Category Archives: Moyen Orient

Amnesty International: Une enquête pour crimes de guerre doit être menée sur les attaques israéliennes contre des habitations à Gaza

DROITS DE L’HOMME .

Un article de Amnesty International

Les forces israéliennes ont fait preuve d’un mépris choquant à l’égard des vies civiles palestiniennes en menant une série de raids aériens contre des habitations, tuant parfois des familles entières, dont des enfants, et provoquant des destructions injustifiées de biens à caractère civil, lors d’attaques qui pourraient s’apparenter à des crimes de guerre ou à des crimes contre l’humanité, a déclaré Amnesty International lundi 17 mai 2021.


Lamya al-Atar et ses trois enfants ont été tués lors d’une frappe aérienne israélienne contre leur maison à Gaza le 14 mai 2021 © Private

L’organisation a recueilli des informations sur quatre attaques meurtrières lancées sans avertissement par Israël contre des habitations, et appelle la Cour pénale internationale (CPI) à enquêter de toute urgence sur ces attaques. Le bilan continue de s’alourdir dans la bande de Gaza, où au moins 198 Palestinien·ne·s, dont 58 enfants, ont été tués et plus de 1 220 autres blessés. En Israël, 10 personnes, dont deux enfants, ont été tuées et au moins 27 autres blessées par des attaques palestiniennes.

« Nous constatons avec horreur qu’Israël lance de plus en plus systématiquement des attaques aériennes contre des immeubles et des maisons d’habitation de la bande de Gaza. Dans certains cas, des familles entières ont été ensevelies sous les décombres de leur logement. Dans les exemples décrits ci-dessous, rien n’a été fait pour prévenir les civil·e·s avant l’attaque afin qu’ils puissent se sauver. Or, en vertu du droit international humanitaire, toutes les parties doivent faire la distinction entre les cibles militaires et les biens de caractère civil, et ne diriger leurs attaques que sur des objectifs militaires. Lorsqu’elles mènent des attaques, elles doivent prendre toutes les précautions possibles pour limiter au minimum les dommages civils », a déclaré Saleh Higazi, directeur adjoint pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.

« Même si l’armée israélienne n’a fourni aucune explication sur les cibles militaires qu’elle visait dans ces attaques, il est difficile d’imaginer comment des bombardements d’habitations remplies de familles civiles, menés sans avertissement préalable, pourraient être considérés comme des attaques proportionnées aux termes du droit international humanitaire. Quand on utilise dans des zones habitées des armes explosives puissantes, comme des bombes larguées depuis des avions, dont l’explosion se propage sur un rayon de plusieurs centaines de mètres, on ne peut ignorer qu’elles feront de nombreuses victimes civiles.

« En procédant de façon éhontée et sans avertissement à ces attaques meurtrières contre des habitations, Israël a témoigné d’un mépris impitoyable pour la vie des civil·e·s palestiniens, qui souffrent déjà de la sanction collective que constitue le blocus israélien imposé à Gaza depuis 2007. »

L’armée israélienne affirme qu’elle n’attaque que des cibles militaires et justifie à ce titre ses frappes contre des habitations. Cependant, des personnes vivant sur place ont indiqué à Amnesty International qu’aucun combattant ni objectif militaire ne se trouvait dans les parages au moment des attaques en question.

« Les attaques délibérées contre des personnes, des biens et des infrastructures civils sont des crimes de guerre, de même que les attaques menées de façon disproportionnée. La CPI a une enquête en cours sur la situation en Palestine et doit mener de toute urgence des investigations sur ces attaques susceptibles de constituer des crimes de guerre. Les États doivent aussi envisager d’exercer leur compétence universelle à l’égard des responsables de crimes de guerre. L’impunité ne fait qu’alimenter la pratique systématique des attaques illégales donnant lieu à un bain de sang parmi la population civile, que nous avons dénoncée à maintes reprises lors de précédentes offensives militaires israéliennes contre Gaza », a déclaré Saleh Higazi.

Le Centre Al Mezan pour les droits humains, une organisation de défense des droits humains basée à Gaza, indique qu’au moins 152 habitations ont été détruites à Gaza depuis le 11 mai 2021. Selon le ministère palestinien des Travaux publics et du Logement à Gaza, les frappes israéliennes ont détruit 94 bâtiments, comprenant 461 logements et locaux commerciaux, tandis que 285 autres logements ont été gravement endommagés et rendus inhabitables.

(Cliquez ici pour une version espagnole de cet article, ou ici pour une version anglaise.)

Question(s) related to this article:
 
Israel/Palestine, is the situation like South Africa?

D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), plus de 2 500 personnes se sont retrouvées sans domicile à la suite de la destruction de leur logement et plus de 38 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur de la bande de Gaza et ont trouvé refuge dans 48 écoles gérées par l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

Des tirs de roquettes effectués sans discernement par des groupes armés palestiniens vers des zones civiles israéliennes ont aussi fait des morts et des blessés parmi la population civile et endommagé des habitations et d’autres biens de caractère civil. Les roquettes tirées depuis Gaza vers Israël sont peu précises et leur utilisation viole le droit international humanitaire, qui interdit l’usage d’armes qui, de par leur conception, frappent sans discrimination. La CPI doit aussi mener une enquête pour crimes de guerre à propos de ces attaques.

Amnesty International a déjà publié par le passé des informations prouvant que l’armée israélienne menait une politique délibérée consistant à prendre pour cible des habitations civiles  pendant le conflit de 2014.

Des attaques dévastatrices contre des habitations

Le 16 mai entre une heure et deux heures du matin, durant l’un des épisodes les plus intenses de bombardement depuis le début des affrontements, Israël a mené des frappes aériennes contre des habitations et des rues de la ville de Gaza. Ces attaques ont totalement détruit deux petits immeubles d’habitation appartenant aux familles Abu Al Ouf et Al Kolaq, faisant 30 morts, dont 11 enfants.

Les locaux du ministère du Travail de Gaza ont aussi été détruits dans ces attaques, qui ont par ailleurs bloqué la rue Al Wehda, l’une des principales routes d’accès à l’hôpital central de Gaza, Al Shifa.

Les familles qui vivaient dans le bâtiment de quatre étages appartenant à la famille Al Ouf, composé d’appartements et de boutiques, n’ont reçu aucune mise en garde préalable. Elles ont été ensevelies sous les décombres lors de l’attaque.

Yousef Yassin, médecin à l’hôpital Al Shifa, a été l’un des premiers à arriver sur les lieux après l’attaque et a aidé à sortir les survivant·e·s des décombres, avec le Croissant-Rouge. Il a décrit à Amnesty International une scène de « destruction massive ».

« J’ai aidé à sortir quatre cadavres, mais il y en avait beaucoup d’autres. C’était très dur. Les gens n’ont pas été prévenus, donc ils étaient assis chez eux tous ensemble ; c’est un quartier très vivant, très animé », a-t-il déclaré.

Le 14 mai, à Beit Lahia, peu avant minuit, des frappes aériennes israéliennes ont touché une maison de trois étages appartenant à la famille Al Atar, tuant une mère de famille de 28 ans, Lamya Hassan Mohammed Al Atar, et ses trois enfants : Islam, sept ans, Amira, six ans, et Mohammed, huit mois.

Le père de Lamya, Hassan Al Atar, membre de la défense civile, a raconté à Amnesty International qu’il s’était rendu en urgence sur les lieux de l’attaque avec une ambulance et une équipe de secours après avoir été prévenu par téléphone par un proche. « Il m’a dit que notre maison avait été bombardée et [qu’il était] coincé sous les décombres [avec sa] femme et ses enfants », a-t-il expliqué.

« Quand je suis arrivé à la maison, qui comptait trois étages et où vivaient 20 personnes, j’ai essayé de retrouver des gens mais je n’y suis pas parvenu. Puis l’équipe de secours est venue m’aider et nous avons fini par retrouver ma fille et ses trois enfants, dont un bébé, sous l’un des piliers en béton de la maison ; ils étaient tous morts. Les autres habitant·e·s avaient semble-t-il réussi à sortir par une ouverture après le bombardement et s’étaient rendus à l’hôpital. J’étais sous le choc », a-t-il déclaré.

Nader Mahmoud Mohammed Al Thom, du quartier d’Al Salatin, à Beit Lahia, a décrit comment la maison où il vivait avec huit autres personnes avait été attaquée sans avertissement peu après minuit le 15 mai.

