Category Archives: DESARMAMENT & SECURITE

Etats-Unis : Joe Biden souhaite durcir la législation sur la vente des armes à feu

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article de RT

Le chef de l’Etat a appelé le Congrès américain à agir «maintenant» pour limiter la circulation des armes à feu dans le pays, trois ans après la tuerie du lycée de Parkland, en Floride, qui avait fait 17 morts, le 14 février 2018.

Le président américain a demandé le 14 février au Congrès d’agir «maintenant» pour restreindre la circulation des armes à feu aux Etats-Unis. «Cette administration n’attendra pas la prochaine fusillade de masse», a lancé Joe Biden dans une déclaration à la date anniversaire de la tuerie du lycée de Parkland, en Floride, qui avait fait 17 morts le 14 février 2018.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour un article sur ce sujet en anglais..)

Question for this article:

Do you think handguns should be banned?, Why or why not?

( . . . suite)

«J’appelle aujourd’hui le Congrès à promulguer des réformes de bon sens concernant les armes», a déclaré le chef d’Etat démocrate, qui souhaite imposer la vérification des antécédents des acheteurs «pour toutes les ventes d’armes», et également interdire les fusils d’assaut et les chargeurs à haute capacité. Biden veut «mettre fin à l’immunité des fabricants d’armes qui mettent des armes de guerre dans nos rues en toute connaissance de cause».

Un débat récurrent aux Etats-Unis

Il y a trois ans, en 2018, Nikolas Cruz, 19 ans, avait ouvert le feu dans un établissement du sud-est de la Floride, le lycée Marjory Stoneman Douglas. Il avait tué 14 élèves et 3 encadrants, avant d’être arrêté. Le jeune homme avait été exclu de l’école en 2017 pour «raisons disciplinaires». En dépit d’antécédents psychiatriques, il s’était procuré légalement un fusil d’assaut semi-automatique.

Le drame avait provoqué une mobilisation inédite des lycéens de Parkland demandant un contrôle accru des ventes d’armes. Mais le président Donald Trump avait refusé de légiférer sur l’interdiction des fusils d’assaut. Il avait au contraire évoqué la possibilité pour certains enseignants de porter une arme pour défendre leurs élèves. Jusqu’à présent, les différentes administrations américaines n’ont pas réussi à endiguer la multiplication des tueries de masse aux Etats-Unis, phénomène récurrent qui frappe aussi bien les écoles que les centres commerciaux, les entreprises ou les lieux de culte.

Présidence de l’Union Africaine: ambitieux programme pour Félix Tshisékédi

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article des Nations Unies

La 34ème session du sommet de l’Union africaine s’est achevée le 7 février 2021 avec la nouvelle présidence, le président de la République démocratique du Congo (RDC), Felix Tshisékédi, définissant un programme ambitieux pour l’année.


Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo.

S’adressant à une assemblée virtuelle de chefs d’État et de gouvernement lors de ce sommet de deux jours, le président Tshisékédi a déclaré que ses priorités seraient de s’attaquer à la pandémie de la COVID-19, d’accélérer la mise en place de la zone de libre-échange du continent africain (ZLECAf) et de favoriser la paix et la sécurité sur le continent.

La lutte contre le changement climatique, l’accélération de l’intégration régionale, l’investissement dans le capital humain, la promotion de la culture africaine et l’autonomisation des femmes et des jeunes retiendront également son attention.

Le thème du sommet de cette année et du reste de l’année 2021 est “Arts, culture et patrimoine” : Leviers pour construire l’Afrique que nous voulons.”

Le président Tshisékédi a souligné que “les arts, la culture et le patrimoine constituent la base de la renaissance africaine” et offrent une occasion de “revenir sur nos racines”.

Il a ajouté : “La culture est le début et la fin de tout ; elle couvre tous les aspects de la vie humaine”.

Le président Tshisékédi a succédé au président sud-africain Cyril Ramaphosa à la présidence de l’UA.

Avant de passer les rênes de la présidence tournante de l’UA, le président Ramaphosa a fait remarquer que l’Afrique, comme le reste du monde, était confrontée à une pandémie qui exacerbe les inégalités et menace la réalisation de l’Agenda 2030 pour le développement durable.  

Le redressement de l’Afrique nécessite un allègement de la dette, de nouveaux financements et un report de la dette, a déclaré M. Ramaphosa, qui a appelé à “une injection de nouvelles ressources par le FMI par la réaffectation et l’émission de nouveaux droits de tirage spéciaux, en privilégiant le monde en développement”.

Le dirigeant sud-africain a déclaré que cela était nécessaire pour “corriger les inégalités flagrantes dans les mesures de relance budgétaire entre les économies avancées et le reste du monde”.

Il a mis en avant plusieurs mécanismes qui peuvent aider l’Afrique à réaliser ses aspirations en matière de développement, parmi lesquels la zone de libre-échange d’Afrique, qui contribuera à stimuler le commerce, l’investissement et la création d’emplois, et permettra une reprise plus forte et plus rapide.

Un autre mécanisme est la campagne “Faire taire les armes”, qui a été prolongée jusqu’en 2030, et qui consiste maintenant en une feuille de route et des mesures pratiques pour atteindre ses objectifs. La mise en œuvre de cette campagne fera l’objet d’un examen périodique tous les deux ans.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour l’article en anglais..)

Question for this article:

Can the African Union help bring a culture of peace to Africa?

( . . . suite)

La Décennie de l’inclusion financière et économique des femmes (2020-2030) proclamée par l’Union africaine devrait favoriser l’accès des femmes aux services financiers, a-t-il déclaré.

De même, la Plateforme africaine de fournitures médicales aidera les pays à accéder à des fournitures médicales abordables.

“Nous sommes engagés à développer des solutions africaines aux problèmes africains”, a ajouté M. Ramaphosa.

Insécurité 

Pour sa part, M. Tshisékédi a déploré l’insécurité dans certaines régions d’Afrique. Il a cité la région du Sahel, la République centrafricaine (RCA), l’est de la RDC et le nord du Mozambique comme quelques-uns des endroits actuellement touchés par des niveaux d’insécurité variables.

Le sommet a également été l’occasion de réélire pour un second mandat le président de la Commission de l’Union africaine (CUA), Moussa Faki Mahamat. “Je suis profondément touché par ce vote de confiance historique et massif”, a tweeté M. Mahamat après sa victoire.

L’un des moments forts du sommet a été l’élection de Monique Nsanzabaganwa en tant que toute première femme à la tête de la CUA.  Avant son élection, elle était vice-gouverneur de la Banque nationale du Rwanda.

Le nouveau président des États-Unis Joe Biden a délivré un message vidéo spécial aux dirigeants africains, le premier qu’il ait présenté à un rassemblement international depuis son entrée en fonction.

Le président Biden a déclaré “Les États-Unis sont maintenant prêts à être votre partenaire, dans la solidarité, le soutien et le respect mutuel.”

Dans sa réponse, le président de la CUA, M. Faki, a déclaré qu’il était impatient de “relancer le partenariat stratégique UA-USA”, signalant un multilatéralisme renouvelé pour relever les défis mondiaux après une relation apparemment glaciale avec l’administration américaine précédente.

Dès son premier jour de présidence, M. Biden a levé l’interdiction imposée par l’administration Trump aux voyageurs de nombreux pays africains, dont l’Érythrée, la Libye, le Nigeria, la Somalie, le Soudan et la Tanzanie.

Le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, a félicité M. Faki pour sa réélection, en déclarant : “Vous pouvez compter sur mon soutien pour continuer à développer le partenariat fructueux entre l’UA et les Nations unies, fondé sur des valeurs communes et un respect mutuel”.

Avant le sommet, M. Faki a fait le bilan des réalisations importantes de son premier mandat, notamment la création de la ZLECAf en mars 2018 et le lancement cette année-là du Marché unique africain du transport aérien (SAATM) ou “Ciel ouvert de l’Afrique”, qui libéralise l’espace aérien africain.

Il a déclaré que des progrès avaient également été réalisés dans les efforts visant à résoudre les conflits en Somalie, au Sud Soudan, en RCA et au Soudan.

Au cours de son prochain mandat, M. Faki entend se concentrer sur “Faire taire les armes” dans les pays en conflit, sur la promotion de la ZLECAf, sur l’autonomisation des femmes et des jeunes, sur le renforcement des liens avec les partenaires stratégiques, entre autres.

“Afrique et Asie, Afrique et Europe, Afrique et Amérique – comment ne pas être fier que notre continent soit aujourd’hui au centre de ces immenses entités géostratégiques”, s’est-il demandé.

[Note de l’editeur: Tshisekedi a mentioné aussi leur participation à la 2eme réunion biennale de Luanda sur la culture de la paix qui se tiendra en Angola en 2021.]

Le chef de l’ONU salue l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires

DESARMAMENT & SECURITE .

Un déclaration du Secrétaire général des Nations Unies

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a salué, vendredi, l’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.


Video d’intervention de Guterres

L’entrée en vigueur de ce premier traité multilatéral de désarmement nucléaire en plus de deux décennies a été rendue possible le 25 octobre dernier lorsqu’il fut ratifié par un cinquantième Etat, le Honduras.

« Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires est une étape importante vers l’objectif d’un monde exempt d’armes nucléaires et une forte démonstration du soutien aux approches multilatérales du désarmement nucléaire », a souligné le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, dans un communiqué publié le jour de l’entrée en vigueur du texte.
M. Guterres a félicité les États qui ont ratifié le Traité et salué le rôle déterminant de la société civile qui a fait progresser les négociations et l’entrée en vigueur du texte.

« Les survivants des explosions nucléaires et des essais nucléaires ont offert des témoignages tragiques et ont été une force morale derrière le Traité », a rappelé le porte-parole du Secrétaire général, ajoutant que l’entrée en vigueur du document « est un hommage à leur plaidoyer durable ».

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article ou ici pour la version espagnole.)

Question for this article:

Can we abolish all nuclear weapons?

(. . . suite)

L’élimination des armes nucléaires, une priorité de l’ONU

Le chef de l’ONU attend avec intérêt de s’acquitter des fonctions qui lui sont assignées par le Traité, notamment en préparation de la première Réunion des États parties.

« Les armes nucléaires posent des dangers croissants et le monde a besoin d’une action urgente pour assurer leur élimination et prévenir les conséquences humaines et environnementales catastrophiques que toute utilisation entraînerait », a souligné le porte-parole de M. Guterres.

« L’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires aujourd’hui met en lumière le désarmement nucléaire », a déclaré vendredi le Secrétaire exécutif de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE). « La vérification des engagements renforce la confiance. En garantissant qu’aucun essai nucléaire ne passe inaperçu, le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires  reste une étape essentielle vers un monde exempt d’armes nucléaires », a-t-il ajouté.

Le traité avait été adopté par la Conférence sur le désarmement (CD) le 7 juillet 2017 à Genève. « Il représente un engagement plein d’espoir en faveur du désarmement et de la non-prolifération nucléaires », a déclaré vendredi la Secrétaire exécutive de la CD, Tatiana Valovaya, sur Twitter. 

L’élimination des armes nucléaires reste la plus haute priorité des Nations Unies en matière de désarmement. « Le Secrétaire général appelle tous les États à travailler ensemble pour réaliser cette ambition de faire progresser la sécurité commune et la sûreté collective », a dit son porte-parole.

« Depuis 75 ans, l’ONU encourage le désarmement. L’entrée en vigueur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires est l’aboutissement d’un mouvement mondial visant à attirer l’attention sur les conséquences humanitaires catastrophiques de tout emploi d’armes nucléaires », a rappelé, pour sa part, l’Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement (UNIDIR) sur Twitter.

Editorial de la Croix-Rouge : Les armes nucléaires sont enfin hors la loi

DESARMAMENT & SECURITE .

Un editorial de Robert Mardini, directeur general de la Croix-Rouge

Les souffrances abominables que les gaz toxiques ont infligées aux soldats de la Première Guerre mondiale ont tellement effrayé le monde que les armes chimiques ont été interdites sept ans seulement après la fin de la Grande Guerre.

Mais lors du conflit mondial qui a suivi, c’est une arme plus aveugle et plus inhumaine encore qui a été déployée. Les explosions nucléaires ont décimé deux villes japonaises ; tout avait été « comme balayé par une force surnaturelle », écrit le Dr. Marcel Junod, après s’être rendu à Hiroshima pour le Comité international de la Croix-Rouge.

Le médecin n’a pas tardé à conclure que, comme les gaz toxiques après la Première Guerre mondiale, les armes nucléaires devaient être purement et simplement interdites. « Seule une politique unifiée du monde peut le sauver de la destruction », écrit-il. On estimait en 1950 que ces deux bombes avaient fait 340 000 morts.

Voilà plus de 75 ans, près de la moitié des 158 ans d’existence du CICR, que nous plaidons pour l’élimination des armes nucléaires. Nous le faisons pour une raison très simple : nous ne croyons pas qu’elles puissent être utilisées sans causer des souffrances massives et semer la mort parmi les civils.

C’est pourquoi le 22 janvier 2021 revêt une telle importance pour nous. C’est le jour où le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) entre en vigueur.

Cette journée marque une victoire pour l’humanité. Soixante-quinze ans après que, sous l’effet des bombes nucléaires, la population de Hiroshima et de Nagasaki a subi les pires horreurs de la guerre, le dernier-né des traités multilatéraux met hors la loi les armes nucléaires. Il interdit d’employer, de menacer d’employer, de mettre au point, de produire, de mettre à l’essai et de stocker des armes nucléaires, consacrant un tabou fermement ancré relatif à leur utilisation, et met un frein supplémentaire à leur prolifération.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article ou ici pour la version espagnole.)

Question for this article:

Can we abolish all nuclear weapons?

(. . . suite)

Le TIAN est aussi le premier instrument de droit international à remédier aux conséquences humanitaires catastrophiques des armes nucléaires en faisant obligation aux États ayant subi une explosion nucléaire de prodiguer des soins médicaux aux victimes sur leur territoire.

De toute évidence pourtant, le Traité ne fait pas disparaître comme par magie l’arsenal nucléaire stocké dans le monde. Il serait en effet naïf de s’attendre à ce que le TIAN instaure demain un monde exempt d’armes nucléaires. Il faudrait plutôt voir dans le nouveau Traité le point de départ moral et juridique d’un long effort à fournir pour parvenir au désarmement nucléaire. Nous devons maintenant nous employer à obtenir l’adhésion la plus large possible aux interdictions du Traité.

Les neuf États du monde dotés de l’arme nucléaire ont plus de 13 000 bombes nucléaires, et des systèmes de commande et de contrôle vulnérables à l’erreur humaine et aux cyberattaques. La puissance destructrice de nombre de ces ogives est bien supérieure à celle des bombes larguées en 1945, qui ont tué plus de 100 000 personnes, dont 1 924 des 2 080 médecins et infirmières d’Hiroshima. Voilà la réalité à laquelle nous sommes confrontés.

Même si l’horreur de l’explosion nucléaire peut sembler à certains de l’histoire ancienne, le risque est trop grand aujourd’hui. On assiste à l’abandon de traités de réduction des arsenaux, à la production de nouveaux types d’armes nucléaires et de sérieuses menaces planent. La course aux armements est d’une effrayante réalité.

En indiquant les chemins à emprunter pour les éliminer, le Traité constitue une avancée concrète vers la mise en œuvre des obligations contractées de longue date en matière de désarmement nucléaire, notamment celles fixées par le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) qui, pour rester crédible, a désespérément besoin que cette mise en œuvre progresse réellement.

Nous engageons instamment les États détenteurs d’armes nucléaires à abaisser d’urgence le seuil d’alerte opérationnelle de ces armes et à en réduire le rôle dans leur doctrine militaire, en attendant de les éliminer totalement. Et nous espérons que tous les pays seront tôt ou tard en mesure de signer et de ratifier le Traité.

Le passage du temps a pu nous rendre insensibles à la dévastation que cause une explosion nucléaire. Mais tout être humain sur terre devrait être terrifié à l’idée qu’une telle arme puisse être à nouveau utilisée.

Aujourd’hui, nous célébrons l’entrée en vigueur du TIAN. Mais ce n’est que le début d’une longue marche vers l’élimination des armes nucléaires. Elle aura atteint son but lorsque ces 13 000 armes nucléaires n’existeront plus.

France: On l’a Fait ! Rassemblements devant l’assemblée Nationale et les Ambassades des Pays Nucléarisés

DESARMAMENT & SECURITE .

Un artícle de Mouvement de la Paix

Célébration du Traité d’Interdiction des armes nucléaires, c’est parti !

Avec l’initiative du Collectif national « En Marche pour la Paix », le 21 janvier 2021, à proximité de l’Assemblée nationale française et devant les ambassades des 4 autres États dotés de l’arme nucléaire et membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies (Russie, USA, Grande-Bretagne, Chine – groupe d’Etats souvent dénommés « P5 »).

Un courrier officiel a été remis à chacune des ambassades avec demande de rendez-vous.


Photo par Roland Nivet

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article.)

Question for this article:

Can we abolish all nuclear weapons?

(. . . suite)

Des messages de solidarité nous sont venus d’organisations du monde entier : soutiens d’Inde, du Mexique, des US, de Grande-Bretagne, d’Italie, du Japon, d’Algérie, de Tunisie, de Croatie, du Portugal, de Belgique, de Russie, du Pérou, du Canada, d’Allemagne… Merci à nos ami.e.s, militant.e.s de tous les continents !

Message d’ICAN international, prix Nobel de la Paix 2017, message de Paul Quilès, Président d’Initiatives pour le Désarmement Nucléaire (IDN).

Présence de Jean-Paul Lecoq, député et auteur du rapport d’information de l’assemblée nationale sur le Thème “L’Arme nucléaire dans le monde” (Groupe Gauche démocrate et républicaine), soutien d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) avec la présence de Gérard Levy, animateur de la commission « Paix et développement » d’EELV.

Présence de représentant.e.s et militant.e.s de nombreuses organisations : Le Mouvement de la Paix, Initiatives pour le Désarmement Nucléaire (IDN), AFCDRP, Appel international des scientifiques pour le désarmement nucléaire, MRAP, Femmes solidaires, Appel des cent de Bagnolet , PCF dont 3 représentants du département Relations internationales, Enseignants pour la Paix, Artistes pour la paix, Cgt, Génération verte, Bureau international de la Paix (BIP), Juristes démocrates, réseau international « Jeunes Visages de Paix ».

Appel de 21 organisations, paru le 20 janvier 2021 dans le journal La Croix.

Tous ensemble, pour débarrasser le monde des armes nucléaires et de destruction massive !

Tous ensemble, unis pour la PAIX !

Le Collectif national « En marche pour la Paix”

Industrie mondiale de l’armement : Les ventes des 25 plus grandes entreprises ont augmenté de 8,5% ; Les principales entreprises sont actives dans les Pays du Sud

DESARMAMENT & SECURITE .

Un rapport de Stockholm International Peace Research Institute

Les ventes d’armes et de services à caractère militaire par les 25 plus grandes entreprises du secteur totalisent 361 milliards de dollars américains en 2019, soit 8,5 % de plus qu’en 2018. La présence à l’international des plus grandes entreprises est géographiquement diversifiée. C’est ce que révèlent les nouvelles données publiées aujourd’hui [7 décembre ] par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI).


Lockheed Martin F-35 Lightning II. Photo: Flickr/Robert Sullivan

Les nouvelles données du SIPRI sur l’industrie de l’armement montrent que les ventes d’armes des 25 plus grandes entreprises productrices d’armes et de services à caractère militaire (entreprises d’armement) du monde s’élevaient à un total de 361 milliards de dollars en 2019. Cela représente une augmentation de 8,5 % en termes réels par rapport aux ventes d’armes des 25 plus grandes entreprises d’armement en 2018.

Les entreprises américaines dominent toujours, le Moyen-Orient représenté dans le Top 25 pour la première fois

En 2019, les cinq plus grandes entreprises d’armement étaient toutes basées aux États-Unis : Lockheed Martin, Boeing, Northrop Grumman, Raytheon et General Dynamics. Ces cinq entreprises ont réalisé à elles seules 166 milliards de dollars de ventes d’armes par an. Au total, 12 entreprises américaines figurent dans le Top 25 en 2019, représentant 61 % des ventes d’armes combinées du Top 25.

Pour la première fois, une entreprise du Moyen-Orient est entrée dans le Top 25. EDGE, basée aux Émirats arabes unis (EAU), est née en 2019 de la fusion de plus de 25 entreprises. Elle se classe au 22ème rang et représente 1,3 % du total des ventes d’armes du Top 25.

« EDGE est une bonne illustration de la manière dont une forte demande nationale de produits et de services à caractère militaire combinée à une volonté de devenir moins dépendant des fournisseurs étrangers, stimule la croissance des entreprises d’armement au Moyen-Orient », souligne Pieter Wezeman, chercheur au programme Armement et Dépenses militaires du SIPRI.

Autre nouveau venu dans le Top 25 en 2019, L3Harris Technologies (classée 10ème). Cette entreprise est née de la fusion de deux sociétés américaines qui, toutes deux, figuraient dans le Top 25 en 2018 : Harris Corporation et L3 Technologies.

Les ventes des entreprises d’armement chinoises augmentent, celles des entreprises russes diminuent

Le Top 25 comprend également quatre entreprises chinoises. Trois sont dans le Top 10 : Aviation Industry Corporation of China (AVIC ; classée 6ème), China Electronics Technology Group Corporation (CETC ; 8ème) et China North Industries Group Corporation (NORINCO ; 9ème). Les revenus combinés des quatre entreprises chinoises du Top 25 – qui comprend également China South Industries Group Corporation (CSGC; classée 24ème) – ont augmenté de 4,8 % entre 2018 et 2019.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article ou ici pour la version espagnole.)

Question for this article:

Does military spending lead to economic decline and collapse?

(. . . suite)

Analysant l’augmentation des ventes d’armes des entreprises chinoises, Nan Tian, chercheur au SIPRI, souligne : « Les entreprises d’armement chinoises bénéficient des programmes de modernisation militaire de l’Armée populaire de libération. »

Les revenus des deux entreprises russes du Top 25 – Almaz-Antey et United Shipbuilding – ont tous deux diminué entre 2018 et 2019, pour un total combiné de 634 millions de dollars. Une troisième entreprise russe, United Aircraft, a perdu 1,3 milliard de dollars de ventes et a quitté le Top 25 en 2019.

Alexandra Kuimova, chercheuse au SIPRI, précise : « La concurrence nationale et la réduction des dépenses gouvernementales en 2019 pour la modernisation de la flotte, ont été deux des principaux défis pour United Shipbuilding en 2019. »

Autres développements et tendances notables dans le Top 25

Après les États-Unis, la Chine a réalisé la deuxième plus grande part des ventes d’armes du Top 25 des entreprises d’armement en 2019, soit 16 %. Les six entreprises d’Europe occidentale représentaient à elles seules 18 %. Les deux entreprises russes du classement, 3,9 %.

Dix-neuf des 25 plus grandes entreprises d’armement ont augmenté leurs ventes d’armes en 2019 par rapport à 2018. La plus forte augmentation, en termes absolus, a été enregistrée par Lockheed Martin : 5,1 milliards de dollars, soit 11 % en termes réels.

En pourcentage, la plus forte augmentation des ventes annuelles d’armes – 105 % – revient à l’industriel français, Dassault Aviation. « Une forte augmentation des livraisons destinées à l’exportation d’avions de combat Rafale a propulsé Dassault Aviation dans le Top 25 pour la première fois », déclare Lucie Béraud- Sudreau, directrice du programme Armement et Dépenses militaires.

Les pays du Sud sont intégrés à l’industrie mondiale de l’armement

Le rapport cartographie également la présence à l’international des 15 plus grandes entreprises d’armement en 2019. Ces entreprises sont présentes dans 49 pays, à travers des filiales détenues majoritairement, des joint- ventures et des centres de recherche.
Avec une présence mondiale dans 24 pays chacun, Thales et Airbus sont les deux entreprises les plus internationalisées, suivies de près par Boeing (21 pays), Leonardo (21 pays) et Lockheed Martin (19 pays).

