Tag Archives: Amérique du Nord

Les Amériques se préparent pour la deuxième Marche mondiale pour la Paix et la Nonviolence

. DESARMAMENT & SECURITE .

Un article de Pressenza

Amérique du Nord

États-Unis

Un hommage à ML King a eu lieu à Hélène Park. L’équipe de base passera par New York et San Francisco. Une visite aux Nations Unies est prévue pour une éventuelle réception par le Secrétaire Général. La présentation du documentaire «Le début de la fin des armes nucléaires« .Par l’intermédiaire de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes, une ligne de travail pour la collaboration et la convergence a été ouverte dans le cadre du programme 2030 des Nations Unies. Contacts avec le Secrétaire général des Nations Unies sur le thème de la refondation des Nations Unies et d’éventuelles macro-consultations sur le sujet lors du MM.

Canada

Il a participé à la marche pour le Jour de la Terre avec le message « La non-violence est écologique: sans guerre, il n’y a pas d’armes polluantes ». Un communiqué de presse est en cours d’élaboration pour demander des espaces pour faire l’invitation à organiser des activités pour le passage de la marche. Samedi, 27 / 4 a assisté à l’événement Spring of the Alternatives pour trouver des contacts.

Mexique

Ils ont invité la Marche mondiale à participer au Sommet des prix Nobel de la paix qui se tiendra à Mérida le 17 et le 23 le mois de septembre 2019. Lors de la visite de l’équipe de base, il y aura un événement à la frontière avec les États-Unis et un hommage au traité de Tlatelolco.

Amérique centrale

Guatemala

Des alliances ont été conclues entre des personnes et des organisations pour renforcer le groupe de promoteurs. Parmi celles-ci, différents secteurs sont représentés: Organisations de la société civile, DiverArte, Organismes liés à la communication communautaire, Organisations étudiantes, Université nationale: étudiant de l’université de San Carlos de Guatemala, municipalités: municipalité de Mixco

Honduras

Formation de l’école 60 qui mènera à la construction du symbole de la paix. Il sera réalisé par les enfants des écoles situées dans les zones frontalières du Honduras et du Guatemala, à la réception du 2ª MM. L’association des étudiants en médecine de l’université nationale UNAH et deux universités privées organise l’accompagnement de la 2ª MM lors de sa tournée en Amérique centrale. Les municipalités d’Omoa et de San Pedro Sula, décident de participer à la 2ª MM, avec une mobilisation massive de la population. Menant trois conférences simultanées dans les universités de San Pedro Sula sur des sujets liés à la paix dans le monde.

Cuba

Des contacts sont en cours avec certaines organisations cubaines.

El Salvador

Ils lanceront des activités à partir de l’Université Andrés Bello. Probablement dans plusieurs villes du pays: San Salvador, San Miguel, Chalatenango, etc.

Costa Rica

Nous présentons la campagne du plan d’action global pour la non-violence aux centres éducatifs 11 de 22 en juillet. Le plan de formation des enseignants commence la troisième semaine de juillet. Réunions avec les autorités gouvernementales, la municipalité de San José et des organisations pour proposer de mener des activités sur le thème de la non-violence. Réunions tous les quinze jours les mercredis au CAP à partir de 5p.m. Célébration avec des activités artistiques, symboles humains de la Journée internationale de la paix 21 / 9. Célébration de la journée de non-violence 2 / 10 et départ de 2MM. Participation à la marche de la fête du travail, distribution de prospectus et transport de la couverture 2MM. Déclaration d’intérêt culturel du 2MM par le gouvernement du Costa Rica. Au cours de la marche, 27 et 28 en novembre devraient participer au Forum international sur «Le rôle des armées au 21e siècle». Activités avec des enfants 1000 sur l’esplanade du musée des enfants. Concert pour la paix dans le parc de la démocratie. Réalisation de symboles humains au passage du 2MM et de certains événements culturels de réception.

Panama

L’année dernière, un forum s’est tenu à l’Université interaméricaine. Entre la fin septembre et le début octobre de 2019, nous organiserons un forum dans une université locale (lieu, date et heure à confirmer). Dans le cadre de la deuxième Marche mondiale pour la paix et la non-violence, nous invitons les intervenants à participer au forum «Culture de la paix, de la non-violence, du respect des enfants et de la nature pour un meilleur Panama». Ils peuvent, dans cet environnement, partager les informations qu’ils jugent pertinentes sur les actions, les contributions et les projets à cet égard.

Amérique du Sud

Colombie

À Bogota: Travailler avec les écoles 40 qui nous ont soutenus lors de la marche sud-américaine. Nous organiserons des ateliers sur la non-violence active, peintures murales, dessins, treuils à drapeaux, récits et écrits, symboles de la paix dans le secteur et défilés. Le symbole de la paix sera organisé sur la Plaza de Bolívar, invitant le peuple 5000. Réalisation d’un grand concert pour la paix et la non-violence. À Barrancabermeja: Il y aura une conférence à Unipaz et au SENA. Une marche à travers la ville pour rassembler les gens 2000. Des contacts seront établis avec les entités de défense des droits de l’homme sur lesquelles nous avons travaillé au cours du premier mars. Nous clôturerons avec un grand symbole de la paix au parc Kolibri. À Medellin: Carnaval de la culture, conférences dans une université sur la paix et la non-violence. Prenez contact avec les entités gouvernementales responsables des droits de l’homme et des organisations apparentées. Dans d’autres villes de la Colombie: (Cali-Popayan-Pasto-Carthagène-Tunia-Cucuta-Bucaramanga-Ipiales-Arménie-Neiva). Des marches de la paix et des symboles auront lieu. Contact avec les écoles. Discussions sur la non-violence dans les universités et les instituts.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour l’article en anglais ou ici pour l’article en espagnol .)

Questions for this article:

How can we be sure to get news about peace demonstrations?

(. . . suite)

Équateur

À Guayaquil, des lettres ont été envoyées aux universités 2 pour des forums. Les collèges nationaux qui ont communiqué verbalement leur adhésion ont été contactés. Des contacts ont également été établis dans d’autres villes telles que Manta, Ámbato et Quitó. À guayaquil : Des activités sont prévues à l’Université de Guayaquil et à l’Université Casa Grande. Championnat des clubs de sport inter jeunesse. Quelques collèges et la municipalité de Guayaquil. Sur la couverture: Des activités sont prévues pour le passage de la marche 2ª en coordination avec la table ronde panaméricaine et à l’Université de Manta.

Venezuela

Rendez-vous tous les dimanches avec des travaux de développement personnel et d’organisation du 2da March. Diptyque a été développé, les institutions contactées. Nous avons été interviewés à la radio. Et, dans le Forum de Sao Paulo à travers le secteur des femmes, la marche mondiale a été exposée. Nous continuons à contacter des personnes et des institutions qui soutiennent le 2da. Mars Il y aura des forums avec des vidéos pour exposer la marche.

Brasil

À Sao Paulo – SP: Réunions pour la diffusion du 2da MM et la formation d’un groupe de volontaires pour participer à l’organisation et à la diffusion du MM à Sao Paulo. Production de matériel explicatif sur la manière d’organiser les symboles de la paix et d’autres activités du monde dans les écoles et les universités. À Cubatão – SP: Rencontre avec le directeur de l’enseignement pour réaliser des symboles humains dans les écoles de la région. En juillet, 22 a rencontré les directeurs de 75 afin de réaliser des symboles humains dans diverses écoles des villes de la côte de Santos. Présentation de la marche du mois de juillet 23, cette fois aux directeurs et aux coordinateurs des premières années (1º à 5º degree). Il y avait une très bonne énergie positive, nous encourageons les écoles à réaliser le symbole de la paix lors du lancement de la Marche mondiale, durant la semaine de la non-violence de 2 à October 4. Participation à la Marche 2ª pour la culture de la paix qui se tiendra en août En Caucaia – SP: Présentation du 2º MM à des représentants de différents groupes religieux de la ville.
Participation à la marche 2ª pour la culture de la paix, qui se tiendra en août par le ministère des Sports et de la Culture de Cotia en collaboration avec une commission interconfessionnelle. À Paraisópolis – MG: En août 29, nous aurons une réunion avec toutes les écoles de Paraisópolis pour informer de la marche mondiale et proposer des activités. Lors du passage de l’équipe de la base, une activité est prévue avec les enfants dans la salle des messages du silo au sud de Minas Gerais. Em Salvador – BA: Voyage à Bahia pour diffuser la Marche, contact avec les Frères Bom Fim à Salvador, Bahia, avec la proposition de créer une communauté de résistance non violente dans la ville. À Recife – PE: La réunion avec le ministère de l’Éducation de Jaboatão dos Guararapes a eu lieu en juillet 17. La 12 du mois d’août se déroulera dans le cadre de la formation du projet sur la non-violence dans les écoles avec les écoles 30 de la région métropolitaine de Recife. À Curitiba – PR: Nous prévoyons une visite au camp de Lula Libre. Nous essayons d’organiser une visite de l’équipe de la base à Lula pour livrer le livre de la marche sud-américaine pour la paix et la non-violence.

Pérou

Ateliers de prévention et de lutte contre la violence avec les futurs enseignants et les mères dans les écoles du district de Comas, Lima. Prévention et lutte contre la violence chez les enseignants des écoles du district de Cañete. Nous avons des promoteurs dans chaque ville.
Nous sommes en coordination pour promouvoir les activités à chaque point. Nous avons un emplacement central à Lima, fourni par l’Université Ricardo Palma.

Bolivie

À La Paz: Les activités se sont concentrées sur l’impression et la remise de lettres d’invitation aux écoles secondaires et primaires de la région de Sopocachi à La Paz. Depuis juillet, des ateliers pour enseignants et étudiants de la même région ont débuté. À Cochabamba: Activités menées à l’Université Mayor de San Simón lors de la marche de la paix en Amérique du Sud à 2018. À Santa Cruz: Le Centre d’études sur le silo a commencé par la diffusion des activités de la Marche mondiale. Début des activités de diffusion en juillet.

Chili

Nous commençons les réunions d’organisation pour nous développer avec de nouvelles personnes qui s’intègrent aux activités. Nous prévoyons une tournée de toutes les régions du Chili pour promouvoir la formation de groupes de base. Ils compteront sur la production de matériaux de toutes sortes pour couvrir les actions. L’idée est d’intégrer les gens pour pouvoir continuer le MM dans les prochaines éditions. Au Chili également, nous allons renforcer le soutien au TPAN (Traité d’interdiction des armes nucléaires). Des progrès ont déjà été réalisés avec les parlementaires, nous allons maintenant élargir notre action aux municipalités. Contact au Chili avec l’environnement mexicain Alicia Bárcenas (CEPALC) qui a accès à l’ONU et aux gouvernements de la région. L’organisateur de WOMAD a offert de collaborer avec le 2ªMM au Chili pour la réalisation d’un méga symbole de la paix. Au Forum humaniste latino-américain de 11, 12 et 13 en mai, le MM pour l’Amérique a été lancé et une conversation au Teatro del Puente. Nous aurons une discussion du réseau d’équipes au niveau des Amériques du MM en juillet 27.

Argentine

Il existe des promoteurs dans les provinces 8: Salta, Jujuy, Tucumán, Cordoue, Mendoza, Rio Negro (El Bolsón), Bueno Aires (Tigre et Mar del Plata) et récemment dans la CABA (ville autonome de Bs. As.) Il y aura deux événements principaux dans le pays: Reconnaissance des mères et des grands-mères de la Plaza de Mayo en tant que référentes de la lutte non violente
Hommage au Silo [Mario Luis Rodríguez Cobos]. En cours d’organisation À Buenos Aires: Activités de diffusion à Parque Lezama, province de Buenos Aires et à la CABA. Le reste est l’activité de contact et la recherche d’accession. À Cordoue: L’équipe de promoteurs de la ville a été formée et des réunions d’organisation ont été organisées. Le 2MM a déjà été déclaré d’intérêt pédagogique par la province de Córdoba. La demande d’adhésion d’autres institutions à la municipalité et à la chambre des législateurs a été présentée. Il a été programmé: Travailler dans les écoles, La réalisation d’une campagne murale, La projection du documentaire »La fin des armes nucléaires», Un festival artistique musical parmi d’autres actions. À Jujuy: Un petit acte est prévu pour la livraison du livre de la Marche sud-américaine, à Chambre Miracle. Projet de déclarer la semaine 1 d’octobre la semaine de la non-violence de 2019. À Salta: La Communauté pour le développement humain et des membres de la Direction générale de l’organisation communautaire de la municipalité ont présenté à la Commission des droits de l’homme et des garanties constitutionnelles du Conseil de délibération le projet de déclarer la semaine 1 d’octobre la semaine de la non-violence de 2019 et de la Place de la Paix et de la Non Violence est inaugurée. Faire un calendrier avec des activités (1 par mois) de diffusion: Débat cinéma sur le début de la fin des armes nucléaires, Marathon ou balade à vélo, Symboles humains, Fermeture avec un festival culturel. À Mendoza: En juillet, 19 a eu lieu une réunion d’atelier avec des organisations sociales adhérant au 2MM. À la 02 d’octobre, il aura des marches de Las Heras au Centro de Mendoza. Symboles de paix des élèves de l’école de Mendoza. À Punta de Vacas: Célébration de l’anniversaire 10º de 1ªMM sur 02 / 01 / 2020.

L’Amérique prépare la marche mondiale

Malgré les difficultés économiques, sociales et politiques, chacun à sa manière tente de participer au projet. Si tel est le cas, si vous souhaitez collaborer et soutenir les initiatives en cours, vous pouvez le faire en facilitant les contacts d’individus, de personnalités ou d’ONG dans les pays susmentionnés ou dans d’autres pays grâce à cette adresse électronique.

Enseignant(e)s et militant(e)s dénoncent les politiques migratoires américaines et tentent d’offrir des livres et des jeux aux enfants placés en détention

DROITS DE L’HOMME .

Un article de Internationale de l’Education

Un groupe d’enseignant(e)s, de syndicalistes, de militant(e)s et de dignitaires religieux/euses s’est rendu dans un centre de détention situé à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique pour offrir des livres, des jeux et des cadeaux aux enfants incarcérés par les autorités migratoires américaines.

Cette délégation avait pour objectif de dénoncer le caractère cruel, inhumain et traumatisant de la séparation entre enfants et parents, les conditions de détention illégales des mineur(e)s d’âge et les violations systématiques des droits humains des familles migrantes auxquelles se livrent les autorités américaines.

Sous le soleil accablant du Texas, les éducateurs/trices en provenance des deux côtés de la frontière entre les Etats Unis et le Mexique se sont rendu(e)s au centre de détention de Tornillo, où vivent actuellement plusieurs centaines d’enfants dans une série de tentes encerclées d’un mur de pierre et de fils barbelés, sous la surveillance des gardes armés du Département de la sécurité intérieure des Etats-Unis. 

Avant de rejoindre l’entrée du centre, la délégation de militant(e)s, composée de membres de l’American Federation of Teachers (AFT), du Sindicato Nacional de Trabajadores de la Educación (SNTE) et du Secrétaire général de l’Internationale de l’Education (IE) David Edwards, a participé à un rassemblement en vue de protester contre les politiques de séparation familiale et de détention illimitée, mises en place par le gouvernement américain.

Ce rassemblement, ainsi que la visite au centre, fait suite au décret migratoire promulgué par le Président Donald Trump, lequel n’a pris aucune mesure pour réunir les enfants et leurs parents et poursuit sa politique de détention des enfants, des mineur(e)s et des migrant(e)s cherchant asile. L’administration continue également à violer les lois internationales et à placer en détention des milliers d’enfants.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article ou ici pour une version espagnole.)

Questions for this article:

The post-election fightback for human rights, is it gathering force in the USA?

(. . . suite)

Les gardes armés protégeant l’entrée du centre ont refusé d’accepter les cadeaux (cahiers, ours en peluches, ballons de football) et n’ont pas autorisé les enseignant(e)s à entrer sur le site ou à rendre visite aux enfants. De même, les autorités américaines n’ont pas répondu à une lettre envoyée au préalable, demandant l’autorisation de remettre du matériel pédagogique aux enfants.

« Nous avons vu des gouvernements dans le monde maltraiter les populations migrantes et réfugiées, mais nous sommes scandalisé(e)s par le degré de cruauté, d’arrogance et de mépris des droits humains qu’affichent les autorités américaines », a fait remarquer David Edwards, Secrétaire général de l’IE.

Plusieurs ONG ont signalé que des enfants avaient été ligotés, menottés et forcés à prendre des médicaments et des somnifères. D’autres sont privés d’exercice et d’affection humaine. Leur situation est encore aggravée par le traumatisme à long terme engendré par le fait d’avoir été séparés de leurs parents, a expliqué Edwards:

« En tant que représentante des éducateurs et éducatrices, en tant que communauté de professionnels chargés de prendre soin des enfants, et en tant qu’organisation internationale engagée à défendre les droits humains, l’Internationale de l’Education condamne ce traitement violent et scandaleux des migrants et des enfants, et exige la cessation immédiate de ces mesures. En tant qu’éducateurs, notre mission consiste à accueillir, développer, encourager et inspirer les enfants. Et nous luttons également pour faire valoir leurs droits. »

La Présidente de l’AFT, Randi Weingarten, a déclaré: « Ces politiques sont caractéristiques des régimes tyranniques ou dictatoriaux, et non pas de nos démocraties… Ces agissements considérés comme une violation des droits humains fondamentaux ont causé de profondes séquelles traumatisantes. La communauté internationale doit réagir et prendre des mesures pour mettre un terme aux agissements odieux de cette administration. »

Juan Díaz de la Torre, Président du SNTE, également présent lors du rassemblement, a déclaré que, en tant qu’éducateurs/trices, « notre vocation va bien au-delà de l’enseignement dans les classes. Nous sommes des femmes et des hommes engagés à former les citoyens et citoyennes de demain. Le traitement inhumain enduré par ces enfants laissera des traces dans leur développement si nous n’intervenons pas immédiatement. »

Il a ajouté que si l’on souhaite apporter des solutions au problème de la migration, un processus/accord multilatéral est nécessaire, impliquant tous les pays qui accueillent ou expulsent les migrant(e)s. Tout le monde doit s’employer à trouver des solutions: « Même si les frontières paraissent nous diviser, nous partageons une vocation commune qui nous unit ».

Remarque – Vous vous demandez peut-être ce qu’il est advenu des cadeaux. Ils ont été remis aux organisations travaillant avec les enfants migrants dans la région frontalière.

(Merci a Janet Hudgins, le reporter de CPNN pour cet article.)

Le Canada et ses partenaires annoncent un investissement historique dans l’éducation des femmes et des filles en situation de crise et de conflit

. EGALITE HOMMES/FEMMES .

Un article du page web du Premier Ministre du Canada

L’égalité des sexes est un droit de la personne fondamental et une priorité de premier plan pour le Canada et sa présidence du G7. Si nous voulons faire de l’égalité des sexes une réalité, les femmes et les filles à travers le monde doivent avoir un accès égal à une éducation et à des opportunités d’apprentissage de qualité. Lorsque les femmes et les filles ont une chance égale d’apprendre, de s’épanouir et de réussir, elles aident à bâtir une économie qui profite au plus grand nombre.

Le Canada, de concert avec l’Allemagne, la Banque mondiale, le Japon, le Royaume-Uni, et l’Union européenne a annoncé aujourd’hui [9 juin] un investissement de près de 3,8 milliards de dollars canadiens. Cet annonce représente l’investissement le plus important jamais réalisé dans l’éducation des femmes et des filles en situation de crise et de conflit, et marque un tournant décisif en vue d’améliorer l’accès et de réduire les obstacles à l’éducation de qualité à travers le monde. Cet investissement pourrait changer la vie de millions de femmes et de filles parmi les plus vulnérables dans le monde.


Le premier ministre Justin Trudeau participe à la seance de traveil du G7. Photo par Adam Scotti (CPM)

Ces investissements appuieront des mesures à l’échelle mondiale visant les objectifs suivants :

* doter les femmes et les filles des compétences nécessaires aux emplois de demain;

* améliorer la formation des enseignants afin d’offrir un meilleur programme d’éducation aux femmes et aux filles;

* améliorer la qualité des données disponibles sur l’éducation des femmes et des filles;

* promouvoir une meilleure coordination entre les partenaires humanitaires et du développement;

* soutenir des méthodes d’éducation innovatrices, en particulier pour les groupes vulnérables et difficiles à desservir, dont les réfugiés et les personnes déplacées;

* soutenir les pays en développement dans leurs efforts visant à offrir la chance égale aux filles d’effectuer un parcours éducatif de qualité d’une durée minimale de 12 ans, de l’école primaire à l’école secondaire.

Le Canada travaillera avec ces partenaires et d’autres pour appuyer l’éducation des femmes et des filles partout dans le monde. Ils veilleront également à ce que les voix des femmes et des filles éclairent les décisions portant sur l’éducation et l’emploi.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Questions for this article:

Gender equality in education, Is it advancing?

(. . . suite)

Citation

« Nous devons travailler ensemble pour veiller à ce que les femmes et les filles aient accès à une éducation de qualité et à une formation axée sur les compétences qui soit moderne. De l’école primaire à l’école secondaire, et par la suite, les femmes et les filles dans les situations de crise et de conflit doivent avoir une chance égale de réussir. Le fait d’investir dans leur éducation n’est pas seulement la bonne chose à faire, mais bien un choix intelligent. Nous savons que, si elles en ont la chance, les femmes et les filles seront le moteur de changements positifs. Elles pourront améliorer leur vie, celle de leur famille et de leur communauté et, du même coup, transformer notre monde. »


— Le très hon. Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Faits saillants

Dans le cadre de leur annonce de fonds d’aujourd’hui, les partenaires internationaux se sont engagés à réaliser les investissements suivants :

* Le Canada investit 400 millions de dollars canadiens sur trois ans, en plus de l’investissement en janvier 2018 de 180 millions de dollars au Partenariat mondial pour l’éducation pour la période de 2018 à 2020.

* L’Allemagne investit 75 millions d’euros.

* La Banque mondiale investit 2 milliards de dollars américains sur cinq ans.

* Le Japon investit 200 millions de dollars américains dans une éducation de qualité pour les filles et les femmes, y compris celles dans les situations d’urgence ou les États fragiles et touchés par un conflit.

* Le Royaume-Uni investit 187 millions de livres, s’appuyant sur l’annonce que la première ministre May a faite à la Réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth du mois d’avril, quand elle a promis de verser 212 millions de livres pour offrir des possibilités d’apprentissage à près d’un million de filles des pays en développement du Commonwealth.

* L’Union européenne investit 72 millions d’euros sur trois ans.

* En février 2018, la France s’est engagée à verser 200 millions d’euros au Partenariat mondial pour l’éducation afin de soutenir l’éducation des filles et d’aider à renforcer les systèmes d’éducation dans les pays en développement.

À la fin de 2016, il y avait dans le monde 65,5 millions de personnes déplacées de force, dont plus de la moitié étaient des femmes de moins de 18 ans, n’ayant que peu ou pas accès à des possibilités d’apprentissage et à une éducation de qualité.

Les filles sont plus susceptibles d’être retirées de l’école en raison de la pauvreté que provoque le déplacement, elles sont plus susceptibles d’être contraintes de se marier tôt et elles sont touchées de manière démesurée par la violence sexuelle et la violence fondée sur le sexe.

Dans le cadre de sa présidence du G7 en 2018, le Canada fait progresser des priorités nationales et internationales qui s’inscrivent dans cinq grands thèmes :

* Investir dans la croissance économique qui profite à tout le monde

* Se préparer aux emplois de l’avenir

* Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

* Travailler ensemble à l’égard des changements climatiques, des océans et de l’énergie propre

* Construire un monde plus pacifique et plus sûr

(Merci à la Good News Agency d’avoir porté ceci à notre attention.)

De l’Europe aux Etats-Unis, ces villes qui s’opposent à leurs gouvernements pour mieux accueillir les migrants

TOLÉRANCE & SOLIDARITÉ .

Un article par Rachel Knaebel pour Bastamag

Aux Etats-Unis, des centaines de municipalités ont fait le choix de ne pas contribuer à la chasse aux sans-papiers lancée par Donald Trump. En Europe, des communes s’engagent pour un accueil digne des migrants. « Villes sanctuaires », « villes refuges »… De l’Italie à la Grande-Bretagne, de Barcelone à Grande-Synthe, ces communes tentent de se constituer en véritables contre-pouvoirs face aux politiques indignes et xénophobes.


Photo : Manifestation LGBT de solidarité avec les réfugiés à Londres, en juin 2016 / CC Alisdare Hickson

A peine élu président des États-Unis, Donald Trump adoptait un décret pour couper les fonds fédéraux aux centaines de municipalités qui ont critiqué sa politique anti-migrants. Face au programme de Trump, à sa volonté d’expulser manu militari les sans-papiers quel que soit le nombre d’années de résidence, et à son souhait d’ériger un mur à la frontière mexicaine, de nombreuses villes se sont rapidement déclarées « villes sanctuaires ». Ces municipalités « ont adopté des politiques qui promettent de protéger et de servir tous leurs résidents, quel que soit leur statut migratoire », explique la puissante association American Civil Liberties Union (l’Union américaine pour les libertés civiles, ACLU).

Dans les faits, ces villes refusent de coopérer avec les forces de l’ordre fédérales, lorsque celles-ci leur demandent de mettre des sans-papier en détention. Elles n’exigent pas forcément de leurs habitants de produire un certificat de naissance ou de séjourner légalement pour accéder aux services publics locaux. Certaines municipalités sanctuaires décident même de reconnaître comme valables sur leur territoire des papiers d’identité non états-uniens ou de distribuer leurs propres papiers d’identité municipaux à tous leurs résidents, quelle que soit leur nationalité.

De New York à Milan, en passant par Barcelone

Les métropoles parmi les plus importantes des États-Unis, comme New York, Los Angeles, Chicago, Boston ou Washington, ont adopté cette position. Et n’ont pas perdu la bataille face à Donald Trump, puisqu’un juge fédéral a bloqué en avril dernier le décret du président qui voulait leur couper les vivres.

En Europe aussi, confrontée à une crise historique de la gestion des migrations, des collectivités locales prennent le contrepied de la politique de fermeture menées par les États de l’Union européenne. Quand la plupart des gouvernements européens misent sur une gestion sécuritaire et des accords avec des pays aussi peu démocratiques que la Libye et la Turquie, (lire notre article Les envoyer en détention ou les livrer à une dictature : voilà comment l’Europe « délocalise » ses réfugiés), à Milan, le 20 mai dernier, 100 000 personnes ont manifesté à l’initiative du maire de gauche de la ville pour promouvoir l’accueil des migrants.

En février, c’était la maire de Barcelone Ada Colau, alliée du parti Podemos, qui appelait à une manifestation pour l’accueil des migrants. Là aussi, plus de 100 000 personnes ont répondu présentes. La capitale catalane a aussi initié un réseau international de villes engagées dans l’aide et l’accueil des migrants, Solidarity Cities (villes solidaires). Une impulsion également destinée à pousser le gouvernement espagnol à accélérer l’accueil des réfugiés arrivés en Europe, et qui devaient être relocalisés vers l’Espagne.

Crise du modèle d’accueil italien

« Il faut faire la différence entre les réseaux de villes solidaires en Europe et le mouvement de villes sanctuaires aux États-Unis, souligne cependant Filippo Furri, cherchceur membre du réseau Migreurop et doctorant à l’université de Montréal. En Europe, les municipalités se constituent en ville-refuge sur la question de l’asile. Aux États-Unis, le mouvement s’est plutôt construit pour protéger des personnes qui retombent dans l’irrégularité administrative après avoir déjà vécu un moment dans le pays. »

Filippo Furri connaît bien le cas italien, en particulier celui de Venise : « Avec les guerre des Balkans dans les années 1990, il y a eu une vague de réfugiés. À Venise, un élan de solidarité citoyenne et associative s’est joint à une volonté politique pour organiser un accueil digne. Un système d’accueil organisé s’y est mis en place dans la foulée, au début des années 2000. Venise est devenue une sorte de prototype du système d’asile qui s’est développé ensuite en Italie, et qui est en train de péricliter avec la situation d’urgence actuelle. »

Aux côtés de la Grèce, l’Italie est l’un des deux principaux pays d’arrivée pour des centaines de milliers de personnes qui débarquent chaque année en Europe par la mer, pour y chercher l’asile et la sécurité. Plus de 360 000 personnes sont arrivées par la mer Méditerranée en Europe en 2016. Plus de 98 000 depuis le début de l’année 2017 (plus de 2000 personnes migrantes sont déjà mortes en mer Méditerranée cette année [2]). L’Italie est donc l’un des pays qui doit gérer en urgence et en grand nombre l’accueil des migrants, en plus des sauvetages en mer. Début juillet, son gouvernement a appelé à l’aide les autres pays européens pour faire face aux nécessité de prise en charge des nouveaux arrivants. Mais loin de prendre le parti de l’hospitalité, Rome a aussi menacé dans le même temps de fermer ses ports aux migrants.

(L’article se continue à droite.)

(Cliquez ici pour une traduction en anglais

Question for discussion

The refugee crisis, Who is responsible?

(L’article se continue de la gauche.)

Aide au développement face à des États défaillants

« L’Italie, comme la Grèce, est en train de devenir un véritable territoire de rétention, déplore Filippo Furri. Il y existe des formes d’hospitalité et d’accueil dans la société civile. C’est une réponse face à une gestion de la part des États qui vise avant tout à contrôler les flux, à trier les gens, et à disperser les centres d’accueil en les imposant aux collectivités locales. Il y a conflit entre l’accueil local des municipalités, et le contrôle étatique. » De la même manière que des ONG prennent le relais des États et des autorités européennes pour sauver des vies en mer Méditerranée, des communes italiennes s’organisent pour faire ce que l’État italien refuse : organiser un accueil digne, et favoriser les échanges entre la population locale et les nouveaux arrivants.

Le réseau des « Communes de la terre pour le monde », fondé en 2003 en Italie, réunit aujourd’hui plus de 300 municipalités de tout le pays. L’association organise par exemple un festival interculturel à Riace, village de Calabre devenu l’un des points d’entrée de nombreux migrants dans l’UE (voir notre article Ces villages qui choisissent tant bien que mal d’accueillir les migrants). L’association de communes mène aussi des projets de solidarité internationale, comme un projet de développement de l’énergie solaire au Sahel. « Le réseau Recosol est organisé sur une logique de solidarité qui dépasse la question des migrations, précise Filippo Furri. C’est un réseau d’entraide entre communautés locales. »

Se constituer en associations de solidarité, au delà du seul objectif de gérer l’urgence, voilà ce qui fait sûrement la spécificité des réseaux des villes-refuges face aux politiques migratoire des États. « L’État laisse en partie seules les municipalités italiennes pour l’organisation de l’accueil des migrants. Ce sont les municipalités qui organisent le logement, les cours de langue et l’intégration locale, expliquent les coordinateurs du réseau de communes Recosol. La politique du gouvernement italien souffre de l’absence d’une vision globale et d’un plan national pour l’accueil et l’intégration des migrants. Ce sont donc les associations et les citoyens, sur le territoire, qui font la différence. »

City of Sanctuary au Royaume-Uni

En Grande-Bretagne aussi, des citoyens et des communes prennent le contrepied de la politique xénophobe du gouvernement conservateur. « Le réseau City of Sanctuary a été créé à Sheffield, en 2005, par un petit groupe de personnes qui voulaient mieux accueillir les réfugiés », explique Forward Maisokwadzo, porte-parole de ce réseau britannique. Le maire de cette ville de 500 000 habitants du nord de l’Angleterre avait pleinement soutenu l’initiative, et pris l’engagement public d’accueillir les demandeurs d’asile et réfugiés dans sa ville. « Puis le mouvement est devenu très important, en terme de nombre de personnes et de communes impliquées. Il compte aujourd’hui une centaine de municipalités. L’idée est de travailler avec tout le monde : les citoyens, les associations, les autorités locales. »

Pour le mouvement City of Sanctuary, la clé de l’accueil est dans ce travail collectif. « Les actions menées par le mouvement varient selon les endroits. Elles peuvent par exemple consister à sensibiliser les gens à la question de l’accueil des demandeurs d’asile, précise Forward Maisokwadzo. À Bristol, la ville s’est attaquée au problème du dénuement des demandeurs d’asile, qui reçoivent très peu de soutien financier et n’ont pas le droit de travailler pendant l’étude de leur demande. Une douzaine d’autres villes se sont engagées sur la question. Leur travail est aussi de pousser le gouvernement à se pencher sur ce problème. »

« La France n’est pas dans une démarche d’accueil »

Et en France ? Il y a bien l’exemple de Grande-Synthe, une ville du Nord de 20 000 habitants, où la municipalité a pris le parti de l’accueil des migrants en route vers l’Angleterre (voir notre article Conjuguer accueil des migrants, écologie et émancipation sociale : l’étonnant exemple de Grande-Synthe), notamment en construisant avec Médecin sans frontières un centre d’accueil permettant des conditions de vie décentes (repris en main par la préfecture, le centre a été détruit par un incendie en avril dernier). Des citoyens s’engagent aussi évidemment, de Calais à la frontière italienne, et se trouvent parfois traîné en justice pour « délit de solidarité » (lire notre article À la frontière franco-italienne, les habitants de la vallée de la Roya risquent la prison pour avoir aidé les migrants).

À Paris, où des milliers de migrants débarqués dans la capitale se retrouvent à la rue sans aucune prise en charge et harcelés par la police, la maire Anne Hidalgo a annoncé l’ouverture d’un premier centre d’accueil en mai. Le centre a ouvert six mois plus tard. Prévu pour 500 personnes, il est pourtant sous-dimensionné et saturé en permanence. Selon l’association France Terre d’asile, plus de 1000 personnes migrantes dormaient encore à la rue début juillet à proximité du centre d’accueil. L’association Gisti (Groupe d’information et de soutien aux immigrés) a aussi dénoncé les violences policières dont sont victimes les migrants dans les files d’attentes du centre. Malgré des initiatives bien réelles mais dispersées (lire ici notre article), « la France n’est pas dans une démarche d’accueil », regrette Filippo Furri. Les villes française prendront-elles le relais d’un État défaillant ?

(Merci à Kiki Chauvin, la reporter de CPNN pour cet article)

Canada: la Cour suprême entérine le droit de négociation, les enseignant(e)s savourent leur victoire

DROITS DE L’HOMME .

Un article de l’Internationale de l’Education

A l’issue d’un bras de fer juridique particulièrement rude et clivant, les éducateurs/trices de Colombie-Britannique célèbrent la décision de la Cour suprême qui réaffirme le droit à la négociation collective et ouvre la porte à l’embauche de centaines d’enseignant(e)s. L’ensemble des gouvernements canadiens sont tenus de respecter le droit de négociation et les conventions collectives


Selon toute vraisemblance, le gouvernement de Colombie-Britannique devra embaucher des centaines d’enseignant(e)s et devra allouer chaque année entre 250 millions et 300 millions de dollars canadiens (soit entre 170 et 205 millions d’euros) supplémentaires à l’éducation. En effet, la Cour suprême du Canada vient d’invalider la décision prise le 10 novembre 2015 par la Cour d’appel de Colombie-Britannique en faveur du gouvernement provincial. Ce jugement réhabilite la décision initialement prise par la juge de la Cour suprême, Susan Griffin, en faveur des syndicats. Ces estimations financières ont été avancées, au terme d’une bataille juridique engagée en 2002 par les syndicats, par Glen Hansman, Président de la Fédération des enseignantes et enseignants de la Colombie-Britannique (BCTF), une organisation membre de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE), qui est elle-même affiliée à l’Internationale de l’Education.

« La victoire obtenue aujourd’hui est un succès historique pour le respect de nos droits, et vient légitimer toutes ces années passées à combattre la politique anticonstitutionnelle mise en œuvre par le gouvernement de Colombie-Britannique qui a eu ainsi toute la latitude pour sous-financer l’éducation », s’est réjoui Hansman. « Désormais, nous entrevoyons une lueur d’espoir pour tous les étudiantes et étudiants de ce système scolaire qui, nous le souhaitons, verront les conditions d’apprentissage et le niveau de soutien s’améliorer. Nous espérons également que les enseignantes et enseignants bénéficieront de nouveau de conditions d’enseignement plus justes et plus acceptables. »

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article ou ici pour une version espagnole.)

Question(s) related to this article:

The right to form and join trade unions, Is it being respected?

(. . . suite)

Ce jugement marque le point final d’une procédure juridique particulièrement longue, au cours de laquelle la BCTF n’a cessé de répéter que le gouvernement, en privant les enseignant(e)s de leurs conventions collectives et de leur droit de négociation en 2002, et en refusant par la suite de prendre en compte cette situation, agissait de façon anticonstitutionnelle. La Cour suprême du Canada a donc confirmé le droit de négociation des enseignant(e)s, et a reconnu la légitimité des arguments avancés par la BCTF depuis les premières violations de conventions collectives des enseignant(e)s par la ministre de l’Education, Christy Clark.

Ce jugement marque le point final d’une procédure juridique particulièrement longue, au cours de laquelle la BCTF n’a cessé de répéter que le gouvernement, en privant les enseignant(e)s de leurs conventions collectives et de leur droit de négociation en 2002, et en refusant par la suite de prendre en compte cette situation, agissait de façon anticonstitutionnelle. La Cour suprême du Canada a donc confirmé le droit de négociation des enseignant(e)s, et a reconnu la légitimité des arguments avancés par la BCTF depuis les premières violations de conventions collectives des enseignant(e)s par la ministre de l’Education, Christy Clark.

« Je tiens à féliciter la Fédération des enseignantes et enseignants de la Colombie-Britannique pour son engagement et sa détermination sans failles qui ont permis à la justice de triompher », a déclaré la Présidente de la FCE, Heather Smith. « Cette décision envoie un signal fort à tout gouvernement provincial/territorial qui entendrait bafouer les droits des enseignantes et enseignants par la voie juridique. »

La BCTF réclame l’application immédiate de la décision

Cet arrêt a réhabilité sans délai les clauses du contrat des enseignant(e)s qui avaient été supprimées par le gouvernement libéral en 2002, relatives à la taille des classes, au nombre d’étudiant(e)s ayant des besoins particuliers pouvant être admis au sein d’une classe et au nombre d’enseignant(e)s spécialisé(e)s devant être recruté(e)s dans les écoles.

Hansman a indiqué qu’il faudrait probablement un certain temps pour rétablir la taille des classes au niveau de 2002, le syndicat ayant perdu l’équivalent de 3.500 postes à temps plein au cours des 15 dernières années. Par ailleurs, il a appelé « le gouvernement à prendre des mesures immédiates afin d’appliquer de nouveau ces dispositions, de façon à ce que nous retrouvions un système scolaire qui finance et soutienne comme il se doit les enseignantes et enseignants, les écoles et les étudiantes et étudiants. »

(Merci à Janet Hudgins, le reporter pour cet article.)

La réponse officielle de San Francisco à l’élection de Trump

DROITS DE L’HOMME .

Un article de Presenza (Article traduit de l’anglais par Sabine Haouara et Jean-Marc Dunet, reproduis selon les provisions de Creative Commons

Le conseil des autorités de surveillance de San Francisco a récemment pris une résolution introduite par le président du conseil London Breed en réponse à l’élection de Donald Trump. Voici le texte de la résolution :


(Crédit image : San Francisco Bay Times)

ATTENDU QUE, le 8 Novembre 2016 Donald Trump a été élu pour devenir le 45ème président des États-Unis, en conséquence de quoi

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : quelles que soient les menaces proférées par le président élu Trump, San Francisco demeurera une Ville Sanctuaire. Nous ne tournerons pas le dos aux hommes et aux femmes originaires d’autres pays qui participent à la grandeur de la ville et qui représentent plus d’un tiers de la population. Il y a ici le Golden Gate : nous construisons des ponts, pas des murs ; et, cela étant

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : nous ne reviendrons jamais sur les droits des femmes, que cela soit dans le domaine de la santé, du travail ou dans n’importe quel domaine menacé par un homme qui traite les femmes comme des obstacles à rabaisser ou des objets à agresser. Et non moins important, nous nous assurerons que nos jeunes filles grandiront avec des modèles qui leur montrent qu’elles peuvent être et faire ce qu’elles veulent ; et, cela étant

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : il n’y aura pas de thérapie de conversion, ni de suppression des droits à San Francisco. Nous avons commencé à accueillir les mariages homosexuels depuis 12 ans et nous n’allons pas nous arrêter maintenant. Et pour toutes les personnes LGBTQ* de tout le pays qui se sentent effrayés, intimidés, ou seuls : vous comptez. Vous êtes vus, vous êtes aimés ; et San Francisco n’arrêtera jamais de se battre pour vous ; et, cela étant

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : nous croyons encore au principe fondamental de liberté religieuse de cette nation. Nous ne bannissons pas des personnes pour leur foi. Et les seules listes que l’on garde sont des invitations à venir prier ensemble ; et, cela étant

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : la vie des personnes de couleur compte à San Francisco, même si cela pourrait ne pas être le cas à la Maison Blanche. Et, guidés par l’équipe de travail du président Obama sur la police du 21ème siècle, nous continuerons à réformer notre service de police et à reconstruire une relation de confiance entre la police et les communautés de couleur afin que tous les citoyens se sentent en sécurité dans leurs quartiers ; et, cela étant

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Clickez ici pour l’originale anglaise de cet article.)

Question for this article:

Is the post-election fightback for human rights gathering force in the USA?

(. . . suite)

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : le changement climatique n’est pas un canular ou un complot des Chinois. Dans cette ville entourée d’eau sur trois côtés, la science est importante. Et nous continuerons notre travail sur l’Energie propre, le Zéro déchet, ainsi que tout ce que nous faisons pour protéger les générations futures ; et, cela étant

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : nous avons fourni des soins de santé à tous dans cette ville depuis presque une décennie, et si la nouvelle administration va au bout de sa promesse impitoyable d’annuler l’assurance maladie pour 20 millions de personnes, les habitants de San Francisco seront protégés ; et, cela étant

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : nous sommes le lieu de naissance des Nations Unies, une ville rendue plus forte par les milliers de visiteurs internationaux que nous accueillons chaque jour. Nous resterons engagés pour l’internationalisme ainsi que pour nos amis et alliés du monde entier – que cela soit ou ne soit pas le cas de l’administration à Washington ; et, cela étant

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : San Francisco restera une des premières villes pour le transport et continuera à construire les systèmes Muni et BART [réseaux de transport de San Francisco, NDT] sur lesquels nous pouvons tous compter, même si l’administration de Washington va au bout de son projet de supprimer le financement fédéral pour le transport en commun ; et, cela étant

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : la Californie est la sixième plus grande économie du monde. La région de la Baie est la capitale de l’innovation du pays. Nous ne serons pas intimidés par les menaces de révoquer notre financement fédéral, et nous ne voulons pas non plus sacrifier nos valeurs ou les membres de notre communauté pour vos dollars ; et, cela étant

A ÉTÉ PRISE LA RÉSOLUTION : nous condamnons tous les crimes et les discours haineux perpétués en raison de cette élection. Et bien que les États-Unis vont bientôt avoir un président qui a fait preuve d’un manque de respect envers les valeurs que nous tenons en haute estime à San Francisco, il ne peut pas changer qui nous sommes, et il ne changera jamais nos valeurs. Nous argumentons, nous militons, nous débattons vigoureusement au sein de San Francisco, mais sur ces points nous sommes unis à 100 %. Nous combattrons la discrimination et l’irresponsabilité dans toutes ses formes. Nous sommes une Ville. Et nous avancerons ensemble.

* LGBTQ : lesbienne, gay, bisexuel, transexuel, Queer

Québec: Sommet international des coopérative: le rôle porteur des coopératives et des mutuelles dans le développement économique durable

. . DEVELOPPEMENT DURABLE . .

Un communiqué de presse du Sommet international des coopératives

Du 11 au 13 octobre 2016, des experts de haut niveau et des milliers de dirigeants, décideurs, gestionnaires et leaders, provenant ou non du milieu coopératif, convergeront vers le Centre des congrès de Québec, au Canada, pour la troisième édition du Sommet international des coopératives, une initiative du Mouvement Desjardins et de l’Alliance coopérative internationale.

coops

Cette année, le Sommet met en lumière « le pouvoir d’agir des coopératives », un instrument incontournable du développement durable. Reconnu pour son apport au mieux-être des collectivités, le modèle coopératif contribue tout aussi largement à la prospérité mondiale : les 2,6 millions de coopératives et de mutuelles qui comptent 1 milliard de membres dans le monde génèrent 3000 milliards $US annuellement et quelque 250 millions d’emplois directs et indirects. À elles seules, les 300 plus grandes coopératives mondiales produisent un chiffre d’affaires combiné qui équivaut au PIB du Canada. La rencontre des forces vives du milieu coopératif de 103 pays constituera donc un terrain fertile pour les discussions sur la croissance durable.

210 conférenciers, dont 5 grands penseurs de l’économie

Alors que la croissance est marquée par de profondes transformations, cinq sommités apporteront leur éclairage sur les nouvelles réalités socioéconomiques et géopolitiques mondiales. Joseph Stiglitz, professeur à l’Université Columbia de New York et lauréat du prix Nobel d’économie, Jeremy Rifkin, essayiste de prospective américain, Robert Reich, professeur à l’Université de Californie à Berkeley et éminent leader d’opinion, Mark Kramer, fondateur et directeur principal de la société d’experts-conseils FSG à Boston, et Navi Radjou, conseiller mondial en innovation et leadership établi en Californie, discuteront des grands enjeux du 21e siècle et des modèles d’affaires les plus propices à la prospérité mondiale. Plus de 200 conférenciers de renommée internationale traiteront des défis propres aux coopératives et aux mutuelles et proposeront des solutions concrètes pour intensifier leur rôle comme vecteur de changement social et économique.

4 grands thèmes, des centaines de sujets

Les communications du Sommet s’articuleront autour de quatre grands thèmes, qui orienteront les divers forums, conférences, tables rondes, ateliers et rencontres sectorielles.

Prendre connaissance des tendances et des défis socioéconomiques et géopolitiques mondiaux fera un état des lieux de la situation mondiale en abordant des thèmes comme la croissance des inégalités, la fragilisation de l’économie réelle, la crise de l’emploi, l’innovation et l’émergence de l’économie collaborative.

Accroître la capacité d’agir traitera des façons de maîtriser les nouvelles réalités d’affaires telles que la culture de l’innovation, le travail à l’ère numérique, l’utilisation des mégadonnées (Big Data), l’accès au capital, la gestion des talents et l’engagement envers la communauté.

Augmenter la force économique permettra aux entreprises coopératives de se regrouper afin de discuter des occasions d’affaires et des défis propres à leur secteur d’activité.

Les coopératives en action sera l’occasion de participer au plus important remue-méninges sur les objectifs de développement durable identifiés par l’ONU. Divers ateliers donneront la chance aux participants de proposer des idées pour relever les défis liés à la sécurité alimentaire, à la crise de l’emploi, à l’accès aux soins de santé et services sociaux, à la pauvreté et à l’inclusion financière, aux changements climatiques et au développement durable.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article ou ici pour une version espagnole)

Question for this article:

What is the relation between the movement of cooperatives and the movement for a culture of peace?

(. . . suite)

64 projets scientifiques inspirants

Les 10 et 11 octobre, des membres de la communauté scientifique issus d’horizons variés présenteront leurs conclusions et réflexions sur la puissance d’action et les impacts des coopératives et des mutuelles. Ces 64 projets de recherche seront commentés par des professionnels du milieu coopératif. Arrimant recherche et pratique, cette formule assurera une diffusion dynamique et pratique des travaux des auteurs.

14 études éclairantes

Le Sommet offre également aux participants une occasion exceptionnelle d’accéder à de l’information exclusive s’adressant spécifiquement aux coopératives et aux mutuelles. Les résultats des études les plus récentes sur la situation des coopératives dans le monde et sur les pratiques les plus efficaces seront présentés lors des conférences et des rencontres sectorielles par des spécialistes de renom.

Plus de 50 activités spécialisées

En marge de la programmation régulière, les Rendez-vous permettent aux membres de coopératives, de mutuelles, d’associations de coopératives et d’organismes du milieu de participer à des réunions de travail, d’information ou de formation, généralement sur invitation. À ces rencontres s’ajoutent trois activités pré-Sommet qui rassemblent des organisations ciblées afin de discuter de thèmes d’actualité, soit l’amélioration de l’efficacité et du rayonnement des coopératives, le développement international et la reconstruction après une catastrophe naturelle. Parmi la trentaine d’événements, certains sont ouverts à tous les participants du Sommet.

Un programme pour les 20-35 ans

Pour inscrire le pouvoir d’agir des coopératives dans la pérennité, le Sommet s’intéresse aussi à la relève. Dans le cadre du programme Jeunes leaders, de jeunes coopérateurs du monde entier, âgés de 20 à 35 ans, auront la chance de rencontrer de grands dirigeants du milieu coopératif et des représentants des organisations internationales telles que l’ONU et l’OMS afin de s’initier aux pratiques d’excellence des coopératives et mutuelles. À travers ces rencontres, combinées aux multiples conférences et discussions, ils pourront se familiariser avec le rôle essentiel des coopératives et mutuelles dans la mise en place de stratégies de développement économique durable.

Pour en savoir plus sur les activités du Sommet et pour s’inscrire : www.sommetinter.coop

À propos du Sommet international des coopératives

Le Sommet international des coopératives est l’événement mondial de référence pour le développement des affaires dans le milieu coopératif et mutualiste. Il offre aux gestionnaires, décideurs et leaders des coopératives et mutuelles de toutes tailles et de tous les secteurs, ainsi qu’à tout acteur du monde des affaires, un lieu unique de réflexion, de discussion, de concertation et de formation au sujet des tendances dominantes et des enjeux économiques et financiers actuels et futurs. En démontrant que le modèle d’affaires coopératif est l’une des réponses aux grands enjeux socioéconomiques de notre temps, le Sommet vise à promouvoir et à favoriser le développement de l’entreprise coopérative dans tous les pays. L’événement attire plus de 2 500 participants en provenance de 103 pays.

Marie-Josée Gauvin, Sommet international des coopératives
+ 1 514-845-8222, poste 222 – media@sommetinter.coop

Jan Schiettecatte, Alliance coopérative internationale
+ 32 2 743 10 30 Mobile: + 32 478 84 51 30 – schiettecatte@ica.coop

(Merci au Good News Agency pour avoir nous envoye cet article.)

Canada: Forum social mondial : un succès malgré la faible participation

LIBRE CIRCULATION DE L’INFORMATION

Un article de Métro

On en attendait 50 000, ce sont plutôt 35 000 personnes qui ont participé au Forum social mondial (FSM) 2016, qui a pris fin dimanche à Montréal. Les organisateurs estiment tout de même que l’événement est un succès. D’après la co-coordonnatrice Carminda Mac Lorin, le fait que les demandes de visas de centaines d’invités internationaux aient été refusés ou aient tardé à être traitées a sans doute contribué à ce que l’achalandage, qui avait atteint 60 000 personnes en 2013 à Tunis et 155 000 à Porto Alegre en 2005, soit moindre que lors des éditions précédentes.

wsf
À peine une centaine de personnes ont assisté au spectacle de clôture du Forum social mondial, dimanche au parc Jarry. Photo par Mario Beauregard/Métro

«Ces refus ont finalement été positifs, parce qu’ils ont permis de mettre sur la place publique un sujet dont on ne parle pas assez, soit les problèmes de mobilité internationale, la fermeture des frontière, la question des réfugiés», a commenté Mme Mac Lorin, qui sortait dimanche d’une réunion de bilan avec le conseil international du FSM.

Les organisateurs sont par ailleurs fiers de la diversité des pays représentés par les participants, soit 125, et de la variété des thématiques abordées dans le cadre du forum. «Les gens qui se sont impliqués lors du forum ont mis de l’avant des initiatives qu’ils vont mettre en œuvre, que ce soit par rapport à la condition féminine, les droits des autochtones, la démilitarisation ou la lutte contre les violations des droits par les compagnies minières», a exprimé Mme Mac Lorin. Au cours de la semaine, environ 70 plans d’actions concrètes ont été adoptés et seront rendus publics lundi.

«On a pu voir qu’il y a des solutions collectives concrètes à des problématiques mondiales. J’ai pu bâtir des liens qui vont donner quelque chose.» – Ramiro Lopez, activiste colombien

Mme Mac Lorin se félicite aussi de la forte contribution des jeunes à l’événement, ce qui a aussi impressionné Raymonde Maisonneuve, une participante membre de la congrégation religieuse des Sœurs de Sainte-Croix. «C’était beaucoup géré et présenté par des jeunes. C’est formidable. C’est l’avenir», s’est réjouie Mme Maisonneuve, qui assistait hier au spectacle de clôture du FSM au parc Jarry.

Il manquait d’ambiance dans le parc dimanche, alors qu’à peine une centaine de personnes assistaient au spectacle. Selon quelques participants qui étaient sur place, c’était à l’image du reste de la semaine. «Je m’attendais à des foules immenses, à la marche par exemple, mais ça n’a pas été le cas. De plus, les différentes activités étaient très éparpillées», a souligné Marie Guerda Saint-Fort, une citoyenne d’Haïti.

Plusieurs participants étaient toutefois satisfaits des échanges d’idées auxquels le FSM a donné lieu. «Les problématiques qui touchent toute la planète, comme l’extraction minière et pétrolière et la sécurité alimentaire, on les a abordées», a affirmé Ramiro Lopez, un activiste venu à ses frais de Colombie.

Dans le même ordre d’idées, le conseil international du FSM est convaincu qu’un tel espace de convergence est toujours nécessaire et qu’il sera de retour prochainement dans un autre coin du monde.

