Category Archives: EGALITE DES FEMMES

Déclaration de Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, pour la Journée internationale des femmes 2021

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

Une déclaration de ONU Femmes

La Journée internationale des femmes de cette année arrive à un moment difficile pour le monde et pour l’égalité des sexes, mais ce même moment est idéal pour mener une action transformatrice et pour féliciter les femmes et les jeunes pour leur combat acharné en faveur de l’égalité de genre et des droits fondamentaux. Notre priorité porte sur le leadership des femmes et sur le renforcement de leur représentativité dans tous les domaines, actuellement dominés par les hommes, où des décisions sur des questions qui affectent la vie des femmes sont prises. L’absence généralisée et désastreuse de représentation des intérêts des femmes a trop duré.



Video de la déclaration

Alors que nous examinons les difficultés extraordinaires infligées à des millions de femmes et de filles et à leurs communautés par la COVID-19, nous nous réjouissons par avance des excellentes perspectives de changement offertes par le Forum Génération Égalité et les Coalitions d’action.

Nous avons constaté au cours de cette pandémie une augmentation des actes de violence envers les femmes et les filles et un recul de l’apprentissage des filles à mesure que les taux d’abandon scolaire, les responsabilités en matière de soins et les mariages d’enfants augmentent. Nous constatons que des dizaines de millions de femmes supplémentaires ont sombré dans l’extrême pauvreté, car elles perdent leur emploi à un rythme plus élevé que les hommes, et elles pâtissent de leurs difficultés à accéder aux nouvelles technologies et de leur manque de compétences numériques. On ne peut pas laisser les hommes résoudre seuls ces problèmes parmi tant d’autres. Pourtant, bien qu’il y ait des exceptions notables, la plupart des pays affichent une absence flagrante de femmes dans les postes de décisions et de leadership qui pourraient garantir que ces questions soient présentées et traitées efficacement, une situation qui nuit au processus de changement pour les femmes en général.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour l’article en anglais ou ici pour l’article en espagnol .)

 

Questions for this article:

Does the UN advance equality for women?

Prospects for progress in women’s equality, what are the short and long term prospects?

(. . . suite)

Des avancées sont à saluer, comme l’arrivée des femmes aux plus hauts postes d’organisations telles que l’OMC (Organisation mondiale du commerce), le FMI (Fonds monétaire international) et la BCE (Banque centrale européenne) et nous attendons avec impatience d’autres nominations de ce type qui contribueront à redéfinir le profil des dirigeants. Pourtant, ce n’est pas la norme. En 2020, les femmes représentaient en moyenne (à l’échelle mondiale) 4,4 pour cent des chefs d’entreprise, 16,9 pour cent des membres des conseils d’administration, 25 pour cent des parlementaires nationaux et 13 pour cent des négociateurs de paix. Seuls 22 pays ont actuellement à leur tête une femme cheffe d’État ou de gouvernement, tandis que 119 n’ont jamais connu une telle configuration – ce qui a des conséquences importantes pour les aspirations des filles qui grandissent. Vu la tendance actuelle, il faudra attendre 2150 avant de parvenir à la parité entre les sexes au plus haut poste de l’État. 

Cela peut et doit changer. Pour ce faire, nous devons avoir la volonté politique de soutenir activement et intentionnellement la représentation des femmes. Les leaders peuvent définir et atteindre des objectifs de parité, notamment en nommant des femmes à des postes exécutifs à tous les échelons du gouvernement, comme cela s’est produit dans les quelques pays dont les exécutifs sont paritaires. Des mesures spéciales peuvent fonctionner. On a pu ainsi observer de réels progrès en matière de leadership féminin lorsque les pays ont mis en place et appliqué des quotas. Il en va de même pour les pays ayant adopté des politiques destinées à régler le problème de la représentativité. Sans ces mesures, les progrès sont plus lents, voire inexistants, et facilement réduits à néant.

Aucun pays ne peut prospérer sans la participation des femmes. Nous avons besoin d’une représentation des femmes qui reflète toutes les femmes et les filles dans toutes leur diversité et leurs capacités, indépendamment de leur situation sur le plan culturel, social, économique et politique. Il s’agit là de la seule façon d’obtenir un véritable changement sociétal qui intègre les femmes dans la prise de décisions, sur un pied d’égalité et au bénéfice de toutes et tous.

Telle est la philosophie du Programme à l’horizon 2030, des Objectifs de développement durable et de la perspective de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing. Cette vision est celle de la société civile et des nombreux jeunes qui montrent déjà la voie et de toutes celles et ceux qui nous rejoindront dans les Coalitions d’action de la Génération Égalité. Nous devons prendre des mesures audacieuses et décisives dans le monde entier pour intégrer un grand nombre de femmes au cœur des espaces de prise de décisions et les considérer comme partenaires à part entière, afin de pouvoir progresser immédiatement vers un monde plus écologique, plus équitable et plus solidaire.

Journée internationale des femmes 2021

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

Une publication de ONU Femmes

Les femmes du monde entier revendiquent et méritent un avenir égalitaire libre de préjugés, de stéréotypes et de violence ; un avenir durable et pacifique avec les mêmes droits et des chances égales pour toutes et tous. Pour y parvenir, le monde requiert la présence des femmes dans toutes les prises de décisions.

Cette année, le thème de la Journée internationale des femmes (le 8 mars), « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 », célèbre les efforts considérables déployés par les femmes et les filles partout dans le monde pour façonner un futur et une relance plus égalitaires suite à la pandémie de Covid-19 et met en lumière les lacunes à combler.


Credit: ONU Femmes/Yihui Yuan.

La participation pleine et effective des femmes et leur accès aux fonctions de direction dans tous les domaines de la vie favorisent le progrès pour toutes et tous. Pourtant, les femmes restent sous-représentées dans la sphère publique et les postes de décisions, comme le révèle le récent rapport du Secrétaire général  des Nations Unies. Les femmes sont à la tête d’un État ou d’un gouvernement dans 22 pays et elles n’occupent que 24,9 pour cent des postes parlementaires nationaux. Au rythme actuel des progrès, il faudra encore 130 ans avant que l’égalité des sexes parmi les chefs de gouvernement ne soit atteinte.

Les femmes sont également au premier plan de la lutte contre la COVID-19, en tant que travailleuses de première ligne et professionnelles de santé, en tant que scientifiques, médecins et pourvoyeuses de soins, mais elles sont pourtant payées 11 pour cent de moins que leurs homologues masculins à l’échelle mondiale. Une analyse des groupes de travail sur la COVID-19 de 87 pays a révélé que la parité entre les sexes n’avait été atteinte que pour 3,5 pour cent d’entre eux seulement.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour l’article en anglais ou ici pour l’article en espagnol .)

 

Questions for this article:

Does the UN advance equality for women?

Prospects for progress in women’s equality, what are the short and long term prospects?

(. . . suite)

Lorsque les femmes occupent des postes de direction, nous voyons des résultats positifs. Parmi les interventions les plus efficaces et exemplaires qui ont été menées jusqu’à présent pour lutter contre la pandémie de COVID-19, certaines l’ont été par des femmes. Et les femmes, notamment les jeunes femmes, sont à l’avant-garde de mouvements divers et inclusifs, en ligne et dans la rue, visant à promouvoir la justice sociale, la lutte contre le changement climatique et l’égalité dans toutes les régions du monde. Pourtant, les femmes de moins de 30 ans représentent moins de 1 pour cent des parlementaires dans le monde. 

C’est pour cette raison que cette année, la Journée internationale des femmes sert de cri de ralliement à la Génération Égalité qui réclame des actions favorisant l’avènement d’un avenir à chances égales pour tous. Le Forum Génération Égalité, le plus gros rassemblement pour l’investissement et l’action en faveur de l’égalité des sexes, débutera à Mexico entre le 29 et 31 mars et culminera à Paris en juin 2021. Il mobilisera des leaders, des visionnaires et des activistes du monde entier, en toute sécurité sur une plateforme virtuelle, pour faire pression en faveur d’un changement transformateur et durable pour les générations à venir.

Apprenez-en davantage sur le Forum Génération Égalité, rencontrez les activistes et inspirez-vous des récits des femmes leaders que nous admirons.

Évènement : Commémoration de la Journée internationale des femmes
Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 sur le chemin du Forum Génération Égalité. Et aussie.

Déclarations

Déclaration de Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, pour la Journée internationale des femmes 2021

Dans sa déclaration à l’occasion de la Journée internationale de la femme (8 mars), la Directrice exécutive d’ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a déclaré: « Nous avons besoin d’une représentation des femmes qui reflète toutes les femmes et les filles dans toutes leur diversité et leurs capacités, indépendamment de leur situation sur le plan culturel, social, économique et politique. Il s’agit là de la seule façon d’obtenir un véritable changement sociétal qui intègre les femmes dans la prise de décisions, sur un pied d’égalité et au bénéfice de toutes et tous. »

Femmes et filles dans les sciences : une plus grande diversité favorise une plus grande innovation (ONU)

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

Un article de ONU Info

A l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science (11 février), les Nations Unies ont appelé à combler les écarts entre les genres dans les sciences, les technologies, l’ingénierie et les mathématiques (STIM) et à lutter contre les stéréotypes qui entretiennent l’idée que les parcours professionnels dans ces domaines sont réservés aux hommes et garçons.


Video fait par le Secrétaire général

La crise de la Covid-19 a démontré, une fois encore, le rôle essentiel des femmes et des jeunes filles dans les sciences. Les chercheuses ont été à l’origine de nombreuses avancées décisives dans la lutte contre la pandémie – de la compréhension du virus au contrôle de sa propagation, en passant par la mise au point de tests de diagnostic et de vaccins.

Dans le même temps, il apparaît de plus en plus évident que la pandémie a touché les femmes – notamment les femmes scientifiques – plus durement que les hommes, par exemple en raison de la répartition déséquilibrée des tâches familiales et travaux domestiques non rémunérés. 

« Trop souvent, les femmes prennent en charge l’enseignement à domicile, les soins aux personnes âgées et d’autres tâches liées aux injonctions de rester chez soi, au détriment de leur propre emploi », on rappelé Audrey Azoulay, la Directrice générale de l’UNESCO, et Phumzile Mlambo-Ngcuka, la Directrice exécutive d’ONU Femmes.

Les inégalités entre sexes ont augmenté très fortement au cours de l’année écoulée, les femmes ayant le plus pâti des fermetures d’écoles et du télétravail. « Beaucoup de femmes scientifiques ont vu leurs laboratoires fermer et ont dû s’occuper davantage de leurs enfants et de leurs proches, ce qui a amputé leur temps de recherche », a déploré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres. « Pour ces femmes, ces complications sont venues aggraver une situation déjà difficile ».

Seulement 33% des chercheurs sont des femmes

Les stéréotypes de genre et les inégalités entre les sexes continuent d’empêcher de nombreuses filles et femmes d’entreprendre et de poursuivre une carrière scientifique partout dans le monde. La prochaine édition du Rapport de l’UNESCO sur la science montre que seulement 33% des chercheurs sont des femmes, alors qu’elles représentent pourtant 45% et 55% des étudiants en licence et en master, respectivement, et 44 % de ceux qui sont inscrits en doctorat.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour l’article en anglais ou ici pour l’article en espagnol .)

 

Questions for this article:

Does the UN advance equality for women?

Prospects for progress in women’s equality, what are the short and long term prospects?

(. . . suite)

« Nous devons redoubler d’efforts pour combler ces écarts entre les genres dans le domaine des sciences, et lutter contre les normes et les stéréotypes qui créent et entretiennent l’idée que les parcours professionnels y sont limités pour les filles », ont souligné Mme Azoulay et Mme Mlambo-Ngcuka.

Pour l’UNESCO et ONU Femmes, l’urgence est d’autant plus grande que les femmes sont sous-représentées dans des domaines essentiels pour l’avenir du travail, tels que les énergies renouvelables et les technologies numériques, puisque seulement 3% des filles inscrites dans l’enseignement supérieur choisissent les technologies de l’information et de la communication.

« Nous avons besoin de la science et la science a besoin des femmes. Il ne s’agit pas seulement de s’engager en faveur de l’égalité des droits ; il s’agit également de rendre la science plus ouverte, plus diversifiée et plus efficace », ont dit les deux hautes responsables onusiennes.

Sans féminisation des STIM, le potentiel des filles et des femmes restera inexploité

Faire progresser l’égalité des genres dans les sciences et les technologies est essentiel pour bâtir un avenir meilleur, souligne le chef de l’ONU. « Il est temps d’admettre qu’une plus grande diversité favorise une plus grande innovation », a dit M Guterres. « Si l’on ne féminise pas davantage les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques, le monde continuera d’être façonné par et pour les hommes et le potentiel des filles et des femmes restera inexploité ».

Selon le Secrétaire général, les décideurs doivent faire en sorte que les filles aient accès à l’éducation qu’elles méritent et qu’elles puissent se projeter dans les métiers de l’ingénierie, de la programmation informatique, du cloud, de la robotique et des sciences de la santé.

Pour apporter un changement véritable, l’UNESCO et ONU Femmes plaident pour des politiques et programmes en matière d’égalité des genres qui permettent d’éliminer les stéréotypes de genre par l’éducation, de modifier les normes sociales, de promouvoir les modèles que représentent les femmes scientifiques et de sensibiliser aux plus hauts niveaux de prise de décisions.

« Nous devons veiller non seulement à ce que les femmes et les filles participent aux domaines des STIM, mais également à ce qu’elles aient les moyens de diriger et d’innover, et qu’elles soient soutenues par des politiques et cultures organisationnelles sur le lieu de travail qui garantissent leur sécurité, tiennent compte de leurs besoins en tant que parents et les incitent à progresser et à s’épanouir dans ces carrières », ont dit Mme Azoulay et Mme Mlambo-Ngcuka

Au Malawi, la Cheffe Theresa Kachindamoto Lutte Contre le Mariage Précoce

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

Un artícle de Afrique Femme

Depuis qu’elle a été désignée cheffe traditionnelle d’une région centrale du Malawi, Theresa Kachindamoto lutte contre le mariage des enfants. Grâce à elle, des centaines d’unions ont été annulées et autant de filles rescolarisées, tandis que son action au niveau national a contribué à initier des lois qui interdisent désormais le mariage précoce.

Theresa Kachindamoto est une Inkosi, une cheffe traditionnelle au Malawi, dans le district de Dedza, près du lac Malawi, au centre du pays. Benjamine de douze enfants dans une famille issue d’une lignée de chefs traditionnels, elle a été secrétaire pendant 27 ans dans une école du district de Zomba, dans le sud du pays. Mariée et mère de cinq garçons, elle a été choisie il y a 16 ans “pour sa bienveillance envers les gens” pour assumer les fonction de cheffe dans sa région natale. Elle exerce à ce titre une autorité informelle sur plus de 900 000 personnes.

Le mariage des enfants : un bastion de la tradition

Les acteurs du changement en Afrique le savent tous, et Theresa Kachindamoto le dit aussi : “Dans le domaine de l’égalité des genres, le bastion du changement le plus difficile à ébranler reste la pratique culturelle et traditionnelle”. Ce sont parfois même les garants des croyances et des normes culturelles, autrement dit les chefs de communautés, qui font barrage aux mesures contre le mariage précoce, les mutilations génitales féminines et autres mesures visant à améliorer la condition des femmes. Theresa Kachindamoto estime que la culture n’est pas statique, et c’est sur le levier qu’elle agit, en mettant son autorité de cheffe à profit pour promouvoir l’éducation des filles, mais aussi des garçons, et lutter contre les mariages précoces. 

La première chose qui l’a frappée en prenant ses fonctions, se souvient-elle, c’était le nombre de filles de moins de 15 ans déjà mariées avec deux enfants : “J’ai dit non, c’est trop ! Je dois faire quelque chose !” En juin 2015, déjà, elle disait au Maravi Post, “J’ai fait annuler 330 mariages : dans 175 d’entre eux, la fille n’était qu’une enfant, et dans 155 de ces mariages, le père de famille n’était qu’un jeune garçon. Je voulais les renvoyer à l’école, et j’ai réussi”. Au Nyasa Times, elle assurait : “Je ne veux pas que les enfants se marient. Ils doivent aller à l’école. Dans ma région, nous avons désormais défini nos propres lois pour interdire les mariages précoces, et elles ne souffriront d’aucune exception… Jamais un enfant ne doit rester enfermer à la maison, ni travailler la terre, ni faire des tâches ménagères en période scolaire. Jamais un chef de village, de communauté ou religion ne doit sceller une union sans avoir examiné les dates de naissances des mariés”.

