Tag Archives: Afrique

Paix durable en Afrique de l’ouest: La conférence internationale de la jeunesse s’ouvre le 15 novembre

LIBERTE DE L’INFORMATION

Un article par Dramous Yéti dans Fraternité Matin

La 3e Conférence internationale de la jeunesse pour la paix (Cijp) se déroulera du 15 au 16 novembre 2018, à la représentation permanente de la Cedeao à Abidjan.

L’évènement se tiendra en marge de la célébration de la Journée de la paix, et aura pour thème: « Quelles solutions de la jeunesse africaine pour endiguer la crise migratoire et l’extrémisme violent ? »

Deux cents cinquante jeunes leaders de la sous-région sont attendus à cette rencontre annuelle. Ce sera une lucarne pour réfléchir aux conditions d’une paix durable en Afrique de l’ouest. 

( Cliquez ici pour une version anglaise.)

 

Question related to this article.

Youth initiatives for a culture of peace, How can we ensure they get the attention and funding they desereve?

Le chômage, l’immigration clandestine, les défis de l’entrepreneuriat, les Tic constituent les principales thématiques qui seront abordées lors des six (6) ateliers prévus.

Au cours de ces assises, les jeunes porteurs de projets auront l’opportunité d’exposer leurs idées dans une perspective de mobilisation des ressources.



Au menu également, des activités sportives et socioculturelles qui auront pour cadre le stade de l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody.



Cette conférence est une initiative de Elite West Africa (Ewa). Une faitière d’organisations de jeunesses des quinze états membres de la Cedeao. Son champ d’action couvre plusieurs domaines dont la culture de la Paix et de l’excellence, l’intégration sous- régionale, le développement durable, etc.



Créée en 2015, Elite West Africa compte plus de 55 000 membres dont plus de 15 700 en Côte d’Ivoire.



Togo: L’église catholique exhorte les médias à se mettre au service du dialogue, de la paix et de la réconciliation

LIBERTE DE L’INFORMATION

Un article de Togo Presse

Une cinquantaine de journalistes issus des médias catholiques et des médias séculiers des sept diocèses du Togo ont pris part, mardi et mercredi, au CESAL, à Lomé-Tokoin, à un atelier de formation sur le thème : « Les médias au service du dialogue, de la réconciliation et de la paix ». Le projet est à l’actif du Conseil Episcopal Catholique pour les Communications Sociales (CENCCS), en partenariat avec l’Association catholique mondiale pour la communication (SIGNIS), la Propaganda Fide, avec le parrainage de la Conférence des Evêques du Togo (CET). Il vise à renforcer la capacité des professionnels des médias sur leurs contributions à la réussite du dialogue inter togolais, à la réconciliation nationale et à la consolidation de la paix sociale.


Le RP Emmanuel Mawusi, précise les objectifs de l’atelier

Les fonctions essentielles d’un média, c’est d’informer, d’éduquer et de divertir. Entant que tel, dans un processus de dialogue et de réconciliation, comme c’est le cas au Togo qui traverse un moment capital de son histoire, les médias se doivent d’être des médiateurs entre les protagonistes de la crise. Mais force est de constater que la presse togolaise, dans sa grande partie, fait fi de ce rôle, préférant jouer le jeu des politiques. C’est donc pour leur rappeler ce rôle d’éveilleurs de conscience que le Conseil Episcopal Catholique pour les Communications Sociales (CENCCS) a initié, à l’intention des agents pastoraux du secteur des médias catholiques et des médias séculiers des sept diocèses du Togo, un atelier sur le thème : « Les médias au service du dialogue, de la réconciliation et de la paix

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Cliquez ici pour une version anglaise.)

 

Question related to this article.

African journalism and the Culture of Peace, A model for the rest of the world?

(. . . suite)

Durant deux jours, des conférenciers chevronnés les ont entretenus sur plusieurs sous-thèmes à savoir « Le dialogue dans la gestion d’une crise politique : cas du Togo », « La réconciliation dans les sociétés traditionnelles et contemporaines », « Promotion de la culture de la paix : la part des professionnels des médias », « Le rôle des médias dans un processus de dialogue et de réconciliation » et « Echanges sur l’utilisation des techniques traditionnelles et contemporaines de production de contenus médiatiques en faveur d’un journalisme de paix ».

« Nous voulons qu’en partant d’ici, nous puisons agir comme il se doit avec beaucoup de circonspection en utilisant les mots et en posant des actes qu’il faut pour aider réellement les Togolais à se réconcilier, à savoir gérer les moments de crise. La parole a sa force. Dans un discours, dans un propos tenu quelque part, les gens peuvent être omnibulés et être captés sur ce qui est dit. Alors, si nous tenons les professionnels des médias, nous tenons le nœud même de la crise dans ce pays. Lorsqu’il y a une crise sans dialogue, nous allons à l’impasse. Nous sommes là pour apprendre aux Togolais à rester ensemble tout en étant de divers bords», a souligné le RP Emmanuel Mawusi, secrétaire général du CENCCS.

Pour Daniel Lawson Drakey, un des communicateurs, le journaliste, en tant qu’éducateur et éveilleur de conscience, doit faire la part des choses et faire la part des choses, c’est mettre à la disposition de la population ce qu’il y a comme enjeu sans prendre position. «Il s’agit de ne pas jeter de l’huile sur le feu. Aujourd’hui on a comme l’impression que les journalistes sont devenus des acteurs politiques. Ils parlent à la place de l’homme politique. Ce qui fait que l’on ne comprend plus le rôle des médias au sein des populations. Le journalisme de combat a fait son temps. Aujourd’hui, tout le monde parle du développement de nos Etats. Lorsqu’un journaliste s’engage politiquement, il perd sa crédibilité. Mais s’il se fait indépendant, les populations trouvent en lui une crédibilité et elles l’écoutent », a fait savoir M. Lawson Drakey.

Prévenir la violence et promouvoir l’égalité des sexes par le biais des médias au Sénégal

. . . EGALITE HOMMES/FEMMES . . .

Un article de L’Unesco

Le premier atelier itinérant du projet “Prévenir la violence et promouvoir l’égalité des sexes par le biais des médias au Maroc et au Sénégal” s’est tenu du 16 au 18 août 2018 à Thiès (Dakar-Sénégal). Une activité qui a permis aux différents journalistes participants de renforcer leurs capacités dans la maîtrise du concept de genre, des enjeux des droits humains ainsi que leur prise en compte dans la collecte et le traitement de l’information.


©UNESCO/Théodora Samba Taliane

Le projet « Prévenir la violence et promouvoir l’égalité des sexes par le biais des médias au Maroc et au Sénégal », subventionné par l’Espagne dans le cadre du Programme international pour le développement de la communication (PIDC), a pour objectif essentiel d’autonomiser les bénéficiaires pour la promotion de l’égalité des sexes et la lutte contre le reportage et la propagation des discours haineux dans les médias tout en favorisant une meilleure approche stratégique dans l’utilisation du digital. Le projet est mis en œuvre au Sénégal avec l’appui des partenaires au niveau national tel que le ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique, la Commission Nationale Sénégalaise pour l’UNESCO (COMNAT), l’Union des Radios Associatives et Communautaires du Sénégal (URAC), l’Association des Editeurs et Professionnels de la Presse en Ligne (APPEL) et le Réseau des blogueurs du pays. 

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise.)

Question related to this article

Protecting women and girls against violence, Is progress being made?

African journalism and the Culture of Peace, A model for the rest of the world?

(. . . suite)

Une série de quatre ateliers itinérants sont prévus de se tenir sur l’ensemble du territoire sénégalais. C’est dans ce contexte que le premier évènement a été organisé. L’atelier qui s’est tenu les 16,17,18 août a accueilli près de 40 participants, membres des radios communautaires ainsi que de la presse en ligne, situés sur la région de Dakar et de Thiès. Pendant trois jours, ils ont été formés sur les notions de droits humains, de genre et sur la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF) ; et en techniques journalistiques, sur les notions d’éthique et de déontologie dans le traitement de l’information. A l’issue des sessions de formation, les participants ont été amenés à faire des productions radiophoniques et écrites, respectant les notions de genre, éthiques et déontologiques en fonction des connaissances acquises.  Ces productions feront l’objet d’un suivi tout au long de l’implémentation du projet, pour diffusion à destination des communautés locales. 

Cet atelier a été l’occasion, notamment pour les membres de la presse en ligne, de participer pour la première fois à une activité traitant des thématiques de genre, démontrant de façon claire que le besoin de renforcement sur ces thématiques est essentiel, et ce, à toutes les échelles. Les prochains ateliers itinérants se tiendront à Kaolack (septembre), Saint-Louis (octobre) et Kolda (novembre).

La promotion de la culture de la paix et de l’égalité des genres occupe une place centrale dans la mission de l’UNESCO. Ce projet s’inscrit dans la dynamique de l’Organisation de renforcer la paix et la non-violence par les médias avec un focus sur le renforcement de leurs capacités, afin de faire progresser le journalisme éthique, objectif et de qualité.

Mauritanie: Création du Mouvement de la Jeunesse Consciente pour l’Emploi

LIBERTE DE L’INFORMATION

Un article de Maghreb Emergent

Le Mouvement de la jeunesse consciente pour l’emploi a tenu jeudi [26 juillet] en fin de journée une conférence de presse au cours de laquelle ce mouvement a annoncé sa création.


Photo de CRIDEM

Le président de ce mouvement, M. Balle Diagne a évoqué les causes à l’origine de la création du mouvement et passé en revue ses objectifs qui visent, entre autres, la récupération des jeunes exposés à une potentielle rupture avec la société et à lutter en leur sein contre les dérives drogue, stupéfiants, gangs de la criminalité mais aussi courants extrémistes etc.

( Cliquez ici pour une version anglaise.)

 

Question related to this article.

Youth initiatives for a culture of peace, How can we ensure they get the attention and funding they desereve?

Pour ce faire, le mouvement entend créer un espace d’échanges et d’apprentissage fonctionnel entre les institutions étatiques et non étatiques, vulgariser l’unité et la cohésion nationales et interpeller les décideurs et les opérateurs économiques pour investir en faveur de la promotion et du développement de la jeunesse et sensibiliser l’opinion sur les valeurs de la citoyenneté et la culture de la paix.

Dans ce cadre, le président du mouvement a souligné l’importance que revêt, pour les jeunes, la préservation des acquis nationaux et la promotion de projets de développement à l’intention des jeunes.

Quant à la secrétaire générale du mouvement, Mme Malika Mint Mohamed Saleck, elle a réaffirmé les mêmes principes et objectifs invitant tous les jeunes mauritaniens à adhérer au mouvement qui a pour objectif de développer la Mauritanie et de la protéger contre tous les dangers.

Répondant à une question de l’Agence Mauritanienne d’Information, sur la nature du mouvement, M. Balle Diagne a déclaré que le mouvement est apolitique, appelant toutefois la jeunesse mauritanienne à s’inscrire sur la liste électorale et à participer pleinement aux prochaines élections.

Il a ajouté que son mouvement n’opère pas dans le cadre des structures sectaires tribales et régionales mais, bien au contraire, s’y oppose énergiquement. Toutefois, il croit en les compétences et capacités des jeunes mauritaniens.

Les femmes à l’école de la construction d’une paix durable au Cameroun

. . . EGALITE HOMMES/FEMMES . . .

Un article de Média Terre

La Friedrich Ebert Stiftung pour le Cameroun et l’Afrique Centrale a tenu à Bastos dans sa salle de conférence ce 24 juillet 2018 à travers son programme Ladies Hours, plateforme d’échanges, d’information et de formation des femmes sur les enjeux de l’heure, la troisième rencontre de l’année sous le thème « Le rôle des femmes dans la résolution des conflits et dans la construction d’une paix durable au Cameroun ». Vingt cinq femmes décideuses venant du gouvernement, des partis politiques, de la société civile, des associations culturelles et professionnelles ainsi que des médias ont été conviées à ce rendez-vous trimestriel, pour partager leurs expériences, et faire un plaidoyer pour la mise sur pied des réformes permettant d’améliorer le statut des femmes camerounaises afin qu’elles soient de meilleures partenaires dans la construction d’une paix durable et le développement du Cameroun.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Questions for this article:

Can the women of Africa lead the continent to peace?

(. . . suite)

Quel rôle les femmes jouent-elles dans les conflits actuels ?

Un état des lieux de l’activité des femmes dans la situation sécuritaire actuelle de notre pays indique que ce sont les femmes et les jeunes filles qui souffrent le plus dans les conflits en raison de leur vulnérabilité : pauvreté, viols, destruction de leurs maisons entraînant parfois leur délocalisation, perte des êtres chers. Les femmes sont très absentes dans les instances de décision, elles ignorent le contexte socio-politique du pays, et vivent les différentes crises (Boko Haram et crise anglophone) dans la neutralité, dans la passivité. Quant à celles des régions anglophones, elles se sont constituées en groupe de sensibilisation et de médiation pour un retour au calme.

Que peuvent faire les femmes dans la construction d’une paix durable ?

L’éducation d’une société repose principalement sur les femmes. Elles sont des donneuses de vie, des protectrices de la vie, des initiatrices à la vie. Elles ont donc une responsabilité très grande dans la culture de la paix à travers l’initiation des enfants et de la société à la justice, à la paix. La culture de la paix est un ensemble d’actes et d’attitudes donnant la primauté à l’harmonie sociale et ayant pour préalable la justice sociale. Les femmes doivent donc être des agents de paix et des acteurs de construction de la paix au Cameroun à travers leurs attitudes, le langage qu’elles tiennent, les positions et analyses qu’elles font des différentes situations de la vie. La justice et l’équité doivent gouverner leurs actions. Pour cela, elles doivent mettre à contribution tous les moyens en leur possession pour construire la paix au Cameroun, et engager un plaidoyer sur la protection des femmes et des jeunes filles en temps de conflits. De plus les femmes doivent travailler ensemble pour l’engagement d’un dialogue inclusif sur la culture de la paix.

En conclusion, invitation a été faite en direction des femmes décideuses pour une sensibilisation et une formation continue des femmes membres de leur structure sur le contexte et la nécessité pour les femmes d’être des acteurs de premier plan dans la construction d’une paix durable dans le monde en général et au Cameroun en particulier.
 

Côte d’Ivoire: la Fondation Mohammed VI prône le retour aux sources de l’Islam à travers la doctrine achâarite

. . TOLÉRANCE & SOLIDARITÉ . .

Un article par George Moihet dans Afrique le 360

La Fondation Mohammed VI des Oulema africains a organisé ces 21 et 22 juin à Abidjan un colloque qui a rassemblé les guides, érudits et leaders de la communauté musulmane ivoirienne autour des enseignements de la doctrine achâarite. Prônée par l’Imam Al Achâari, cette doctrine est une invitation aux sources originelles de l’Islam, qui est attaché à la paix et à la tolérance et à la coexistence pacifique au sein de la société.


Video du colloque

L’enjeu de la rencontre est de faire la promotion de ces valeurs, elles-même promues par le Prophète de l’Islam, afin de contribuer à la consolidation du «vivre ensemble» dans la société ivoirienne. Mais également il s’agit de «réhabiliter et redorer l’image de l’Islam» dans un contexte de persistance des actes terroristes au niveau mondial.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question for this article

Islamic extremism, how should it be opposed?

(. . . suite)

«Ce colloque qui est le début d’un ensemble d’activités va permettre de mettre en place le musulman nouveau (…) par la réhabilitation de nos valeurs qui nous caractérisent en réalité et pour éviter de tomber dans l’extrémisme et le radicalisme qui ne sont pas islamiques», a expliqué le Cheickh Boikary Fofana, président du COSIM, le Conseil supérieur des Imams et guide suprême de la communauté musulmane dans le pays.

Ce tout premier colloque de la Fondation Mohammed VI en Afrique a été l’occasion du lancement de la section ivoirienne de l’organisation. Présent à la cérémonie, l’ambassadeur du Maroc, Abdelmalek Kettani, s’est réjoui de l’action de la Fondation qui participe à «une vision de partage de connaissances, de savoirs mais aussi d’enracinement de la paix, de la stabilité, de la cohésion entre les différentes parties de ce grand continent qui est le nôtre en vue de sa promotion et de son développement».

Une série de colloques est prévue cette année par la section locale de la Fondation autour de thèmes tels que le soufisme, l’école malikite, etc.

Séminaire post-forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique

. . TOLÉRANCE & SOLIDARITÉ . .

Un article de 7sur7 Senegal

Le Sénégal a abrité, aujourd’hui, le séminaire post-forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Ce séminaire, organisé dans le cadre d’un partenariat entre le Ministère des affaires étrangères et des sénégalaises de l’extérieur et le Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité (CHEDS) du Sénégal, porte sur le thème : “Prévention et lutte contre l’extrémisme violent : quelles réponses des populations ?”.


Horchani Ferhat

Professeur à la Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis, Horchani Ferhat a, dans son exposé introductif, expliqué les raisons de l’échec de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme. Cet échec, selon lui, se traduit au moins sur trois plans.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question for this article

Islamic extremism, how should it be opposed?

(. . . suite)

Le premier, c’est l’augmentation spectaculaire des groupes terroristes. À l’en croire, le nombre des groupes de terroristes devient plus important avec des appellations locales.

Le deuxième plan de ce constat, c’est que, selon le professeur Ferhat, les groupes terroristes actuels (État islamique, Daesch) ont des ambitions plus larges que la simple terreur. Ils ont des ambitions territoriales, politiques.

S’agissant du troisième plan d’échec, le professeur renseigne que ces groupes peuvent avoir une force d’attraction à l’égard d’un nombre important de jeunes à travers les frontières nationales. Il s’agit, poursuit-il, d’une menace transnationale pour ne pas dire transcontinental. 

Pour le professeur, cet échec relatif de la communauté internationale, malgré tout l’argent qui a été dépensé, exige une autre lecture. “Nous ne pouvons plus continuer comme ça”, a déclaré le professeur Horchani Ferhat, pensant qu’il faut une lecture juste du phénomène terrorisme. L’objectif de cette lecture, poursuit-il, est d’éradiquer non pas seulement ce qui est visible mais il faut extirper le mal dans sa racine.

“Il faut une véritable stratégie. Et cette stratégie ne peut être qu’une stratégie mondiale et multiforme. Cela veut dire qu’elle implique non seulement l’État mais aussi les communautés nationales c’est-à-dire les populations mondiales”, a-t-il souligné. Il a rappelé par ailleurs que le phénomène du terrorisme est très complexe et peut avoir des motivations très diverses. Il peut, à son avis, avoir sa source dans la criminalité, le commerce des stupéfiants, la quête de l’argent facile, la radicalisation, l’exclusion sociale et économique, la pauvreté absolue entre autres.

Côte d’Ivoire: Un séminaire sur la culture de la paix organisé à la Fondation FHB de Yamoussoukro

. . EDUCATION POUR LA PAIX . .

Un article de Abidjan.net

“Eduquer à la paix, c’est former un citoyen solidaire et responsable, respectueux de la dignité humaine et des différences, et capable de prévenir des conflits ou de les résoudre par des voies non-violentes”, a confié, mercredi [13 juin], la directrice du département de la recherche de la paix de la fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro, Dr Doumbia Diénéba.


Dr Doumbia Diénéba

La spécialiste en culture de la paix qui s’exprimait à l’occasion d’un séminaire de formation organisé à Yamoussoukro sur le thème « La citoyenneté, la culture de la paix et la compréhension mutuelle en milieu universitaire » a affirmé que la culture de la paix n’aboutira que s’il y a compréhension mutuelle et conception ouverte et active de la diversité.

Dr Doumbia a souligné que la paix est une réponse à un problème de l’action collective et non une donnée, elle n’est pas innée chez l’être humain, elle est le fruit d’un autre type de sagesse.

(cliquez ici pour la version anglaise de cet article)

Question pour cet article:

Where is peace education taking place?

Initiée par la fondation FHB pour la recherche de la paix en collaboration avec l’Université Alassane Ouattara (UAO), la session de formation concerne les membres de la Plateforme universitaire pour la promotion de la paix et de la démocratie (PUPPAD-UAO), et les responsables des clubs, associations et syndicats d’étudiants.