« Il n’y a eu aucun tir de missile pour nous avertir, aucun appel de mise en garde, la maison a été bombardée, et nous étions à l’intérieur. Dieu merci la défense civile, par pure chance, se trouvait à proximité et nous a sortis des décombres, dieu merci personne n’est mort. Nous avons été blessés mais pas grièvement, quand nous sommes sortis j’ai vu des flammes à l’entrée de la maison, puis l’ambulance nous a emmenés à l’hôpital. Je crois que c’est là que j’ai perdu connaissance. Dieu merci personne n’a été grièvement blessé, mais nous avons perdu notre maison. Nous sommes maintenant à la rue ; nous ne savons pas où aller ni quoi faire. »

Lui et sa famille ont tenté de trouver refuge dans une école de l’UNRWA, mais elle était fermée quand ils y sont arrivés et ils ont dû dormir dehors dans la cour. Leur logement et tous leurs effets personnels, notamment les vêtements, l’argent et les papiers, ont été entièrement détruits.

Outre des habitations, les frappes israéliennes ont endommagé des infrastructures d’adduction d’eau et d’électricité, ainsi que des établissements médicaux, et ont interrompu le fonctionnement de l’usine de dessalement d’eau de mer située dans le nord de la bande de Gaza, qui alimente en eau plus de 250 000 personnes.

Israël/TPO. Il faut mettre fin à la répression brutale des Palestinien·ne·s qui manifestent contre les déplacements forcés à Jérusalem-Est occupée

DROITS DE L’HOMME .

Un article de Amnesty International

Les forces de sécurité israéliennes ont utilisé de manière répétée une force injustifiée et excessive contre des manifestant·e·s palestiniens à Jérusalem-Est occupée après quatre jours de violences au cours desquelles 840 Palestinien·ne·s ont été blessés, a déclaré Amnesty International ce lundi 10 mai. Au moins 21 policiers israéliens et sept civils israéliens ont également été blessés, selon la police israélienne.

Amnesty International appelle les autorités israéliennes à mettre fin immédiatement aux expulsions forcées dans le quartier de Sheikh Jarrah et aux déplacements forcés de Palestinien·ne·s établis à Jérusalem-Est.

Lors de la dernière escalade en date, des groupes armés palestiniens ont lancé des roquettes et des missiles sur Israël, blessant au moins un Israélien, et selon certaines sources, plusieurs personnes ont été tuées à Gaza pendant des attaques menées par Israël à titre de représailles. Amnesty International appelle toutes les parties à respecter le droit international humanitaire et à prendre toutes les précautions possibles pour éviter de blesser des membres de la population civile.

« Les éléments de preuve rassemblés par Amnesty International révèlent une tendance alarmante des forces israéliennes à recourir ces derniers jours à une force abusive et injustifiée contre des manifestant·e·s palestiniens très majoritairement pacifiques. Parmi les personnes blessées lors des violences à Jérusalem-Est figurent de simples passants, ainsi que des fidèles qui faisaient les prières du ramadan », a déclaré Saleh Higazi, directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord à Amnesty International.

« Les dernières violences en date mettent en évidence la campagne soutenue que mène Israël pour étendre les colonies israéliennes illégales et intensifier les expulsions forcées de résidentes et résidents palestiniens, comme à Sheikh Jarrah, afin de laisser la place aux colons israéliens. Ces expulsions forcées s’inscrivent dans une politique persistante à Sheikh Jarrah ; elles bafouent de manière flagrante le droit international et pourraient s’apparenter à des crimes de guerre. »

Selon des témoins oculaires, et comme le montrent des vidéos et des photographies réalisées par les chercheurs d’Amnesty International sur le terrain à Jérusalem-Est, les forces israéliennes ont recouru à maintes reprises à une force disproportionnée et illégale pour disperser des manifestant·e·s lors de violents raids contre la mosquée al Aqsa, et ont lancé des attaques en l’absence de toute provocation contre des manifestant·e·s pacifiques à Sheikh Jarrah.

Depuis le début du ramadan, le 13 avril, les tensions n’ont cessé de croître alors que des Palestinien·ne·s manifestaient contre les restrictions israéliennes qui limitent leur accès à la porte de Damas, une des entrées principales de la vieille ville de Jérusalem. Le 26 avril, face aux manifestations persistantes, les autorités israéliennes ont levé les restrictions. La colère est également montée alors que quatre familles palestiniennes de Sheikh Jarrah étaient sous la menace d’une expulsion imminente visant à leur faire laisser la place à des colons israéliens.

Usage illégal de la force

Les tensions ont atteint un point critique le 7 mai, lorsque plus de 170 Palestinien·ne·s ont été blessés pendant que les forces israéliennes prenaient d’assaut l’enceinte de la mosquée al Aqsa, dispersant les fidèles en même temps que les manifestant·e·s, tirant des projectiles de 40 mm à impact cinétique et des grenades à concussion au beau milieu de la foule rassemblée pour les prières du dernier vendredi du ramadan.

Selon le témoignage d’un journaliste palestinien présent sur place, les forces israéliennes se sont déchaînées, se livrant à des tirs de projectiles et de gaz lacrymogène. Il a également indiqué qu’elles avaient pris d’assaut la clinique de la mosquée et frappé des manifestant·e·s. Il a dit à Amnesty International : « Je couvre les événements à Jérusalem depuis 10 ans […] et je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie. Tout le monde était une cible, j’aimerais dire que c’étaient des tirs aveugles, mais ce serait un mensonge. Ils savaient exactement qui et où ils visaient avec leurs balles et leurs grenades. La plupart des personnes ont été visées au niveau de la partie supérieure du corps (yeux, visage et torse). »

Le journaliste a également été touché au dos – alors qu’il tenait son appareil photo et tentait de quitter la zone.

Les manifestant·e·s d’al Aqsa ont réagi en lançant des pierres et en allumant des feux alors que les forces israéliennes à cheval et en tenue antiémeute utilisaient des grenades incapacitantes pour les repousser.

Le 10 mai, plus de 300 manifestant·e·s palestiniens ont été blessés lorsque les forces israéliennes ont pris d’assaut le complexe de la mosquée al Aqsa pour la deuxième fois en l’espace de quelques jours. Un porte-parole du Croissant-Rouge a dit à Amnesty International que ces violences avaient entraîné l’hospitalisation d’au moins 250 Palestinien·ne·s, dont sept dans un état critique.

D’après un témoin oculaire, les forces israéliennes se sont mises à briser des fenêtres et à lancer des grenades lacrymogènes et incapacitantes, provoquant des difficultés respiratoires chez de nombreuses personnes à l’intérieur de la mosquée.

(Cliquez ici pour une version espagnole de cet article, ou ici pour une version anglaise.)

Question(s) related to this article:
 
Israel/Palestine, is the situation like South Africa?

Un autre témoin sur place a dit que les forces israéliennes avaient commencé à tirer des gaz lacrymogènes depuis les toits avant que d’autres unités ne prennent d’assaut l’esplanade des Mosquées depuis la porte des Maghrébins. « Ils ont continué à avancer en repoussant les gens dans la mosquée al Aqsa, verrouillant [les portes] avec des chaînes métalliques […] puis brisant une fenêtre pour lancer des gaz lacrymogènes sur des personnes littéralement enfermées, avec peu de place pour respirer ou recevoir une aide médicale […] pour couronner le tout, ils se sont mis à tirer des balles en caoutchouc sur les fidèles à l’intérieur », a-t-il dit.

Il a également rapporté avoir vu les forces israéliennes battre des passants et arrêter des véhicules qui évacuaient des personnes blessées pour photographier celles-ci avant de les laisser partir. Il a lui-même reçu un tir au niveau du torse alors qu’il s’approchait d’un soignant sur les lieux qui avait été blessé.

Sheikh Jarrah

La semaine dernière, les Palestinien·ne·s du quartier de Sheikh Jarrah ont organisé des manifestations nocturnes pour protester contre la menace imminente d’expulsion forcée. Amnesty International a recueilli des informations faisant état d’arrestations arbitraires de manifestant·e·s pacifiques, d’un usage excessif de la force, d’une utilisation arbitraire de grenades assourdissantes et incapacitantes et d’un recours arbitraire à des canons à eau putride contre des manifestant·e·s et des habitations à Sheikh Jarrah.

Quatre familles palestiniennes du quartier sont sous la menace imminente d’une expulsion forcée, un tribunal de Jérusalem ayant rejeté l’appel qu’elles ont formé contre l’ordre d’expulsion à leur encontre. Nahalat Shimon International, une organisation de colons, a engagé des poursuites pour saisir les habitations de dizaines de familles à Sheikh Jarrah, invoquant des lois intrinsèquement discriminatoires, comme les Lois relatives aux questions juridiques et administratives et la Loi de 1950 sur les propriétés des absents, pour confisquer des terres ou des biens palestiniens et les transférer à des groupes de colons. Le transfert forcé de la population occupée est interdit par le droit international humanitaire et constitue un crime de guerre selon le Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

Le 9 mai, des chercheurs d’Amnesty International ont été témoins d’une attaque perpétrée par les forces israéliennes, en l’absence de toute provocation, contre un groupe de manifestant·e·s pacifiques à Sheikh Jarrah. Les forces israéliennes sont arrivées peu de temps avant l’iftar, le repas pris le soir pendant le ramadan. Après le repas, des dizaines de manifestant·e·s pacifiques ont formé un cercle et ont commencé à scander des slogans contre les projets imminents d’expulsion de familles palestiniennes. Les manifestant·e·s se trouvaient à au moins 10 mètres des forces israéliennes, qui étaient stationnées à côté d’une maison de colons israéliens non loin de là. Peu de temps après, les forces israéliennes ont lancé une attaque coordonnée pour disperser la foule des manifestant·e·s palestiniens. Les forces israéliennes à cheval ont commencé à se ruer vers la foule. Un homme qui boitait de douleur a dit avoir été piétiné par des chevaux de la police alors qu’il tentait de fuir la zone. Les résidents ont été contraints à rentrer chez eux et cinq hommes ont été arbitrairement arrêtés.

Les forces israéliennes se sont mises à repousser et à frapper les membres du groupe – y compris un chercheur d’Amnesty International qui observait la manifestation. Vers 22 heures, elles ont sorti les canons à eau putride et les grenades assourdissantes et ont commencé à tirer arbitrairement sur les personnes qui manifestaient.

Osama Dweik a été arrêté lors d’une manifestation nocturne à Sheikh Jarrah le 6 mai, juste après une charge soudaine de la police israélienne contre les manifestant·e·s. Au poste de police, il a vu des policiers israéliens donner des coups de pied et de matraque à quatre Palestiniens arrêtés lors des affrontements à la porte de Damas et des manifestations de Sheikh Jarrah. Au cours de cette seule nuit, sept autres personnes ont été arrêtées à Sheikh Jarrah.

Gil Hammerschlag, un militant israélien qui manifestait contre les expulsions forcées à Sheikh Jarrah le 7 mai, a été poussé et frappé par les forces israéliennes, qui ont lancé des grenades assourdissantes sur des manifestant·e·s pacifiques à moins de 10 mètres de distance.

Le même jour, un Palestinien d’âge moyen a eu d’importantes contusions à la jambe lorsque les forces israéliennes ont lancé une grenade incapacitante qui l’a touché à la cuisse. Un photographe également présent sur les lieux a rapporté que les forces israéliennes, y compris la police à cheval, avaient chargé une foule pacifique qui scandait des slogans après que l’un des manifestants eut jeté une bouteille d’eau en plastique dans leur direction.

« Les chercheurs d’Amnesty International ont été témoins d’un comportement déplorable de la part des forces de sécurité à Sheikh Jarrah, notamment d’attaques menées en l’absence de toute provocation contre des personnes qui manifestaient pacifiquement pour défendre leurs droits et pour appeler au respect du droit international. Au lieu de continuer à bafouer les droits des habitants et habitantes de Cheikh Jarrah et des personnes qui leur témoignent leur solidarité, les autorités israéliennes doivent immédiatement renoncer aux expulsions forcées prévues », a déclaré Saleh Higazi.
Amnesty International appelle la communauté internationale à amener Israël à rendre des comptes pour les violations systématiques des droits humains qu’elle commet au regard du droit international.

« Il ne faut pas laisser Israël continuer à se livrer à des actes de violence aveugles contre des Palestiniens et Palestiniennes qui ne font que défendre leur droit d’exister et protestent contre leur déplacement forcé. Se contenter d’exprimer des préoccupations face au mépris total d’Israël pour ses obligations en vertu du droit international ne suffit pas. Il faut que ces violations flagrantes soient clairement et fermement dénoncées, y compris les déplacements forcés, l’expansion des colonies illégales et la répression brutale des personnes qui manifestent contre ces graves violations », a déclaré Saleh Higazi.

« Dans l’immédiat, nous appelons les membres du Conseil de sécurité des Nations unies à se réunir en séance publique et le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient à informer les États membres. »

Nabil el Kurd, un des habitants menacés d’expulsion forcée à Sheikh Jarrah, a dit à Amnesty International :

« Sheikh Jarrah envoie un message au monde entier, y compris au Congrès américain, au Parlement britannique, au Parlement français, au Parlement européen et à la Cour pénale internationale : ce qui nous arrive est un crime de guerre. Ce n’est pas une simple expulsion, mais un crime de guerre. Souvenez-vous en. Je ne sais pas pourquoi le monde entier regarde ce qui se passe et laisse Israël s’en tirer. Il est temps qu’ils arrêtent de gâter Israël. »

Human Rights Watch : Des politiques israéliennes abusives constituent des crimes d’apartheid et de persécution

DROITS DE L’HOMME .

Un article de Human Rights Watch

Les autorités israéliennes commettent les crimes contre l’humanité d’apartheid et de persécution, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport rendu public aujourd’hui. Cette conclusion se fonde sur une politique globale du gouvernement israélien qui vise à maintenir la domination des Israéliens juifs sur les Palestiniens, et sur de graves abus commis contre les Palestiniens vivant dans le territoire occupé, y compris Jérusalem-Est.


Video

Le rapport de 213 pages, intitulé « A Threshold Crossed: Israeli Authorities and the Crimes of Apartheid and Persecution »  (« Un seuil franchi : Les autorités israéliennes et les crimes d’apartheid et de persécution » – résumé en français), examine le traitement réservé aux Palestiniens par Israël. Le rapport présente la réalité actuelle d’une autorité unique, le gouvernement israélien, qui exerce le principal pouvoir sur la zone située entre le fleuve Jourdain et la mer Méditerranée, peuplée de deux groupes de population de taille à peu près égale, et qui privilégie méthodiquement les Israéliens juifs tout en réprimant les Palestiniens, d’une manière particulièrement sévère dans le territoire occupé.

« Depuis des années, des voix éminentes ont averti du risque d’apartheid si la domination d’Israël sur les Palestiniens se poursuivait », a déclaré Kenneth Roth, le Directeur exécutif de Human Rights Watch. « Cette étude détaillée révèle que les autorités israéliennes ont déjà franchi ce seuil et commettent aujourd’hui les crimes contre l’humanité d’apartheid et de persécution. »

Le constat d’apartheid et de persécution ne change rien au statut juridique du Territoire palestinien occupé, constitué de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et de Gaza, ni à la réalité factuelle de l’occupation.

Initialement apparu en lien avec l’Afrique du Sud, l’apartheid est aujourd’hui un terme juridique universel. L’interdiction de la discrimination et de l’oppression institutionnelles particulièrement sévères, ou apartheid, constitue un principe fondamental du droit international. La Convention internationale de 1973 sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid et le Statut de Rome de 1998 de la Cour pénale internationale (CPI) définissent l’apartheid comme un crime contre l’humanité constitué de trois éléments principaux :

(1) Une intention de maintenir la domination d’un groupe racial sur un autre.

(2) Un contexte d’oppression systématique du groupe dominant sur le groupe marginalisé.

(3) Des actes inhumains.

L’allusion à un groupe racial est comprise aujourd’hui comme concernant non seulement le traitement sur la base de traits génétiques mais aussi celui sur la base de l’ascendance et de l’origine nationale ou ethnique, tel que définies dans la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Human Rights Watch utilise cette définition élargie.

Le crime contre l’humanité de persécution, tel que défini dans le Statut de Rome et le droit international coutumier, consiste en une grave privation des droits fondamentaux d’un groupe racial, ethnique ou autre, exercée avec une intention discriminatoire.

Human Rights Watch a constaté que les éléments constitutifs de ces crimes se retrouvent dans le Territoire palestinien occupé, dans le cadre d’une politique gouvernementale israélienne unique. Cette politique consiste à maintenir la domination des Israéliens juifs sur les Palestiniens à travers Israël et dans le territoire occupé. Elle s’accompagne, dans le territoire occupé, d’une oppression systématique et d’actes inhumains à l’encontre des Palestiniens qui y vivent.

