Tag Archives: Europe

Barcelone accueillera le deuxième Congrès international de la Paix du 15 au 17 octobre 2021

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article de Pressenza

Sous le titre « (Re)imaginez notre monde : Action pour la paix et la justice », des participants de près de 70 pays assisteront à la rencontre du mouvement pacifiste international et d’autres mouvements sociaux, avec la participation de militants et d’experts de renom.

Le congrès aura un format hybride, avec des activités sur place en face à face, des conférences, des ateliers et des événements culturels, mais avec la possibilité de suivre nombre d’entre eux en ligne.

Le Bureau International de la Paix (BIP/IPB) et l’Institut Catalan International pour la Paix (ICIP) sont les principaux organisateurs du deuxième Congrès international de la Paix qui se tiendra à Barcelone du 15 au 17 octobre 2020.

Sous le titre « (Re)imaginez notre monde. Action pour la paix et la justice », des participants d’environ 70 pays participeront à cet événement qui proposera des activités, des conférences et des ateliers en face à face dont la plupart auront lieu au CCCB (Culture Contemporaine de Barcelone).

L’objectif principal du congrès est de dynamiser le pacifisme international et le travail pour la paix, d’offrir un point de rencontre aux différents acteurs, de redéfinir l’action pour la paix et, comme le dit la devise du congrès, de réimaginer le monde à travers le prisme d’une culture de la paix.

Selon le co-président du BIP, Philip Jennings, le congrès vise à être le plus grand rassemblement de militants pour la paix en 2021, année que les Nations unies ont déclarée Année internationale de la paix et de la confiance. « C’est aussi une grande année pour le BIP, puisque nous célébrons notre 130e anniversaire et que nous approchons du 40e anniversaire du rapport Olof Palme sur la sécurité commune ; le temps est venu de développer un nouveau plan pour la survie commune », ajoute-t-il.

« Le Congrès mondial de la paix du BIP à Barcelone permettra à un grand nombre d’entre nous de se rencontrer en personne pour la première fois depuis presque deux ans. La mise en réseau des activités de paix et de désarmement dans différents pays et régions du monde est notre ressource la plus essentielle », déclare Lisa Clark, coprésidente du BIP.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour un article sur ce sujet en anglais ou ici pour un article sur ce sujet en espagnol..)

Question for this article:

How can the peace movement become stronger and more effective?

( . . . suite)

Le congrès cherche à favoriser les synergies entre les organisations et les individus et entre les mouvements sociaux interconnectés qui luttent pour la justice dans le monde : défenseurs de la paix et du désarmement, militants féministes et LGBTQIA+, écologistes et militants pour le climat, antiracistes et peuples autochtones, défenseurs des droits humains et syndicalistes.

Pendant les trois jours du congrès, plus de trente orateurs donneront des exposés et des conférences. Parmi ceux-ci figurent Noam Chomsky, Martin Chungong, Jeremy Corbyn, Beatrice Fihn, Wada Masako, Vandana Shiva et Jody Williams.

Un congrès qui a une longue histoire

Le premier congrès de la paix de l’histoire s’est tenu en 1843 à Londres, puis à Paris en 1889 et à Rome en 1891 lors de la création du BIP.

En 2016, le congrès mondial est revenu à l’idée d’inscrire le désarmement à l’ordre du jour mondial. Le premier congrès de cette nouvelle ère a eu lieu à Berlin, et maintenant la suite aura lieu à Barcelone cinq ans plus tard.
Le BIP a son siège à Berlin et des bureaux dans la capitale catalane et à Genève.

« Barcelone est une ville de paix – l’une des rares au monde à s’être engagée de manière organisée et avec des ressources pour promouvoir et faire campagne en faveur de la paix. Elle a ouvert ses bras au BIP, la ville et la région jouant un rôle actif dans la préparation du congrès », déclare Ph. Jennings.

La ville abrite l’un des hôtes du congrès, le Centre Delàs, membre du BIP et véritable ruche pour la paix, la recherche et des campagnes au niveau régional et mondial. Le BIP est lui-même présent au sein du Centre Delàs, où siège et est animée la Campagne mondiale sur les dépenses militaires (GCOMS).

Le co-organisateur du Congrès de Barcelone est l’ICIP, une organisation de recherche, de diffusion et d’action créé par le Parlement de Catalogne en 2007 pour promouvoir la paix dans la société catalane et au niveau international et faire jouer à la Catalogne un rôle actif comme agent de paix dans le monde.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Sean Conner (sean.conner@ipb-office.berlin ou +49 176 5688 5567).

Si vous avez besoin de photos, de vidéos ou d’autres matériels, vous pouvez accéder à ce lien : 
https://trello.com/b/MPBI8oQZ/wpc2021

Vous pouvez télécharger le projet de programme ici.

Conseil de l’Europe: Les jeunes, la paix et la sécurité aujourd’hui : succès et défis

. TOLÉRANCE & SOLIDARITÉ .

Un article du Conseil de l’Europe

Le 8 juin 2021, à l’initiative du Conseil consultatif sur la jeunesse (CCJ), le Conseil mixte sur la jeunesse (CMJ)  a organisé un débat thématique pour marquer le récent cinquième anniversaire de l’adoption de la résolution 2250 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la jeunesse, la paix et la sécurité, un texte qui trouve son origine dans un mouvement mené par des jeunes, a expliqué Jayathma Wickramanayake, envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la jeunesse (message préenregistré).


En Europe et ailleurs, pour de nombreux jeunes, les conflits prolongés font désormais partie de la vie normale, une situation qui, selon Inka Hopsu, troisième vice-présidente de la commission de la culture, de la science, de l’éducation et des médias de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, peut constituer un obstacle à la mise en œuvre de la résolution 2250.

Miriam Teuma, Présidente du Comité directeur européen pour la jeunesse (CDEJ), a parlé du style de vie plus restrictif, de l’accès limité à l’éducation, au travail et aux services, de l’auto-isolement et de la distanciation sociale qui ont résulté de la pandémie de Covid-19, dont l’impact a été ressenti dans le monde entier. Miriam a décrit son propre pays, Malte, comme une porte vers l’Europe, et a réfléchi à la façon dont l’immigration résultant d’un conflit est le symbole de problèmes plus profonds et plus répandus.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Question related to this article:

 

Youth initiatives for a culture of peace, How can we ensure they get the attention and funding they deserve?

(. . . suite)

Selon Rosaline Marbinah, représentante spéciale de l’OSCE pour la jeunesse et la sécurité, la participation des jeunes et la mise en place d’une société civile de la jeunesse sont essentielles pour combattre le déficit démocratique dans lequel les enfants et les jeunes sont élevés. Des questions qui ont également été abordées par Andrea Ugrinoska, Présidente du Conseil consultatif de la jeunesse (CCJ) et du Conseil conjoint de la jeunesse (CMJ).

Pour sa part, Paulína Jalakšová, membre du Conseil d’administration du Forum européen de la Jeunesse, a souligné le rôle important des jeunes et de leurs organisations qui contribuent à une culture de la paix par le biais du dialogue de paix, des processus de réconciliation, et de la compréhension interculturelle en Europe et dans le monde.

Pia Šlogar, Conseil consultatif de la jeunesse (CCJ), a parlé de la nécessité d’entendre des voix diverses. L’exclusion des jeunes des minorités de la prise de décision et de l’élaboration des politiques dans le domaine de la jeunesse, de la paix et de la sécurité a un impact disproportionné, à la fois direct et indirect, sur les groupes minoritaires.

Rappelant aux participants que les grandes organisations multilatérales ont été créées principalement pour protéger la paix, Antje Rothemund, Chef du Service de la Jeunesse, a distingué chacune d’entre elles par son mandat : l’ONU est un forum de dialogue, de rencontre et d’échange ; l’UE a été créée pour sauvegarder la paix par la coopération économique ; l’OSCE par le dialogue et la négociation entre l’Est et l’Ouest. Pour sa part, le Conseil de l’Europe est fondé sur trois piliers, sans lesquels la paix ne peut être protégée, ceux de la démocratie, des droits de l’homme et de l’état de droit.

Enfin, Graziano Tullio a expliqué comment le Centre Nord-Sud du Conseil de l’Europe travaille depuis 2018 sur l’agenda jeunesse, paix et sécurité, à travers des mesures de confiance, le dialogue interculturel et l’éducation aux droits de l’homme.
Ce débat thématique alimentera désormais la suite des travaux du Conseil consultatif sur la jeunesse dans le domaine de la jeunesse, de la paix et de la sécurité.

Journée internationale du vivre-ensemble en paix- Déclaration commune Mouvement de la Paix/MRAP

LIBRE CIRCULATION DE L’INFORMATION

Une declaration de Amitié entres les peuples

Le 16 mai a été déclaré par les Nations Unies Journée internationale du vivre-ensemble en paix en vue de « mobiliser régulièrement les efforts de la communauté internationale en faveur de la paix, de la tolérance, de l’inclusion, de la compréhension et de la solidarité, et l’occasion pour tous d’exprimer le désir profond de vivre et d’agir ensemble, unis dans la différence et dans la diversité, en vue de bâtir un monde viable reposant sur la paix, la solidarité et l’harmonie ».

La situation nationale marquée par des actes de racisme, d’intolérance, le développement des extrémismes violents et fascisants incluant des actes terroristes, mais aussi la situation internationale avec la persistance de conflits, la montée inquiétante de mouvements d’extrême droite fascisants, la croissance des dépenses militaires mondiales qui ont atteint le montant encore jamais atteint dans l’histoire de l’humanité de 2 000 milliards de dollars en 2020, nous incitent à donner une place plus importante à cette journée internationale qui s’appuie sur les principes fondamentaux de la Charte des Nations Unies et sur la résolution des Nations Unies sur la Culture de la Paix [voir en-dessous], et plus simplement sur la promotion de l’amitié entre les peuples.

Vivre ensemble en paix, suppose au plan individuel d’accepter les différences, d’être à l’écoute, de faire preuve d’estime, de respect et de reconnaissance envers autrui. Cependant, ces attitudes et comportements individuels ou collectifs ne peuvent trouver leur pleine efficacité que si, au plan national et international, des politiques économiques, sociales, culturelles, humanitaires sont mises en œuvre pour réaliser pleinement les droits humains (économiques, sociaux, culturels, environnementaux) pour toutes et tous sans distinction d’origine, de sexe, de langue ou de religion. Dans le même temps ces politiques doivent s’attaquer à toutes les discriminations frappant des individus ou des groupes, aux inégalités de développement existant au sein des sociétés ou entre les sociétés ; et substituer à la sécurité fondée sur la puissance (en particulier militaire), une sécurité collective basée sur la réalisation des droits humains.1,00 cm

C’est sur ces fondements que le MRAP et le Mouvement de la Paix entendent renforcer leur coopération pour participer à la construction d’une sécurité humaine dans ses dimensions physique, économique, sociale, sanitaire et environnementale qui favorisera le vivre-ensemble en paix en permettant le rassemblement dans l’action autour d’objectifs humanistes tout en éloignant le spectre des idéologies de haine qui se nourrissent sur les inégalités, les discriminations et l’absence ou la non réalisation des droits humains.

A Paris, le dimanche 16 mai 2021

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article..)

Question(s) related to this article:

What is the United Nations doing for a culture of peace?

L’article 3 de la résolution 53/243 de l’Assemblée générale de l’ONU portant Déclaration et Programme d’action sur une Culture de la Paix stipule que « L’épanouissement d’une culture de la paix est lié de façon intrinsèque à :

a) La promotion du règlement pacifique des conflits, du respect et de l’entente mutuels et de la coopération internationale ;

b) Le respect des obligations internationales en vertu de la Charte des Nations unies et du droit international ;

c) La promotion de la démocratie, du développement et du respect universel de tous les droits de l’Homme et de toutes les libertés fondamentales ;

d) La formation, à tous les niveaux de responsabilité, de personnes qui sachent favoriser le dialogue, la médiation, la recherche du consensus et le règlement pacifique des différends ;

e) Le renforcement des institutions démocratiques et la possibilité de participer pleinement au processus de développement ;

f) L’élimination de la pauvreté et de l’analphabétisme et la réduction des inégalités au sein des nations et entre celles-ci ;

g) La promotion d’un développement économique et social durable ;

h) L’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes grâce à leur autonomisation et une représentation équitable à tous les niveaux de la prise de décisions ;

i) Le respect, la promotion et la protection des droits de l’enfant ;

j) La promotion de la libre circulation de l’information à tous les niveaux et de l’accès à l’information ;

k) Une gestion des affaires publiques plus transparente et une responsabilité accrue en la matière ;

l) L’élimination de toutes les formes de racisme, de la discrimination raciale, de la xénophobie et de l’intolérance qui y est associée ;

m) La promotion de la compréhension, de la tolérance et de la solidarité entre toutes les civilisations, tous les peuples et toutes les cultures, y compris à l’égard des minorités ethniques, religieuses et linguistiques ;

n) Le plein exercice du droit de tous les peuples à l’autodétermination, notamment des peuples colonisés ou soumis à d’autres formes de domination ou d’occupation étrangère, consacré par la Charte des Nations Unies et énoncé dans les Pactes internationaux relatifs aux droits de l’Homme ainsi que dans la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux figurant dans la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée générale en date du 14 décembre 1960. »

France : Marche pour le Climat: Plusieurs Milliers de Personnes Défilent à Paris

. . DEVELOPPEMENT DURABLE . .

Un article de BFM TV

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté ce dimanche à Paris pour une loi climat plus ambitieuse, alors que des doutes se font jour sur un référendum pour inscrire la lutte contre le dérèglement climatique dans la Constitution.


Cadre de video de BFM TV

Les manifestants, rassemblés derrière une banderole “Loi climat = échec du quinquennat”, ont rallié la place de le République à celle de la Bastille en passant par le Châtelet.

Emmanuel Macron s’était engagé devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat  (CCC) à envoyer aux parlementaires leur proposition de modification de l’article 1 de la Constitution mais, face aux réticences du Sénat sur la formulation (le texte doit être voté dans les mêmes termes par les deux chambres pour pouvoir être soumis à référendum), le JDD affirme que le président a renoncé au scrutin.

L’Elysée a assuré que la modification constitutionnelle n’était “en rien enterrée”, sans évoquer toutefois de référendum.

“Ce dont je suis le garant”, c’est qu'”il n’y aura pas d’abandon. Ce texte va vivre sa vie parlementaire, qui seule permet d’aller au référendum si les sénateurs et les députés s’accordent”, a ensuite insisté le chef de l’Etat, en marge d’un déplacement à Strasbourg.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article..)

Questions for this article:
 
Despite the vested interests of companies and governments, Can we make progress toward sustainable development?

(. . . suite)

“Un rendez-vous raté pour le climat”

Malgré les assurances élyséennes, écologistes, partis de gauche et syndicats y ont vu une preuve de plus des reniements de l’exécutif, alors même qu’ils manifestaient pour dénoncer comme “un rendez-vous raté pour le climat” la loi “climat et résilience” adoptée mardi à l’Assemblée.

Un texte sensé traduire une partie des 149 propositions de la CCC, convoquée par Emmanuel Macron dans la foulée de la crise des gilets jaunes pour réduire de 40% les émissions françaises de gaz à effet de serre “dans un esprit de justice sociale”.

Selon les organisateurs, 115.000 personnes au total ont participé à 163 défilés à travers le pays, dont 56.000 à Paris, soit un peu plus que revendiqué lors du précédent mouvement fin mars, juste avant le début de l’examen de la loi climat. Les comptages de la police n’étaient pas immédiatement disponibles.

“Il s’agit de continuer à dénoncer le manque d’ambition de la loi climat et, depuis ce matin, l’abandon quasi certain du référendum qui constitue une reculade de plus”, a résumé le réalisateur et militant Cyril Dion, “garant” de la CCC, présent dans le cortège parisien dernière une banderole “Loi climat = échec du quinquennat”.

Des rassemblements ont aussi eu lieu à Besançon, Chartres, Cherbourg, Lannion, Laval, Lille, Martigues, Nantes, Quimper, Saint-Brieuc, Strasbourg ou encore Valenciennes…

La droite a elle accusé le chef de l’Etat “d’hypocrisie”, sur fond de tension autour des prochaines régionales et de tentative d’OPA macroniste sur l’électorat de droite modéré en vue de 2022.

“Avant même que le Sénat n’ait voté quoi que ce soit et que la discussion avec l’Assemblée nationale ne s’engage, Emmanuel Macron nous accuse de blocage pour justifier l’annulation d’un référendum dont il ne voulait pas”, a tweeté le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau.

Breizh, France : Femmes de Paix

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

Un article par Geneviève Roy de Chroniques du 8 mars 2021 de Breizh Femmes

Sarah est une jeune militante pacifiste rennaise. Pour conclure la soirée programmée en visio voilà quelques jours par le Mouvement de la Paix, elle décrivait les actions citoyennes menées par sa génération comme moins collectives que celles de leurs aîné-es. « On essaie – disait-elle – de chercher la paix au jour le jour par le dialogue, les échanges, les voyages. Notre regard est différent parce que pour la plupart d’entre nous, nous n’avons pas connu de guerre proche. » Impressionnée par les mots des différentes femmes qui témoignaient d’un bout à l’autre de la planète, elle déplorait le manque d’engagement des jeunes « happés par le quotidien » dans une société « où tout va vite ».

Il faut reconnaître qu’elles ne manquaient pas d’enthousiasme au récit de leurs engagements ces femmes porteuses de paix. Pourtant, « le travail des femmes pour la paix n’est pas visible ni valorisé » regrettait la journaliste croate Shura Dumanic relatant la solitude des militantes de son pays qui ne reçoivent aucun soutien de l’état et ne peuvent compter que sur des ONG ou des associations religieuses européennes.


« Si on ne commence pas par les enfants, 
on ne garantira jamais l’existence de la paix ni de l’égalité »


De Nabila la Palestinienne à Birgitta l’Allemande en passant par Mina en Algérie ou Fatema au Maroc, toutes leurs voix ont loué la force des femmes dans ce combat difficile pour la paix. « Quand la société civile agit de manière efficace pour promouvoir des objectifs de paix – a rappelé Birgitta Meier depuis Erlangen – les femmes sont toujours aux premiers rangs ». Et c’est bien pour cette raison que le Mouvement de la Paix avait choisi cette année encore de les mettre en lumière à l’occasion du mois de mars consacré à Rennes aux droits des femmes.


Pour beaucoup d’entre elles, la construction de la paix passe par l’éducation. A Gaza, Nabila Kilani, enseignante d’anglais et fondatrice d’un centre éducatif et culturel, l’affirme : « si on ne commence pas par les enfants, on ne garantira jamais l’existence de la paix ni de l’égalité. » Et elle semble bien partie, elle qui a initié son projet en 2009 avec deux enfants et en accueille aujourd’hui 120 ! « On est en train de rouvrir l’esprit des enfants – dit-elle – de leur donner de l’espoir pour un avenir meilleur pour eux-mêmes et pour toute la Palestine ».

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Question for this article:

Do women have a special role to play in the peace movement?

(. . . suite)

De son côté, la Japonaise Miho Shimma qui se bat sans relâche contre les armes nucléaires a aussi choisi entre autres de s’adresser aux enfants. « Un jour j’ai vu des enfants français qui jouaient à la guerre atomique » raconte-t-elle ; c’est comme ça qu’est né son livre l’Enfant Bonheur, aujourd’hui édité en français mais aussi traduit en anglais, en italien, en allemand et même dans une langue indienne.

« Les femmes sont les premières victimes
 du réchauffement climatique dans de nombreux pays »

Les femmes qui s’engagent pour la paix le font aussi pour plus d’égalité. En Allemagne, Birgitta Meier en témoigne, les mouvements pacifistes travaillent en « convergence avec les mouvements féministes » mais aussi les mouvements écologistes. « On ne peut pas faire d’éducation à la paix sans montrer le rôle que jouent les femmes pour faire progresser ces idées – dit-elle – mais sans se rapprocher également des mouvements écologistes puisque les femmes sont les premières victimes du réchauffement climatique dans de nombreux pays ».

Féminisme et environnement, il en était aussi question avec Mina Cheballah qui conduit en Algérie un projet avec des militantes féministes auprès d’autres femmes cultivatrices. « L’aboutissement du projet – explique-t-elle – est la sauvegarde de semences ancestrales par la création d’une banque de semences communautaire afin de permettre aux travailleuses de la terre de ne plus dépendre des grandes firmes qui les obligent à racheter des semences chaque année. »

Des firmes internationales mises en accusation par ailleurs par Miho Shimma au nom de ses engagements auprès des villes de Hiroshima et Nagasaki mais aussi de l’atoll de Bikini d’où elle est originaire et qui porte encore les séquelles des essais nucléaires américains des années 70. « Quand je diffuse des informations sur les bombes atomiques – dit-elle – je ne parle pas que des victimes d’armes nucléaires, je parle aussi des victimes des essais nucléaires ». 

