France: Pierre Rabhi décoré de la Légion d’Honneur

. . DEVELOPPEMENT DURABLE . .

Un article par Auguste Bergot pour La Relève et la Peste

Ségolène Royal a remis à Pierre Rabhi les insignes de Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur, récompensant ainsi le parcours hors normes d’un véritable humaniste qui a consacré sa vie au développement de l’agriculture écologique et à la diffusion d’une éthique de vie prônant la « sobriété heureuse ». Retour sur le parcours de ce paysan, écrivain et penseur français d’origine algérienne.


Parcours de vie

Pierre Rabhi est né en 1938 à Kenadsa en Algérie. Après avoir passé sa jeunesse à Oran avec sa famille d’adoption, il part à Paris au moment où la Guerre d’Algérie éclate. Il nourrit alors avec sa femme Michèle le rêve de sortir de la vie urbaine pour adopter un style de vie rural et se tourner vers l’agriculture. Ils se rendent donc en Ardèche, avant la grande vague du mouvement néo-rural de la fin des années 1960, où Pierre Rabhi s’inscrit dans une Maison familiale rurale pour être formé. Il se lance dans l’élevage caprin en refusant le modèle productiviste pour y préférer une méthode expérimentale d’agriculture biodynamique, une méthode consistant à considérer tout domaine agricole comme un organisme vivant le plus autonome et diversifié possible liant les rythmes lunaires et planétaires à l’activité agricole. Devenant à son tour formateur, il fonde en 1985 un centre de formation en agroécologie à Gorom-Gorom au Burkina Faso puis étend la mise en place de programmes de sensibilisation et de formation sur tout le continent africain et plus particulièrement là où la terre est la plus ingrate.

En 1994 il crée l’association « Les Amis de Pierre Rabhi », qui sera renommée successivement « Terre & Humanisme » et « Mouvement Colibri » dont la mission est « d’inspirer, relier et soutenir tous ceux qui participent à construire un nouveau projet de société ». Il a par ailleurs publié une vingtaine d’ouvrages parmi lesquels Vers la sobriété heureuse, L’Agroécologie, une éthique de vie ou encore La puissance de la modération. Ceux-ci appellent à « l’insurrection des consciences » pour humaniser la mondialisation, fédérer l’humanité autour du retour à la terre et sortir du mythe de la croissance indéfinie.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article)

Question for this article:

What is the relation between peasant movements for food sovereignty and the global movement for a culture of peace?

(. . . suite)

« Fertiliser les consciences »

Après avoir consacré sa vie à diffuser un modèle alternatif et proposer de nouveaux chemins de pensée, Pierre Rabhi a été décoré jeudi 23 mars de la plus haute décoration honorifique française récompensant les citoyens ayant rendu des « mérites éminents » à la Nation. Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, a souligné dans un discours élogieux son « refus de la servitude volontaire » l’ayant conduit à inventer, produire et surtout « fertiliser les consciences ». Elle rappelle également les termes que Pierre Rabhi a lui-même utilisé pour parler de sa profession et qui résument bien le chemin qu’a voulu suivre et enseigner celui-ci : « l’agriculteur installe une concorde entre la terre et lui-même, il façonne la vie, il n’asservit rien, il est libre en se pliant aux lois de la nature ».

Pierre Rabhi l’humaniste

Fidèle à sa volonté de fertiliser les consciences, Pierre Rabhi a insisté dans son discours sur le rôle crucial de l’éducation. Regrettant l’esthétisation des guerres et des conquêtes, ainsi que « la dualité et la compétitivité » qui régissent notre système scolaire, il plaide pour une éducation qui se fasse « dans la solidarité ». Faisant le constat d’une « humanité en désarroi par rapport à la suite de l’histoire » il milite pour que « l’humanité se reconnaisse comme telle », une et solidaire, engagée ensemble sur son arche originaire. La justesse de son discours est, comme toujours, source de méditation, mais aussi d’espoir.

(Merci a Kiki Chauvin, le reporter pour cet article.)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *