Tag Archives: Afrique

L’UNESCO et l’Angola s’engagent pour créer la Biennale de Luanda, Forum panafricain de la culture de la paix

LIBERTE DE L’INFORMATION

Un article de l’UNESCO

Carolina Cerqueira, ministre de la culture de l’Angola, et Firmin Edouard Matoko, Sous-directeur général pour la Priorité Afrique et les relations extérieures de l’UNESCO, ont signé aujourd’hui [18 décembre] un accord portant création de la Biennale de Luanda – Forum panafricain de la culture de la paix dont la première édition aura lieu en septembre 2019.


Carolina Cerqueira, centre, et Firmin Edouard Matoko, droite

Organisée en partenariat entre le gouvernement de l’Angola, l’UNESCO et l’Union africaine, la Biennale de Luanda a pour vocation de promouvoir la prévention des violences et de la résolution des conflits, en favorisant les échanges culturels en Afrique, le dialogue entre les générations et la promotion de l’égalité des genres. Espace de réflexion, de diffusion d’œuvres artistiques, d’idées et de savoirs ayant trait à la culture de la paix, elle réunira des représentants des gouvernements, de la société civile, de la communauté artistique et scientifique, des organisations internationales.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Cliquez ici pour une version anglaise.)

 

Question related to this article.

Will UNESCO once again play a role in the culture of peace?

(. . . . suite)

« C’est une grande satisfaction pour l’Angola d’accueillir la Biennale car dans mon pays, nous connaissons le prix de la paix. Avec l’aide de l’Union africaine et des organisations de la société civile, nous serons en mesure de créer un lien fort, solidaire et fraternel entre les plus âgés et les plus jeunes, afin qu’ils puissent rêver d’une Afrique prospère et pacifique. Car celle-ci ne sera possible que si nous travaillons ensemble », a déclaré lors de la signature la ministre de la culture de l’Angola, après avoir remercié tous les acteurs qui ont œuvré à la réalisation de cet accord, notamment l’UNESCO.

« Cet accord, très important pour l’UNESCO, va nous permettre de réaliser un projet que nous avons engagé depuis déjà plusieurs années, celui d’organiser un festival de la culture de la paix avec le soutien notamment de l’Union africaine. Nous pensons que ce projet a de l’avenir et qu’il contribuera à la transformation du continent africain », a déclaré pour sa part le Sous-directeur général pour la Priorité Afrique et les relations extérieures de l’UNESCO, Firmin Edouard Matoko.

Cette biennale s’inscrit dans la stratégie opérationnelle de l’UNESCO pour la priorité Afrique (2014-2021) qui vise à « apporter des réponses africaines aux transformations qui affectent leurs économies et leurs sociétés ».

La première édition de septembre 2019, s’articulera autour de quatre axes : un pôle de réflexion ou forum intellectuel, orienté vers l’avenir de l’Afrique ; un Festival des cultures où des pays africains et de la Diaspora pourront montrer leur diversité culturelle et leur capacité de résilience aux conflits et aux violence ; des évènements culturels et sportifs de niveau international et une mobilisation de partenaires pour soutenir des projets partout sur le continent africain.

Ouverture, hier à Niamey, du 2ème forum de la CEDEAO sur l’éducation à la culture de la paix

. TOLÉRANCE & SOLIDARITÉ .

Un article par Souleymane Yahaya pour Le Sahel

Les travaux du 2ème forum de la CEDEAO sur l’éducation à la paix à travers le dialogue intra et inter religieux, ont commencé depuis hier matin [14 novembre] à Niamey. Pendant deux jours, les participants aux travaux tenteront de trouver des mécanismes de dialogue entre les communautés religieuses de la CEDEAO afin de cultiver l’esprit de tolérance et de coexistence pacifique.

Cette 2ème édition du forum co-organisé par la République du Niger et la CEDEAO est parrainée par l’Archevêque de Niamey, Mgr Djalwana Laurent Lompo, l’Émir de Kano, Son Altesse Lamido Sanusi II et le Mogho Naba Baongho, Roi des Mossis. C’est le Premier Ministre, Chef du Gouvernement M. Brigi Rafini qui a présidé l’ouverture officielle des travaux.

Dans son mot de bienvenue, le Gouverneur de Niamey, M.
Hassane Issaka Karanta a remercié la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour la confiance placée une fois de plus au Niger, et à la ville de Niamey en particulier, pour abriter les travaux du forum. Il a affirmé que, grâce au travail quotidien du comité régional de dialogue intra et inter religieux et aux efforts des autorités religieuses et administratives régionales, les différentes communautés religieuses de Niamey vivent en parfaite symbiose. Le Gouverneur de Niamey a ajouté que nos États africains doivent «concentrer leurs efforts sur cette frange importante de nos populations que constitue la jeunesse ». En effet, le Niger à l’instar des autres pays de la CEDEAO, a une population jeune exposée de plus en plus aux extrémismes de tout genre.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Question related to this article:

 

How can different faiths work together for understanding and harmony?

(. . . suite)

Le Commissaire en charge de l’Éducation, de la Science et de la Culture de la CEDEAO, a lui démontré, chiffres à l’appui, l’évolution inquiétante de l’extrémisme violent dans quatre pays de la sous-région. Pour Monsieur Leopoldo Amado, la présence à ces travaux de l’Émir de Kano, ainsi que celle de l’Archevêque de Niamey et du Représentant du Mogho Naba, dénote de la volonté des peuples de la Communauté à cohabiter ensemble pour la paix, la tolérance et le développement de l’ensemble de la région. En effet, la contribution des leaders et des acteurs religieux pour la paix est déterminante pour l’Afrique de l’Ouest qui fait face à la monté du radicalisme et de l’intolérance religieuse qui sont, hélas, des menaces pour cette région et sa stabilité. « La CEDEAO s’est engagée à produire des solutions aux questions de terrorisme et de conflits dans la région à travers plusieurs engagements juridiques et pratiques », a dit le Commissaire en charge de l’Éducation, de la Science et de la Culture de la CEDEAO, M. Leopoldo Amado.

Dans leurs interventions, l’Archevêque de Niamey, Mgr Djalwana Laurent Lompo, l’Émir de Kano, Son Altesse Lamido Sanusi II et le Mogho Naba du Burkina Faso, Chef Baongho, Roi des Mossis, ont tous souligné l’importance de la jeunesse dans le dialogue intra et inter religieux dans nos États. Ces parrains du 2ème forum de la CEDEAO sur l’éducation à la paix à travers le dialogue intra et inter religieux, ont réaffirmé avec force leur volonté commune, au nom de leurs communautés respectives, de travailler davantage pour la promotion du vivre ensemble. Ils ont enfin appelé les jeunes à s’abstenir de toute sorte d’obscurantisme, religieux soit-il.

L’organisation de ce forum matérialise l’engagement de la CEDEAO qui s’inscrit dans des actions préventives du radicalisme et des conflits à travers une dynamique de recherche de la paix et de lutte contre les sources du terrorisme. La fin de la cérémonie officielle a été sanctionnée par une photo du Premier Ministre, Brigi Rafini avec les jeunes venus de l’ensemble des pays de la CEDEAO pour assister aux travaux du forum.

La 815ème réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’UA sur le rapport de la Commission sur les élections en Afrique

. PARTICIPATION DEMOCRATIQUE .

Un article de Relief Web

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA), en sa 815ème réunion tenue le 4 décembre 2018, a adopté la décision qui suit sur le rapport de la Commission sur les élections en Afrique:

Le Conseil,

1. Prend note de la présentation par le Commissaire aux Affaires politiques de l’UA, S.E. Mme Minata Samate Cessouma, du rapport de la Commission sur les élections en Afrique sur les douze (12) élections nationales organisées de janvier à novembre 2018, à savoir : à Djibouti, en Sierra Léone, en Égypte, au Mali, au Zimbabwe, en Mauritanie, au Rwanda, à Eswatini, au Gabon, au Cameroun, à Sao Tomé-et-Principe et à Madagascar. Le Conseil prend également note des communications sur les prochaines élections de décembre 2018, notamment à Madagascar (second tour des élections présidentielles), au Togo et en RDC, ainsi que sur les trois élections prévues pour le premier trimestre de 2019 (Nigéria, Sénégal et Bénin). Le Conseil prend en outre note des déclarations de la Mauritanie, de Madagascar, de la République démocratique du Congo, du Nigéria, de l’Égypte et du Gabon;


2. Réaffirme son engagement à apporter son soutien constant au processus de démocratisation sur le continent, conformément aux instruments pertinents de l’UA, en particulier l’Acte constitutif, le Protocole relatif à la création du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, ainsi que la Charte de la démocratie, des élections et de la gouvernance;


3. Souligne une fois encore le caractère crucial de l’action proactive et de la diplomatie préventive visant à lutter contre toutes les formes de violence liée aux élections, dans l’alerte rapide et la prévention des conflits. À cet égard, le Conseil réitère le rôle central d’élections crédibles dans la consolidation de la paix et de la démocratie, ayant à l’esprit que les défaillances, les irrégularités et les mauvaises pratiques dans les processus électoraux sont des facteurs déterminants de la violence liée aux élections en Afrique;


(Clickez ici pour une traduction anglaise. )

Question related to this article:

How should elections be organized in a true democracy?

4. Félicite tous les États membres qui ont organisé avec succès des élections pacifiques et encourage ceux qui n’ont pas encore tenu leurs propres élections à s’inspirer des bonnes pratiques déjà observées dans d’autres États membres. Le Conseil encourage en outre tous les États membres à continuer de prendre les mesures appropriées pour assurer la crédibilité et la légitimité de leurs résultats, entre autres, à travers un processus d’inscription des électeurs efficace et transparent, une éducation civique fondée sur l’inclusion, la gestion de la diversité, la tolérance et la culture de la paix, et réitère l’importance que revêt l’utilisation des voies légales pour résoudre les cas de contestations liés aux élections;


5. Souligne la nécessité de disposer de cadres constitutionnels, institutionnels et juridiques solides pour établir des bases solides pour la gouvernance et l’administration électorales. À cet égard, le Conseil réitère l’appel lancé par l’UA aux États membres pour qu’ils poursuivent leurs efforts en vue de renforcer les organismes nationaux de gestion des élections (OGE) en Afrique, ainsi que leurs capacités institutionnelles, en vue de les aider à s’acquitter de leur mandat et à renforcer leurs capacités à mieux gérer les tensions et les différends pré et post-électoraux;


6. Réaffirme la nécessité de renforcer la participation des citoyens aux processus électoraux et démocratiques , à travers des mécanismes appropriés encourageant les citoyens à prendre part aux élections. Dans le même contexte, le Conseil reconnaît le rôle central des partis politiques dans les processus électoraux et démocratiques et appelle les États membres à renforcer leur cadre institutionnel, afin de permettre une participation politique plus large et plus inclusive aux processus électoraux et une reduction des risques de violences liées aux élections;


7. Réitère son appel aux États Membres pour qu’ils prennent les mesures appropriées pour renforcer l’égalité genre et l’autonomisation des femmes à travers des processus électoraux et démocratiques ;


8. Encourage la Commission, à travers des canaux appropriées, à partager avec les États membres concernés les résultats et les recommandations des missions d’observation des élections, en vue de contribuer à renforcer leurs capacités à conduire des processus électoraux;


9. Appelle tous les États membres de l’UA, qui ne l’ont pas encore fait, à signer, ratifier, intégrer dans leur législation et à mettre en œuvre la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance ;


10. Décide de rester activement saisi de la question.


Ouverture à Bangui de l’atelier de formation sur la médiation et résolution des conflits

. . EDUCATION POUR LA PAIX . .

Un article de l’Agence Centafricaine de Presse

 La Vice-recteur de l’Université de Bangui, Olga Yongo, a ouvert, lundi 10 décembre 2018 à Bangui, un atelier de formation sur la médiation et la résolution des conflits à l’intention des étudiants de l’Université de Bangui.


Vue des participants à la formation

La Vice-recteur Olga Yongo a expliqué que ce séminaire qui va du 10 au 14 décembre prochain inaugure un vaste programme de formation sur le dialogue interculturel à l’Université de Bangui. 

Elle a souligné que cet atelier a pour objectif de renforcer le rôle des participants dans la promotion de la culture du dialogue et de la paix en s’appuyant sur les principes du travail en commun pour que le dialogue et la médiation deviennent les outils principaux de la résolution de conflit et de la diffusion d’une culture de la paix.

( Cliquez ici pour une version anglaise)

 

Question related to this article:


Mediation as a tool for nonviolence and culture of peace
 
  
Elle a invité les participants à tirer le plus grand avantage de la présence parmi eux des formateurs locaux de très haut niveau  et elle est persuadée, compte tenu de la pertinence des thèmes et de la qualité des communications programmées, que les résultats de ces travaux seront à la hauteur de leurs attentes. 
  
« Je ne saurais terminer mon propos sans exprimer ma reconnaissance à M. le directeur régional du bureau Afrique centrale et des Grands Lacs de l’Agence universitaire francophone (AUF) qui a mis à contribution les moyens techniques, financiers et intellectuels pour l’organisation de ce séminaire », a-t-elle poursuivi.  
  
La Vice-recteur a également adressé ses remerciements à tous ceux qui ont accepté de participer au séminaire et de faire une communication pour partager leur expérience dans la promotion de la paix. 
  
Le Responsable du Campus Numérique Francophone, Anicet Doumous, a, pour sa part, indiqué que l’AUF, au regard de l’axe 9 de son plan stratégique 2017-2021, a décidé d’organiser, en collaboration avec l’Université de Bangui, un atelier de formation sur la médiation et la résolution de conflits au profit des étudiants. 

Présentation à Abidjan d’un manuel de formation sur la culture de la paix et la cohésion sociale

. . EDUCATION POUR LA PAIX . .

Un article du Journal de Cameroun

Un manuel de formation sur la culture de la paix, de la cohésion sociale, la prévention et la gestion pacifique des conflits a été présenté, jeudi [29 novembre], à Abidjan par la ministre ivoirienne de la solidarité, de la cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, Pr Mariatou Koné.L’offre de compétence proposée dans ce manuel de 235 pages est structurée autour de quatre modules que sont la culture et la consolidation de la paix, la cohésion sociale, la prévention des conflits et la gestion pacifique des conflits.


«Avec la remise officielle ce jour de ce Manuel, la Côte d’Ivoire vient de faire un pas de plus sur le chemin de la consolidation de la paix et du renforcement de la cohésion sociale. Ce manuel arrive au bon moment (…)», s’est félicitée la ministre Mariatou Koné après avoir remercié les partenaires techniques et financiers du pays, notamment le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA, en anglais), l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et le Fonds pour la consolidation de la paix (PBF) des Nations unies.

« Merci d’avoir consacré votre mandat, au lendemain de la crise post-électorale de 2011, avec le concours précieux de vos collaborateurs, à éloigner des Ivoiriens la peur de l’autre en investissant dans l’élaboration et la promotion d’outils pour le dialogue politique, interculturel, interreligieux et intercommunautaire », a-t-elle lancé à leur endroit.

Pour la ministre Koné, ce manuel « constitue un puissant vecteur pour renforcer le vivre ensemble et construire aussi l’Ivoirien nouveau », invitant « chacun et chacune à s’en approprier effectivement comme un instrument pour construire une culture de la paix, qui doit être traduite dans tous nos comportements quotidiens et visibles dans nos manières de vivre avec les autres ».

(Voir suite sur colonne de droite.)

(cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question pour cet article:

How do we promote a human rights, peace based education?

(. . suite)

« Être en paix avec les autres, être en paix avec soi-même, tel est le défi permanent pour créer les conditions d’un développement durable au service du bien-être individuel et collectif. Rien ne doit freiner notre ardeur pour l’atteinte d’un tel objectif », a-t-elle conclu.

Le module sur la culture de la paix et la consolidation de la paix a pour vocation de générer chez les participants aux sessions de formation une compréhension claire de la paix et de la culture de la paix, de même que les conditions de sa consolidation. Il vise aussi à leur permettre de connaître et de s’approprier les valeurs et attitudes que la paix et la culture de la paix induisent dans la vie quotidienne de tout citoyen.

Quant au module sur la cohésion sociale, en plus de fixer le champ lexical du concept, il traite de ses implications de la vie en société, notamment à travers le besoin réconciliation et les étapes clé qu’un tel processus requiert  dans une société en crise.

De son côté, le module sur la prévention des conflits promeut les pratiques traditionnelles et modernes communes de prévention de conflits et leur fonctionnement. Celles-ci sont déclinées de façon à permettre aux apprenants d’en faire une connaissance plus approfondie mais surtout qu’elles soient mobilisables par ceux-ci pour anticiper les conflits.

Enfin, le module sur la gestion des conflits est construit de sorte à engager les participants aux sessions de formation dans une réflexion collective qui leur permette de relativiser et de dédramatiser le conflit, le définir correctement et en avoir une nette représentation par la détermination du rôle qu’il peut jouer dans une société, ses différents types, ses causes, les acteurs qui en sont parties prenantes ainsi que les attitudes qu’il convient d’adopter lorsqu’il survient.
 
En 2015, un état des lieux réalisé en matière de cohésion sociale et de paix en Côte d’Ivoire, avec l’appui technique et financier du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a mis en évidence la nécessité pour une meilleure construction de la paix de disposer de trois outils essentiels. Il s’agit d’une Stratégie nationale de réconciliation et de la cohésion sociale 2016-2020, d’un Programme national de cohésion sociale nouveau sur la période 2016-2020 et d’un manuel en vue de l’harmonisation des compétences en matière de culture de paix et de cohésion sociale. 

Gabon: Réseau panafricain des femmes : Le bureau présente son action au Sénat

. . . EGALITE HOMMES/FEMMES . . .

Un article de L’Union, Gabon

La section Gabon du Réseau panafricain des femmes pour la culture de la paix et le développement durable a récemment rencontré les femmes sénatrices.

Conduite par le coordonnateur résident du système des Nations unies, Stephen Jackson, la section gabonaise est allée présenter au réseau des femmes sénatrices du Gabon (Refeseg), son plan d’action qui s’articule autour de deux axes.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Questions for this article:

Can the women of Africa lead the continent to peace?

(. . . suite)

Le premier porte sur la culture de la paix, l’appropriation de la Résolution 1325 et ses corollaires, la citoyenneté, l’éducation, la formation, la paix et sécurité, le respect des droits humains, le respect des principes démocratiques, égalité entre hommes et femmes aux postes de responsabilités, la lutte contre la discrimination des femmes.

Le second axe quant à lui regroupe le développement durable, l’indépendance économique, le droit environnemental, le droit et la santé, la croissance inclusive, leadership et association, art et éducation traditionnelle.

Notons que le bureau de la section Gabon, qui est dirigé par Victoire Lasseny Duboze, entend mobiliser plus de femmes de la société civile gabonaise à travers l’ensemble du pays.

Mali: FOOTBALLTournoi « On est ensemble »: Pour la promotion de la paix et le vivre ensemble

. PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE .

Un article par Noyine Touré dans Afrique Sports

Les Nations Unies en collaboration avec Search For Common Ground organisent du 30 novembre au 02 décembre 2018 à Bamako, la première édition du tournoi de foot « on est ensemble ». L’objectif de cette activité est de sensibiliser la population à la culture de la paix et à la tolérance à travers le sport.

L’annonce a été faite au cours d’un point de presse animé ce jeudi à Bamako au bureau de l’UNESCO. C’était en présence  de Mme Ute Kollies, Chef du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) au Mali, son homologue de l’UNESCO, M. Hervé Huot-Marchand ainsi que le représentant du ministère des Sports, Diakaridia Diakité, Conseiller Technique, qui s’est réjoui de l’idée.

Du vendredi 30 au dimanche 2 décembre, à partir de 17heures, le complexe Zone-K de Bamako accueillera des équipes venues du Nord et du Centre du pays. Des jeunes de Gao, Mopti, Tessalit et Tombouctou vont, durant trois jours, s’affronter pour remporter la première phase de la compétition.

Ces différentes rencontres sont l’occasion de mettre en avant les valeurs du sport, tels que la patiente, la tolérance, ou encore la persévérance.

(Cliquez ici pour l’article en anglais. )

Latest Discussion

How can sports promote peace?


Il ne s’agit pas d’un simple tournoi, mais il est question de réunir des jeunes d’horizons différents, afin de les sensibiliser à la connaissance et au respect de l’autre, ainsi qu’à la cohésion sociale et au dialogue.


Ainsi, des sessions de sensibilisation et de réflexion sur la paix seront dispensées aux jeunes, afin de les permettre de retourner dans leurs régions respectives avec des projets d’actions, qu’ils pourront mettre en place, afin de promouvoir à leur tour la paix et la tolérance.


Le sport a toujours été un élément de cohésion social, toutes les compétitions sportives et en particulier le football permet durant au moins 90 secondes de réunir l’ensemble d’une nation derrière son équipe nationale. Depuis des années, le foot est considéré comme le sport le plus populaire du Mali, pour toutes les catégories, « séniors, junior et cadets ». C’est un élément de brassage entre les communautés et les jeunes.

Dans cette perspective, le système des Nations Unies à travers ce tournoi fait du football un élément central dans la promotion de la paix. Il faut noter, que pour l’ensemble des Nations Unies, le sport a un rôle significatif dans la promotion des idéaux de la paix durant la période dite post-conflit.


Parlant des jeunes footballeurs déjà sur place à Bamako, ils ont salué l’initiative a sa juste valeur et souhaité que d’autres éditions puissent se jouer au nord ainsi qu’au centre. Pour eux, c’est déjà une victoire de se retrouver entre frères ici à Bamako pour le brassage entre les communautés et surtout entre eux jeunes.
 
Les principaux partenaires de cette activité sont, avec l’UNESCO : le Ministère des Sports, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires(OCHA), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), Mikado FM la radio de la paix au Mali, et Search For Common Ground.

Paix durable en Afrique de l’ouest: La conférence internationale de la jeunesse s’ouvre le 15 novembre

LIBERTE DE L’INFORMATION

Un article par Dramous Yéti dans Fraternité Matin

La 3e Conférence internationale de la jeunesse pour la paix (Cijp) se déroulera du 15 au 16 novembre 2018, à la représentation permanente de la Cedeao à Abidjan.

L’évènement se tiendra en marge de la célébration de la Journée de la paix, et aura pour thème: « Quelles solutions de la jeunesse africaine pour endiguer la crise migratoire et l’extrémisme violent ? »

Deux cents cinquante jeunes leaders de la sous-région sont attendus à cette rencontre annuelle. Ce sera une lucarne pour réfléchir aux conditions d’une paix durable en Afrique de l’ouest. 

( Cliquez ici pour une version anglaise.)

 

Question related to this article.

Youth initiatives for a culture of peace, How can we ensure they get the attention and funding they desereve?

Le chômage, l’immigration clandestine, les défis de l’entrepreneuriat, les Tic constituent les principales thématiques qui seront abordées lors des six (6) ateliers prévus.

Au cours de ces assises, les jeunes porteurs de projets auront l’opportunité d’exposer leurs idées dans une perspective de mobilisation des ressources.