Le Royaume-Uni, l’Australie, les États-Unis, le Canada et l’Allemagne accueillent le plus grand nombre de ces entités étrangères. En dehors des régions Amérique du Nord et Europe occidentale, le plus grand nombre d’entités d’entreprises étrangères est hébergé par l’Australie (38), l’Arabie saoudite (24), l’Inde (13), Singapour (11), les Émirats arabes unis (11) et le Brésil (10).

Alexandra Marksteiner du programme Armement et Dépenses militaires du SIPRI précise : « Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les entreprises d’armement voudraient s’établir à l’étranger, y compris un meilleur accès à des marchés en croissance, des programmes d’armement en coopération ou des politiques d’acquisition d’armement des Etats clients requérant des transferts de technologies ».

Sur les 49 pays accueillant des entités étrangères des 15 plus grandes entreprises d’armement, 17 se trouvent dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires. « Les pays du Sud, qui cherchent à développer leurs programmes de production d’armement, ont accueilli les entreprises d’armement étrangères comme un moyen de bénéficier des transferts de technologies », précise Diego Lopes da Silva, chercheur au SIPRI.

Siemon Wezeman, chercheur au SIPRI, souligne : « Les entreprises d’armement chinoises et russes du Top 15 ne disposent que d’une présence internationale limitée. Les sanctions contre les entreprises russes et les limites imposées aux acquisitions par les entreprises chinoises à l’étranger semblent avoir joué un rôle dans la limitation de leur présence à l’international. »

L’Organisation de la solidarité des peuples afro-asiatiques salue le rôle du Maroc dans la diffusion de la culture de la paix et du dialogue entre les parties libyennes

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article dans Le Matrin

L’Organisation de la solidarité des peuples afro-asiatiques a salué le rôle joué par le Royaume du Maroc dans la promotion et la diffusion de la culture de paix et de dialogue entre les parties libyennes. L’organisation a exprimé, dans un communiqué, «ses félicitations aux parties libyennes pour leur approche du dialogue politique, leur recherche du consensus et leur volonté de poursuivre avec détermination et constance la voie politique pour surmonter le conflit armé afin de consolider la légitimité de l’État civil national libyen, qui exprime l’unité du peuple et garantit la stabilité du pays».

Question for this article:

“What is being done for peace in Libya?

Elle a évoqué, à cet égard, les résultats du deuxième round de dialogue interlibyen organisé du 2 au 6 octobre à Bouznika [Maroc]. Dans la déclaration finale ayant couronné ce deuxième round, les délégations du Haut Conseil d’État et de la Chambre des représentants ont annoncé que ce round a été sanctionné par des accords globaux sur les critères et les mécanismes pour occuper les postes de souveraineté, prévus par l’article 15 de l’Accord politique libyen de Skhirate [ [Voir l’Accord de 2015].

(Cliquez ici pour l’article en anglais..)

ECOSOCC/Maroc : Lancement de la e-caravane de la paix, événement phare du Mois de l’Amnistie en Afrique

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article par Hicham Alaoui en MSN

La e-Caravane de la paix, un événement phare du « Mois de l’Amnistie en Afrique 2020 », a été lancée ce mardi à partir de Rabat, capitale du Maroc, pour sillonner tous les pays africains, avec comme objectifs de véhiculer les valeurs de paix, de tolérance, de solidarité et d’intégration panafricaine.

(Cliaquez sur l’image pour l’élargir)

Initiée par l’Association marocaine Clé de la paix pour le Développement et la solidarité, le Conseil économique, social et culturel de l’Union africaine (ECOSOCC-UA) et du chapitre national marocain de l’ECOSOCC-UA, cette caravane virtuelle s’inscrit également dans le cadre du thème de l’UA pour cette année à savoir « Faire taire les armes : Créer les conditions propices au développement de l’Afrique ».

Le silence des armes sur le continent, un vœu pieu des populations de l’hémisphère africain, est un long processus qui requiert un engagement très fort pour mettre en œuvre les politiques, les cadres d’action et les instruments de l’Union africaine.

En effet, la prolifération des armes légères et de petit calibre est clairement liée aux conflits violents qui continuent de compromettre la paix et le développement en Afrique. Cette situation laisse le continent très vulnérable, ces armes causant d’énormes destructions et faisant de nombreuses victimes.

En Afrique, la dynamique des conflits et les tendances actuelles du trafic d’armes changent en raison du caractère évolutif et de la diversité des acteurs, comme les pirates, les terroristes et les organisations criminelles. C’est dire que les défis existants persistent tout en devenant plus complexes.

Certes, la vision 2063 de l’UA plaide pour un partenariat solide pour asseoir des synergies et une coordination efficace entre les diverses initiatives en vue de réduire les conflits armés en Afrique. C’est pour sensibiliser à l’importance de ce thème de l’année de l’UA, que la e-Caravane de la paix, en tant qu’initiative de la société civile, s’est mobilisée en bâton de pèlerin pour consacrer la culture de la paix, de la solidarité et du vivre ensemble, pour bâtir un continent sans conflits et où les conditions d’une vie décente sont garanties.

Il n’en demeure pas moins vrai que face à la dynamique actuelle des conflits et aux nouvelles tendances du commerce des armes, un partenariat fort avec la société civile est hautement crucial. À ce stade critique, il est important de souligner le rôle qu’elle peut jouer pour mettre un terme aux conflits, promouvoir la paix et sensibiliser les communautés locales.

Lutter contre le commerce illicite des armes, la déstabilisation et l’usage abusif des armes légères et de petit calibre en Afrique, entreprendre des campagnes de sensibilisation à travers les médias traditionnels et sociaux dans les États membres de l’UA, créer un climat propice à la participation des organisations de la société civile aux processus de paix en Afrique et établir un partenariat solide entre les gouvernements et l’ECOSOCC sur les questions liées à la paix et sécurité en Afrique, autant de missions que la e-Caravane se propose de remplir en ce septembre, mois de l’Amnistie en Afrique.

