ils citent le président Poutine selon lequel cela pourrait être la base de la paix en Ukraine.

Des responsables de la sécurité nationale de plus de 40 pays, dont tous les pays des BRICS à l’exception de la Russie, ont convergé à Djeddah, en Arabie Saoudite, pour des consultations et un échange d’opinions en faveur de la paix en Ukraine. Les médias occidentaux ont donné la priorité à la proposition présentée à la conférence par la délégation ukrainienne, une formule de paix en 10 points, qui appelle au retrait complet des troupes russes du territoire ukrainien. Mais selon l’agence de presse DPA citée par les médias russes, macédoniens et iraniens, les Saoudiens ont présenté leur propre proposition de paix, qui envisagerait la préservation de l’intégrité de l’Ukraine, un cessez-le-feu sur toute la ligne de front, le début de pourparlers sous l’égide de l’ONU, et l’échange de prisonniers.

La proposition de paix africaine, ainsi que la proposition de paix antérieure des Chinois, ont été soutenues par les pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) lors de leur sommet à Johannesburg.

Les remarques répétées des responsables russes selon lesquelles les armes nucléaires pourraient être utilisées si l’intégrité de la Russie était menacée, et les remarques répétées des responsables américains et de l’OTAN selon lesquels la guerre en Ukraine devrait conduire à la défaite de la Russie ont conduit de nombreux dirigeants à exiger la paix en Ukraine afin d’éviter une guerre nucléaire.

Le secrétaire général de l’ONU, Guterres, a prévenu que « les tambours de la guerre nucléaire battent à nouveau » dans un message marquant le 78e anniversaire du bombardement atomique d’Hiroshima : « L’ombre nucléaire qui planait sur la guerre froide a réapparu. . Et certains pays brandissent à nouveau imprudemment le sabre nucléaire, menaçant d’utiliser ces outils d’anéantissement.»

Dans sa déclaration de paix annuelle, le maire d’Hiroshima a déclaré que « les dirigeants du monde entier doivent se rendre à l’évidence : les menaces nucléaires proférées actuellement par certains responsables politiques révèlent la folie de la théorie de la dissuasion nucléaire. ».

Et 100 revues médicales de renom ont publié ce mois-ci un appel commun sans précédent à l’élimination des armes nucléaires, citant les tensions nucléaires croissantes dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. L’éditorial conclut que « les États dotés de l’arme nucléaire doivent éliminer leurs arsenaux nucléaires avant de nous éliminer ».

La guerre en Ukraine peut-elle être arrêtée ? Alors que les pays engagés dans la guerre ne montrent aucun signe d’être prêts à un règlement de paix, des contradictions croissantes dans ces pays pourraient les conduire à la table des négociations, comme le décrit ce blog. Lorsqu’ils sont enfin prêts à négocier, de nombreux artisans de la paix sont prêts à apporter leur aide. Espérons que cela n’arrive pas trop tard.

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Russia-Africa Summit Held Amid Worsening Global Security Situation

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



World’s Children Launch Appeal for Peace from Rabat

DÉVELOPPEMENT DURABLE



France: Les Résistantes 2023 – rencontres de luttes locales et globales

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Livre ‘Journalisme non-violent’

  

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



From Rwanda To Beyond: New Collaborations And Collective Action At Women’s Conclave

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Brazil Federal District: Management of Culture of Peace and Mediation completes one year this Wednesday

DROITS DE L’HOMME



Les syndicalistes autochtones réclament plus d’inclusion et de solidarité 

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Le PAYNCOP Gabon a Formé les Jeunes et les Femmes au Leadership Politique dans la Ville d’Oyem

Bulletin français 1 août 2023


NOUVELLES DU CONFLIT PALESTINE ISRAËL . .

“L’occupation militaire israélienne a transformé l’ensemble du territoire palestinien occupé en une prison à ciel ouvert, où les Palestiniens sont constamment confinés, surveillés et disciplinés.” Telle est la conclusion du dernier rapport aux Nations unies de son rapporteur spécial sur la situation des droits de l’Homme dans le territoire palestinien.

