Tchad : l’AJPNV forme sur la promotion de la démocratie et des droits de l’Homme

EDUCATION POUR LA PAIX

Un article de Alwihda Info

Dans le cadre de son projet de promotion de la démocratie et des droits de l’Homme au Tchad, l’association jeunesse pour la paix et la non violence (AJPNV) organise un atelier  de formation du 1er au 2 octobre 2021 à l’égard des leaders des organisations de la société civile et les médias.


L’atelier a été ouvert ce vendredi 1er octobre 2021 au siège national de ladite association au quartier Amtoukougne. Pour rappel, l’AJPNV, créée en 2000, est une organisation de la société civile tchadienne à but non lucratif laïc, apolitique et humanitaire. Elle est membre accrédité d’IRC (International Réhabilitation for Council of Victimes of Torture) basée à Copenhague), membre d’IFHRO (International Fédération of Health and Human Rights Organisation) basée à Genève.

AJPNV a pour objectif la promotion et la protection des droits de l’Homme ; l’assistance médicale-psychosociale et juridique gratuite aux victimes des violences des droits de l’homme, des réfugiés, et des personnes en déplacement à l’intérieur, prisonniers, des femmes victimes des violences sexuelles ; la réinsertion socio-économique par l’information, la communication et l’éducation des réfugiés ; la promotion de la culture de la paix, de la démocratie au Tchad ; la promotion de la santé de reproduction ; promotion de la santé liée aux droits de l’Homme ; renforcer les capacités des femmes à lutter contre la pauvreté, les pratiques traditionnelles malsaines à leur égard et le VIH. 

(Voir suite sur colonne de droite.)

(cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question pour cet article:

How do we promote a human rights, peace based education?

(. . suite)

Lançant officiellement l’atelier, le président de l’AJPNV, Nodjigoto Charbonnel, affirme que les organisations de la société civile et les médias constituent un pilier dans le système national de promotion et de protection des droits de l’Homme. Elles ont pour principales responsabilités d’une part, de promouvoir les droits de l’Homme à travers la diffusion d’une culture nationale des droits de l’Homme dans laquelle prospèrent les valeurs de tolérance, d’égalité et le respect mutuel, notamment par l’éducation aux droits de l’Homme et d’autre part de protéger les droits de l’Homme, en identifiant ou en instruisant des cas de violations des droits humains.

Pour mener à bien leur mission de promotion et de protection des droits de l’Homme dans leur pays, Nodjigoto Charbonnel soutient que les organisations de la société civile et les médias ont besoin d’être renforcées et accompagnées. Et d’ajouter que, ce projet de renforcement œuvrant dans le domaine des droits de l’Homme vient répondre à ce besoin de renforcement et accroître le champ d’action des associations.

Nodjigoto Charbonnel indique que les mouvements de défense des droits de l’Homme, les organisations de défense de la démocratie et les donateurs dans le domaine du développement ont un objectif commun mais ne se sont pas toujours considérés comme des alliés. Il est fort possible que les trois groupes aient trouvé un terrain d’entente autour de la notion d’une approche fondée sur les droits en termes de développement. Il révèle par la suite qu’une bonne gouvernance démocratique doit inévitablement se concentrer sur la promotion et la protection des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Car dit-il, sans cette protection, il ne peut pas exister de véritable démocratie.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *