Tag Archives: Amerique Latine

7ème Foire d’Initiatives Nonviolentes à Quito, Equateur

. PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE .

Un article et un album photo par Walker Vizcarra dans Pressenza (reproduit selon un Creative Commons Attribution 4.0 International license)

Latest Discussion


Can festivals help create peace at the community level?

Plus de 15 organisations qui développent des activités, des projets et des initiatives dans le cadre de la nonviolence active, de la construction d’une culture de la paix, de la non-discrimination et du respect de la diversité se sont réunies sur le boulevard des Nations Unies dans la ville de Quito, le samedi 27 octobre dernier pour la 7ème Foire des Initiatives Nonviolentes, qui est une des activités emblématiques réalisées dans ce que l’on appelle l’Octobre Nonviolent.

Octobre NonViolent  a réuni des collectifs et des organisations de 14 villes qui ont lancé plus de 100 initiatives entre la dernière semaine de septembre et tout le mois d’octobre qui s’est terminé il y a quelques jours.

Cliquez ici pour l’album photo.

(Cliquez ici pour la version anglais de cet article ou ici pour la version espagnole.

En Amérique latine, l’agroécologie est une lutte profondément politique

. . DEVELOPPEMENT DURABLE . .

Un article par Florence Poznanski pour Articiulação Nacional de Agroecologia

L’agroécologie promeut un nouveau modèle de développement à partir des pratiques d’agricultures et d’utilisation du sol dans une perspective écologique et de bien commun centrée autour des savoirs et cultures traditionnelles et populaires. Au Brésil, l’articulation nationale d’agroecologie (l’ANA) réuni plusieurs centaines d’organisations d’agriculteurs, de femmes, d’artistes et de militants depuis plus de quinze ans. Tous les quatre ans elle organise la rencontre nationale d’agroecologie (la RNA) dans le but de renforcer ce réseau et partager les savoirs-faire. Sa quatrième édition s’est tenue entre les 31 mai et 3 juin dans la ville de Belo Horizonte (sud-est du pays) avec comme thème le lien entre la ville et la campagne pour la production d’une alimentation plus saine. Parmi les 2000 participants provenant des différentes régions du pays se trouvaient également une cinquantaine de personnes de 14 pays.

Martin Willaume, Paulo Petersen et Patrícia Candela Orozco. Photos par Lucas Bois

Les réseaux internationaux de l’agroécologie 

Le Comité catholique contre la faim et le développement (CCFD) faisait partie des participants qui ont fait le voyage. L’organisation française défend le droit à la terre sur tous les continents depuis plus de 50 ans. Sa présence se doit au partenariat de soutien institutionnel qui a été signé avec l’ANA en 2016 dans le cadre d’un programme mondial sur la transition écologique et la valorisation des savoirs des communautés traditionnelles. En Amérique latine, outre le Brésil, le CCFD accompagne des organisations dans 10 pays comme le Mexique, le Pérou, l’Equateur, Haïti.



“L’expérience latino-américaine nous intéresse beaucoup parce qu’elle développe une approche politique de l’agroécologie qui va bien au-delà de la seule question de l’agriculture. En plus du débat sur la production d’aliments biologique et la protection du sol, le mouvement parvient à relier d’autres axes centraux tels que le travail décent, l’égalité de genre ou la lutte pour la démocratie », explique Martin Willaume en charge des projets dans la région andine du CCFD. “Cette approche n’existe pas dans d’autres régions du monde, par exemple en Afrique où le mouvement travaille selon une ligne principalement technique. Nous sommes intéressés à comprendre comment se construit cette articulation pour amener ensuite l’expérience là-bas », ajoute-t-il.

Il fait état de plusieurs expériences agroécologiques sur le continent qui s’entrecroisent avec d’autres agendas politiques. En Bolivie, par exemple, l’agroécologie est devenu un axe central dans le processus de construction de l’autonomie locale des peuples autochtones, conformément à la législation de l’État plurinational. Au Pérou, les mouvements construisent l’agroécologie comme un moyen de lute contre l’exploitation minière, et en Colombie, le mouvement agroécologique associe dans la lutte les enjeux du processus de paix.



(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article ou ici pour une version espagnole.)

Question for this article:

What is the relation between movements for food sovereignty and the global movement for a culture of peace? 



(. . . suite)

Pour affronter les empires de l’agro-business,  il faut une union internationale

Paulo Petersen, membre du comité exécutif de l’ANA, explique en quoi ces alliances internationales sont importantes, surtout dans le contexte que connaît le Brésil actuellement.



“La nature même de l’agroécologie est transversale. Si l’on prend les 17 objectifs de développement durable [adoptés par les Nations Unies], on se rend compte que l’agroécologie en couvre la majorité: le climat, l’eau, la lutte pour l’égalité des genres, contre la pauvreté, contre la faim, le travail décent, etc.”, commente Peterson. En complétant la réflexion de Willaume sur la dimension politique de l’agroécologie, il souligne qu ‘«il n’est pas possible de penser l’agroécologie sans penser la défense de la démocratie. Nous parlons de processus qui ne correspondent pas à une logique de marché. L’agroécologie est liée au bien commun. C’est un défi global car les entreprises que nous combattons sont des empires mondiaux et la réponse consiste en plus d’autonomie, plus de souveraineté pour se rapprocher de la nature et créer de nouvelles relations sociales. “


Il explique que plusieurs organisations latino-américaines ont contacté l’ANA pour participer à la RNA et souligne également que ces échanges de connaissances sont importants pour permettre au mouvement de continuer à innover et s’enrichir de nouvelles idées.



Le Brésil a une force d’articulation pionnière sur le continent

Parmi les représentants latino-américains, se trouvait la Colombienne Patrícia Candela Orozco qui s’est rendue au Brésil pour connaître l’expérience de la RNA. Elle représente l’Instituto Mayor Campesino (IMCA), situé dans la région du Valle del Cauca, près de Cali. Une organisation qui  travaille depuis 57 ans avec les communautés paysannes et s’implique pour la promotion de la citoyenneté et de l’économie solidaire.



Pour elle, le Brésil est pionnier au niveau de l’agenda de l’agroécologie en Amérique latine. Elle remarque que les organisations du pays ont su construire une convergence des forces importante qui donne corps au mouvement et leur permet d’organiser un événement aussi important. Elle dit avoir aussi été très impressionnée par la méthodologie appelée «mystique», qui utilise les chants populaires, le théâtre et la poésie pour introduire ou contextualiser les échanges lors des réunions et permets aussi davantage d’interaction avec les participants. “Quand on arrive à atteindre le côté émotionnel des gens on donne un pouvoir beaucoup plus fort à nos messages, on ne reste pas que dans le rationnel. Si chacun ressent la nécessité de cette lutte depuis son fort l’intérieur, il peut transmettre ce message plus facilement au reste de la population », explique Candela Orozco.



La taille du réseau impliqué dans l’organisation de la RNA est un autre point qui a attiré son attention. En Colombie, l’IMCA a participé à la construction de la première rencontre nationale d’agriculteurs qui a eu lieu en 2017 à l’initiative de diverses organisations de la société civile. Patrícia décrit le défi qu’une telle initiative représente et affirme être très enthousiaste en découvrant de nouvelles perspectives d’action présentées par l’expérience brésilienne.

Après quatre jours d’ateliers, de séminaires et d’échanges, l’ANA a adopté une déclaration politique indiquant les principaux axes de lute du mouvement pour les prochaines années. La déclaration dénonce les violences du latifundium et du modèle de développement prédateur qui asservi les peuples à l’extraction des matières première la terre apauvrissant la terre et ceux qui en vivent. Elle réaffirme aussi sa conviction que l’agroécologie représente une alternative tangible et réelle à ce modèle capitaliste centré sur la vie, la nature et la dignité humaine.

(Merci a Kiki Chauvin, le reporter de CPNN pour cet article.)

En route vers le Forum social mondial de Bahia

LIBERTÉ DE L’INFORMATION

Un article de Attac

Le prochain Forum social mondial (FSM) aura lieu à Salvador de Bahia, au Brésil, du 13 au 17 mars 2018.

Cette session du FSM n’aura très probablement pas le même impact que les FSM des années 2000, mais il rassemblera cependant beaucoup de participant·e·s, principalement de la ville et de l’État de Salvador mais aussi des Amériques (Nord et Sud) comme de quelques pays européens, à commencer par la France. La situation politique brésilienne, avec une élection présidentielle qui aura lieu à l’automne de cette année, pèsera évidemment sur ce FSM qui sera mobilisé contre les politiques d’austérité à l’œuvre dans le pays.

<
Cliquez sur l’image pour l’élargir

Dans ce contexte plusieurs éléments, qui justifient la présence et l’implication d’Attac dans ce FSM, méritent d’être soulignés.
(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article.)

Question(s) related to this article:

World Social Forums, Advancing the Global Movement for a Culture of Peace?

(. . . suite)

* La situation internationale est très instable, conséquence de l’affaiblissement de la domination américaine, et est marquée par l’arrivée au pouvoir de dirigeants « populistes », xénophobes et tentés par les politiques autoritaires. Il est donc particulièrement important pour les mouvements du monde entier de pouvoir analyser cette nouvelle situation et d’échanger sur les différentes luttes de résistance qui se développent sur tous les continents.

* Ce FSM sera une échéance de plus dans les débats qui portent sur la situation et le bilan des gouvernements de gauche en Amérique du Sud. Des débats qui se poursuivent régulièrement à chaque réunion internationale (FSM de Montréal ou sommet des peuples à Buenos-Aires lors de la ministérielle de l’OMC par exemple) et qui sont intéressant pour tous les mouvements, en Amérique comme sur les autres continents.

* Salvador est une des villes du Brésil où la population d’origine africaine est la plus importante (le Brésil ayant été le pays américain le plus esclavagiste, en nombre de personnes déportées). Les discriminations, les séquelles de l’esclavage et les questions post-coloniales seront donc centrales.

Attac France sera donc présent au Forum social mondial à Salvador, avec une délégation composée de membres du Conseil d’administration et d’animateurs du projet « Alternatives systémiques » (un projet porté par Attac France, la fondation Solon de Bolivie et Focus On The Global South, basé en Asie du Sud-Est qui a permis de publier le livre Le Monde qui émerge).
Si vous souhaitez prendre en contact avec la délégation d’Attac sur place, vous pouvez contacter fsm2018@attac.org.

L’inscription au Forum se passe sur le site web wsf2018.org ; lorsque vous vous inscrirez sur ce site n’oubliez pas de vous rattacher à l’organisation « Attac France ».

Brésil: Convocation du Forum Social Mondial 2018

LIBERTÉ DE L’INFORMATION

Convocation par le Forum Social Mondial 2018

Le Collectif Brésilien d´Organisations et de Mouvements Sociaux, espace d´articulation du FSM 2018, au travers de cette LETTRE OUVERTE invite les personnes, les organisations, les mouvements sociaux, réseaux et plateformes de mouvements du Brésil, d´Amérique Latine et du Monde à s´incorporer au processus d´organisation et de réalisation du Forum Social Mondial 2018 qui sera réalisé au Brésil, du 13 au 17 Mars 2018, à Salvador de Bahia.


Cliquez sur l’image pour l’élargir

Le Conseil International du FSM, lors de sa dernière réunion qui s´est déroulée en janvier 2017 à Porto Alegre, a estimé qu´il est urgent et nécessaire de réaliser une édition mondiale du FSM, en mars 2018, à Salvador, en raison de la gravité de la crise économique, sociale, environnementale et de la crise des valeurs démocratiques par laquelle passe l´humanité. La poussée de la pensée réactionnaire et autoritaire, aussi bien au Brésil, en Amérique Latine et dans le Monde, met tous les défenseurs et toutes les défenseuses d´un nouveau monde basé sur la solidarité, la justice sociale, la démocratie et la paix, en état d´alerte et de mobilisation permanente, et exige un processus d´articulation et d´unité mondiale des mouvements sociaux pour une lutte de résistance et de transformation de la réalité chaotique qui afflige l´humanité.

Le Forum Social Mondial s´est consolidé comme un espace ouvert de rencontre, horizontal et pluriel, pour le débat démocratique des idées, la formulation de propositions, l´échange libre d´expériences et l´articulation pour des actions efficaces, des organisations et des mouvements de la société civile planétaire qui s´opposent à la domination du monde par le capital et par n´importe quelle forme d´impérialisme. Il s´agit d´un processus de caractère mondial qui cherche à construir des alternatives à la globalisation néolibérale et à renforcer les articulations des mouvements sociaux, des réseaux et des autres formes d´articulation de la société civile, en augmentant la capacité de résistance sociale, sur la base de la pluralité, au processus de déshumanisation que le monde est en train de vivre.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article ou ici pour la portugaise)

Question(s) related to this article:

World Social Forums, Advancing the Global Movement for a Culture of Peace?

(. . . suite)

En ce sens, face à la crise civilisatoire mondiale, le FSM 2018 à Salvador est une grande opportunité de rencontre des mouvements altermondialistes pour penser ensemble à des issues communes pour l´humanité, dans une optique solidaire, démocratique, de respect des diversités, qui puissent affonter les causes des diverses formes de violence et des inégalités sociales et régionales.

Le Brésil et Bahia, en particulier, sont des territoires où les mouvements de résistance se sont multipliés au cours des derniers mois, face aux attaques des secteurs conservateurs nationaux et internationaux. On y cherche à réfléchir sur les erreurs et les succès des stratégies adoptées par le champ démocratique et populaire au cours de la dernière période historique. Pour cela, une édition du FSM à em Salvador sera une occasion singulière d´unir les diverses expériences de résistances pour pouvoir, de façon fraternelle et engagée, penser ensemble à des actions efficaces pour affronter les pensées autoritaires qui prennent corps au Brésil et dans le monde.

Le choix du thème, Resister c´est Créer, Resister c´est Transformer indique que, pour le Collectif Brésilien, notre résistance a le germe du nouveau. Nous comprenons que, dans ce processus de lutte des peuples, des territoires et des mouvements contre le néolibéralisme, contre l´imperialisme et contre la dégradation environnementale, nous construisons, dans la pratique, des alternatives d´un autre monde possible.

Pour cela, le Conseil International du FSM et le Comité Facilitateur du FSM 2018 CONVOQUENT les citoyennes et les citoyens du monde, engagé-e-s dans la construction d´une société solidaire, radicalement démocratique, environnementalement durable et socialement juste, à se joindre au processus d´organisation et de réalisation du Forum Social Mondial 2018, Résister c´est Créer, Résister c´est Transformer. La participation de toutes et de tous est fondamentale pour le futur de nos utopies.

São Paulo, 18 août 2017

Collectif Brésilien du FSM 2018

Les adhésions peuvent être envoyées à l´e-mail: forumsocialmundial@fsm2018.org ou par le propre site www.fsm2018.org.

Indiquez dans le titre : Adhésion la convovation du FSM. Et informez votre nom et de votre organisation.

Amérique latine et Caraïbes: première région en développement susceptible d’éradiquer la faim

. . DEVELOPPEMENT DURABLE . .

Un article de FAO – Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture

«La région Amérique latine et Caraïbes pourrait être la première région en développement à éradiquer complètement la faim si leurs gouvernements mettent en œuvre le plan développé par le bloc de la CELAC pour la sécurité alimentaire», a indiqué aujourd’hui [25 janvier 2017] M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

S’exprimant lors du Sommet des Présidents, des Chefs d’Etats et de gouvernements de la communauté d’Amérique latine et des Etats caribéens (CELAC) qui se tenait à Punta Cana, en République dominicaine, M. José Graziano da Silva a déclaré que «le Plan pour la sécurité alimentaire, la nutrition et l’éradication de la faim (FNS) de la CELAC symbolise une volonté politique des gouvernements d’éradiquer la faim avant 2025».

Approuvé par la CELAC en 2015, le plan vise à promouvoir des politiques publiques destinées à réduire la pauvreté, améliorer les conditions rurales, adapter l’agriculture au changement climatique, mettre un terme au gaspillage alimentaire et réduire les risques de catastrophes.

Dans son discours, le Directeur général de la FAO a souligné que le plan FNS de la CELAC correspondait totalement aux engagements mondiaux pris par plusieurs pays, à l’image de l’Accord de Paris sur le changement climatique et des Objectifs de développement durable (ODD).

«La région a d’ailleurs pris un engagement encore plus ambitieux : éradiquer la faim d’ici 2025, soit cinq ans avant la date limite fixée par l’ODD 2 : qui consiste à atteindre l’objectif Faim Zéro», a-t-il ajouté.

«Cette région réunit toutes les conditions nécessaires pour atteindre cet objectif, en commençant par la volonté politique qui permet au plan FNS de la CELAC de voir le jour», a expliqué M. José Graziano da Silva.

Ce plan porte déjà ses fruits dans la région: la Bolivie, le Chili, le Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua et le Venezuela s’appuient dessus pour évaluer leurs politiques portant sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, tandis que le Pérou l’utilise comme référence pour élaborer des lois sur les dons alimentaires et minimiser les pertes et le gaspillage alimentaire.

Lutter contre le double défi de la malnutrition

Les fondements du plan FNS de la CELAC permettent aux pays de non seulement lutter contre la faim mais également contre l’obésité, qui, selon le rapport FAO/OPS Panorama de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, touche 140 millions de personnes dans la région.

La malnutrition génère d’énormes coûts socio-économiques et les systèmes de santé publique doivent maintenant faire face à de plus en plus de cas de diabète, d’hypertension, de maladies cardiaques, ainsi qu’aux conséquences des retards de croissance, du rachitisme et de la sous-alimentation.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Clickez ici pour la version anglaise de cet article ou ici pour la version espagnole.)

Question for this article:

Can UN agencies help eradicate poverty in the world?

(. . . suite)

Selon la FAO, l’une des tendances les plus préoccupantes dans la région est la hausse de l’obésité féminine: le taux d’obésité chez les femmes est dix fois plus élevé que celui des hommes dans plus de 20 pays de la région.

Afin de remédier à cette situation, M. José Graziano da Silva a mis l’accent sur la Stratégie en matière d’égalité des sexes du Plan FNS de la CELAC, dont l’objectif est de garantir que le plan bénéficiera aux femmes et aux hommes de manière égale. Le plan a d’ailleurs déjà été mis en œuvre dans quatre pays : le Salvador, le Paraguay, le République dominicaine et Haïti.

Renforcer l’agriculture familiale pour faire face au changement climatique

Selon le Directeur général de la FAO, les impacts du changement climatique risquent d’annuler les progrès réalisés dans la lutte contre la faim et la pauvreté extrême dans la région.

«L’agriculture est le secteur le plus affecté par le changement climatique et les petits agriculteurs familiaux, les hommes et les femmes dont la plupart luttent au quotidien pour survivre, comptent parmi ses principales victimes», a déclaré M. José Graziano da Silva.

Avec la CELAC, la FAO développe actuellement un plan d’action pour l’agriculture familiale et le développement territorial rural visant à promouvoir une intensification durable de la production, la création de marchés publics, de systèmes d’approvisionnement alimentaire, la mise en place de services ruraux et la création de meilleures opportunités pour les jeunes en milieu rural.

La FAO soutient la CELAC dans la mise en œuvre d’une Stratégie régionale de préparation aux catastrophes dans le secteur agricole afin d’assurer la sécurité alimentaire, qui encourage la résilience et l’adaptation des agriculteurs grâce à une meilleure gestion des ressources et à l’adoption de techniques agricoles durables.

M. José Graziano da Silva a insisté sur le fait que onze pays de la région avaient déjà adhéré à l’Accord relatif aux mesures du ressort de l’État du port visant à éradiquer la pêche illégale, non déclarée et non réglementée et a appelé tous les autres pays à se joindre à eux, ainsi qu’à leurs efforts visant à assurer la durabilité des ressources halieutiques et à les protéger.

Paix, sécurité alimentaire et développement durable

En Colombie, le plan FNS de la CELAC a contribué à la création d’une stratégie visant à rétablir les moyens d’existence des communautés vulnérables dans le centre du pays.

Selon le Directeur général de la FAO, le processus de paix en Colombie illustre le lien indéfectible entre la paix, la sécurité alimentaire et le développement durable, un thème cher au Programme de développement durable à l‘horizon 2030.

«Il n’y aura ni stabilité sociale ni paix tant que la faim, la pauvreté et les inégalités persisteront. Nous ne pourrons pas non plus progresser si nous continuons à exploiter nos ressources naturelles. La durabilité est une condition préalable au développement», a déclaré M. José Graziano da Silva.

(Merci à Sergio Tripi et à la “Good News Agency” d’avoir attiré notre attention sur cet article.)

Amerique Latine: Mouvement pédagogique: nouvelle phase, nouvel élan

. . EDUCATION POUR LA PAIX . .

Un article de l’Internationale de l’Education

La troisième réunion du Mouvement pédagogique a permis de renouveler la cohésion et le programme pour l’avenir de l’éducation en Amérique latine, grâce à un plan visant à renforcer l’influence du mouvement syndical sur les politiques publiques.

pedagogical

Organisée du 1er au 3 décembre à San José, au Costa Rica, la réunion a regroupé plus de 500 personnes provenant de 18 pays et 34 syndicats de l’éducation d’Amérique latine, ainsi que des invité(e)s internationaux/ales venu(e)s des Etats-Unis, de France, de Norvège et de Suède.

Selon Hugo Yasky, Président du Comité régional de l’Internationale de l’Education pour l’Amérique latine, le chemin que doit emprunter le mouvement pédagogique constitue une nouvelle étape au cours de laquelle les syndicats doivent évaluer non seulement l’expérience de l’école, mais également l’expérience et les pratiques du personnel enseignant, tout en l’alignant sur la lutte et les mouvements sociaux. « Nous devons tout mettre en œuvre afin d’intégrer concrètement d’autres secteurs sociaux et de chercher à établir une relation solidaire avec les représentants des secteurs impliqués dans la cause des peuples d’Amérique latine. Nouer de telles alliances est capital », a affirmé Hugo Yasky.