S’appuyant sur des années de recherches sur les droits humains, d’études de cas et l’examen de documents de planification du gouvernement, de déclarations de responsables israéliens et d’autres sources, Human Rights Watch a comparé les politiques et pratiques à l’égard des Palestiniens dans le territoire occupé et en Israël avec celles qui concernent les Israéliens juifs vivant dans les même zones. Human Rights Watch a écrit en juillet 2020 au gouvernement israélien, sollicitant son point de vue sur ces questions, mais n’a pas reçu de réponse à ce jour.

En Israël et dans le Territoire palestinien occupé, les autorités israéliennes ont cherché à maximiser les terres disponibles pour les communautés juives et à regrouper la plupart des Palestiniens dans des zones à forte densité de population. Les autorités ont adopté des politiques visant à atténuer ce qu’elles ont ouvertement décrit comme une « menace démographique » posée par les Palestiniens. À Jérusalem, par exemple, le plan du gouvernement pour la municipalité, tant dans l’ouest de la ville que dans la partie occupée dans l’est, a pour objectif de « maintenir une solide majorité juive dans la ville » et précise même les ratios démographiques que le gouvernement souhaite maintenir.

(Cliquez ici pour une version espagnole de cet article, ou ici pour une version anglaise.)

Question(s) related to this article:
 
Israel/Palestine, is the situation like South Africa?

Pour maintenir cette domination, les autorités israéliennes exercent une discrimination systématique à l’encontre des Palestiniens. La discrimination institutionnelle à laquelle les citoyens palestiniens d’Israël sont confrontés inclut des lois qui permettent à des centaines de petites localités juives d’exclure de facto les Palestiniens, et des budgets qui n’allouent qu’une petite partie des ressources aux écoles palestiniennes comparées à celles destinées aux enfants israéliens juifs. Dans le territoire occupé, la gravité de la répression, marquée notamment par l’imposition d’un régime militaire draconien aux Palestiniens, alors que les Israéliens juifs vivant de manière ségréguée sur le même territoire se voient accordés leurs pleins droits en vertu de la loi civile israélienne, équivaut à l’oppression systématique requise pour constituer le crime d’apartheid.

Les autorités israéliennes se sont livrées à une série d’abus à l’encontre des Palestiniens. Beaucoup de ceux perpétrés dans le Territoire palestinien occupé constituent de graves violations des droits fondamentaux et des actes inhumains, autre élément requis pour constituer le crime d’apartheid : restrictions de mouvement draconiennes, qu’il s’agisse du bouclage de Gaza et d’un régime de permis ; confiscation de plus d’un tiers des terres de Cisjordanie ; conditions de vie difficiles dans certaines parties de la Cisjordanie qui ont conduit au transfert forcé de milliers de Palestiniens hors de leurs foyers ; refus du droit de résidence à des centaines de milliers de Palestiniens et à leurs proches ; et suspension des droits civils fondamentaux de millions de Palestiniens.

Nombre des abus commis dans le cadre de ces crimes, tels que le refus quasi catégorique des permis de construire aux Palestiniens et la démolition de milliers d’habitats sous prétexte qu’un permis n’avait pas été délivré, n’ont aucune justification sécuritaire. D’autres, comme le gel effectif par Israël du registre de la population qu’il contrôle dans le territoire occupé, lequel bloque concrètement le regroupement familial pour les Palestiniens qui y vivent et empêche les habitants de Gaza de vivre en Cisjordanie, utilise la sécurité comme un prétexte pour poursuivre de nouveaux objectifs démographiques. Même lorsque des motifs sécuritaires sont invoqués, ils ne justifient pas davantage l’apartheid et la persécution que ne le feraient le recours à la force excessive ou à la torture, a souligné Human Rights Watch.

« Refuser à des millions de Palestiniens leurs droits fondamentaux, sans justification sécuritaire légitime et uniquement parce qu’ils sont palestiniens et non juifs, n’est pas simplement une question d’occupation abusive », a déclaré Kenneth Roth. « Ces politiques, qui accordent aux Israéliens juifs les mêmes droits et privilèges où qu’ils vivent et discriminent les Palestiniens à des degrés divers où qu’ils vivent, reflètent une volonté de privilégier un peuple au détriment d’un autre. »

Les déclarations et les actions des autorités israéliennes de ces dernières années, notamment  l’adoption en 2018 d’une loi à valeur constitutionnelle établissant Israël comme « l’État-nation du peuple juif », l’ensemble croissant de lois privilégiant davantage encore les colons israéliens en Cisjordanie et ne s’appliquant pas aux Palestiniens vivant sur le même territoire ; et l’expansion massive ces dernières années des colonies et des infrastructures les reliant à Israël ont clairement montré l’intention des autorités de maintenir la domination des Israéliens juifs. La possibilité qu’un futur dirigeant israélien puisse conclure avec les Palestiniens un accord qui démantèle le système discriminatoire en vigueur n’annule pas la réalité actuelle.

Les autorités israéliennes devraient renoncer à toute forme de répression et de discrimination qui privilégie les Israéliens juifs aux dépens des Palestiniens, y compris la liberté de mouvement, l’attribution des terres et des ressources, l’accès à l’eau, à l’électricité et à d’autres services, et la délivrance de permis de construire.

Le Bureau du Procureur de la CPI devrait enquêter et poursuivre les personnes impliquées de manière crédible dans les crimes contre l’humanité d’apartheid et de persécution. Les autres pays devraient également le faire, conformément à leur législation nationale en vertu du principe de compétence universelle et imposer des sanctions individuelles, y compris des interdictions de voyager et un gel des avoirs, aux fonctionnaires responsables de ces crimes.

Les conclusions relatives aux crimes contre l’humanité devraient inciter la communauté internationale à réévaluer la nature de son engagement en Israël et en Palestine, et à adopter une approche axée sur le respect des droits humains et l’établissement des responsabilités, au lieu d’être basée uniquement sur le « processus de paix », actuellement au point mort. Les États membres des Nations Unies devraient créer une commission d’enquête de l’ONU chargée d’enquêter sur la discrimination et la répression systématiques en Israël et en Palestine. Ils devraient aussi créer un poste d’Envoyé mondial de l’ONU pour les crimes de persécution et d’apartheid, avec pour mandat de mobiliser une action internationale en vue de mettre fin à la persécution et à l’apartheid partout dans le monde.

Les gouvernements devraient conditionner les ventes d’armes et l’assistance militaire et sécuritaire à Israël à des mesures concrètes et vérifiables de la part des autorités israéliennes en vue de mettre fin à la commission de ces crimes. Ils devraient en outre examiner les accords, programmes de coopération et toutes les formes existantes de commerce avec Israël pour identifier ceux qui contribuent directement à la commission des crimes, atténuer leurs incidences sur les droits humains et, lorsque cela n’est pas possible, mettre fin aux activités et aux modes de financement qui facilitent ces graves violations.

« Tandis qu’une grande partie de la communauté internationale considère l’occupation israélienne à l’œuvre depuis un demi-siècle comme une situation temporaire qu’un ‘‘processus de paix’’ vieux de plusieurs décennies résoudra bientôt, l’oppression des Palestiniens dans la région a franchi un seuil et un degré de permanence qui correspondent aux définitions des crimes d’apartheid et de persécution », a conclu Kenneth Roth. « Celles et ceux qui luttent pour la paix israélo-palestinienne, qu’elle prenne la forme d’une solution à un ou à deux États ou d’une confédération, devraient entre temps reconnaître cette réalité pour ce qu’elle est, et mettre en œuvre les instruments relatifs aux droits humains nécessaires pour y mettre fin. »

Nations Unies: La décision de la CPI sur sa compétence dans les territoires palestiniens occupés est un pas en avant vers la justice (expert)

. DROITS DE L’HOMME . .

Un article de ONU Info

Un expert des droits humains des Nations Unies a déclaré mardi que la décision de la Cour pénale internationale (CPI) selon laquelle elle est compétente pour juger les crimes graves commis dans les territoires palestiniens occupés, y compris les crimes de guerre potentiels, « constitue une avancée majeure pour mettre fin à l’impunité et garantir la justice ».  


Une jeune fille se tient devant sa maison dans le camp de réfugiés palestiniens de Khan Younis à Gaza. © UNRWA/Hussein Jaber

« C’est un pas important dans la quête de justice et de responsabilité concernant l’occupation inexplicable, depuis 53 ans, de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et de Gaza », a déclaré Michael Lynk, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme dans le Territoire palestinien occupé depuis 1967.