En dépit des efforts et de toutes les mesures prises par les autorités universitaires et le Gouvernement, la violence dans les Universités revient de façon épisodique. Ce fléau menace depuis quelques années, la sécurité des individus, des biens sur le campus et perturbe les années académiques.

Face à la complexité et à la multiplicité de ces violences dont les causes exigent des initiatives et actions coordonnées et complémentaires, la fondation FHB entend amener les participants à maîtriser les outils de la culture de la paix et les mécanismes de prévention et de gestion des conflits, dans la perspective d’un environnement universitaire où le comportement citoyen et la compréhension mutuelle sont possibles.

Pour l’experte en gestion pacifique de conflit, il s’agit de réussir le passage d’un monde marqué par une prédominance de violence sous toutes ses formes, qui ne laisse aucun répit aux citoyens, à un monde où les valeurs de la citoyenneté et de la culture de la paix constituent le fondement même du Vivre ensemble.

La directrice du département de la recherche de la paix de la fondation FHB a dit espérer que la formation renforcera les compétences des participants et créera au sein de leur Université, une masse critique d’expertise et d’expériences avérées dans le domaine du civisme de la citoyenneté, de la culture de la paix et de la non-violence.

Réseau Panafricain des Femmes pour la Culture de la Paix et le Développement Durable : Pour une culture de la paix.

. . . EGALITE HOMMES/FEMMES . . .

Un article de Pyramid Media Gabon

L’assemblée générale constitutive du Réseau Panafricain des Femmes pour la Culture de la Paix et le Développement durable-section Gabon, qui a eu lieu le week-end dernier à la Chambre de Commerce de Libreville, a porté Victoire Lasseni- Duboze à la tête de cette organisation.


Victoire Lasseni- Duboze lors de son intervention/DR.

Avec le soutien du Système des Nations-Unies au Gabon et de la Fondation Doupambi-Matoka pour le développement solidaire, l’assemblée générale constitutive du réseau panafricain des femmes pour la culture de la paix et le développement durable-section Gabon, s’est tenue  le weekend écoulé dans  la capitale gabonaise. 

Il faut avouer que c’est l’aboutissement d’un long processus enclenché en 2017 avec la mise en œuvre du projet « appui à la contribution des femmes pour la promotion de la culture de la paix et des objectifs du développement  durable au Gabon », initié par le médiateur de la République. Il consistait en la réalisation de plusieurs activités de femmes dont les célébrations des journées internationales de la femme (8mars) et de la paix (21 septembre).

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Questions for this article:

Can the women of Africa lead the continent to peace?

(. . . suite)

Les activités déclinées avaient pour but de promouvoir les conditions d’un savoir-vivre ensemble harmonieux et pacifié avec des femmes issues de la société civile, du monde artistique, culturel et scientifique. Plus de 2oo femmes se sont engagées pour la création d’un réseau national pour la culture de la paix et le développement durable, au cours de la première célébration. C’est en 2017, lors de la journée internationale de la paix que le processus de création dudit réseau sera officialisé par la mise en place formelle d’un bureau provisoire, qui s’était attelé à élaborer les projets de statuts, de règlement intérieur et de plan d’action.

Présent à cette assemblée, Stephen Jackson, coordinateur du Système des Nations-Unis au Gabon, a laissé entendre: « Je me félicite donc de la tenue de la présente Assemblée générale constitutive du réseau panafricain des femmes pour la culture de la paix et le développement durable-section Gabon, en ce qu’il témoigne non seulement de la force de conviction et de l’engagement des femmes gabonaises mais également en ce qu’il met en relief, en phase avec la Décennie nationale de la femme(2015-2025), la prise de conscience et de reconnaissance dans ce pays, de la nécessaire contribution des femmes au développement national ».

A noter que cette assemblée générale  avait pour but d’élire le bureau dudit réseau. Et c’est Victoire Issembe, épouse Lasseni-Duboze, qui a été portée à la tête de cette organisation. Elle a annoncé d’ailleurs par la suite que ce réseau sera mis en place dans les neuf provinces du Gabon. Car,  a-t-elle renchéri : « nous avons besoin de paix sur toute l’étendue du territoire ».

Rappelons que le Reseau Panafricain des Femmes pour la Culture de la Paix et le Développement Durable aura pour vocation de mobiliser les femmes de la société civile gabonaise et africaine conformément «  au plan d’action en faveur d’une culture de la paix en Afrique-Agissons pour la paix », adopté à Luanda(Angola), en mars 2013, à l’issue du forum panafricain « Sources et ressources pour une culture de la paix ».

L’Union Africaine: Tableau general de la paix et de la sécurité en Afrique vers 2023: Une analyse prospective des défis de paix et de sécurité

.DESARMAMENT & SECURITE.

Un article de L’Union Africaine

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) a consacré sa 766ème  réunion, tenue le 24 avril 2018, à une séance publique sur le thème: «Tableau general de la paix et de la sécurité en Afrique vers 2023» (Fin du premier plan décennal de mise en œuvre de l’Agenda 2063): Une analyse prospective des défis de paix et de sécurité “.

Le Conseil et les participants ont pris note de la déclaration liminaire faite par le Président du CPS pour le mois d’avril 2018, l’Ambassadeur Bankole A. Adeoye de la République fédérale du Nigéria. Ils ont également pris note des communications faites par le Directeur par intérim de l’UA pour la paix et la sécurité, le Dr. Admore Mupoki Kambudzi ; le Dr Kassim Mohammed Khamis de la Direction de la planification, du suivi et de l’évaluation de la politique stratégique, de la coopération internationale et de la mobilisation des ressources de l’UA; le chef de la Direction du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs, le Professeur Eddy Maloka et le Dr Jakkie Cilliers de l’Institut des Etudes de Sécurité (ISS). Le Conseil et les participants ont également pris note des déclarations faites par les représentants des États membres de l’UA, des Communautés économiques régionales, ainsi que par les représentants des partenaires de l’UA, d’autres institutions et organisations.

Le Conseil et les participants ont rappelé la vision de l’UA de réaliser une Afrique intégrée, prospère et pacifique, conduite par ses propres citoyens et représentant une force dynamique sur la scène mondiale. Ils ont également rappelé l’Agenda 2063, en tant que plan africain endogène de transformation structurelle et cadre stratégique de valeurs partagées pour une croissance inclusive et un développement durable sur le continent, y compris ses sept Aspirations. Ils ont rappelé, en particulier, l’Aspiration numéro quatre sur la construction d’une Afrique pacifique et sécurisée. Ils ont en outre rappelé la Déclaration solennelle du 50ème anniversaire de l’OUA / UA sur « Faire taire les armes en Afrique d’ici 2020» et les Objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD), également connus sous le nom d’Agenda 2030.

Le Conseil et les participants ont reconnu que la plupart des conflits violents et des crises auxquels sont confrontées certaines parties du continent africain sont enracinés dans les déficits de gouvernance, y compris la mauvaise gestion de la diversité, la manipulation des constitutions, la marginalisation des jeunes et la mauvaise gestion des ressources naturelles. À cet égard, le Conseil et les participants ont exhorté tous les États membres à redoubler d’efforts et à améliorer leurs systèmes de gouvernance. Dans le même cadre, les participants ont souligné l’importance de renforcer les capacités des missions d’observation électorale de l’UA afin qu’elles s’acquittent de leur mandat de manière professionnelle et contribuent à assurer la crédibilité des élections dans les États membres et donc prévenir les conflits violents liés aux élections et les situations de crise. Ils ont également souligné le rôle crucial que le Groupe des sages peut jouer dans la prévention des conflits liés aux élections en Afrique.

Le Conseil et les participants ont également reconnu que bien que l’UA dispose de la plupart des instruments normatifs requis pour prévenir les conflits et les crises, promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité sur le continent, certains États membres n’ont pas encore signé et ratifié ces instruments. À cet égard, le Conseil a exhorté tous les États membres, qui ne l’ont pas encore fait, à signer, ratifier et domestiquer tous les instruments normatifs de l’UA, notamment la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance; la Déclaration de l’OUA sur les principes régissant la conduite des élections démocratiques en Afrique, le Protocole relatif à la création du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine.

(Cliquez ici pour l’article en anglais..)

Question for this article:

Can the African Union help bring a culture of peace to Africa?