Le rapport “constate que depuis 1967, plus de 800 000 Palestiniens, y compris des enfants agés de 12 ans, ont été arrêtés et détenus en vertu de règles autoritaires promulguées, appliquées et jugées par l’armée israélienne. Les Palestiniens sont soumis à de longues détentions pour avoir exprimé des opinions, recueilli, prononcé des discours politiques non autorisés, ou même simplement tenté de le faire, et finalement privés de leur statut de civils protégés. Ils sont souvent présumés coupables sans preuve, arrêtés sans mandat, détenus sans inculpation ni procès et brutalisés pendant leur confinement”

Sans surprise, la rapporteure, Francesca Albanese, fait l’objet d’attaques virulentes de la part d’Israël et de ses partisans. Ceci est décrit en détail dans un article du Jordan News.

Un autre rapport récent provient de Mary Robinson, présidente de The Elders, ancienne présidente de l’Irlande et ancienne haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, et de Ban Ki-moon, vice-président de The Elders et ancien secrétaire général de l’ONU, sur la base d’une visite de trois jours vers Israël et la Palestine.

Ils ont entendu des organisations israéliennes, palestiniennes et internationales de défense des droits de l’Homme parler de “preuves toujours plus nombreuses que la situation correspond à la définition juridique internationale de l’apartheid :
– l’expansion et l’enracinement des colonies juives illégales en Cisjordanie et à Jérusalem-Est;
– l’établissement d’un double système juridique des régimes;
– et les infrastructures de séparation dans les territoires occupés;
– ainsi que la discrimination institutionnalisée et les abus perpétrés contre les Palestiniens .”

Leur rapport conclut que “l’intention du gouvernement israélien d’exercer sa souveraineté sur tout le territoire situé entre le Jourdain et la mer Méditerranée sape les idéaux démocratiques de l’État israélien, nie au peuple palestinien son droit à l’autodétermination et risque une explosion incontrôlable de la violence des deux côtés.”

Un éditorial argentin résume les événements récents qui menacent les idéaux démocratiques de l’État israélien, en particulier une nouvelle loi qui réduit le pouvoir de la Cour suprême de justice de contester les décisions du gouvernement. L’éditorial conclut que “la concentration du pouvoir rend quasiment impossible la destitution du président malgré la tenue d’élections. Israël chercherait ainsi à abandonner progressivement son caractère démocratique, essentiel pour maintenir des liens solides avec l’Occident et, en particulier, avec son plus grand allié dans le monde, les États-Unis.”

Cependant, les Israéliens n’acceptent pas les réformes sans protester. Comme le dit l’éditorial, les protestations sont les plus importantes de l’histoire d’Israël : “Depuis plus de 30 semaines, des centaines de milliers de manifestants défient la pluie, le froid ou la chaleur, s’opposant à une réforme qu’ils considèrent simplement comme un coup d’État.”

Cela nous rappelle le régime d’apartheid en Afrique du Sud qui a été vaincu par la combinaison de la lutte en Afrique du Sud et de la pression diplomatique et économique du reste du monde.

Le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanction du régime israélien d’occupation militaire, de colonisation et d’apartheid (BDS) continue de croître. Un résumé des événements BDS au cours des 18 dernières années montre comment cela s’est développé.

La déclaration BDS la plus récente vient de l’American Anthropological Association, qui a voté le boycott des institutions académiques israéliennes au motif que “L’Etat israélien applique un régime d’apartheid du Jourdain à la mer Méditerranée” et que “les institutions académiques israéliennes sont complices de la régime d’oppression de l’État israélien contre les Palestiniens… notamment en assurant la recherche et le développement de technologies militaires et de surveillance utilisées contre les Palestiniens.”

Concernant la lutte des Palestiniens eux-mêmes, nous publions ce mois-ci deux articles dans CPNN.

L’initiative Swim with Gaza propose une baignade solidaire avec les enfants de Gaza le 26 août : “Depuis 2007, les habitants de Gaza sont emprisonnés. Ils n’ont pas de parcs, pas de montagnes, pas de vallées. Mais ils ont la mer. Leur seul espace libre pour le plaisir. Rejoignons-les dans la mer pour une baignade solidaire. Chaque année, ils organisent un festival de natation sur la plage de Gaza. Cette année, le Festival de la natation aura lieu le 26 août. Alors rejoignez-nous où que vous soyez – Egypte, Liban, Afrique du Sud , le Maroc, l’Espagne, l’Irlande, le Brésil ou le Chili.”