« Les principaux organes politiques des Nations Unies ont à plusieurs reprises échoué à faire appliquer leur propre corps de résolutions sur l’occupation israélienne », a affirmé l’expert indépendant. 

Le 5 février 2021, la Chambre préliminaire I de la CPI  a décidé à la majorité, que la compétence territoriale de la Cour dans la situation en Palestine, un État partie au Statut de Rome de la CPI, « s’étend aux territoires occupés par Israël depuis 1967, à savoir Gaza et la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est ».  

Une décision qui « offre un espoir »

« Cette décision ouvre la porte à ce que des allégations crédibles de crimes relevant du Statut de Rome fassent enfin l’objet d’une enquête et puissent éventuellement atteindre le stade du procès devant la CPI », s’est félicité M. Lynk.

« Cela offre un profond espoir à ceux qui croient que le fait d’avoir commis des crimes graves doit avoir des conséquences, et non pas être toléré », a-t-il ajouté.

Selon l’expert, les allégations de crimes graves qui pourraient faire l’objet d’une enquête par la Procureure de la CPI comprennent « les actions d’Israël pendant la guerre de 2014 contre Gaza, le meurtre et les blessures de milliers de manifestants en grande partie non armés pendant la Grande Marche du retour en 2018-2019, et les activités de colonisation d’Israël à Jérusalem-Est et en Cisjordanie ».

« La Procureure peut également examiner les allégations de crimes graves impliquant des groupes armés palestiniens », a souligné M. Lynk. 

Enquêter et mettre fin à l’impunité

Le Rapporteur spécial a cité plusieurs rapports des Nations Unies demandant qu’Israël mène des enquêtes sérieuses sur des allégations crédibles de crimes graves et que les responsables rendent des comptes.  

(Cliquez ici pour un article similaire en anglais.)

Question related to this article

Presenting the Palestinian side of the Middle East, Is it important for a culture of peace?

Israel/Palestine, is the situation like South Africa?

Ces rapports couvrent des évènements de 2008 à 2019, y compris le conflit de Gaza de 2008-2009, les implications des colonies israéliennes, le conflit de Gaza de 2014 ainsi que les manifestations à Gaza. 

« Jusqu’à présent, le gouvernement d’Israël n’a jamais mené d’enquête sérieuse ni poursuivi les commandants et les soldats pour des crimes et des violations.. Les rares mesures de responsabilisation découlant des opérations Plomb durci (2008-09) et Avantage protecteur (2014) jettent un doute sur la volonté de l’État de contrôler les actions des dirigeants militaires et civils…. », a mis en exergue M. Lynk, citant un rapport de 2019 sur les manifestations à Gaza.

Le Rapporteur spécial a par ailleurs regretté « qu’aucun de ces appels à la justice et à la responsabilité n’a été mis en œuvre ».

Les critères pour l’ouverture d’une enquête sont remplis

En décembre 2019, la Procureure de la CPI avait conclu que « tous les critères » pour l’ouverture d’une enquête étaient « remplis ». En janvier 2020, la Procureure a saisi la Chambre de la CPI, lui demandant de se prononcer « uniquement sur la portée de la compétence territoriale de la Cour concernant la situation dans l’État de Palestine ».

« La décision d’ouvrir une enquête concernant cette situation est du ressort du Procureur de la CPI », a précisé la CPI en annonçant la décision de la Chambre préliminaire I. 

La Chambre a conclu que l’adhésion de la Palestine au Statut de Rome avait suivi la procédure correcte et que la Palestine devait être « traitée comme tout autre État partie pour les questions liées à la mise en œuvre du Statut ».

Elle a toutefois précisé que la CPI n’était pas « compétente pour statuer sur les questions de statut d’État » et qu’en statuant sur la portée de sa compétence territoriale « la Chambre ne se prononce pas sur un différend frontalier en vertu du droit international ni ne préjuge de la question d’éventuelles futures frontières ».

Soutenir le processus de la CPI 

« En adoptant le Statut de Rome et en créant la Cour pénale internationale, la communauté internationale s’est engagée à mettre fin à l’impunité des auteurs de crimes graves », a dit le Rapporteur spécial, soulignant que « dans le contexte de l’occupation prolongée d’Israël » la communauté internationale a « permis à une culture d’exception de prévaloir ». 

« Si les obligations juridiques internationales avaient été appliquées à dessein il y a des années, l’occupation et le conflit auraient été résolus à juste titre et le processus de la CPI n’aurait pas été nécessaire », a-t-il estimé.  L’expert indépendant a exhorté la communauté internationale à soutenir le processus de la CPI. 

« Le préambule du Statut de Rome appelle à la ‘coopération internationale’ pour assurer le respect durable et l’application de la justice internationale », a signalé M. Lynk. « Mettre fin à l’impunité et rechercher la justice ne peut que nous rapprocher de la paix au Moyen-Orient ». 

Note  :

Les rapporteurs spéciaux, les experts indépendants et les groupes de travail font partie de ce que l’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les procédures spéciales, le plus grand organe d’experts indépendants du système des droits de l’homme des Nations Unies, est le nom général des mécanismes indépendants d’enquête et de suivi du Conseil qui traitent soit des situations nationales spécifiques, soit des questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire. Ils ne font pas partie du personnel des Nations Unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et servent à titre individuel.

Maroc : Lutter par Internet contre la radicalisation des jeunes

TOLÉRANCE & SOLIDARITÉ .

Un article par LesEco

La Rabita Mohammedia des Oulémas vient de lancer un projet de lutte contre la radicalisation des jeunes en ligne. Objectif : lutter contre les discours de haine et sensibiliser les jeunes sur les dangers que peuvent présenter Internet et les réseaux sociaux. Financé par le gouvernement du Japon, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement, l’accord de réalisation de ce projet a été signé par Takashi Shinozuka, ambassadeur du Japon au Maroc, Edward Christow, représentant résident du PNUD au Maroc, et Ahmed Abbadi, secrétaire général de la Rabita Mohammedia des Oulémas.

Selon Ahmed Abbadi, ce projet vise non seulement à protéger les adolescents et les jeunes des fléaux de l’extrémisme violent, que ce soit sur le terrain ou dans leur dimension numérique. Il ambitionne aussi de les immuniser contre les discours de haine en les accompagnant pour devenir influent sur Internet afin de prévenir et d’inspirer leurs interlocuteurs. Il a ajouté que ce projet s’inscrivait dans la durée afin d’aider les jeunes à acquérir les outils et les compétences nécessaires pour lutter contre l’extrémisme de toutes sortes. Le succès de ce projet dépend principalement de la préparation de contenus attractifs et accrocheurs pour les jeunes, précise Ahmed Abbadi. La Rabita a lancé plusieurs jeux interactifs sur Internet dans le but de promouvoir la culture de la paix et la modération, ainsi que le rejet de la violence et de l’extrémisme.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question for this article

Islamic extremism, how should it be opposed?

(. . . suite)

Selon la même source, la Rabita prépare un guide d’influence virtuelle afin d’aider les jeunes à acquérir les compétences pour devenir des influenceurs efficaces sur Internet. La même source précise que le Japon et le PNUD, bien plus que des bailleurs de fonds, seront également partenaires de ce projet.

À ce propos, l’ambassadeur du Japon au Maroc a déclaré : «Nous estimons que ce projet est également une réponse à un souci d’immunisation de la société marocaine contre les menaces cybernétiques qui guettent la jeunesse», avant d’ajouter que le radicalisme religieux menant à la violence est un phénomène universel. Takashi Shinozuka indique également que ce financement soutient le Maroc dans sa lutte contre les risques de radicalisation en ligne des jeunes, notamment en prévenant et informant sur les dangers que peuvent représenter les réseaux sociaux.

Pour sa part, Edward Christo a affirmé que ce projet était le fruit de plusieurs mois de travail conjoint entre la Rabita Mohammedia des Oulémas, l’ambassade du Japon et le PNUD, ajoutant que les trois partenaires poursuivront leur collaboration pour l’implémentation de ce projet. Il a également fait savoir que ce projet, qui vise à soutenir la production et la publication de séquences vidéo sur les réseaux sociaux, dépendra de l’expérience de la Rabita dans ce domaine. Il assurera une présence en ligne à travers les réseaux sociaux de la Rabita et du PNUD. Dans ce cadre, un groupe d’experts de la Rabita pourra rencontrer des experts japonais travaillant dans le domaine de la prévention des conflits et de la promotion de la paix, et organiser un atelier international au Maroc sur les meilleures pratiques dans ce domaine. Le financement de ce projet s’élève à 454.545 USD, soit plus de 4 MDH. Il s’articule autour de 4 grands objectifs, dont la réalisation d’un diagnostic des risques liés aux contenus de radicalisation en ligne ciblant les jeunes, et le soutien des parties prenantes nationales dans l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) et des médias pour prévenir l’extrémisme violent et les discours de haine. Il s’agit également de sensibiliser les jeunes Marocains à travers les réseaux sociaux sur l’importance de promouvoir un discours alternatif, l’esprit de coopération et le partage d’expériences dans la prévention de l’extrémisme violent en ligne. S’étalant sur une période d’une année, ce projet aura un impact majeur sur les jeunes et sur la société marocaine dans son ensemble, conclut Edward Christo.