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article)

Question(s) related to this article:

La ville de Montréal à l’heure du 12ème Forum Social Mondial

LIBRE CIRCULATION DE L’INFORMATION

Un article par Hassan EL AMRI pour Agence Marocaine de Presse

Après la capitale tunisienne Tunis, en mars 2015, la ville canadienne de Montréal accueille, du 9 au 14 août, la 12ème édition du Forum Social Mondial (FSM), avec à la clé une programmation très diversifiée, composée de plus de 1.300 activités présentées dans le cadre de ce rassemblement altermondialiste.

forum social
Cliquez sur l’image pour l’élargir

Organisé sous le signe “Un autre monde est nécessaire. Ensemble, il devient possible !”, le FSM de Montréal marquera l’histoire cette année comme étant le premier événement de ce genre à se tenir dans un pays dit de l’hémisphère Nord, puisque depuis sa création à Porto Alegre, au Brésil, en 2001, le Forum s’est tenu exclusivement dans des pays du Sud (Amérique latine, Asie et Afrique).

Malgré seulement 15.000 personnes inscrites quelques heures seulement avant le début de ce conclave, les organisateurs de cette édition montréalaise se disent optimistes d’atteindre leur but de 50.000 participants issus de 120 pays, qui tenteront en tant qu’acteurs du changement d’aller au-delà des clivages Nord-Sud, pour échanger les idées, faire connaître leurs revendications, initiatives et projets d’action et donner naissance ainsi à une dynamique positive de changement : Penser globalement et agir localement.

Néanmoins, le comité d’organisation a tenu à exprimer son mécontentement après que les services canadiens de l’immigration aient refusé de délivrer des visas d’entrée au Canada à des centaines de participants et d’invités pour divers motifs, ajoutant que ce refus touche plus particulièrement des pays d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Amérique latine et d’Asie, auquel s’ajoute l’incapacité pour d’autres de se déplacer pour des considérations financières, surtout avec la cherté qui caractérise la métropole en pleine saison estivale.

Malgré ces embûches, ledit comité ne perd pas espoir et insiste à faire de ce FSM 2016 un espace ouvert de rencontres pour approfondir la réflexion et le débat d’idées, formuler des propositions et échanger en toute liberté des expériences, en vue d’aboutir à des actions efficientes de la part des acteurs et des mouvements de la société civile qui s’opposent au néolibéralisme et à toute forme d’impérialisme, pour bâtir une société planétaire solidaire et et égalitaire.

Dans ce sens, des membres du comité ont affirmé, lors d’une conférence de presse tenue lundi, que le FSM de Montréal vise à favoriser la convergence des solutions et des énergies afin de construire une mondialisation plus solidaire et citoyenne, et à transformer la métropole canadienne durant ces quelques jours en un lieu de rencontres des mouvements sociaux, de libre-expression d’alternatives, d’échanges citoyens, d’événements artistiques et d’engagements concrets.

Le FSM 2016 ambitionne aussi, selon eux, d’être un espace pour le développement de réseaux d’actions qui favorisent l’économie sociale, la solidarité internationale, la justice sociale et environnementale, la démocratie participative et la reconnaissance de l’égale dignité et toutes et tous.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article)

Question(s) related to this article:

World Social Forums, Advancing the Global Movement for a Culture of Peace?

(. . . suite)

Dans ce sens, les divers sites et lieux qui abriteront les différentes activités du Forum permettront aux participants locaux et étrangers d’engager un véritable débat de société inclusif et mobilisateur sur les propositions pour le monde de demain, où le mot d’ordre sera le changement basé sur l’engagement citoyen, pluriel et positif, qui donne vie aux initiatives et solutions des acteurs sociaux.

Cette grand-messe montréalaise débutera mardi après-midi avec une grande marche altermondialiste festive dans le centre-ville de la métropole pour la mobilisation autour d’enjeux sociaux qui touchent tous les citoyens de la planète, et la célébration du rapprochement et de la solidarité entre les peuples, alors que la fin de semaine sera marquée par des présentations de solutions concrètes inscrites dans des projets à court ou long termes.

Lors de ce conclave, 13 grandes thématiques ont été aussi retenues après un processus de travail collaboratif et auront pour objectif de permettre aux participants de mieux identifier les enjeux qui les intéressent et leur tiennent à coeur.

Ainsi, ils auront à débattre, entre autres, des “alternatives économiques, sociales et solidaires face à la crise capitaliste”, de la “démocratisation de la connaissance et droit à la communication”, de la “culture de la paix et lutte pour la justice et la démilitarisation”, de la “défense des droits de la nature et justice environnementale”, des “migrations et citoyenneté sans frontières”, de “démocratie, mouvements sociaux et citoyens” et de “lutte contre la dictature de la finance et le partage des ressources”.

Ils discuteront également du “monde du travail face au néolibéralisme”, des “expressions culturelles, artistiques et philosophiques pour un autre monde possible”, des “luttes globales et solidarité internationale”, des “droits humains et sociaux, dignité et luttes contre les inégalités” et des “luttes contre le racisme, la xénophobie, le patriarcat et les fondamentalismes”.

Par ailleurs, le FSM 2016 sera ponctué par 22 grandes conférences qui auront pour finalité de sensibiliser les participants aux défis actuels et de stimuler l’engagement citoyen sur des thèmes aussi variés tels que les changements climatiques, les inégalités socio-économiques, le racisme et les discriminations, l’impact de la finance internationale, les luttes autochtones, syndicales et féministes, l’éducation et la place des jeunes.

Après l’Amérique latine, l’Asie et l’Afrique, les participants attendus au Canada à l’occasion de la 12ème édition du FSM, qui se veut le contrepoids du Forum économique mondial qui se tient annuellement à Davos en Suisse, tenteront non seulement de dénoncer la mondialisation économique et le modèle néo-libéral mais aussi de réfléchir à la façon de changer le monde d’aujourd’hui, en proposant notamment des solutions et alternatives concrètes pour un monde meilleur, plus juste, égalitaire et respectueux de l’être humain, de la nature et la planète.

Montréal, Canada: Les étudiants continueront de décrier l’austérité

. . DEVELOPPEMENT DURABLE . .

Métro Montréal

Le gouvernement provincial n’a encore rien vu s’il faut en croire la porte-parole de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ). Lors d’une entrevue accordée à La Presse Canadienne, Camille Godbout se dit persuadée que «le mouvement contre l’austérité va gagner des appuis». À son avis, un accroissement du soutien populaire est inévitable car «avec les nouvelles mesures annoncées dans le budget liées entre autres à l’éducation et à la santé, la grogne populaire face au Parti libéral [du Québec] ne fera qu’augmenter».

canada-french

Selon Mme Godbout, la montée du sentiment d’insatisfaction continuera de se traduire pas la tenue de grands rassemblements ainsi que par l’organisation de toute une gamme d’actions locales un peu partout dans la province. Elle a remarqué que «les gens s’organisent de différentes façons sur leur campus en faisant de la sensibilisation, de la mobilisation, en organisant des activités créatives et des actions de visibilité».

Mme Godbout a souligné que ces diverses initiatives visent invariablement à «susciter un débat public sur les mesures d’austérité et sur la nécessité d’avoir des services sociaux de qualité».

Elle a ajouté qu’elle ne craint pas que la multiplication des moyens de pression finisse par engendrer un sentiment de lassitude chez les citoyens.

Elle a déjà pu observer qu’il y a non seulement des étudiants qui descendent dans les rues mais également «des travailleurs, des personnes âgées et des familles».

Camille Godbout a indiqué que le mouvement de masse continuera sans doute de faire boule de neige en raison du refus de l’équipe du premier ministre Philippe Couillard de reculer.

«Il y a un paquet d’acquis sociaux dans lesquels le gouvernement est en train de mettre la hache. Il continue de promouvoir son projet idéologique. [Or], on l’avait prévenu que s’il persistait à mettre de l’avant des mesures d’austérité, on allait augmenter la pression», a-t-elle rappelé.

Elle a laissé entendre que la colère publique s’exprimera de manière spectaculaire jeudi prochain.

Une vaste manifestation nationale se tiendra alors à Montréal à un moment où plus de 100 000 étudiants seront en grève, selon les données compilées par l’ASSÉ.

(Cliquez ici pour un article en anglais sur ce sujet.)

Question pour cet article:

Movements against governmental fiscal austerity, are they part of the global movement for a culture of peace?

Readers’ comments are invited on this question.