Le Conseil a souligné l’importance pour la Commission de l’UA d’assurer l’harmonisation de la mise en œuvre de l’Architecture africaine de paix et de sécurité (APSA) et de l’Architecture africaine de gouvernance (AGA). Dans le contexte de la mise en œuvre de la feuille de route principale de l’UA sur les mesures pratiques pour faire taire les armes en Afrique d’ici 2020, le Conseil et les participants ont souligné l’importance d’une collaboration et d’une coopération renforcées entre l’UA et les CER/MR; l’UA et les Nations Unies; ainsi qu’entre l’UA et des entités internationales similaires dans la promotion d’une paix, d’une sécurité et d’une stabilité durables en Afrique.

Le Conseil et les participants ont souligné l’importance pour le CPS de s’acquitter pleinement de son mandat tel que prévu par le Protocole relatif à la création du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine.

Le Conseil et les participants notant le lien étroit entre les conflits violents et l’exploitation illégale des ressources naturelles, notamment les ressources minérales dans certaines parties du continent africain ont souligné l’importance pour les États membres de mettre en place des systèmes efficaces de gestion des ressources naturelles afin que les revenus de ces ressources ne soient pas utilisés pour alimenter les conflits mais plutôt pour le bénéfice des populations des États membres concernés.

Notant également le lien direct entre la pauvreté absolue et les conflits violents, le Conseil et les participants ont souligné l’importance pour les États membres de promouvoir des programmes de développement économique durables et équilibrés, qui tiennent pleinement compte des besoins de la population. Dans le même contexte, ils ont encouragé les États membres à investir davantage dans la modernisation de l’agriculture, en vue d’assurer la sécurité alimentaire de la population et de réglementer efficacement les industries minières. En outre, ils ont souligné la nécessité pour les États membres de lutter efficacement contre la corruption, le blanchiment d’argent et l’externalisation des maigres ressources financières de l’Afrique;

Les participants ont également souligné l’importance de comprendre les dimensions régionales des conflits africains et, partant, la contribution importante que les pays de la région peuvent apporter pour trouver des solutions durables aux conflits prolongés en Afrique. En outre, ils ont souligné l’importance de comprendre les facteurs exogènes qui génèrent et alimentent les conflits violents en Afrique, y compris le rôle des sociétés/entreprises multinationales;

Le Conseil et les participants conscients des liens étroits entre certains cas de rechute dans certaines parties du continent africain et de la non-application des accords de paix ont souligné l’importance pour les signataires des accords de paix dans les pays sortant des conflits de signer et de mettre en œuvre ces accords à la lettre et dans l’esprit, en vue de prévenir efficacement les futures rechutes. Dans le même contexte, ils ont souligné l’importance de s’approcher de manière constructive de tous les acteurs politiques clés dans les cadres de conflit, afin qu’ils développent la volonté politique nécessaire pour mettre fin aux conflits violents et rétablir la paix, la sécurité et la stabilité dans leurs pays;

Conscients également du fait que certains conflits violents dans certaines parties du continent résultent du régionalisme, de la marginalisation ethnique et raciale, le Conseil et les participants ont encouragé les États membres à veiller à ce que les compositions de toutes les institutions reflètent clairement la composition ethnique et raciale de leur pays.

Le Conseil et les participants, conscients de la nécessité de tirer profit du dividende démographique et la menace potentielle pour la sécurité que représentent les jeunes chômeurs et marginalisés, ont souligné l’importance pour les États membres d’intégrer les jeunes dans les processus de paix et de créer des conditions propices à leur autonomisation.

Le Conseil et les participants ont souligné l’importance d’accélérer l’opérationnalisation de la Force africaine en attente, afin de s’assurer que la Force est facilement accessible à la disposition du CPS pour une utilisation possible conformément à l’article 4 (h) du Protocole du CPS et de l’Acte constitutif;

Le Conseil et les participants ont souligné l’importance que revêt l’introduction de la culture de la paix, de l’unité dans la diversité, la tolérance dans les programmes d’éducation. À cet égard, ils ont encouragé tous les États membres, les CER/MR, les organisations de la société civile, le secteur privé et la communauté internationale à contribuer collectivement à la réalisation de l’objectif de faire taire les armes en Afrique d’ici à 2020.