Au menu également, des activités sportives et socioculturelles qui auront pour cadre le stade de l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody.



Cette conférence est une initiative de Elite West Africa (Ewa). Une faitière d’organisations de jeunesses des quinze états membres de la Cedeao. Son champ d’action couvre plusieurs domaines dont la culture de la Paix et de l’excellence, l’intégration sous- régionale, le développement durable, etc.



Créée en 2015, Elite West Africa compte plus de 55 000 membres dont plus de 15 700 en Côte d’Ivoire.



Togo: L’église catholique exhorte les médias à se mettre au service du dialogue, de la paix et de la réconciliation

LIBERTE DE L’INFORMATION

Un article de Togo Presse

Une cinquantaine de journalistes issus des médias catholiques et des médias séculiers des sept diocèses du Togo ont pris part, mardi et mercredi, au CESAL, à Lomé-Tokoin, à un atelier de formation sur le thème : « Les médias au service du dialogue, de la réconciliation et de la paix ». Le projet est à l’actif du Conseil Episcopal Catholique pour les Communications Sociales (CENCCS), en partenariat avec l’Association catholique mondiale pour la communication (SIGNIS), la Propaganda Fide, avec le parrainage de la Conférence des Evêques du Togo (CET). Il vise à renforcer la capacité des professionnels des médias sur leurs contributions à la réussite du dialogue inter togolais, à la réconciliation nationale et à la consolidation de la paix sociale.


Le RP Emmanuel Mawusi, précise les objectifs de l’atelier

Les fonctions essentielles d’un média, c’est d’informer, d’éduquer et de divertir. Entant que tel, dans un processus de dialogue et de réconciliation, comme c’est le cas au Togo qui traverse un moment capital de son histoire, les médias se doivent d’être des médiateurs entre les protagonistes de la crise. Mais force est de constater que la presse togolaise, dans sa grande partie, fait fi de ce rôle, préférant jouer le jeu des politiques. C’est donc pour leur rappeler ce rôle d’éveilleurs de conscience que le Conseil Episcopal Catholique pour les Communications Sociales (CENCCS) a initié, à l’intention des agents pastoraux du secteur des médias catholiques et des médias séculiers des sept diocèses du Togo, un atelier sur le thème : « Les médias au service du dialogue, de la réconciliation et de la paix

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Cliquez ici pour une version anglaise.)

 

Question related to this article.

African journalism and the Culture of Peace, A model for the rest of the world?

(. . . suite)

Durant deux jours, des conférenciers chevronnés les ont entretenus sur plusieurs sous-thèmes à savoir « Le dialogue dans la gestion d’une crise politique : cas du Togo », « La réconciliation dans les sociétés traditionnelles et contemporaines », « Promotion de la culture de la paix : la part des professionnels des médias », « Le rôle des médias dans un processus de dialogue et de réconciliation » et « Echanges sur l’utilisation des techniques traditionnelles et contemporaines de production de contenus médiatiques en faveur d’un journalisme de paix ».

« Nous voulons qu’en partant d’ici, nous puisons agir comme il se doit avec beaucoup de circonspection en utilisant les mots et en posant des actes qu’il faut pour aider réellement les Togolais à se réconcilier, à savoir gérer les moments de crise. La parole a sa force. Dans un discours, dans un propos tenu quelque part, les gens peuvent être omnibulés et être captés sur ce qui est dit. Alors, si nous tenons les professionnels des médias, nous tenons le nœud même de la crise dans ce pays. Lorsqu’il y a une crise sans dialogue, nous allons à l’impasse. Nous sommes là pour apprendre aux Togolais à rester ensemble tout en étant de divers bords», a souligné le RP Emmanuel Mawusi, secrétaire général du CENCCS.