Même préoccupation chez Tran to Nga. « J’étais sous les bombardements, j’ai enterré des camarades de mes propres mains » témoigne celle qui a 80 ans ne désarme pas dans sa lutte contre l’agent orange, responsable au Vietnam de nombreux décès et de malformations toujours présentes sur la quatrième génération de population. « J’ai commencé toute seule – dit-elle en évoquant le trop long procès qui l’occupe depuis dix ans – mais aujourd’hui j’ai des milliers et des milliers d’ami-es qui m’entourent dans le monde entier et mon combat va continuer car l’agent orange est l’ancêtre des pesticides et autres produits toxiques qui continuent à empoisonner notre Terre. »

Des femmes déterminées qui malgré l’ampleur de la tâche gardent leur enthousiasme dans leur lutte pour la paix. Et qui illustrent parfaitement la conclusion de la jeune Sarah : « pour moi, la paix aujourd’hui c’est favoriser le lien social car c’est la méconnaissance des autres cultures qui mène sinon à la guerre au moins aux fractures entre les êtres humains. Malheureusement, je sens que ce sens du combat se perd un peu avec ma génération alors qu’on pourrait apporter nos compétences dans les associations. » Un constat qui est peut-être déjà un début d’engagement.

Bélarus. Les femmes en première ligne de la lutte pour les droits humains

. DROITS DE L’HOMME . .

Un article de Amnesty International

Des femmes ayant joué un rôle prépondérant dans les manifestations au Bélarus sont la cible de représailles et de menaces, a déclaré Amnesty International lundi 8 mars. Dans une nouvelle publication, l’organisation met en lumière l’importance du rôle des militantes dans les manifestations ayant fait suite aux élections présidentielles contestées et révèle les représailles qu’elles subissent de la part des autorités.

Des militantes ont indiqué à Amnesty International qu’elles avaient été accusées d’être de « mauvaises mères » et de « mauvaises épouses », et menacées de se voir retirer la garde de leurs enfants. Elles ont en outre subi des mauvais traitements en détention et des peines d’emprisonnement prononcées à l’issue de procédures pénales sans fondement.

« Svetlana Tsikhanovskaïa, candidate à l’élection présidentielle contrainte à l’exil, Maria Kolesnikova, dirigeante de son équipe de campagne désormais emprisonnée, Marfa Rabkova, militante des droits humains également emprisonnée, et les journalistes Katerina Bakhvalova et Daria Tchoultsova, toutes deux condamnées à deux ans de prison pour avoir diffusé en direct une action de protestation, font partie des nombreuses femmes dont les noms sont devenus synonymes de lutte pour la liberté et les droits humains au Bélarus, a déclaré Aisha Jung, responsable du travail de campagne sur le Bélarus à Amnesty International.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour un article sur ce sujet en anglais.)

Question related to this article

How effective are mass protest marches?

Do women have a special role to play in the peace movement?

(. . . suite)

« Dans une société profondément patriarcale où la violence domestique est endémique, des femmes risquent tout au Bélarus pour défendre leurs convictions. Les autorités du pays ont répliqué par des mesures visant les militantes, leurs organisations et leurs proches. »

Ioulia Mitskevitch, militante féministe qui dirige une organisation faisant de la sensibilisation aux questions liées au genre nommée Aktyunym Byts Faina (C’est génial d’être active) et qui est membre d’un sous-groupe du Conseil de coordination de l’opposition, Femgruppa, a été arrêtée vendredi 20 octobre 2020 devant les locaux de son organisation.

Elle a été officiellement inculpée de « participation à un rassemblement illégal », mais elle a indiqué à Amnesty International qu’elle pense être persécutée en raison de son travail sur l’égalité entre hommes et femmes. Les policiers qui l’ont arrêtée et les enquêteurs qui l’ont interrogée lui ont demandé de signer une déclaration affirmant qu’elle avait participé à des actions illégales au nom de son organisation.

« Ils m’ont proposé des avantages si j’acceptais, et m’ont menacée si je n’acceptais pas. La première fois, ils m’ont parlé de Femgruppa, des marches de femmes et des finances, mais la deuxième fois, ils s’intéressaient à mon organisation », a expliqué Ioulia à Amnesty International.

« Nous appelons à la solidarité avec les femmes courageuses du Bélarus dans leur lutte pour la liberté et les droits humains. Elles défient les attitudes patriarcales et un gouvernement déterminé à réprimer les droits humains et à étouffer le changement et le progrès que demandent les Bélarussiens », a déclaré Aisha Jung.

Complément d’information

Amnesty International a lancé une campagne mondiale de solidarité le 27 janvier 2021, avec la publication d’un rapport  révélant que les autorités bélarussiennes instrumentalisent le système judiciaire pour punir les victimes de torture au lieu de sanctionner leurs tortionnaires. L’organisation publie régulièrement des informations montrant comment les différents secteurs de la société bélarussienne sont pris pour cibles. Le Bélarus connaît actuellement la plus grave répression des droits humains de son histoire depuis l’indépendance du pays. Des militant·e·s d’Amnesty International du monde entier participeront à diverses actions pour témoigner leur solidarité avec les manifestant·e·s pacifiques au Bélarus. 

France: L’Affaire du Siècle et la Marche du Siècle : Victoire historique pour le Climat !

. . DEVELOPPEMENT DURABLE . .

Un article de CDURABLE

Deux ans après cette mobilisation incroyable [Marche-du-Siecle – Voir CPNN 17 mars 2019], la justice vient de reconnaître que l’inaction climatique de l’État est illégale et que c’est une faute qui engage sa responsabilité.


Video, Victoire historique pour le climat

Quatre associations, Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France ont décidé, au nom de l’intérêt général, d’attaquer l’Etat français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vies, nos territoires et nos droits. C’est l’Affaire du Siècle. Notre printemps 2019 devait être climatique et social. Le 15 mars 2019, la jeunesse était en grève partout en France et dans le monde. Le 16 mars, nous marchions ensemble, pour dire « ça suffit ! » et demander des changements immédiats. Deux ans après cette mobilisation incroyable qui a porté l’Affaire du Siècle, nous avons gagné ! La justice vient de reconnaître que l’inaction climatique de l’État est illégale, que c’est une faute, qui engage sa responsabilité.

C’est une victoire historique pour le climat ! Et cette victoire, c’est grâce à vous, grâce aux 2,3 millions de personnes qui soutiennent l’Affaire du Siècle.

Le tribunal administratif de Paris a rendu ce mercredi 3 février 2021 son jugement tant attendu dans l’Affaire du Siècle. Après deux ans de mobilisation et de rebondissements, la justice reconnaît la responsabilité de l’État français dans la crise climatique !

C’est un jour historique, particulièrement dans cette période où les occasions de se réjouir se font si rares. L’État est jugé responsable de préjudice écologique, et son non-respect de ses engagements à réduire les émissions de gaz à effet de serre est désormais illégal !

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article..)

Questions for this article:
 
Despite the vested interests of companies and governments, Can we make progress toward sustainable development?

(. . . suite)

Avec ce jugement, dès maintenant, des victimes directes des changements climatiques en France vont pouvoir demander réparation. L’État peut donc s’attendre à faire face à une pression inédite pour enfin agir contre les dérèglements climatiques.

Pour autant, l’histoire de l’Affaire du Siècle n’est pas encore terminée. Le tribunal doit maintenant décider s’il ordonne à l’État de prendre des mesures supplémentaires pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre et respecter ses engagements pour le climat. Une nouvelle audience aura lieu au printemps.

D’ici là, nous allons déposer de nouveaux arguments pour démontrer que les actions prévues par l’État sont insuffisantes et que la justice doit contraindre l’État à lutter efficacement et concrètement contre le dérèglement climatique ! L’État peut également faire appel de ces décisions. Et cela n’empêche pas de se réjouir déjà de cette étape décisive pour la justice climatique !

Avec ce jugement extraordinaire, dès aujourd’hui, des victimes directes des changements climatiques en France vont pouvoir demander réparation à la France. L’État va donc faire face à une pression inédite pour enfin agir contre les dérèglements climatiques.

Et maintenant ?

La procédure juridique n’est pas terminée. Le tribunal doit maintenant décider s’il ordonne à l’Etat de prendre des mesures supplémentaires pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre et respecter ses engagements pour le climat. Une nouvelle audience aura lieu au printemps. D’ici là, nous allons déposer de nouveaux arguments pour démontrer que les actions prévues sont insuffisantes et que la justice doit contraindre l’Etat à lutter efficacement et concrètement contre le dérèglement climatique ! L’Etat peut également faire appel de ces décisions.

Comment est-ce que vous pouvez agir ?

Partagez la vidéo de cette victoire historique avec vos proches, sur Facebook, sur Twitter, sur Instagram, envoyez-leur cet email… Ensemble, aujourd’hui, nous avons remporté une victoire cruciale face à l’urgence climatique. Mais ce n’est pas fini, la mobilisation doit continuer pour obliger l’Etat à agir.

Merci pour votre engagement pour la justice climatique,

Clotilde, Cécile, Jean-François Cécile.

France: On l’a Fait ! Rassemblements devant l’assemblée Nationale et les Ambassades des Pays Nucléarisés

DESARMAMENT & SECURITE .

Un artícle de Mouvement de la Paix

Célébration du Traité d’Interdiction des armes nucléaires, c’est parti !

Avec l’initiative du Collectif national « En Marche pour la Paix », le 21 janvier 2021, à proximité de l’Assemblée nationale française et devant les ambassades des 4 autres États dotés de l’arme nucléaire et membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies (Russie, USA, Grande-Bretagne, Chine – groupe d’Etats souvent dénommés « P5 »).

Un courrier officiel a été remis à chacune des ambassades avec demande de rendez-vous.


Photo par Roland Nivet

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article.)

Question for this article:

Can we abolish all nuclear weapons?

(. . . suite)

Des messages de solidarité nous sont venus d’organisations du monde entier : soutiens d’Inde, du Mexique, des US, de Grande-Bretagne, d’Italie, du Japon, d’Algérie, de Tunisie, de Croatie, du Portugal, de Belgique, de Russie, du Pérou, du Canada, d’Allemagne… Merci à nos ami.e.s, militant.e.s de tous les continents !

Message d’ICAN international, prix Nobel de la Paix 2017, message de Paul Quilès, Président d’Initiatives pour le Désarmement Nucléaire (IDN).

Présence de Jean-Paul Lecoq, député et auteur du rapport d’information de l’assemblée nationale sur le Thème “L’Arme nucléaire dans le monde” (Groupe Gauche démocrate et républicaine), soutien d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) avec la présence de Gérard Levy, animateur de la commission « Paix et développement » d’EELV.

Présence de représentant.e.s et militant.e.s de nombreuses organisations : Le Mouvement de la Paix, Initiatives pour le Désarmement Nucléaire (IDN), AFCDRP, Appel international des scientifiques pour le désarmement nucléaire, MRAP, Femmes solidaires, Appel des cent de Bagnolet , PCF dont 3 représentants du département Relations internationales, Enseignants pour la Paix, Artistes pour la paix, Cgt, Génération verte, Bureau international de la Paix (BIP), Juristes démocrates, réseau international « Jeunes Visages de Paix ».

Appel de 21 organisations, paru le 20 janvier 2021 dans le journal La Croix.

Tous ensemble, pour débarrasser le monde des armes nucléaires et de destruction massive !

Tous ensemble, unis pour la PAIX !

Le Collectif national « En marche pour la Paix”

Michelle Bachelet demande le retrait de l’article 24 en France

. DROITS DE L’HOMME . .

Un article de Reuters (reproduit avec permission)

La haute commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a appelé mercredi [9 decembre] au retrait de l’article 24 de la proposition de loi sur la “sécurité globale” en France, dénoncé comme liberticide par les organisations de défense des droits de l’homme et les syndicats de journalistes.


photo de Al Jazeera

Question related to this article

Can the United Nations protect human rights?

La proposition de loi a été adoptée le mois dernier en première lecture à l’Assemblée nationale mais, face à la controverse (Voir CPNN November 29 and November 23), la majorité présidentielle a annoncé que l’article 24, qui interdit la diffusion d’images des membres des forces de l’ordre dans l’intention de nuire à leur intégrité “physique ou psychique”, serait entièrement réécrit.

“La loi mérite d’être débattue par le peuple français”, a déclaré Michelle Bachelet lors d’une conférence de presse à Genève. “Mais c’est l’article 24 qui nous préoccupe particulièrement. Et c’est pourquoi nous disons qu’il devrait être révisé et j’imagine même retiré.”

Dans une lettre publiée début novembre, trois rapporteurs du Conseil des droits de l’homme de l’Onu avaient estimé que l’article 24 et plusieurs autres dispositions de la proposition de loi plaçaient la France en contradiction avec la Déclaration universelle des droits de l’homme.

(Cliquez ici pour l’article en anglais.)

Les Français crient: : Non à l’état policier!

. . HUMAN RIGHTS . .

Photos par Dea Drndraska (Reproduits avec permission)

Cette semaine encore, comme il y a une semaine, le peuple français a clairement indiqué qu’il ne voulait pas la nouvelle loi proposée par le président Macron sur la “sécurité globale”, une mesure pénalisant la diffusion de l’image des forces de l’ordre. Voici des images du manif à Paris le 28 novembre.















Cliquez ici pour une version anglaise.)