Eduquez une fille et vous éduquez toute une région… Vous éduquez le monde.


De concert avec les parents, les enseignants, le comité de village, les chefs religieux et les ONG, Theresa Kachindamoto a ainsi fait interdire les mariages d’enfants au sein de sa communauté et annuler plus de 3500 mariages précoces préalables à son arrivée – non-civils, pour la plupart. Les enfants ont été renvoyés sur les bancs de l’école. “Eduquez une fille et vous éduquez toute une région… Vous éduquez le monde”, dit-elle.

Changer les lois

Amener les parents à changer d’avis, surtout les plus pauvres, qui avaient perçu une dot, n’est pas chose facile, mais elle a convaincu la cinquantaine de chefs qui lui sont subordonnés dans son district d’abolir le mariage précoce et d’annuler les unions existantes. Seulement quatre d’entre eux n’ont pas entièrement respecté les nouvelles règles – ceux-là ont été démis de leurs fonctions, avant d’être rétablis dans leur position dès que la cheffe a eu la certitude que tous les mariages avaient été annulés.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Questions for this article:

Protecting women and girls against violence, Is progress being made?

Can the women of Africa lead the continent to peace?

(. . . suite)

C’est le porte-à-porte, surtout, dit-elle, qui lui a permis de convaincre la population de la nécessité d’annuler les unions précoces. Theresa Kachindamoto sait qu’il faut beaucoup de force et de courage pour changer les us et les coutumes, surtout là où les droits humains heurtent les croyances culturelles. “Ce n’est pas facile de changer les points de vue et les schémas de pensée des gens. Que vous soyez une femme ou un homme, il faut beaucoup de force.” 


Son action a contribué à initier des lois au niveau national : “J’étais en première ligne des rassemblements pour que le Malawi fixe l’âge minimum du mariage à 18 ans. Je participais à toutes les actions visant convaincre le gouvernement d’adopter la loi, explique-t-elle au média en ligne AfricaPortal. Dans ses fonctions, elle profite des cérémonies pour sensibiliser les communautés, “pour que les changements soient bien compris”. Mission accomplie : en 2015, la loi sur le mariage, le divorce et les relations familiales fixait à 18 ans l’âge minimum du mariage pour les filles et les garçons au Malawi, puis, en 2017, un amendement constitutionnel bannissait totalement les mariages précoces, interdisant toute dérogation. 


Quand j’ai été désignée cheffe, aucune autre femme n’assumait cette fonction dans ma région.




Avant même de militer contre les mariages précoces, la cheffe Theresa Kachindamoto bouleversait des décennies de normes culturelles en assumant une position d’autorité traditionnelle. Depuis, elle use de son influence pour instiller davantage d’égalité des genres dans ce milieu : “Quand j’ai été désignée cheffe, aucune autre femme n’assumait cette fonction dans ma région, explique-t-elle à AfricaPortal. Depuis, j’ai réussi à convaincre les familles royales de choisir des femmes et 55 femmes ont été désignées pour occuper des positions de cheffes subordonnées. Je suis fière d’avoir réussi à rééquilibrer les genres parmi les chefs. Même les chefs hommes me considèrent comme un exemple sur ce plan. Et tous jouent un rôle dans l’application des coutumes qui freinent les avancées en matière de mariage précoce.”

Malgré les lois interdisant le mariage des enfants au Malawi, environ 46% des jeunes filles sont mariées avant l’âge de 18 ans, et 9% avant 15 ans, soit l’un des plus haut taux de mariages précoces dans le monde, estime l’UNICEF.

Dans ce pays où plus de 20 % de la population survit sous le seuil de l’extrême pauvreté, avec moins de 1,90 dollar par jour, où le taux de pauvreté est passé de 50,7% en 2010 à 51,5% en 2016, où le taux d’infection par le VIH est à 10 % et où les mesures de confinement contre la pandémie Covid-19 ont durement affecté l’économie informelle et rurale, le mariage des enfants reste envisagé comme une issue pour les familles en grande difficulté.

Pour combler le vide laissé par l’interdiction du mariage précoce, qui joue un rôle fonctionnel dans la société, Theresa Kachindamoto veut mettre l’accent sur l’éducation des enfants. “Des parents viennent me demander d’aider leurs enfants financièrement, puisque je suis à l’origine de la dissolution d’un mariage destiné à leur épargner la pauvreté.” Alors la cheffe lance à une campagne de sensibilisaion montrant l’importance de la scolarité pour les filles et les garçons, ainsi que les dangers pour la santé d’un mariage précoce, à commencer par les complications lors de l’accouchement.


Empouvoirer les femmes

Pour lutter contre le mariage précoce, Theresa Kachindamoto veut aussi aider les jeunes femmes à créer leurs petites entreprises. Pour ce travail d’empouvoirement économique, elle s’inspire du modèle ougandais et de ses initiatives pour l’entrepreunariat au féminin. “Je prends exemple sur le réseau des Reines africaines et Cheffes culturelles (Aqwcln) pour changer la vie des femmes, des jeunes filles et des enfants d’Afrique. L’Aqwcln apporte un soutien essentiel aux femmes en leur permettant de développer leur entreprise. A mon sens, le meilleur moyen de faire progresser l’égalité des genres est d’éduquer les femmes sur le plan civique et financier, afin qu’elle puisse prendre pleinement leur place dans la société.”

Avec ses solutions pratiques à la pauvreté, son action politique et de sensibilisation dans une perspective d’égalité des genres, la cheffe Theresa Kachindamoto a gagné le coeur des populations qu’elle chapeaute. “Nous prenons le temps de parler de toutes ces croyances qui risquent de détruire notre belle société et ceux qui construiront notre nation, explique-t-elle à AfricaPortal. Nous nous accordons pour abolir les coutumes toxiques et promouvoir les coutumes constructives, et pour mettre en oeuvre des règles qui doivent être respectées et ratifiée par tous les acteurs de la société. Personne, pas même le chef, ne peut forcer un ou une mineur à se marier.”

(Merci à Kiki Adams, le reporter de CPNN pour cet article.)
 

Côte d’Ivoire : Recherche de la paix: Des leaders d’association et de communauté apportent leurs contribution

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

Un article de Abidjan News

« J’aime mon pays, je participe à la paix » c’est le slogan de l’ONG voix de femme pour sa campagne de sensibilisation en faveur de la paix en cette période électorale. A travers une série de tournées depuis le 22 septembre dans les communes d’Abidjan, voix de femmes a engagé le dialogue avec les populations afin de recueillir leurs contribution pour la paix .L’étape de clôture à Koumassi le vendredi 09 octobre 2020 à la salle de la maire de la dite commune n’a pas dérogé à la règle. Une table ronde a permis aux populations d’apporter leur pierre à l’édifice de la paix.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Questions for this article:

Can the women of Africa lead the continent to peace?

(. . . suite)

Yao Akissi Cedia Christelle, présidente de l’ONG a fait savoir que voix de femme à l’origine a pour objectif de lutter contre les violences faites aux femmes et aux enfants c’est-à-dire bâtir un leadership efficace des femmes et des jeunes filles en vue d’assurer leur autonomie et leur développement, aider ces femmes victimes dans le processus judiciaire et psychologique, éduquer et sensibiliser les enfants et les adolescents, alphabétiser les femmes illettrées et créer un centre d’accueil. Selon la présidente Cynthia, ces objectifs ne peuvent se réaliser que dans un cadre de paix d’où la nécessité pour voix de femme de prendre son bâton de pèlerin en cette période électorale pour aller à la rencontre des populations pour parler de paix.

M. Koffi Wilfried Kpondou Responsable Adjoint de la Commission du projet insistera sur le caractère apolitique de l’ONG. Abondant dans le même sens la marraine Kourouma Rokia a fait savoir à l’auditoire que Voix de femme entend entretenir ce caractère apolitique pour atteindre ses objectifs.

Touré Souleymane vice président des affaires culturelles et communautaires traduira la joie du maire Cissé Bacongo pour cette initiative qui augure de belles perspectives pour sa commune et la Côte d’Ivoire toute entière. A en croire M. Touré sa longue carrière d’enseignant lui a permis de savoir « l’importance du dialogue et surtout de l’intérêt de la paix et de l’homme au centre des débats », a-t-il dit avant déclarer ouverte la table ronde.

Diffa, Niger : Lancement de campagne de sensibilisation pour le renforcement de la participation des femmes et des jeunes dans le dialogue intercommunautaire

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

Un article par Mato Adamou dans News a Niamey

Le mardi 29 Septembre 2020 a eu lieu une cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation pour le renforcement de la participation des femmes et des jeunes dans les différents cadres de dialogue intercommunautaire et la facilitation de la prise en compte de leurs besoins spécifiques. Cette cérémonie s’est déroulée dans la salle de réunions du Gouvernorat sous la présidence du Gouverneur de la région M. Issa Lemine.

L’on notait à cette occasion la présence du préfet de Diffa, de la Cheffe de Base OXFAM Diffa, du responsable du Sous-Bureau FAO, du Chef de Canton de la Koumadougou, des représentants des Communes de N’Gourti, de N’Guigmi, de Kablewa, de Toumour, de Gueskérou et de Bosso. Organisée par l’ONG OXFAM, cette cérémonie vise à mettre en place une approche holistique qui soutient le triptyque Urgence-Développement-Consolidation de la Paix.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Questions for this article:

Can the women of Africa lead the continent to peace?

(. . . suite)

Dans son discours à cette occasion, la cheffe de Base OXFAM a d’abord remercié les participants pour leur participation massive à cette cérémonie avant de situer l’objectif de cette activité. Il s’agit selon Hadjia Gouya Mahamane Delley, de sensibiliser les communautés sur l’importance de la prise en compte des besoins spécifiques des femmes et des jeunes dans les instances décisionnelles communautaires. Il s’agit aussi sensibiliser ces communautés sur le rôle des femmes et des jeunes dans la culture de la paix, la cohésion sociale, la coexistence pacifique et la gestion non violente des conflits. La cheffe de Base OXFAM Diffa a aussi noté la faisabilité de présenter un plaidoyer auprès des leaders pour une meilleure représentativité des femmes et des jeunes dans les programmes communautaire. Elle a enfin insisté sur le rôle important des femmes dans la gestion des conflits liés à la transhumance.

Procédant au lancement de cette campagne, le Gouverneur de Diffa a tout d’abord salué l’initiative d’impliquer les femmes et les jeunes dans les différents systèmes de prise de décision au sein des communautés. M Issa Lemine a ensuite souligné que la problématique du développement local est à la confluence de la bonne gouvernance. Elle constitue un enjeu pour les pouvoirs publics, les collectivités territoriales et les communautés locales. Pour le gouverneur de la région de Diffa, ce démarche s’inscrit dans le cadre de l’analyse participative et approfondie des déterminants de conflits et facteurs de la paix pour le renforcement des cadres de concertation régionaux et locaux, en vue de faciliter l’accès apaisé aux ressources naturelles et notamment pastorales pour une contribution à la consolidation de la paix.