L’Organisation de la solidarité des peuples afro-asiatiques salue le rôle du Maroc dans la diffusion de la culture de la paix et du dialogue entre les parties libyennes

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article dans Le Matrin

L’Organisation de la solidarité des peuples afro-asiatiques a salué le rôle joué par le Royaume du Maroc dans la promotion et la diffusion de la culture de paix et de dialogue entre les parties libyennes. L’organisation a exprimé, dans un communiqué, «ses félicitations aux parties libyennes pour leur approche du dialogue politique, leur recherche du consensus et leur volonté de poursuivre avec détermination et constance la voie politique pour surmonter le conflit armé afin de consolider la légitimité de l’État civil national libyen, qui exprime l’unité du peuple et garantit la stabilité du pays».

Question for this article:

“What is being done for peace in Libya?

Elle a évoqué, à cet égard, les résultats du deuxième round de dialogue interlibyen organisé du 2 au 6 octobre à Bouznika [Maroc]. Dans la déclaration finale ayant couronné ce deuxième round, les délégations du Haut Conseil d’État et de la Chambre des représentants ont annoncé que ce round a été sanctionné par des accords globaux sur les critères et les mécanismes pour occuper les postes de souveraineté, prévus par l’article 15 de l’Accord politique libyen de Skhirate [ [Voir l’Accord de 2015].

(Cliquez ici pour l’article en anglais..)

Covid-19 : Une nouvelle organisation du monde s’impose (universitaire marocain)

. PARTICIPATION DEMOCRATIQUE .

Un article de APA News

M. Abdelmoughit Benmassoud Tredano, Professeur de sciences politiques et de géopolitique à l’Université Mohammed V de Rabat, dresse une radioscopie des relations internationales post-Covid-19, ainsi que les premières leçons de la crise du coronavirus.

Selon lui, la crise ne fait que commencer avec l’effondrement des bourses, la chute du prix du pétrole, sur un fond de guerre entre les puissances, et d’autres signaux plus ou moins graves. « Ceci n’est que la partie visible de l’iceberg », estime-t-il.

Ainsi, une nouvelle organisation du monde s’impose. D’abord, au niveau individuel, du groupe et de la nation, l’individualisme est censé s’émousser et la solidarité gagner en profondeur, martèle l’universitaire.

De même, la notion de l’unicité de l’humain et de son destin commun doit interpeller l’insouciance d’avant. Ceci implique certainement de repenser l’organisation du monde sur tous les plans, dans le sens de moins de mondialisation, plus d’Etat-nation et surtout la réhabilitation de l’Etat providence, prédit Pr. Tredano.

Pour ce Directeur de la Revue Marocaine des Sciences Politiques et Sociales et Président du Centre de Recherche et d’Etudes en Sciences Sociales (CRESS), une nouvelle organisation du monde doit être envisagée et de nouveaux modes de production et de répartition de richesses doivent être recherchés et appliqués. Autant dire qu’une remise en cause de la mondialisation est plus qu’impérative voire salutaire.

« Ce n’est pas un luxe mais un choix incontournable et peut-être salvateur. Le choix entre l’extinction de l’humain et sa survie est désormais posé. Ça peut paraître anxiogène et excessif, mais le chaos est là », souligne l’universitaire marocain, auteur de nombreux travaux, ouvrages, articles et études portant sur des questions politiques internes et internationales.

(Cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question for this article
 
How can we work together to overcome this medical and economic crisis?

A toute chose malheur est bon. La crise du Covid-19 « peut avoir une vertu: celle de permettre à la planète une certaine pause », soutient-il. Pour lui, ce que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et les écologistes n’ont pas pu imposer aux décideurs politiques économiques et financiers, la crise liée à cette  pandémie est en train, en partie, de le réaliser.

Apparemment, l’air de la ville chinoise de Wuhan commence à être respirable; et l’eau des canaux de Venise (Italie) est, semble-t- il, plus transparente !

La pandémie du coronavirus pose de nombreux défis. L’Europe et le monde découvrent qu’ils dépendent, tous, de la Chine et la souveraineté économique ou souveraineté tout court est en cause.

Aussi, une remise en cause de la mondialisation suppose un début de relocalisation et de réindustrialisation, explique-t-il, ajoutant qu’une économie circulaire, écologique solidaire, coopérative et de proximité, doit être réhabilitée.

L’universitaire souligne par ailleurs que l’organisation du monde par groupes régionaux doit être adoptée du fait qu’aucun Etat ne peut se suffire à lui seul, sauf les Etats-continents. Il insiste ainsi sur l’impératif d’une solidarité entre les peuples et les Etats, dans des moments de crise planétaires.

La configuration géopolitique mondiale va complètement être chamboulée, reconnait-il, rappelant que les signaux relevés depuis, au moins 2003, se précisent: l’Europe s’effrite, l’Amérique patauge et l’Asie s’affirme.

Faisant observer qu’à la suite de chaque cataclysme géopolitique mondial, il y a nécessité de construire un ordre international nouveau, Pr. Tredano estime que l’idée de la coexistence des puissances régionales et internationales est une piste et un gage de garantie devant éviter la domination des puissants.

« La coopération internationale doit être effective et non pas seulement comme un slogan qu’on agite dans tous les forums internationaux et ce pour pouvoir affronter efficacement des situations de crise telle que celle que nous vivons actuellement. Désormais, tout est mondial ! », souligne le Professeur. 

En attendant une « démondialisation », enchaîne-t-il, la culture de la paix et de tolérance doit s’installer. 

« Ce n’est pas pour sacrifier à une mode, mais elle doit relever des conditions fondamentales et incontournables de vie collective des peuples et des États dans un monde difficile et complexe. Tout cela suppose une nouvelle organisation du monde », fait-il observer dans son analyse livrée à APA.

Liban: Rencontre avec Ogarit Younan (Prix de la prévention des conflits et la Paix )

EDUCATION POUR LA PAIX .

Un article de Agenda Culturel

L’association CHAML a reçu le “Prix de la prévention des conflits et la Paix au Liban 2019” de la fondation Ghazal, récompensant chaque année une ONG. Cette récompense s’inscrit dans le cours de la  longue carrière de ses fondateurs, Ogarit Younan et Walid Slaiby. Pionniers de la non-violence au Liban et dans la région, initiateurs de la formation interactive au Liban, ils sont reconnus comme des figures de la société́ civile depuis plus de 30 ans. Ils ont à leur actif la création de plusieurs associations et surtout la fondation de l’Académie Universitaire pour la Non-violence et les Droits Humains – AUNOHR. 


A l’occasion de la remise du prix, Ogarit Younan répond aux questions de l’Agenda Culturel. 

Depuis combien de temps l’association Chaml existe- t- elle et quels en sont les buts ?

Je voudrais tout d’abord saluer la Fondation GHAZAL et son président fondateur Michel Ghazal, pour ce lien, actif plutôt que passif, qu’il noue avec son pays, en appuyant chaque année des actions concrètes de paix et de citoyenneté.

CHAML(“شمل”، “شباب مواطنون لاعنفيون لاطائفيون”), a été créee au cœur des bouleversements de 2005 qui ont profondément divisé le pays en rassemblant 260 jeunes, à travers des activités dans toutes les mohafazats du pays. Les membres du groupe fondateur viennent de différents horizons mais sans être à la manière ‘confessionnelle folklorique’ car ce n’est absolument pas la philosophie de CHAML. 

En 2008, CHAML obtient le statut officiel d’une association civile conformément à la loi libanaise (Avis No 1040/ Date 10 Septembre 2008). 
 
Les membres du comité de coordination et d’administration de CHAML est composé de professionnels dans l’action civile, de formateurs et formatrices qui sont parmi les senior trainer au Liban. Ils possèdent une qualification spéciale et sont, les premiers au Liban, à détenir un Master en Droits de l’Homme et Non-violence. 
 
De par ses objectifs, CHAML œuvre principalement à contribuer dans les domaines suivants :

* Sensibiliser les jeunes étudiants, notamment les adolescents des classes secondaires par un programme annuel dans des écoles publiques et privées dans toutes les régions du pays.

* Entreprendre des initiatives de paix et de citoyenneté destinées à résoudre des conflits et des ‘blessures’ profondes dans la société libanaise.

* Lutter pour le changement du système confessionnel et des lois injustes.

* Appuyer, de par ses expertises, d’autres organisations civiles, au niveau national et régional, dans des projets pour les jeunes, les femmes, l’éducation et les réfugiés.

Lire ICI les exemples d’activités de CHAML. 
 
La révolution du 17 octobre se veut un soulèvement pacifique. Vous attendiez-vous à un tel soulèvement d’une population que l’on croyait “dans le coma” ?

Evidemment, on s’attendait à quelque chose qui dit «ça suffit », mais c’était sans commune mesure avec ce NON massif. D’ailleurs, ce soulèvement est le résultat d’une accumulation de petits ‘non’ graduels. Plutôt qu’un ‘coma’, je préfère dire ‘une colère’ latente longtemps silencieuse, s’exprimant à maintes reprises au travers d’actions, des fois réussies et la plupart des fois non réussie. Le plus important à présent c’est que ‘l’esprit de la révolution’ bâtisse une stratégie professionnelle et bien organisée qui manque toujours mais qui se développe. 

(Voir suite sur colonne de droite.)

(cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question pour cet article:

Can peace be guaranteed through nonviolent means?

(. . suite)

Lors de ce soulèvement et à votre avis, quels effets ont eu les formations que vous avez dispensées durant ces dernières années ?

Nous avons vu partout et dans toutes les régions les personnes que nous avons formées ces 30 dernières années. Elles participaient dans l’organisation des groupes, la formation aux moyens d’action non-violentes, l’animation des tentes sur des places publiques, l’élaboration d’alternatives, la coordination entre les groupes, les manifestations courageuses face au rappel à la guerre civile et au ‘style confessionnel des milices’ et là je pourrais notamment citer la manifestation des « mères non-violentes » à Chiyah-Ayn Remmaneh organisée par des activistes de CHAML et des étudiantes d’AUNOHR.  
 
La non-violence peut-elle avoir le dernier mot ?

La non-violence est la seule issue. A travers mes rencontres et discussions sur des places publiques à Beyrouth et Tripoli, même les personnes affirmant qu’il n’y a de révolution « que par le sang » ont changé d’avis, quand ils ont découvert que la non-violence est courage, force et solutions efficaces, contrairement à ce qu’ils ont appris. Cela nous mène à mettre fin à la glorification de la violence, à cultiver l’esprit de la non-violence et diffuser ses exemples concrets.     
 
Concernant votre université, à qui sont ouvertes les portes d’AUNOHR ? 
L’Académie Universitaire pour la Non-violence et les Droits Humains – AUNOHR, unique en son genre au Liban et pionnière au niveau mondial a été fondée officiellement en 2014 et les cours ont débuté en 2015-2016. 
 
AUNOHR fut conçue suivant une philosophie qui traite de l’éducation plutôt que de l’enseignement, où la formation au sein de l’université est une vie en soi, et selon les termes de Comenius « des ateliers Humanistes professionnels ».
 
Nous offrons 9 domaines de spécialisations de niveau Master et Diplôme Universitaire (DU) s’appuyant sur tous les domaines académiques et professionnels, et créant de nouvelles opportunités de travail qualifiées internationalement comme étant « les jobs de ce présent en transition et du futur ». 
 
Les étudiants viennent du Liban et de tous les pays arabes; les trois premières promotions sont de six pays: Syrie, Palestine, Irak y compris Kurdistan, Egypte, Jordanie et Liban.

Les participants ont de 21 à 67 ans, femmes et hommes. 

Comme il s’agit de nouvelles spécialisations dans l’enseignement supérieur, les étudiants-es sont de divers horizons académiques et professionnels: enseignants, directeurs d’écoles, journalistes, avocats, profs d’université, activistes, fondateurs d’associations, médecins, élus municipaux, cadres dans le secteur public, employés de banques, religieux, coordinateurs de campagnes civiles et acteurs politiques, artistes, etc. 
 
En même temps, des dizaines de participants se sont joint à des cours ‘individuels’ à horaires flexibles, et ont reçu des certificats officiels (chaque cours: 3 crédits).
   
Comment tout un chacun peut participer à diffuser des messages de non-violence autour d’eux ?

Le meilleur message ne pourrait être que celui des personnes formées avec nous, et je vous invite à écouter les témoignages des étudiants et qui se sont exprimés à l’unanimité que ce fut un « tournant » dans leur vie personnelle et professionnelle. 
 
Voir ici un vidéo de témoignages des étudiants de l’Université.

Merci à Phyllis Kotite, le reporter pour cet article.

Le projet des capitales et villes culturelles arabes : 22 années après, diagnostic et perspectives

. PARTICIPATION DEMOCRATIQUE .

Un article par Mohamed Salah Kadri de Leaders

Le projet des Capitales culturelles a né en Europe, pour la première fois . . . lorsqu’en novembre 1983, Melina Mercouri (1920-1994), alors ministre grecque de la Culture, invita ses pairs européens à « repenser le rôle de la culture dans une construction européenne d’abord basée sur l’intégration économique de ses membres ». Le Conseil des Ministres européens chargés de la culture répondait à cet appel et Athènes (1985), Florence (1986), Amsterdam (1987) et Berlin-Ouest (1988) furent consacrées respectivement « villes européennes de la culture ».

Aussi, Faut-il rappeler qu’ au terme du traité de  L’Union des Capitales Culturelles Ibéro-américaines (L’UCCI) signé le 12 octobre 1982, Bogota fut déclarée en 1991, Capitale culturelle et La LaPaz, s’est vu bénéficier de ce titre en 1999 et voilà qu’aujourd’hui et après presque vingt ans, le titre lui est de nouveau décerné. . . . Les villes Montevideo (1996) et La Havane (1997) furent choisies dans le cadre de l’UCCI. . . .

Cette valorisation de l’appartenance à une aire culturelle commune forme également le cœur du programme « East Asia City of Culture » qui cherche à favoriser la compréhension mutuelle entre le Japon, la Corée du Sud et la Chine. . . .

Capitales et villes culturelles  dans la région arabe

Les objectifs étayés dans le document de faisabilité du Projet des Capitales culturelles arabes préparé par l’ALECSO et entérinés par la Conférence des Ministres de la culture dans les pays arabes en 1998, se résumaient comme suit:

* réaffirmer l’importance de l’unité culturelle arabe et présenter une image claire de la civilisation arabo-musulmane,

* promouvoir la participation des populations locales à la vie culturelle,

* inscrire la culture comme vecteur de développement économique et social,

* encourager les industries culturelles et de création dans les pays arabes,

* renforcer la coopération culturelle entre les pays arabes et avec le reste du monde.

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article. )

Latest Discussion

How can culture of peace be developed at the municipal level?

Le programme des capitales et villes culturelles arabes s’est poursuivi de façon régulière à partir de 1996, à raison d’une Capitale par année. D’ailleurs, de 1996 à 2018, un nombre de 21 capitales arabes ont jouis du titre: Le Caire (1996), Tunis (1997), Sharjah (1998), Beyrouth (1999), Riyad (2000),  Koweït (2001), Amman (2002), Rabat (2003), Sanaa (2004), Khartoum (2005), muscat (2006), Damas (2008), Jérusalem (2009), Doha (2010), Syrte (2011)(2) , Manama (2012), Bagdad (2013), Tripoli (2014)(3), Constantine (2015), Sfax (2016), Louxor (2017) et Oujda (2018).  Pour les cinq prochaines années, il s’agira de : Port-Soudan (2019), Bethléem (2020), Irbid (2021), Koweït (2022) et Tripoli (Liban 2023).

Les mérites et les limites du projet: quelques constats

Le bilan des Capitales culturelles arabes à ce jour prouve qu’elles disposent du potentiel nécessaire pour servir de catalyseur du développement local et du tourisme culturel. L’événement a été une occasion idoine pour que de nouvelles infrastructures soient à l’œuvre et d’autres réaménagées. Des sites historiques et archéologiques sont mis en valeur et des activités artistiques se sont multipliées. Cependant, l’absence de cellule ou de structure, même ad-hoc, au niveau de l’ALECSO chargée du suivi de ce programme rend difficile, aujourd’hui d’établir un bilan exhaustif des actions réalisées. . . .

On a tendance, de plus en plus, à se limiter à une cérémonie d’ouverture et une autre de clôture. . . .

Si le projet des Capitales culturelles arabes a constitué un moment phare de l’agenda des actions menées dans le cadre de la Décennie arabe de développement culturel (2005-2014), il est éminemment recommandé, désormais, avec le lancement depuis Tunis, le 22 juin 2018, par l’ALECSO, d’une Décennie arabe du droit culturel pour la période 2018-2027, de réhabiliter le projet des Capitales de la culture arabe à la lumière des objectifs de ladite Décennie. Les Capitales de la culture choisies pour les prochaines années devraient tenir compte dans leurs programmes des nouvelles donnes, à savoir protéger les droits culturels en tant que droits de l’homme et promouvoir la culture de la paix, de la tolérance et l’amélioration de la compréhension mutuelle entre les pays arabes et le reste du monde. En outre, il semble également opportun d’œuvrer à des alliances mutuelles, de nouer des partenariats et de conclure des jumelages entre les Capitales culturelles arabes et leurs homologuesafricaines, islamiques, européennes, asiatiques et ibéro-américaines. De facto, un travail sur l’image de la ville lauréate nécessite d’emprunter des politiques culturellessusceptibles d’inscrire les jeunes générations dans l’ère du temps et de les préparer à vivre dans un monde pluriel. D’autre part, le 29ème sommet arabe tenu à Dhahran (Royaume d’Arabie Saoudite) le 15 avril 2018 a-t-il présenté une opportunité de repenser le statut de la culture dans les pays arabe, en appelant à l’organisation d’un sommet arabe exclusivement dédié à la question culturelle ?« Mieux vaut tenir une seule promesse que d’en renouveler cent ».

Maroc – Lettres : Oujda affiche son « ambition maghrébine et africaine »

EDUCATION POUR LA PAIX

Un article par Bios Diallo pour Le Point

C’est autour du thème « Réinventer l’universel » que la capitale régionale de l’Orient marocain a abrité du 18 au 21 octobre 2018 la 2e édition du salon maghrébin du livre. Une manifestation pleine de profondeur.


Frontalière avec l’Algérie et porte d’entrée au Maroc, Oujda est une ville aux multiples brassages. Ce qui fait dire au ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Al Aaraj, que le salon Lettres du Maghreb ressemble à la ville qui l’accueille : un creuset de cultures spirituelles et intellectuelles. D’ailleurs, Oujda a été désignée, en 2018, « capitale de la culture arabe » !

Plus de 300 écrivains et éditeurs étaient présents. Et au-delà des auteurs venus du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, de la Mauritanie, de la Libye, de l’Égypte, du Soudan, cette édition a accueilli également des écrivains et poètes du Liban, de la Palestine, de la Syrie, de l’Iran, de l’Amérique latine et d’Europe. L’Afrique subsaharienne aussi était présente à travers la Côte d’Ivoire, pays invité d’honneur. Le président du salon, Mohamed Mbarki, a parlé d’une « ambition maghrébine et africaine » à construire à travers les lettres.

Vers l’universalité


Reste à savoir comment promouvoir et conduire les littératures maghrébines vers l’universalité. L’écrivain Jalal El Hakmaoui, par ailleurs commissaire du salon, précise : « Il ne s’agit pas de créer l’universalité, mais de la remettre en perspective à partir des contributions de penseurs. » Transcender alors les déchirures du monde et les particularismes porteurs d’idéologies de haine, pour tendre vers un monde ouvert et respectueux de l’autre. Avec « Réinventer l’universel », les intervenants invitent à la prééminence des idées positives sur les discours qui instrumentalisent la peur.

Le public a eu l’embarras du choix sur les thématiques. Les salles étaient littéralement envahies par les assoiffés du savoir et des débats. Le sujet « Islam et modernité » catalyse bien des passions dans un Maghreb au cœur des mutations. En effet, entre les radicalisations et les violences, des éclairages s’imposent. Et si l’islam, en tant que foi personnelle, n’est pas réfractaire à la modernité, le regard extérieur porté sur lui est aujourd’hui biaisé. « Non, l’islam n’est pas violent, s’insurge l’éditeur et traducteur algérien Sakhr Benhassine. Et pour cause, si on enquête après un acte perpétré, on découvre les limites et religieuses et humaines des personnes à la source du répréhensible acte. C’est donc pour d’autres mobiles que l’ignoble est commis, et non l’islam. » À la table ronde « Soufisme et la culture de la paix », le rappeur, slameur et écrivain Abd al Malik abonde dans le même sens : « Il est de notre devoir d’éclairer les personnes qui n’ont pas vraiment accès au Livre, soutient-il. Depuis que je m’intéresse au soufisme, que je parcours le monde des textes d’origine, je découvre et la force et l’esprit de paix contenus dans les écritures sacrées. Il faut croire simplement que les gens sont mal informés. »

(Voir suite sur colonne de droite.)

(cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question pour cet article:

What is the relation between peace and education?

(. . suite)

Des thèmes qui interpellent l’actualité


« Le Maghreb vu d’ailleurs » et « Être migrant aujourd’hui » se recoupent par le fait du départ et du retour, du regard de l’autre et de soi-même. Le Maghreb, lui-même terre de confluences, connaît aujourd’hui de nombreuses traversées vers l’Europe. Tout comme il connaît une saignée de sa propre jeunesse en quête d’horizons meilleurs vers l’Europe, le Canada et les États-Unis. Mais à cause, entre autres, d’attentats et violences souvent commis par des individualités se réclamant de l’islam, migrants et non-migrants se retrouvent stigmatisés. « Pour autant, dit Fodé Sylla, grand activiste des années 2000 en France et modérateur de l’une des rencontres, il ne faudra pas céder à la peur de l’autre. Ni le musulman ni la migration ne portent des gènes de violence. La culture de la violence leur est imposée malhonnêtement. » « Nous devons éviter les jugements et identités figées », renchérit la romancière marocaine Naïma Lahbil Tagemouati.

L’imaginaire des langues, la création, le rêve d’ailleurs, l’édition et la circulation du livre ne seront pas en reste. Et si la littérature maghrébine repose sur de brillantes plumes, force est de reconnaître que celles-ci évoluent ailleurs. Un ailleurs plus attractif, mais bien au détriment de terres déshéritées. C’est ce que veut corriger ce salon, disent les organisateurs. Le Wali de la région, féru de lectures, interroge : « Serons-nous toujours condamnés à voir célébrer ailleurs nos auteurs ? » Mouaad Jamai refuse d’abdiquer : « Que ne sommes-nous capables de valoriser ici au Maghreb ! Oujda est un cadre propice. Nous pouvons ici exprimer haut et fort une volonté commune de faire exister une édition maghrébine cohérente et solidaire à l’échelle de la sous-région autour de nos auteurs et éditeurs. »

La jonction de deux mondes


Maghreb et Afrique subsaharienne partagent le même dilemme. « Notre littérature reste toujours à la remorque, regrette le poète ivoirien Henry Nkoumo. Produite ailleurs, peu diffusée et encouragée chez nous, elle ne peut faire autrement. Mais il est temps que nous soyons capables de produire par nous-mêmes, et permettre à nos scolaires et lecteurs d’avoir accès comme il se doit à nos productions ! » C’est sans doute pour cela que le salon maghrébin du livre accorde la part belle à la jeunesse (ateliers d’écriture, de BD, de nouvelles et d’images avec des écrivains et illustrateurs) et aux éditions locales.

Et la construction nécessaire des ponts. « Désigner, à chaque édition un pays du Sud comme invité d’honneur, dit Abdelkader Retnani, président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc et une des chevilles ouvrières de l’événement, participe de la volonté du royaume de marquer son ancrage africain. » Pour cette seconde édition, la Côte d’Ivoire succède au Sénégal. Maurice Kouakou Bandaman, ministre de la Culture et de la Francophonie de la Côte d’Ivoire, y voit un signe réconfortant : « En faisant du salon maghrébin du livre d’Oujda une porte fédératrice grandement ouverte sur le monde, les organisateurs donnent au Maroc de belles couleurs et témoignent des espoirs attendus de notre industrie du livre. »

Les visiteurs sont repartis les bras chargés de livres, avec des idées à mûrir avant avec 2019 !