(Cliquez ici pour l’article en anglais..)

Question for this article:

Can the African Union help bring a culture of peace to Africa?

Selon le vice-président de l’ECOSOCC pour la région de l’Afrique du Nord, Khalid Boudali, la e-Caravane de la paix est un événement solidaire visant à « rallier toutes les parties prenantes afin de participer à l’action humanitaire pour contribuer à instaurer la paix et la sécurité sur le continent et affranchir l’Afrique du joug des conflits armés ». Pour lui, la e-Caravane constitue un jalon dans les efforts consentis pour une Afrique sans conflits ni guerres.

Elle est également conçue pour accompagner les efforts en cours des différents acteurs et en même temps faire le point sur les progrès accomplis, jusqu’à présent, dans l’objectif de renforcer la paix et la sécurité en Afrique, a soutenu M. Boudali, qui préside aux destinées de l’Association internationale Clé de la Paix pour le Développement et la Solidarité. « Il faut s’attaquer aux facteurs sociaux, économiques et politiques qui motivent les groupes et les communautés à acquérir ces armes. Il est indéniable que les efforts menés pour désarmer les communautés doivent tenir compte des préoccupations liées à la sécurité et au développement et leur offrir d’autres alternatives que la criminalité et d’autres activités illicites », a-t-il dit.

En tant qu’outil de prévention des conflits, l’Architecture africaine de paix et de sécurité, et tous ses instruments de soutien, semble très efficace. Il est toutefois important que l’Union africaine poursuive ses efforts afin d’assurer que la mise en œuvre du Programme 2063, lancé pour construire un continent prospère doté d’une bonne gouvernance, respectant les droits de l’homme et encourageant la participation populaire et le développement, demeure au centre de ses efforts.

Il convient de signaler que la e-Caravane se déroulera sur une plateforme virtuelle dans tous les États membres de l’Union Africaine au cours du mois de septembre.

Les actions de sensibilisation et les débats seront engagés chaque semaine au niveau national, en coopération avec la plateforme nationale des organisations de la société civile avec une série de webinaires pour présenter les résultats et les recommandations formulées dans chacune des cinq régions du Continent.

Le point culminant de la e-Caravane sera la tenue, le 30 septembre 2020, d’un e-symposium sur les politiques publiques, un événement durant lequel seront présentés le rapport global des activités et les recommandations adoptées lors des différentes activités menées aux niveaux national et régional.

L’initiative de la tenue de la e-Caravane a été dictée par la conjoncture actuelle marquée par la propagation de la pandémie de la Covid-19 et les conséquences qui en découlent, notamment la fermeture des frontières aériennes, terrestres et maritimes.

En fait, une Caravane de la paix, de la solidarité et de l’intégration panafricaine, que comptait organiser l’Association marocaine Clé de la paix pour le Développement et la Solidarité, et allait sillonner 12 pays africains, était sur le point de se concrétiser. Mais, ce cas de force majeure qu’est le coronavirus a été à l’origine d’un transfert d’un monde réel à un monde virtuel. Ainsi, le voyage par voie terrestre de cette Caravane s’est converti en un e-voyage.

Les dépenses militaires mondiales enregistrent la plus forte augmentation annuelle depuis une décennie – selon le SIPRI

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article du Stockholm International Peace Research Institute

Le total des dépenses militaires mondiales s’élève à 1 917 milliards de dollars en 2019, selon les nouvelles données du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI). Le total pour 2019 représente une augmentation de 3,6 % par rapport à 2018 et la plus forte augmentation annuelle des dépenses depuis 2010. Les cinq États qui dépensent le plus en 2019 et qui concentrent 62 % des dépenses sont les États-Unis, la Chine, l’Inde, la Russie et l’Arabie saoudite. C’est la première fois que deux États asiatiques figurent dans le Top 3.


(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

En 2019, les dépenses militaires mondiales représentent 2,2 % du produit intérieur brut (PIB) mondial, ce qui équivaut à environ 249 dollars par personne. « Les dépenses militaires mondiales étaient de 7,2 % plus élevées en 2019 qu’en 2010, ce qui reflète une tendance à l’accélération des dépenses militaires ces dernières années », explique Dr Nan Tian, chercheur au SIPRI. « Il s’agit du niveau de dépenses le plus élevé depuis la crise financière mondiale de 2008 et représente sans doute un pic pour les dépenses militaires. »

Les États-Unis tirent la croissance des dépenses militaires au niveau mondial

Les dépenses militaires des États-Unis ont augmenté de 5,3 % pour atteindre un total de 732 milliards de dollars en 2019 et représentent 38 % des dépenses militaires mondiales. L’augmentation des dépenses américaines en 2019 équivaut à elle seule à la totalité des dépenses militaires de l’Allemagne pour cette même année. « L’augmentation récente des dépenses militaires américaines est largement basée sur la perception d’un retour à la rivalité entre les grandes puissances », souligne Pieter D. Wezeman, chercheur principal au SIPRI.

La Chine et l’Inde en tête des dépenses militaires en Asie

En 2019, la Chine et l’Inde étaient respectivement les deuxième et troisième États qui dépensent le plus au monde pour leurs forces armées et activités militaires. Les dépenses de la Chine ont atteint 261 milliards de dollars en 2019, soit une augmentation de 5,1 % par rapport à 2018 ; tandis que celles de l’Inde ont augmenté de 6,8 % pour atteindre 71,1 milliards de dollars. « Les tensions et la rivalité de l’Inde avec le Pakistan et la Chine sont parmi les principaux moteurs de l’augmentation de ses dépenses militaires », précise Siemon T. Wezeman, chercheur principal au SIPRI.

Outre la Chine et l’Inde, le Japon (47 ,6 milliards de dollars) et la Corée du Sud (43,9 milliards de dollars) ont dépensé le plus pour leurs forces armées et activités militaires, en Asie et en Océanie. Les dépenses militaires dans la région ont augmenté chaque année depuis au moins 1989.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article ou ici pour la version espagnole.)

Question for this article:

Does military spending lead to economic decline and collapse?