Mazin Qumsiyeh, un militant palestinien que nous citons souvent dans CPNN, répond à la récente invasion israélienne de la ville de Jénine, y compris du camp de réfugiés de Jénine. Il se pose la question de savoir si la résistance palestinienne peut être non-violente ou finira-t-elle par la violence, et répond par une longue citation de son ami, l’historien Howard Zinn, dont l’extrait suivant :

“Nous oublions combien de fois, au cours de ce siècle, nous avons été étonnés par l’écroulement soudain des institutions, par des changements extraordinaires dans la pensée des gens, par des éruptions inattendues de rébellion contre les tyrannies, par l’effondrement rapide de systèmes de pouvoir qui semblaient invincibles. Avoir de l’espoir dans les mauvais moments n’est pas seulement follement romantique. Elle est basée sur le fait que l’histoire humaine est une histoire non seulement de cruauté, mais aussi de compassion, de sacrifice, de courage, de gentillesse. Ce que nous choisissons de mettre en valeur dans cette histoire complexe déterminera nos vies. Si nous ne voyons que le pire, cela détruit notre capacité à faire quelque chose. Si nous nous souvenons de ces moments et de ces lieux – et il y en a tant – où les gens se sont comportés magnifiquement, cela nous donne l’énergie d’agir, et au moins la possibilité d’envoyer cette toupie d’un monde dans une autre direction.”


DROITS DE L’HOMME



Dismantle Israel’s carceral regime and “open-air” imprisonment of Palestinians: UN expert

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



18 Years of BDS. 18 Years of Impact in Turning Darkness into Light

DÉVELOPPEMENT DURABLE



G77 Statement to High-level Political Forum on Sustainable Development

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Comments on the Project for a National Program on Culture of Peace in Colombia

  

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Global Women for Peace United Against NATO members

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Promotion de la culture de la paix en Afrique – Une École panafricaine de la paix à Yamoussoukro

DISARMAMENT ET SECURITÉ



11th World Peace Forum held in Beijing

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



France: Stage FSU : Construire la paix, lutter sans violence : une idée révolutionnaire !

Bulletin français 1 juillet 2023


LES ARTISANS DE LA PAIX .

Peu de choses ont changé depuis notre bulletin du 17 février dans lequel nous citons des autorités affirmant qu’avec la guerre en Ukraine, nous sommes “somnambules jusqu’à l’Armageddon. Ce mois-ci, Anthony Blinken, le ministre américain responsable des affaires étrangères, de la CIA, etc., a insisté sur le fait que la guerre devra se poursuivre car un cessez-le-feu “légitimerait l’accaparement des terres par la Russie. Cela récompenserait l’agresseur et punirait la victime.”

Il y a cependant des efforts pour la paix. Dans CPNN ce mois-ci, nous citons des initiatives des pays africains, du pape, du président brésilien Lula, du gouvernement chinois et de la société civile réunie à Vienne.

L’initiative la plus récente vient d’une délégation de pays africains qui a rencontré le président Zelensky à Kiev et le président Poutine à Saint-Pétersbourg. La délégation comprenait les présidents de l’Afrique du Sud, des Comores, du Sénégal et de la Zambie ainsi que le Premier ministre égyptien et des représentants des présidents de la République du Congo et de l’Ouganda. « Cette guerre doit avoir une fin. Elle doit être réglée par des négociations et par des moyens diplomatiques. . . Cette guerre a un impact négatif sur le continent africain et, en fait, sur de nombreux autres pays à travers le monde », a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa.

Lors de sa rencontre avec la délégation africaine, Poutine a rappelé un projet d’accord de paix élaboré avec l’aide du président turc Erdogan : “Cela s’appelait traité de neutralité permanente et de garanties de sécurité de l’Ukraine”, a déclaré Poutine, ajoutant que le document comprenait 18 articles relatifs à la sécurité de l’Ukraine. Mais l’accord n’a jamais été réalisé, ce pour quoi Poutine a blâmé l’autre partie.

Comme décrit dans un article récent de CPNN, le pape François a lancé une mission de paix visant à trouver un règlement à la guerre, importunant les alliés de l’Ukraine avec son refus d’insister pour que la Russie quitte l’Ukraine comme point de départ des négociations. Le pape a nommé le cardinal Matteo Zuppi comme envoyé spécial pour sa mission de paix.

L’initiative du Pape reflète son soutien général à la culture de la paix. En avril de cette année, il a diffusé une vidéo à travers le monde, disant : « Développons une culture de la paix. Rappelons-nous que, même dans les cas d’autodéfense, la paix est le but ultime, et qu’une paix durable peut exister seulement sans armes. Faisons de la non-violence un guide pour nos actions, autant dans la vie quotidienne que dans les relations internationales ».

Récemment, le pape a rencontré le président brésilien Lula, et ils ont discuté de la proposition de Lula d’un groupe de pays pour servir de médiateur dans d’éventuelles négociations entre Kiev et Moscou. La proposition de Lula a suscité peu de réactions de la part de la communauté internationale.

Le gouvernement chinois a également présenté une proposition de paix cette année, et les émissaires chinois ont rencontré les dirigeants de l’Ukraine et de la Russie pour la promouvoir. Bien que la proposition ait été rejetée par l’OTAN, elle a été bien accueillie par de nombreux pays du Sud. Cependant, certains se sont demandé si les menaces chinoises contre Taïwan ne contredisaient pas les principes de leur proposition.

L’initiative chinoise reflète également son soutien public à la culture de la paix. Dans une vidéo sur la récente visite du président Xi Jinping à l’Académie chinoise d’histoire, le directeur général adjoint de l’Académie déclare : « La poursuite de la paix et de l’harmonie est le fondement de l’esprit chinois. C’est dans les gènes de la civilisation chinoise. Dans l’histoire de 5 000 ans, notre monde idéal est d’une grande unité. Nous valorisons une culture de paix et d’unité.

Quant à la société civile, pendant le week-end du 10 au 11 juin à Vienne, en Autriche, plus de 300 personnes représentant des organisations de paix de 32 pays se sont réunies pour la première fois depuis l’invasion russe de l’Ukraine pour exiger la fin des combats. Malgré la ligne de fond uniforme des participants, qui était un appel à des pourparlers de paix, il y avait beaucoup de désaccords sur ce qui devrait être mentionné dans la déclaration finale. Notant ces désaccords, la participante Medea Benjamin déclare que “le segment le plus important du document final et du rassemblement lui-même était l’appel à d’autres actions”. “Ce week-end ne doit être considéré que comme le début”, a déclaré l’organisateur Reiner Braun. «Nous avons besoin de plus de journées d’action, de plus de rassemblements, de plus de sensibilisation des étudiants et des écologistes, de plus d’événements éducatifs. Mais ce fut un excellent début de coordination mondiale.

Comme l’a exprimé dans un blog ce mois-ci le coordinateur de CPNN : « Sommes-nous en train de marcher comme des somnambules jusqu’à l’Armageddon, comme certains l’ont prédit ? Ou les forces de paix pourront-elles mettre fin à la guerre d’Ukraine ?… Comme Daniel Ellsberg l’a souvent averti, notre monde est en jeu.”

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Lula meets the Pope, talks world peace

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



Les religieux travaillent sur un argumentaire pour la cohésion sociale au Tchad

DÉVELOPPEMENT DURABLE



France: « Vous êtes, nous sommes, Les Soulèvements de la Terre »

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Liban: Walid Slaïby, défenseur du droit à la vie et de la non-violence s’en est allé, vaincu par la maladie

  

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Résolution des conflits et de la consolidation de la paix : L’Union des femmes des communautés culturelles pour la paix au Mali (UFCPM) outille ses membres

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Mexico: UAEMéx and the Judiciary promote a culture of peace

DROITS DE L’HOMME



Elders warn of consequences of “one-state reality” in Israel and Palestine

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Caravane de la paix en Senegal : Les rois d’Oussouye et du Sine apôtres de la bonne parole

Bulletin français 1 juin 2023

AMÉRIQUE LATINE ET AFRIQUE EN TÊTE

Pour commencer l’année 2023, nous avons dit que le seul point positif de l’année précédente était l’avancée de la culture de la paix en Amérique latine et en Afrique.

Maintenant, alors que nous nous préparons à entrer dans la seconde moitié de 2023, nous voyons que cela continue ; la culture de la paix continue de progresser sur ces continents (voir discussion en anglais: “L’Amérique latine, a-t-elle pris la tête du combat pour une culture de la paix ?”).

Nous commençons au plus haut niveau, la réunion des pays du G7. Alors que les pays d’Europe, d’Amérique du Nord et du Japon continuent de promouvoir la culture de guerre, c’est le président nouvellement élu du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva, qui s’est adressé à la réunion avec un message de culture de paix. C’est Lula, quelques mois plus tôt, qui a refusé les demandes des États-Unis de contribuer à la guerre en Ukraine, affirmant que «  le Brésil est un pays de paix  ».

Pas seulement des mots, mais des actions pour une culture de la paix marquent les premiers mois de la nouvelle administration au Brésil.

Avec le potentiel d’un changement majeur au niveau mondial, le premier événement de la visite du président Lula da Silva en Chine en avril a été la cérémonie officielle d’installation de Dilma Rousseff en tant que présidente de la Nouvelle Banque de développement. La banque est considérée comme une alternative à l’hégémonie financière de Washington et de Bruxelles, puisqu’elle peut financer des projets de développement en monnaies locales au lieu de dollars. Rousseff, est également une ancienne présidente du Brésil.

Lors d’une réunion avec des représentants des peuples autochtones, le président Lula a signé des décrets délimitant six nouveaux territoires pour les peuples autochtones, les premiers depuis 2018 et l’un d’eux dans un vaste territoire de l’Amazonie.

Suite à un massacre d’enfants dans une crèche, le ministre de la Justice du Brésil a annoncé une importante mobilisation nationale en faveur d’une culture de la paix, dont un groupe de travail interministériel pour prévenir et combattre la violence à l’école.

Avec l’Argentine, le Paraguay, le Chili et le Pérou, le Brésil a signé une ” Déclaration pour une culture de la paix et de la démocratie et pour la lutte contre les expressions et les discours de haine” qui débouchera sur des lignes directrices à utiliser en interne par les pays signataires.

`Ailleurs en Amérique latine, le Mexique et la Colombie continuent de promouvoir une culture de la paix.

Au Mexique, la ville de León accueillera du 1er au 3 juin la première rencontre ibéro-américaine des voix pour la paix et la première rencontre ibéro-américaine du journalisme pour la paix. Le coordinateur général des communications sociales de l’État a souligné que Guanajuato deviendra l’épicentre de la culture de la paix au Mexique et en Amérique latine (voir discussion en anglais « Y a-t-il des progrès vers une culture de la paix au Mexique ? »)

En Colombie, neuf mois après le début des nouveaux efforts de l’administration colombienne pour parvenir à une “paix totale” avec les groupes armés restants après des décennies de guerre civile, un réseau de 140 organisations civiques et communautaires s’emploie à mettre fin à la violence. Citant un militant de ce réseau : « Pour faire avancer la paix, le gouvernement aura besoin d’un large soutien de la base colombienne et de ses partenaires internationaux. Une priorité absolue dans les mois à venir doit être un processus national de dialogues entre les milliers d’organisations de la société civile au niveau communautaire. » (Voir discussion en anglais, “Que se passe-t-il en Colombie, la paix est-elle possible?”)

Pendant ce temps, en Afrique, ce sont les femmes qui prennent le leadership pour une culture de la paix. (Voir discussion en anglais, “Les femmes d’Afrique peuvent-elles conduire le continent vers la paix ?”)

Au Kenya, les femmes des communautés Turkana, West Pokot et Marakwet ont entamé des pourparlers avec leurs homologues éthiopiennes et ougandaises pour jouer un rôle de premier plan dans le rétablissement de la paix dans le Nord.

À Abuja, la première dame du Nigéria, Aisha Buhari, s’est adressée à la mission de paix des Premières dames d’Afrique, qui a souligné l’importance du rôle des femmes dans la résolution des conflits : « En tant que femmes dirigeantes et mères, notre rôle dans la paix et la sécurité est de continuer à dire non à la culture et aux structures de la violence.

Et à Luanda, la vice-présidente angolaise, Esperança da Costa, a ouvert le 1er Forum international des femmes pour la paix et la démocratie, afin de réaffirmer et de renforcer l’engagement politique en faveur de l’égalité des sexes, de l’autonomisation des femmes et des filles et de leurs droits humains, en garantissant une haute niveau d’engagement. Le forum fait partie de la Biennale de Luanda – Forum panafricain pour la culture de la paix et de la non-violence, qui est une initiative conjointe du gouvernement angolais, de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et de l’Union africaine. (AU) (voir discussion en anglais, « La Biennale de Luanda : quelle est sa contribution à une culture de la paix en Afrique ? »)

Alors que la plupart de ces initiatives sont lancées et soutenues par les gouvernements nationaux d’Amérique latine et d’Afrique, à long terme, la plus importante est le développement de la société civile et de la base, comme décrit ci-dessus pour la Colombie et le Kenya. Cela est particulièrement vrai pour le Brésil, comme décrit dans le blog récent du représentant de CPNN dans ce pays. Comme c’est écrit dans la constitution de l’UNESCO: “une paix fondée sur les seuls accords économiques et politiques des Gouvernements ne saurait entraîner l’adhésion unanime, durable et sincère des peuples et que, par conséquent, cette paix doit être établie sur le fondement de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité.”

LIBERTÉ DE L’INFORMATION

Brazil President Lula’s speech to the G7

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ

Brazil signs in Buenos Aires declaration to combat hate speech on the internet

DÉVELOPPEMENT DURABLE

United Nations: Guterres urges countries to recommit to achieving SDGs by 2030 deadline

DISARMAMENT ET SECURITÉ

Zone of Peace, Trust and Cooperation of Central Asia

  

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES

Angola Debates The Women’s Role In Building Peace And Democracy

ÉDUCATION POUR LA PAIX

Le Mouvement mondial de la poésie: pour la culture de la paix

DROITS DE L’HOMME

The Washington Consensus Supporting Sanctions on Cuba and Venezuela Is Breaking

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE

Maires pour la Culture de la Paix

Bulletin français 1 mai 2023


ANNEE INTERNATIONALE DU DIALOGUE DE PAIX

Il n’y a pas eu beaucoup de publicité, mais l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé cette année l’Année internationale du dialogue comme garantie de paix.

La proposition est venue du Turkménistan avec 68 co-sponsors comprenant tous les pays d’Asie centrale, reflétant le fait que ces pays soient menacés par la guerre proche en Ukraine. La résolution a été adoptée par consensus bien que des réserves aient été exprimées par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Ukraine.

Dans son allocution d’ouverture lors de la cérémonie de lancement en janvier, Vepa Hajiyev, vice-ministre des Affaires étrangères du Turkménistan, a déclaré : « Actuellement, ces principes et objectifs sont particulièrement pertinents dans le contexte des problèmes systémiques existants des relations internationales. Dans ce contexte, nous voyons une tâche commune dans la transformation de l’Année internationale du dialogue comme garantie de paix en un puissant processus constructif conçu pour fournir une incitation au dialogue, à la coopération et à la compréhension mutuelle”. D’autres intervenants à la cérémonie de lancement ont considéré l’année comme la mise en œuvre de la Déclaration et programme d’action sur une culture de la paix de 1999.

Concernant la guerre en Ukraine, une nouvelle proposition de la Chine insiste sur le fait que “le dialogue et la négociation sont la seule solution viable à la crise ukrainienne. Tous les efforts favorables au règlement pacifique de la crise doivent être encouragés et soutenus. La communauté internationale doit rester engagée à la bonne approche pour promouvoir les pourparlers de paix, aider les parties au conflit à ouvrir la porte à un règlement politique dès que possible et créer les conditions et les plates-formes pour la reprise des négociations. La Chine continuera à jouer un rôle constructif à cet égard.”

Selon l’analyse du Mouvement de la paix français, la proposition chinoise a été soutenue par de nombreux commentateurs du Sud, alors qu’elle a été rejetée par les États-Unis et leurs alliés européens. Certains pays asiatiques ont toutefois fait remarquer que la Chine devrait respecter ces principes à l’égard de Taïwan.

Des dialogues pour la paix sont en cours sous les auspices de l’Union parlementaire internationale, notamment entre les parties opposées aux conflits en Ukraine, en Palestine et à Chypre.

Une autre voix importante pour la paix par le dialogue est celle du Pape François. Dans une vidéo diffusée dans le monde entier le 6 février, le pape déclare que “le moment est venu de vivre dans un esprit de fraternité et de construire une culture de la paix”. Ces dernières années, le pape a mis l’accent sur le dialogue pour la paix avec les autres religions, comme lors de sa rencontre avec le grand imam d’Al-Azhar en Égypte en 2019 et de son voyage cette année en Afrique avec l’archevêque de Cantorbéry et le modérateur de l’Assemblée générale. de l’Église d’Écosse.