Pour Daniel Lawson Drakey, un des communicateurs, le journaliste, en tant qu’éducateur et éveilleur de conscience, doit faire la part des choses et faire la part des choses, c’est mettre à la disposition de la population ce qu’il y a comme enjeu sans prendre position. «Il s’agit de ne pas jeter de l’huile sur le feu. Aujourd’hui on a comme l’impression que les journalistes sont devenus des acteurs politiques. Ils parlent à la place de l’homme politique. Ce qui fait que l’on ne comprend plus le rôle des médias au sein des populations. Le journalisme de combat a fait son temps. Aujourd’hui, tout le monde parle du développement de nos Etats. Lorsqu’un journaliste s’engage politiquement, il perd sa crédibilité. Mais s’il se fait indépendant, les populations trouvent en lui une crédibilité et elles l’écoutent », a fait savoir M. Lawson Drakey.

Prévenir la violence et promouvoir l’égalité des sexes par le biais des médias au Sénégal

. . . EGALITE HOMMES/FEMMES . . .

Un article de L’Unesco

Le premier atelier itinérant du projet “Prévenir la violence et promouvoir l’égalité des sexes par le biais des médias au Maroc et au Sénégal” s’est tenu du 16 au 18 août 2018 à Thiès (Dakar-Sénégal). Une activité qui a permis aux différents journalistes participants de renforcer leurs capacités dans la maîtrise du concept de genre, des enjeux des droits humains ainsi que leur prise en compte dans la collecte et le traitement de l’information.


©UNESCO/Théodora Samba Taliane

Le projet « Prévenir la violence et promouvoir l’égalité des sexes par le biais des médias au Maroc et au Sénégal », subventionné par l’Espagne dans le cadre du Programme international pour le développement de la communication (PIDC), a pour objectif essentiel d’autonomiser les bénéficiaires pour la promotion de l’égalité des sexes et la lutte contre le reportage et la propagation des discours haineux dans les médias tout en favorisant une meilleure approche stratégique dans l’utilisation du digital. Le projet est mis en œuvre au Sénégal avec l’appui des partenaires au niveau national tel que le ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique, la Commission Nationale Sénégalaise pour l’UNESCO (COMNAT), l’Union des Radios Associatives et Communautaires du Sénégal (URAC), l’Association des Editeurs et Professionnels de la Presse en Ligne (APPEL) et le Réseau des blogueurs du pays. 

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise.)

Question related to this article

Protecting women and girls against violence, Is progress being made?

African journalism and the Culture of Peace, A model for the rest of the world?

(. . . suite)

Une série de quatre ateliers itinérants sont prévus de se tenir sur l’ensemble du territoire sénégalais. C’est dans ce contexte que le premier évènement a été organisé. L’atelier qui s’est tenu les 16,17,18 août a accueilli près de 40 participants, membres des radios communautaires ainsi que de la presse en ligne, situés sur la région de Dakar et de Thiès. Pendant trois jours, ils ont été formés sur les notions de droits humains, de genre et sur la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) ; et en techniques journalistiques, sur les notions d’éthique et de déontologie dans le traitement de l’information. A l’issue des sessions de formation, les participants ont été amenés à faire des productions radiophoniques et écrites, respectant les notions de genre, éthiques et déontologiques en fonction des connaissances acquises.  Ces productions feront l’objet d’un suivi tout au long de l’implémentation du projet, pour diffusion à destination des communautés locales. 

Cet atelier a été l’occasion, notamment pour les membres de la presse en ligne, de participer pour la première fois à une activité traitant des thématiques de genre, démontrant de façon claire que le besoin de renforcement sur ces thématiques est essentiel, et ce, à toutes les échelles. Les prochains ateliers itinérants se tiendront à Kaolack (septembre), Saint-Louis (octobre) et Kolda (novembre).

La promotion de la culture de la paix et de l’égalité des genres occupe une place centrale dans la mission de l’UNESCO. Ce projet s’inscrit dans la dynamique de l’Organisation de renforcer la paix et la non-violence par les médias avec un focus sur le renforcement de leurs capacités, afin de faire progresser le journalisme éthique, objectif et de qualité.