La déclaration adoptée à l’issue de cette réunion présente le Mouvement pédagogique comme un espace de rencontre et de construction collective, qui vise à incarner, dans le monde de l’éducation, une vision de la société opposée au pouvoir économique, médiatique, financier et militaire.

(Voir suite sur colonne de droite.)

(cliquez ici pour la version anglaise de cet article ou ici pour la version espagnole.)

Question pour cet article:

What is the relation between peace and education?

(. . suite)

Contre la commercialisation et la privatisation de l’éducation

Parmi les principaux thèmes abordés dans le cadre de cette réunion, les affiliés de l’IE ont débattu des stratégies adoptées par les multinationales en vue de privatiser l’éducation. Pour illustrer ce thème, Antonio Olmedo, chercheur à l’Université de Roehampton au Royaume-Uni, a donné une conférence sur « Le processus de privatisation et de commercialisation de l’éducation », dans laquelle il a analysé les stratégies adoptées par les grandes entreprises pour imposer aux gouvernements leurs politiques mercantiles, lesquelles contribuent à nuire à la qualité de l’éducation et de l’enseignement. « Nous devons envisager d’autres solutions, car, tel un caméléon, le néolibéralisme est davantage réglementé que le secteur public lui-même », a expliqué Antonio Olmedo.

En outre, le professeur Luiz Fernandes Dourado, de l’Université fédérale de Goiás, au Brésil, a souligné que le processus de privatisation est un processus complexe qui affaiblit le mouvement syndical et tourne le dos à une gestion démocratique des écoles. Cette approche entre en contradiction avec la vision du Mouvement pédagogique latino-américain qui considère l’éducation comme un droit social.

Origine de la campagne internationale

D’après David Edwards, Secrétaire général adjoint de l’Internationale de l’Education (IE), la nouvelle campagne mondiale menée par son organisation contre le commerce de l’éducation – ce dernier étant prôné par les multinationales et les organismes multilatéraux – a pris naissance en Amérique latine. Cette campagne vise à défendre l’éducation publique et à mettre en lumière les véritables desseins de la privatisation.

« Lors du Congrès d’Ottawa, nous avons reçu le mandat de lancer une campagne contre la privatisation de l’éducation et d’en démasquer les principaux instigateurs. Nous avons tout d’abord analysé la situation dans d’autres régions du monde. Le marché mondial du secteur de l’éducation représente plus de 3 milliards de dollars américains, et les gouvernements de certains pays permettent à des groupes privés d’accéder à ce ʺbutinʺ. Nous tentons de révéler aux citoyens les agissements de ces multinationales », a déclaré Edwards.

(Merci à Janet Hudgins, le reporter pour cet article.)

Bolivie: Les médiateurs sont formées dans la culture de la paix

. . EDUCATION POUR LA PAIX . .

Un article de Henry Aira A. Gutierrez, Correo del Sur

Culture de la paix et la résolution des conflits sont des phrases que les Boliviens devons utiliser à ne pas atteindre les tribunaux. Dans la mise en œuvre des nouveaux codes moraux de cette Août 6, il est aussi la figure des médiateurs, qui visent à réduire la charge de travail des courts de justice en matière civile et commerciale. Après sélection par le Conseil de la magistrature, Ils prennent une formation pour une période de 20 jours.

Bolivia
Les animateurs reçoivent l’instruction d’enseignants pour résoudre les conflits.

Dans quatre salles de classe à la Casa Tréveris, plus de 150 médiateurs reçoivent une formation pratique et théorique dans la fonction qu’ils vont utiliser dès le mois prochain.

“Le cours intensif est organisé en quatre modules: le premier se concerne la justice et les droits de l’Homme, la seconde est dédiée à la culture de la paix, la théorie du conflit comme une base de négociation et de médiation; la troisième, communication et médiation; et le quatrième se réfère au processus de réconciliation en tenant compte des principes, des modèles et des phases du modèle de facilitation », a déclaré Antonio Aramayo, directeur exécutif de la Fondation UNIR, une institution chargée de la formation des médiateurs.

Les nouveaux agents sont formés dans des instruments qu’ils doivent appliquer aux controverses de personnes, à partir de Août, quand ils entreront en vigueur les nouveaux codes Morales.

La loi sur la magistrature indique que la médiation est «le moyen de résolution des conflits et l’accès direct et immédiat à la justice ainsi que la première action de procédure”. Autrement dit, la médiation judiciaire vise non seulement à élargir l’accès à la justice, mais d’introduire la culture de la paix, les méthodes pacifiques de règlement des conflits à des solutions partagées.

“La culture de la paix est une percée dans le pays et maintenant nous mettons en œuvre les nouveaux codes en pratique pour la résolution des différends par voie de médiation, ce qui est bon, de créer une culture de paix et un pays qui n’est pas de confrontation, mais de la résolution rapide», a déclaré Patricia Yufra, district conciliante Quillacollo (Cochabamba).

“Nous apprenons à concilier, à regarder au-delà de la loi, d’analyser leurs problèmes pour qu’ils (les gens en conflit) pouvoir résoudre leurs conflits et différends pacifiquement et maintenir des relations humaines”, a dit Erick Suarez, médiateur de Santa Cruz.

Comme ces deux avocats professionnels, beaucoup sont formés et devraient retourner à leurs quartiers le 7 Août pour commencer leur travail.

(cliquez ici pour la version anglaise de cet article ou ici pour la version espagnole.)

Question pour cet article:

What are the methodologies for a culture of peace?

L’Amérique latine en perspective : entre réussites et nouveau défis

. . DEVELOPPEMENT DURABLE . .

Un article par Raffaele Morgantini , Tarik Bouafia, Investig’Action

Après les décennies perdues des années 1980 et 1990 qui ont vu l’Amérique Latine sombrer dans la pauvreté extrême, le chômage de masse et l’explosion des dettes publiques, le continent a depuis relevé la tête et est aujourd’hui devenu un ambitieux laboratoire d’expérimentations de nouvelles politiques sociales et économiques. Venezuela, Bolivie, Equateur, Argentine…Les cures d’austérités imposées à certains pays de la région par le Fond Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale ont été abandonnés au profit de politique de relance où l’Etat a repris avec plus ou moins d’importance un rôle prépondérant dans la gestion de l’économie.

new latin

L’Amérique Latine, un espoir pour l’Europe.

Pendant que certains pays d’Amérique latine retrouvent leur dignité et leur souveraineté, en Europe en revanche, l’austérité fait des ravages. Irlande, Espagne, Portugal, Grèce… aucun pays n’est épargné. Le PIB s’effondre, la pauvreté et le chômage explosent et la dette ne cesse de s’accroitre. Ces politiques antisociales ont provoqué des soulèvements populaires qui ont ébranlé les pouvoirs en place. Les partis de la gauche radicale Syriza en Grèce et Podemos en Espagne (qui affirment vouloir s’inspirer des orientations prises par l’Equateur ou encore l’Argentine au sujet du fardeau de la dette), en tête dans les intentions de vote, sont en train de faire hurler les sirènes de Bruxelles et des marchés financiers. De plus, on ne compte plus les associations, syndicats, partis politiques, médias alternatifs qui en Europe ont applaudi les succès latino-américains. Une euphorie de la gauche radicale européenne qui contraste avec la vision réactionnaire, caricaturale, grossière et mensongère de ceux qui ont tout d’intérêt à que les choses ne changent pas.

Pendant très longtemps, beaucoup de latino-américains regardaient l’Europe avec admiration. Et aujourd’hui encore, l’Europe fascine. Ce regard porté vers le vieux continent provient de nombreux facteurs : culturelles, historiques, économiques. Certains souhaitent connaître leur « mère patrie » comme l’Espagne ou le Portugal. D’autres, comme en Argentine, veulent se rendre en Italie, dans le pays de leurs ancêtres. Enfin, certains associent l’Europe à son histoire, sa grande culture et son architecture.

Mais depuis quelques temps, les choses commencent à s’inverser en tout cas en ce qui concerne l’attrait économique de l’Europe. Même si il reste bien sûr des latino-américains qui tentent de rejoindre l’Europe pour de meilleures conditions sociales et économiques, la donne a changé depuis quelques années. Les changements politiques survenues dans de nombreux pays du continent bolivarien ont freiné l’exode massif qui caractérisait les années 1980-1990 et début 2000. Les politiques économiques et sociales novatrices impulsés par certains pays de la région dans le but d’apporter à leur peuple une vie plus digne ont incité de nombreux citoyens à rester dans leurs pays plutôt qu’à émigrer. D’autant plus que l’histoire s’est retournée et qu’aujourd’hui, c’est l’Europe qui pâtit des politiques d’austérité. Les forts taux de chômage que connaissent l’Espagne ou le Portugal ont rendu ces pays de moins en moins attrayants. Cette Europe qui avait tant dominé et s’était montrée si méprisante envers ses anciennes colonies est aujourd’hui malade et ne fait presque plus rêver. La situation est si dramatique que de nombreux citoyens latino-américains, notamment argentins, qui avaient émigré au début des années 2000 pour fuir la terrible situation économique du pays ont décidé de rentrer dans leur pays.

(cliquez ici pour la continuation de l’article)

(cliquez ici pour une traduction en anglais)

Question for this article:

Movements against governmental fiscal austerity, are they part of the global movement for a culture of peace?

Readers’ comments are invited on this question.

Le Caribbean Union of Teachers défend les droits des personnes LGBT

. DROITS DE L’HOMME .

an article by Internationale de l’Education

Les dirigeant(e)s syndicaux/ales ont franchi un pas important dans la voie d’une meilleure compréhension des questions LGBT sous l’angle des droits de la personne, alors que la région s’ouvre à la tolérance et à l’acceptation de la diversité sexuell

lgbt
click on photo to enlarge

Lisa Shoman

Afin de mettre un terme à la discrimination des étudiant(e)s et des enseignant(e)s LGBT dans les écoles caribéennes, les syndicats d’enseignants ont pris de petites mesures pour faire accepter la diversité sexuelle.

Les droits de la personne étaient l’élément central de la discussion dirigée par l’une des principales personnalités politiques des Caraïbes et ancienne ministre des Affaires étrangères du Belize, Lisa Shoman, alors qu’elle animait un débat sur « Les droits des étudiant(e)s et des enseignant(e)s LGBT » lors de la 6e Conférence de l’éducation du Caribbean Union of Teachers (CUT) à Belize City, en Amérique centrale, en décembre.

Les syndicats d’enseignants prennent des mesures contre l’homophobie dans le secteur de l’éducation

Shoman, qui est également une avocate des droits humains, avait pour difficile mission d’aider les enseignant(e)s à dépasser ce qui a été un sujet de controverse dans toute l’histoire de la région, en grande partie sous l’influence de valeurs et de croyances religieuses et culturelles. Elle s’est efforcée de mettre en avant les droits humains pour les séparer de la question des croyances. Toutefois, dans de nombreux pays, le principal obstacle était la législation.

« La législation contient encore des lois dépassées », qui pénalisent les gens en raison de leurs préférences sexuelles, a déclaré Davanand Sinanan, Président de la Trinidad and Tobago Unified Teachers Association (TTUTA) et membre du Bureau exécutif de l’Internationale de l’Education (IE). « En fait, à Trinidad et Tobago, depuis plus de trois ans, nous n’avons pas été capables de mettre en place une politique nationale en matière de genre du fait de l’opposition des instances religieuses aux dispositions mentionnant les droits des personnes LGBT. »

Sinanan a clairement indiqué qu’il veut que ses écoles et la société changent de regard et reconnaissent que toute personne doit bénéficier de droits égaux afin d’éliminer les discriminations.

A l’issue de la discussion, un grand nombre de participant(e)s ont convenu qu’il était nécessaire de mener une vaste campagne d’éducation sur la question dans la région afin que les enseignant(e)s soient en mesure de faire face aux choix de vie de façon professionnelle et sans porter de jugement, en particulier en dispensant des services éducatifs respectueux des jeunes dans le plein respect de leurs droits et de la dignité de tous ainsi que de la diversité en matière d’orientation sexuelle et d’identité de genre.

A l’heure actuelle, 11 des 12 Etats du Commonwealth des Caraïbes considèrent l’homosexualité comme un crime en vertu de lois introduites par le colonialisme britannique. Nombre de ces lois seraient indirectement appliquées au travers de pratiques policières d’extorsion et d’autres abus punis par la loi, de la stigmatisation sociale et d’une discrimination directe. L’application du droit pénal se dresse comme un obstacle, qui revient à refuser l’accès et le droit à l’éducation, à l’emploi, au logement, à la santé et à d’autres services publics.

[Merci au Good News Agency pour avoir nous informer de cet article.]

(Cliquez ici pour une version en espagnol de cet article et ici pour une version en anglais.)

 

Question related to this article:

The struggle against homophobia, Is progress being made in your community?

It would seem from articles on CPNN that progress is being made in some communities. In particular this is true in the United States according to the article by Danny B and in Bulgaria according to the article by Diana Tashkova.