En Afrique, un continent déchiré par de nombreux conflits armés, il y a des voix importantes pour la paix par le dialogue.

S’exprimant lors d’un Forum mondial sur la sécurité, le général Djibril Bassolé, ancien ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, a fait sensation en déclarant : « Il faut dialoguer avec les groupes terroristes armés. . . En tout état de cause, le dialogue est l’un des moyens typiquement africains de règlement des conflits et d’apaisement des tensions. Je pense qu’en tant qu’Africains, nous devons trouver nos propres moyens pour résoudre les crises qui ont miné nos sociétés.”

A propos des traditions africaines de règlement des conflits, un récent hommage au grand poète de Madagascar, Jean Joseph Rabearivelo, souligne que “A travers la diversité culturelle, qui doit se nourrir d’un dialogue permanent et sans arrière-pensées, nous sommes riches de nos différences !”

Une large approche de dialogue est soutenue au Burkina Faso par l’ONG Search for Common Ground. Plus de 500 participants, dont des autorités locales, des chefs religieux et coutumiers et des représentants de huit communautés ont pris part à un événement en mars. La forte participation des femmes, avec 300 présentes, a souligné leur rôle crucial. Le pays voisin du Niger a fait du dialogue avec les groupes extrémistes violents un élément important de sa stratégie. En incluant le dialogue dans ses efforts de lutte contre le terrorisme, le Niger expérimente une approche similaire à celles de l’Algérie et de la Mauritanie, qui sous-tendent leur protection depuis une décennie contre la violence djjihadiste.

En Amérique latine, où le dialogue a rendu possible les accords de paix en Colombie, un autre pas en avant a été franchi ce mois-ci lorsque le groupe rebelle dissident Estado Mayor Central (EMC) a finalement accepté d’entamer des pourparlers de paix avec le gouvernement. Et au Mexique, aussi déchiré par la violence, une conférence nationale pour la paix a été convoquée en mars par 175 organisations et groupes. “Nous voulons nous parler, nous écouter, nous comprendre, nous soutenir. Nous voulons imaginer et construire tous les garde-fous possibles pour faire face à la violence et trouver tous les chemins vers la paix.”

En Europe, où la Grèce et la Turquie sont depuis longtemps en conflit, un nouvel engagement de dialogue a été pris par les ministres de la défense de ces pays à la suite d’une visite conjointe dans les régions de Turquie dévastées par le tremblement de terre en février.

En Asie, il semble que le dialogue pour la paix puisse être dangereux. Comme l’explique Al Jazeera, “en vertu de la loi sud-coréenne, il est interdit aux citoyens d’entrer en contact avec des personnes ou des organisations nord-coréennes à moins qu’ils ne reçoivent l’autorisation du gouvernement”. Malgré cela, les deux plus grands syndicats sud-coréens, le KCTU et le FKTU, ont signé l’automne dernier une déclaration commune avec leur syndicat frère en Corée du Nord, s’opposant aux exercices de guerre américains. Le gouvernement sud-coréen a répondu par une répression. En janvier, le service national de renseignement a fait une descente dans les bureaux de la KCTU. Plusieurs organisateurs et dirigeants syndicaux ont été inculpés en vertu de la loi anticommuniste sur la sécurité nationale, accusés d’être des espions pour la Corée du Nord.

Dans un monde où le danger d’une guerre nucléaire qui pourrait détruire toute civilisation humaine menace de plus en plus, le besoin de paix par le dialogue est plus important que jamais. Espérons que tous les dirigeants du monde s’engageront dans ce dialogue. expériences en matière de médiation, de leadership et d’efforts de consolidation de la paix”.

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



United Nations International Year of Dialogue as a Guarantee of Peace, 2023 

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



Pour une Culture de la Non-Violence – la Vidéo du Pape

DÉVELOPPEMENT DURABLE



BRICS: A New Leader’s Big Banking Opportunity to Improve Global Development

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Mouvement de la Paix: Plan de Paix Chinois

  

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Les artisanes de la paix appellent à une paix holistique et durable

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Brazil: Lula creates working group to combat violence in schools

DROITS DE L’HOMME



La Situation des Droits Humains dans le Monde: Amnesty International – Rapport 2022/23

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Search for Common Ground – Burkina Faso Promeut la Résilience Communautaire à travers le Dialogue et des Initiatives de Paix à Ouahigouya