Le PAYNCoP Gabon se joint à l’UNESCO pour combattre les fakes news sur le Covid19 et les violences faites aux femmes

LIBRE CIRCULATION DE L’INFORMATION

envoyé à CPNN par Jerry Bibang

Dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse (03 mai), le PAYNCoP Gabon a pris part, les 04 et le 05 mai 2020, à deux vidéos conférences, organisées par le Bureau UNESCO de Libreville.

La première qui a regroupé une vingtaine d’organisations de jeunes portait sur l’Education aux Médias et à l’information (EMI) afin de combattre la propagation des fakes news, notamment en rapport avec le Covid 19.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Cliquez ici pour une version anglaise.)

Question related to this article.
 
African journalism and the Culture of Peace, A model for the rest of the world?

How can we work together to overcome this medical and economic crisis?

Protecting women and girls against violence, Is progress being made?

(. . . suite)

La rencontre a permis à une vingtaine de jeunes leaders associatifs du Gabon, dont ceux du PAYNCoP Gabon, de renforcer leurs capacités dans les techniques de détection et de vérification de fausses informations (fact-cheking). Des échanges riches qui ont permis d’identifier des actions à mettre en œuvre conjointement dans le cadre de la lutte contre le Covid19, notamment une campagne de sensibilisation en ligne et bien d’autres activités.

La deuxième, avec les journalistes des médias publics et privés, était orienté sur le traitement des violences faites aux femmes et la sécurité des journalistes. Il était question de voir, entre autres, comment traiter les questions de violences à l’endroit des femmes, tout en respectant les règles d’éthique et déontologie professionnelle ainsi que les réalités sociales et culturelles dans le contexte gabonais. Un guide pédagogique, publié par l’UNESCO, intitulé ‘’ Informer sur les violences des femmes et des filles’’ ainsi que de nombreuses contributions ont constitué la trame des échanges.

En marge de cette rencontre, les journalistes participants ont évoqué la nécessité de mettre en place une plateforme d’autorégulation des professionnels de l’information et de la communication afin de contribuer à l’amélioration de la pratique du journalisme au Gabon.

Grève nationale des femme u Mexique: Comment et pourquoi est elle organisée?

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

Un article de Cecilia González dans RT.com (télévision russe) (traduction par CPNN)

Au cri de “Une journée sans nous”, des millions de Mexicaines ont participés lundi [9 mars] à la grève nationale des femme dont l’appel a été au moment de la vague croissante d’indignation à l’égard des féminicides et s’est ajouté à la longue liste des demandes de l’agenda féministe.


Vidéo sur la manifestation à l’occasion de la Journée internationale de la femme, Mexico, 8 mars 2020. Photo: Gustavo Graf / Reuters

Après la marche massive de dimanche, en commémoration de la Journée internationale de la femme, les travailleurs publics et privés ont été appelés à quitter les bureaux, les banques, les supermarchés, les restaurants, les cafés, les journaux, les magasins et toutes sortes de lieux de travail. Les femmes qui s’y sont jointes n’ont pas effectués de tâches domestiques afin de rendre leur poids visible dans l’économie et dans la société et pour dénoncer les multiples aspects de la violence de genre.

Une enquête publiée la semaine dernière par le journal El Financiero a révélé que la grève avait le soutien de 67% à l’échelle nationale et que 57% des femmes pensaient y adhérer, démontrant ainsi les progrès de la révolution féministe qui parcourt le monde et avec un chapitre spécial cette année.

Au Mexique, 51% de la population et 52% des électeurs sont des femmes. Et elles votent plus que les hommes. Selon les données officielles, lors des élections présidentielles de 2018, remportées par Andrés Manuel López Obrador, 66,2% des électeurs étaient des femmes.

10 femmes tuées chaque jour

Mais l’inégalité persiste. Une étude de l’Observatoire international des salaires dignes et de la Commission nationale des salaires minima estiment que les Mexicains travaillent quotidiennement pour environ 3 000 millions de dollars, mais que seulement un tiers est payé.

Selon l’Observatoire du travail décent de l’organisation Action citoyenne contre la pauvreté, dans le pays, les hommes gagnent 16% de plus que les femmes. L’écart salarial s’élargit à 30% dans le secteur public.

L’inégalité se répète dans d’autres domaines. Les données du Conseil national pour l’évaluation des politiques de développement social indiquent qu’il y a plus de femmes que d’hommes dans la pauvreté: 27,3 millions contre 25 millions ches les hommes.

Les rapports de l’organisation Reinserta, quant à eux, concluent que les tribunaux imposent en moyenne cinq ans de prison de plus aux femmes mexicaines qu’aux hommes.

La violence s’impose. L’année dernière, il y a eu 51,146 plaintes de violences sexuelles contre les femmes dans le pays. C’est une augmentation de 19,1% par rapport à 2018. La tendance continue de s’accroître. Toujours en 2019, au Mexique, 10 femmes sont tuées chaque jour. Il y a trois ans, la moyenne était de sept femmes tuées quotidiennement.

C’est pourquoi les féminicides sont devenus le thème central de la conversation publique cette année au Mexique et ont eu un impact complet sur l’agenda politique de López Obrador.