(. . . suite)

L’Allemagne en tête de l’augmentation des dépenses militaires en Europe

Les dépenses militaires de l’Allemagne ont augmenté de 10 % en 2019, pour atteindre 49,3 milliards de dollars. Il s’agit de la plus forte augmentation des dépenses du Top 15 des États qui dépensent le plus pour leurs forces armées et activités militaires en 2019. « L’augmentation des dépenses militaires allemandes s’explique en partie par la perception d’une menace croissante de la Russie, partagée par de nombreux États membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) », explique Diego Lopes da Silva, chercheur au SIPRI. « Dans le même temps, cependant, les dépenses militaires de la France et du Royaume-Uni sont restées relativement stables. »

Il y a eu une forte augmentation des dépenses militaires parmi les États membres de l’OTAN en Europe centrale : par exemple, les dépenses de la Bulgarie ont augmenté de 127 % – principalement en raison du paiement pour de nouveaux avions de combat – et celles de la Roumanie de 17 %. Le total des dépenses militaires des 29 États membres de l’OTAN s’est élevé à 1 035 milliards de dollars en 2019.

En 2019, la Russie était le quatrième État dépensant le plus au monde et a augmenté ses dépenses militaires de 4,5 % pour atteindre 65,1 milliards de dollars. « À 3,9 % de son PIB, le fardeau des dépenses militaires de la Russie était parmi les plus élevés d’Europe en 2019 », précise Alexandra Kuimova, chercheuse au SIPRI.

Dépenses militaires volatiles dans les États africains en conflit

Les conflits armés sont l’une des principales raisons de la nature volatile des dépenses militaires en Afrique subsaharienne. Par exemple, dans la région du Sahel et du Lac Tchad, où plusieurs conflits armés sont en cours, les dépenses militaires en 2019 ont augmenté au Burkina Faso (22 %), au Cameroun (1,4%) et au Mali (3,6 %) ; alors qu’elles ont diminué au Tchad (-5,1 %), au Niger (-20 %) et au Nigéria (-8,2%). Parmi les pays d’Afrique centrale impliqués dans des conflits armés, les dépenses militaires en 2019 ont globalement augmenté. La République centrafricaine (8,7 %), la République démocratique du Congo (16%) et l’Ouganda (52 %) ont augmenté leurs dépenses militaires en 2019.

Autres évolutions régionales notables

* Amérique du Sud : les dépenses militaires en Amérique du Sud sont restées relativement inchangées en 2019, à 52,8 milliards de dollars. Le Brésil représente 51 % des dépenses militaires totales de la sous-région.

* Afrique : les dépenses militaires combinées des États africains ont augmenté de 1,5 % pour atteindre environ 41,2 milliards de dollars en 2019. C’est la première augmentation des dépenses de la région depuis cinq ans.

* Asie du Sud-Est : les dépenses militaires en Asie du Sud-Est ont augmenté de 4,2 % en 2019 pour atteindre 40,5 milliards de dollars.

* Moyen-Orient : le total des dépenses militaires combinées des 11 pays du Moyen-Orient, pour lesquels les données sont disponibles, a diminué de 7,5 % pour s’élever à 147 milliards de dollars en 2019. Malgré ses opérations militaires au Yémen et les tensions avec l’Iran, les dépenses militaires de l’Arabie saoudite ont diminué de 16 % à 61,9 milliards de dollars.

* Le fardeau moyen des dépenses militaires était de 1,4 % du PIB pour les pays des Amériques, 1,6 % pour l’Afrique, 1,7 % pour l’Asie Océanie et pour l’Europe, et 4,5 % pour le Moyen-Orient (pour les pays dont les données sont disponibles).

Déclaration du Bureau International de la Paix à l’Occasion du Sommet du G20 : Investissons dans la Sante Plutot que dans la Militarisation !

DESARMAMENT & SECURITE .

Une communiqué de presse du Bureau Internationale de la Paix

La plus ancienne ONG pour la paix au monde, le Bureau Internationale de la Paix (BIP), lauréate du prix Nobel, a appelé les dirigeants mondiaux du G20 qui se réunissent par des moyens virtuels cette semaine, à envoyer un message de paix et de solidarité au monde alors qu’ils font face à l’urgence sanitaire mondiale.

C’est le moment d’ouvrir une nouvelle page dans les relations mondiales, de mettre de côté les tensions géopolitiques, de mettre fin aux guerres par procuration, de négocier des cessez-le-feu dans les nombreux conflits à travers le monde, pour se consacrer entièrement à un effort de solidarité mondiale sans précédent.

Nous devons lever l’ombre de la guerre et de la confusion militaire qui a entaché la coopération mondiale ces dernières années et œuvrer pour que règne un esprit de paix et de solidarité.

Le BIP a depuis longtemps attiré l’attention mondiale sur l’inquiétante accélération de la course aux armements.

Nos communautés paient le prix fort pour cette course aux armements qui a détourné les ressources qui auraient du être consacrées aux besoins essentiels de santé et de bien-être des populations.

Nous payons tous un lourd tribut pour un leadership défaillant et des pratiques mal placées dictées par le marché qui ont affaibli nos moyens de faire face à cette urgence qui frappe encore plus durement les plus faibles.

En finir avec le stress lié aux soins de santé.

Nous constatons maintenant les conséquences d’un sous-investissement dans les infrastructures de santé, les hôpitaux et le personnel. Les hôpitaux sont surchargés, les infirmières sont épuisées, les matériaux sont rares, et les médecins doivent prendre des décisions terribles sur le choix de vie ou de 2 mort de patients à cause du nombre limité de respirateurs disponibles. Les médecins et tout le personnel de santé sont pénalisés par l’irresponsabilité des décisions politiques et économiques passées.

Partout dans le monde, les systèmes de santé atteignent les limites de leur force et le personnel héroïque de première ligne subit une pression énorme.

L’urgence du coronavirus montre dans quel état d’affaiblissement nos sociétés se trouvent pour protéger les personnes: un monde motivé par la financiarisation, les profits des actionnaires et l’austérité, a affaibli notre capacité à défendre le bien commun et a mis la vie humaine en danger à l’échelle mondiale.

Les employés qui craignent de perdre leur emploi et leur revenu sont tentés de se rendre au travail, même malades. Les personnes âgées sont vulnérables et ont besoin d’aide.

La privatisation, les mesures d’austérité, dictées par le système néolibéral ont amené les services de santé locaux, régionaux et nationaux au bord de l’effondrement.

Au cours des deux dernières décennies, le nombre de médecins travaillant dans le système de santé a été réduit d’un tiers dans les pays d’Europe occidentale. En Italie, le budget de la santé a été réduit de 37 milliards d’euros ces dernières années.

L’OMS prévient que nous ferons face à une pénurie de 18 millions de travailleurs de la santé d’ici 2030.

Les municipalités ont un besoin urgent de soutien afin d’augmenter les effectifs disponibles. Et maintenant, ces politiques font des ravages, en particulier là où les hôpitaux ont été massivement fermés ces dernières années (ou privatisés) et dans certaines régions (en particulier rurales), cela a limité l‘accès aux soins de base.

Nous pouvons déjà tirer des leçons pour l’avenir:

* La santé est un droit humain pour les jeunes et les moins jeunes, pour toutes les personnes dans toutes les régions du monde.

* Les soins de santé et les soins infirmiers ne doivent jamais être réduits ou subordonnés à la recherche du profit par le biais de la privatisation.

* Tout le personnel de santé a droit à des conditions de travail décentes et à un investissement continu dans leur formation.

Il est temps de mettre en œuvre un nouveau contrat social mondial.

Au fur et à mesure que les heures passent, l’ampleur de la crise devient plus claire.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(cliquez ici pour une version anglaise de cet article ou ici pour une version espagnole.)

Question related to this article:

 

How can we work together to overcome this medical and economic crisis?

(. . . suite)

Cette semaine, l’Organisation Internationale du Travail a rendu compte des conséquences sur le marché du travail:

* Une perte potentielle de 25 millions d’emplois, plus que ceux perdus lors de la crise financière de 2008.

* La pauvreté au travail devrait augmenter considérablement, ce qui pourrait toucher jusqu’à 35 millions de personnes supplémentaires

* Les pertes de revenus pour les travailleurs pourraient atteindre 3,4 milliards de dollars.

Nous soutenons les efforts du mouvement syndical aux niveaux mondial, régional et national dans son appel à un nouveau contrat social.

Nous soutenons leur appel à des mesures et des ressources économiques pour protéger les emplois, les revenus, les services publics et le bien-être des personnes.

Cela nécessite un engagement de la part du monde des affaires pour garder les gens au travail et le soutien que le gouvernement promet aux entreprises doit être subordonné à leur adhésion au contrat social pour la sécurité de l’emploi et les revenus.

G20: Priorité au désarmement.

Le monde dépense 1800 milliards de dollars en dépenses militaires chaque année et devrait dépenser 1 billion de dollars en nouvelles armes nucléaires au cours des 20 prochaines années.

Les exercices militaires mondiaux coûtent plus d’un milliard de dollars chaque année, la production et les exportations d’armes sont en augmentation dans les principales économies du monde. Le G20 ne peut pas balayer ces faits sous le tapis.

Les dépenses militaires sont 50% plus élevées aujourd’hui qu’à la fin de la guerre froide. Elles s’élèvent à 1800 milliards de dollars par an, alors que l’OTAN exige encore de nouvelles contributions de ses membres.

Le G20 est responsable de 82% des dépenses militaires mondiales, il est responsable de presque toutes les exportations d’armes et détient 98% des bombes nucléaires du monde. Le G20 est une plateforme qui rassemble les intérêts des principaux acteurs de la course mondiale aux armements.

De plus, des milliards sont dépensés pour la recherche militaire, de l’argent qui serait mieux investis dans la santé et les besoins humains et la recherche pour lutter contre le changement climatique mondial.

La militarisation n’est pas la bonne voie à suivre, elle alimente les tensions, augmente les risques de guerre et aggrave des rivalités nucléaires.

L’architecture politique mise en place pour contrôler l’expansion et le désarmement nucléaire est ignorée ou affaiblie.

Le Bulletin des scientifiques atomiques qui évalue chaque année l’horloge de l’apocalypse nucléaire publié en février 2020 a avancé les aiguilles à 100 secondes avant minuit, l’heure fatidique, au plus près de minuit en 70 ans d’histoire. Les dirigeants mondiaux doivent remettre le désarmement et la paix au centre de l’élaboration des politiques.

Ils doivent élaborer un nouvel agenda pour le désarmement qui inclut l’interdiction des armes nucléaires, et nous appelons une fois de plus les gouvernements à signer le traité TPNW.

Sans cela, nous handicapons notre lutte contre les futures pandémies, pour éliminer la pauvreté, la faim, pour fournir une éducation et des soins de santé pour tous et la réalisation des objectifs des ODD 2030.

Le désarmement est l’une des clés de la grande transformation de nos économies, pour que les êtres humains et non le profit soient la plus haute valeur; des économies dans lesquelles les défis écologiques – surtout la crise du changement climatique – seront résolus et la justice sociale mondiale sera notre but.

Avec le désarmement, la mise en œuvre des ODD, un contrat social mondial et un nouvel accord de green-deal mondial pour la paix, nous pouvons relever les défis de la pandémie de coronavirus.

Nous avons appris de l’histoire de notre propre organisation et de nombre de nos organisations membres: dans de telles crises, la démocratie doit être défendue par-dessus tout, et elle doit être défendue contre des États de plus en plus autoritaires.

Nous appelons à une culture de la paix. Un chemin pacifique signifie que nous avons besoin d’une stratégie mondiale, d’un contrat social mondial, d’une coopération mondiale pour assurer un soutien planétaire aux populations. Ce sera la solidarité humaine du 21e siècle – pour et avec le peuple.

L’BIP est désireux et capable de travailler à l’établissement de cette voie pacifique – en collaboration avec des partenaires du monde entier.

C’est pourquoi nous disons qu’une initiative du G20 pour passer d’une culture de militarisation à une culture de paix est à la fois urgente et vitale.