La grève nationale des femmes a commencé à germer dans les réseaux sociaux au milieu du choc des meurtres d’Ingrid Escamilla et de Fatima. La première est une jeune fille de 25 ans poignardée et écorchée, et la seconde, une fillette de sept ans qui a été retrouvée allongée dans un sac, avec des signes apparants de torture.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour l’originale en espagnol et ici pour une traduction anglaise. )

Question related to this article

Protecting women and girls against violence, Is progress being made?

(. . . suite)

Lorsque les crimes ont été commis, le procureur général Alejandro Gertz Manero était impliqué dans une controverse concernant sa proposition d’éliminer la classification des «fémicides» pour la qualifier d ‘«homicide aggravé». L’intention, selon lui, était d’améliorer l’enquête et pour de justice, mais les organisations féministes ont averti que cela éliminait la composante de genre dans le meurtre. Le président a rejeté l’initiative, mais lors d’une conférence de presse, il ne voulait pas parler uniquement de féminicides car il envisageait aussi de promouvoir la tombola de l’avion présidentiel.

Critiques du gouvernement López Obrador et opportunisme de droite

Les mobilisations contre les fémicides ont augmenté. Le président a répondu par un serment contre la violence faite aux femmes avec des phrases tels que «protéger la vie de tous les êtres humains», «c’est de la lâcheté d’attaquer les femmes», «les femmes doivent être respectées» et «punir les coupables. ” Il n’a présenté aucune stratégie, politique ou d’objectif spécifique. Il a ensuite évoqué “une profonde crise de valeurs”, de “décadence” et que “ce n’est qu’en étant bons que nous pourrons être heureux”. Il a appelé “à continuer de moraliser, à purifier la vie publique” et a imputé les fémicides au néolibéralisme.

Chaque déclaration a irrité davantage plusieurs groupes féministes, mais le président a été encore plus surpris lorsqu’il leur a demandé de pacifier leurs manifestations et de ne plus peindre les portes et les murs des bâtiments publics.

C’est à ce point que le collectif Brujas del Mar a déclenché les troubles sociaux et a appelé lundi à la Grève sur Twitter. L’adhésion a été immédiate et massive.

En réponse, López Obrador a dénoncé l’opportunisme de ses “adversaires”, des “néolibéraux”, “des conservateurs” et “de la droite”, qui n’ont soutenu et promu la journée que pour critiquer le gouvernement, comme le cas du Parti Action National historiquement de droite qui a promu la Grève. Mais en même temps il a ratifié son rejet de l’avortement même s’il s’agit d’une des principales revendications féministes.

La polarisation politique qui prévaut au Mexique a construit la fausse idée d’opposition que la grève était contre López Obrador, bien que les luttes féministes dépassent les gouvernements. Même si le président a montré des signes de compréhension du mouvement des femmes, il a continué à accumuler des réponses malheureuses. Il a annoncé, par exemple, que la tombola présidentielle aura lieu le 9 mars, c’est-à-dire le même jour que la Grève. Il y avait tellement de critiques qu’il a dû changer la date.

Les réactions du président pourraient expliquer, selon un sondage publié la semaine dernière par le journal El Universal, que le soutien des femmes à son gouvernement a diminué de 24,6% au cours des 12 derniers mois.

López Obrador peut se targuer à être le seul président sur l’agenda du genre à avoir nommé un cabinet respectueux de l’égalité des sexes. En fait, au milieu de la crise politique déclenchée par les féminicides, la semaine dernière, leurs ministres étaient unis pour la première fois et ont déclaré que le président comprenait le féminisme et que les droits des femmes étaient une priorité.

Vendredi, cependant, López Obrador a refusé de se définir comme féministe. “Je suis un humaniste”, a-t-il déclaré.

Au-delà des conflits politiques, la Grève. a réussi à parler de féminicides, d’avortement, de salaires inéquitables, de manque de garde d’enfants, de pressions culturelles, de misogynie généralisée dans les médias, dans les réseaux sociaux, à domicile et du harcèlement dans le lieu de travail.

Les agressions contre les femmes ont été rendues visibles et débattues plus que jamais, mais elles ont également montré qu’il restait encore beaucoup à faire pour éliminer les inégalités entre les sexes et la violence dans le pays.

Journée internationale des femmes 2020

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

An article from UN Women

Les droits des femmes et l’égalité des sexes vont occuper le devant de la scène en 2020.

Vingt-cinq ans après l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing – une feuille de route pour favoriser l’égalité des sexes – le moment est venu de faire le point sur les progrès accomplis et de combler les lacunes qui subsistent en prenant des mesures audacieuses et décisives.


Vidéo : Nous sommes de la #GénérationÉgalité

Le thème de cette année pour la Journée internationale des femmes (le 8 mars) est « Je suis de la Génération Égalité : Pour les droits des femmes et un futur égalitaire ».

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour l’article en anglais ou ici pour l’article en espagnol .)

 

Questions for this article:

Prospects for progress in women’s equality, what are the short and long term prospects?

(. . . suite)

La campagne Génération Égalité  rassemble des personnes de tous sexes, âges, ethnicités, races, religions et pays, afin qu’elles prennent des actions qui feront advenir un monde dans lequel règne l’égalité des sexes que nous méritons tous.

Ensemble, nous voulons nous mobiliser afin de mettre fin à la violence basée sur le genre ; nous lançons un appel en faveur de la justice économique et des droits pour toutes et tous ; de l’autonomie corporelle et de la santé sexuelle et reproductive et des droits ; et de l’action féministe pour la justice climatique. Nous voulons utiliser la technologie et l’innovation pour favoriser l’égalité des sexes et le leadership féministe.

Les petites actions peuvent créer des impacts importants dans l’avènement de cette vision. À l’occasion de la Journée internationale des femmes, joignez-vous à la #GénérationÉgalité et participez au mouvement.

Déclaration de Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes à l’occasion de la Journée internationale des femmes.

Dans sa déclaration à l’occasion de la Journée internationale de la femme (8 mars), la directrice exécutive d’ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, souligne que 2020 est l’année pour l’égalité des sexes et réclame détruire les obstacles persistants à l’égalité des sexes.

#NousToutes : des dizaines de milliers de manifestants à Paris, de nombreuses personnalités

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

Un article de France24

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Paris et dans d’autres villes de France pour dire “stop” aux violences sexistes et sexuelles et aux féminicides. Entre autres personnalités présentes dans le cortège, les actrices Alexandra Lamy et Muriel Robin, ainsi que l’ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem réclament plus de moyens au gouvernement.


L’ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem et l’actrice Alexandra Lamy, lors de la manifestation contre les violences sexistes et sexuelles, à Paris le 23 novembre 2019. Capture d’écran France 24

La manifestation à l’appel du collectif féministe #NousToutes s’est élancée, samedi 23 novembre, de la place de l’Opéra en direction de celle de la Nation. Plusieurs dizaines de milliers de femmes et d’hommes ont battu le pavé à Paris – 49 000 selon le cabinet Occurrence travaillant pour un collectif de médias –, mais aussi dans d’autres villes de France, pour dire “stop” aux violences sexistes et sexuelles.

Selon le collectif féministe #NousToutes, la trentaine de marches organisées en France a rassemblé “150 000 personnes”, dont “100 000 à Paris”.

“C’est la plus grande marche de l’histoire de France contre les violences” sexistes et sexuelles, s’est félicitée l’une des organisatrices Caroline De Haas, dans un message transmis aux médias.

Hors Paris, la police ou les préfectures ont dénombré 5 500 manifestants à Lyon, 2 000 à Rennes, 1 650 à Strasbourg et 1 000 à Bordeaux.

“On a besoin d’un milliard d’euros”

Dans la marée violette du cortège parisien se mêlaient anonymes, organisations et partis politiques (Planning familial, CGT, CFDT, EELV, LFI, PS, Unef, PCF, SOS homophobie), mais aussi de nombreuses personnalités parmi lesquelles l’ex-ministre Najat Vallaud-Belkacem. “Il est urgent d’écouter les associations”, déclare-t-elle au micro d’Alexandra Renard, journaliste de France 24 présente dans la manifestation. “Quand elles réclament de l’argent, c’est parce qu’elles savent que l’on a besoin de financer des hébergements d’urgence, de l’accompagnement psychologique des femmes et des enfants, on a besoin que la justice soit mieux dotée pour faire avancer les dossiers plus rapidement”, ajoute-t-elle.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une article anglaise concernant cet événement.)

Question related to this article

Protecting women and girls against violence, Is progress being made?

How effective are mass protest marches?

(. . . suite)

Constatant la présence de nombreux enfants et jeunes adultes, l’ancienne ministre de l’Éducation nationale – qui a également été ministre des Droits des femmes de 2012 à 2014 –, évoque une “réelle prise de conscience”, qui aurait déjà dû avoir lieu en 2017 dans le sillage du mouvement #MeToo. “Ça n’a pas été le cas, c’est pour ça que la rue se saisit de ce problème maintenant pour dire au gouvernement ‘on a besoin d’un milliard d’euros’, c’est un chiffre qui tient compte de ces victimes, de ces femmes qui meurent et de leurs enfants qui sont à peine suivis psychologiquement ensuite.”

À ses côtés, la comédienne Alexandra Lamy participe également à la marche. Dans sa main droite, une pancarte indique “Je te crois, tu n’y es pour rien”. “On espère que l’État va donner les moyens pour que les femmes se sentent écoutées, accueillies, et surtout pour leur dire qu’on est là”, déclare-t-elle à notre journaliste, avant de rappeler le numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, le 3919.

“La donne est changée parce qu’on est nombreux et nombreuses, mais il faut déjà appliquer la loi”, lance quant à elle l’humoriste Muriel Robin. “Le Conseil de l’Europe a pointé la phrase ‘Il y a des manquements énormes, des choses qui devraient être faites et qui ne sont pas faites’, ajoute-t-elle. Qu’est-ce qu’on nous répond ?”

Celle qui a interprété Jacqueline Sauvage à l’écran réclame des résultats. “Ça tombe tous les deux jours ! Nos sœurs, nos collègues, nos amies, notre mère… Ce n’est plus possible, ce sont des assassinats !”

“On n’est pas encore arrivés au bout”

“C’est un phénomène qui traverse toutes nos sociétés et on est plus ou moins avancés, d’un pays à l’autre, dans la répression de ce phénomène”, estime Najat Vallaud-Belkacem. “La France n’est pas la pire en la matière, on a adopté beaucoup de lois qui permettent de mieux protéger ces femmes, mais on n’est pas encore arrivés au bout”, ajoute-t-elle, après avoir rappelé qu’à l’échelle mondiale, une femme sur trois est victime de violences physiques et sexuelles.

En France, au moins 116 femmes ont été tuées depuis le début de l’année 2019 par leur conjoint ou ex-conjoint, selon un décompte et une étude au cas par cas menés par l’AFP. Le collectif “Féminicides par compagnons ou ex” a lui dénombré 137 femmes tuées dans un cadre conjugal depuis le 1er janvier.

En 2018, sur toute l’année, le chiffre avait atteint 121 femmes victimes, selon le ministère de l’Intérieur.