Bulletin français 1 juillet 2018

“SLOW NEWS” D’AFRIQUE

Alors que les manchettes sont généralement pessimistes sur la paix, il y a eu deux moments forts qui nous donnent de l’espoir pour des solutions à deux des plus longues tensions internationales. En Corée, des résultats positifs proviennent de l’évaluation des sommets entre les Présidents des deux pays et le sommet des Présidents de la Corée du Nord et des États-Unis. De même, il y a quelques évaluations positives du rapprochement entre l’Éthiopie et l’Érythrée.

Parallèlement, il y a des «slow news» qui ne font pas les gros titres, mais qui se développent lentement et à un niveau profond. Ce n’est pas simplement la paix, mais plutôt une «culture de la paix».

Nous pouvons voir cela surtout en Afrique. Au cours des dernières décennies, l’Afrique a démontré son leadership avec la Commission Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud et les Gacaca au Rwanda, et suivant les traces des combattants contre l’apartheid d’hier, elle a un grand potentiel pour continuer dans le futur. A CPNN, nous avons suivi ces développements pendant de nombreuses années. Celui-ci est notre cinquième bulletin consacré au développement de la culture de la paix en Afrique. Les bulletins précédents ont été publiés en mars 2016, décembre 2014, avril 2014 et août 2012.

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) a récemment tenu sa 766e réunion. Elle a été consacrée au «Paysage africain de la paix et de la sécurité d’ici 2023» . Les thèmes suivants ont été abordés: amélioration de la gouvernance, utilisation des missions d’observation des élections, gestion efficace des ressources naturelles, développement économique équilibré, inclusion des jeunes dans les processus de paix, et inclusion de la paix, unité dans la diversité et la tolérance dans les curriculums de l’éducation. CPNN suit les initiatives de paix de l’UA depuis 2011.

L’Union africaine a récemment annoncé que le secteur du tourisme soutient environ 21 millions d’emplois en Afrique d’une valeur de plus de 160 millions de dollars, dépassant les secteurs manufacturier et bancaire réunis. CPNN a déjà fait un reportage sur un événement majeur du tourisme pour une culture de la paix qui s’est tenu à Johannesburg, en Afrique du Sud, en janvier 2015 et nous suivons le développement du tourisme pour une culture de paix dans le monde.

La Grande Muraille Verte, une initiative de reboisement qui traverse tout le continent africain, est récemment de retour dans les médias avec l’annonce d’un financement substantiel de la Banque Mondiale, de l’Union Européenne et de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture. C’est encore un autre projet de l’Union africaine. CPNN a d’abord rapporté sur le Grand Mur Vert en 2011 quand il a été initié par Wangari Matthai, Lauréate du Prix Nobel de la Paix. Le projet est né d’un mouvement qu’elle avait lancé au Kenya en 1977.

Un autre projet de reboisement, l’initiative «Plant a million trees », est actuellement en cours en Zambie, plus au sud sur le continent africain. Jusqu’à présent, des pépinières ont été créées dans 12 écoles à Lusaka et le projet prévoit d’atteindre 720 écoles dans les deux prochaines années dans 60 districts du pays.

Les lecteurs de CPNN reconnaîtront la Fondation Felix Houghouet-Boigny, qui a récemment organisé un séminaire sur la culture de la paix à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire. La Fondation était à l’origine de l’Initiative de l’UNESCO pour une culture de la paix en 1989, et CPNN était fier d’être invité en 2014 pour célébrer son 25e anniversaire. D’autres initiatives récentes de la Fondation comprennent une école pour la culture de la paix, un centre régional pour la culture de la paix et des clubs universitaires pour la paix et la non-violence.

Le Réseau panafricain des femmes pour la culture de la paix et du développement durable a récemment élu un nouveau président. Elle a annoncé que le réseau sera mis en place dans l’ensemble des neuf provinces du Gabon. CPNN a été témoin de la création du réseau en 2014.

De nombreuses initiatives de paix s’opposent à la propagation du terrorisme islamique en Afrique. Certains sont religieux, comme la Fondation Mohammed VI, basée au Maroc qui s’est réunie récemment en Côte d’Ivoire. Ils promeuvent “les sources originelles de l’Islam, qui est attaché à la paix, à la tolérance et à la coexistence pacifique dans la société”. D’autres initiatives sont laïques, telles que le Séminaire international post-Forum sur la paix et la sécurité en Afrique. Lors de sa récente réunion à Dakar, il a été présenté par un militant tunisien qui a appelé à une stratégie globale et multiforme, impliquant non seulement l’Etat mais aussi les populations en général.

La plus grande contribution de l’Afrique à la culture de la paix a été celle de Nelson Mandela. Ses contributions sont encore en cours de réalisation. Le ministre sud-africain des Relations internationales et de la Coopération, Lindiwe Sisulu, a annoncé que le prochain mandat de l’Afrique du Sud au Conseil de sécurité des Nations Unies sera consacré à l’héritage du président Mandela et à son engagement pour la paix. Lindiwe est la fille de Walter Sisulu, l’une des plus grandes militantes pacifistes sud-africaines et une proche camarade de Nelson Mandela dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud.

Bien que ces histoires sur la culture de la paix ne soient pas des «fast news», elles ont au moins été rapportées quelque part sur Internet en tant que «slow news». Cependant, nous devons imaginer que de nombreuses autres initiatives en faveur d’une culture de la paix ne se retrouvent jamais sur Internet, et que ce que nous voyons n’est que la partie émergée de l’iceberg. Nous sommes toujours à la recherche de reporteurs, donc si vous connaissez des initiatives qui ne soient ni reconnues, ni vulgarisées, qui sont donc passées sous silence, merci de nous les envoyer afin que nous puissions les publier sur CPNN.

      

LIBERTÉ DE L’INFORMATION


South Africa: Sisulu – UN Security Council Tenure Will Be Dedicated to Mandela’s Legacy

DISARMAMENT ET SECURITÉ


Global community responds to recent positive progress in Ethiopia, Eritrea relations

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



US Conference of Mayors Resolution for Peace

DÉVELOPPEMENT DURABLE



En Amérique latine, l’agroécologie est une lutte profondément politique

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES


Réseau Panafricain des Femmes pour la Culture de la Paix et le Développement Durable : Pour une culture de la paix

DROITS DE L’HOMME



USA: “It’s Time for Moral Confrontation”: New Poor People’s Campaign Stages Nationwide Civil Disobedience

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



Côte d’Ivoire: la Fondation Mohammed VI prône le retour aux sources de l’Islam à travers la doctrine achâarite

ÉDUCATION POUR LA PAIX



La culture de la non-violence bientôt au cœur des programmes scolaires libanais

Côte d’Ivoire: la Fondation Mohammed VI prône le retour aux sources de l’Islam à travers la doctrine achâarite

. . TOLÉRANCE & SOLIDARITÉ . .

Un article par George Moihet dans Afrique le 360

La Fondation Mohammed VI des Oulema africains a organisé ces 21 et 22 juin à Abidjan un colloque qui a rassemblé les guides, érudits et leaders de la communauté musulmane ivoirienne autour des enseignements de la doctrine achâarite. Prônée par l’Imam Al Achâari, cette doctrine est une invitation aux sources originelles de l’Islam, qui est attaché à la paix et à la tolérance et à la coexistence pacifique au sein de la société.


Video du colloque

L’enjeu de la rencontre est de faire la promotion de ces valeurs, elles-même promues par le Prophète de l’Islam, afin de contribuer à la consolidation du «vivre ensemble» dans la société ivoirienne. Mais également il s’agit de «réhabiliter et redorer l’image de l’Islam» dans un contexte de persistance des actes terroristes au niveau mondial.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question for this article

Islamic extremism, how should it be opposed?

(. . . suite)

«Ce colloque qui est le début d’un ensemble d’activités va permettre de mettre en place le musulman nouveau (…) par la réhabilitation de nos valeurs qui nous caractérisent en réalité et pour éviter de tomber dans l’extrémisme et le radicalisme qui ne sont pas islamiques», a expliqué le Cheickh Boikary Fofana, président du COSIM, le Conseil supérieur des Imams et guide suprême de la communauté musulmane dans le pays.

Ce tout premier colloque de la Fondation Mohammed VI en Afrique a été l’occasion du lancement de la section ivoirienne de l’organisation. Présent à la cérémonie, l’ambassadeur du Maroc, Abdelmalek Kettani, s’est réjoui de l’action de la Fondation qui participe à «une vision de partage de connaissances, de savoirs mais aussi d’enracinement de la paix, de la stabilité, de la cohésion entre les différentes parties de ce grand continent qui est le nôtre en vue de sa promotion et de son développement».

Une série de colloques est prévue cette année par la section locale de la Fondation autour de thèmes tels que le soufisme, l’école malikite, etc.

Séminaire post-forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique

. . TOLÉRANCE & SOLIDARITÉ . .

Un article de 7sur7 Senegal

Le Sénégal a abrité, aujourd’hui, le séminaire post-forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Ce séminaire, organisé dans le cadre d’un partenariat entre le Ministère des affaires étrangères et des sénégalaises de l’extérieur et le Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité (CHEDS) du Sénégal, porte sur le thème : “Prévention et lutte contre l’extrémisme violent : quelles réponses des populations ?”.


Horchani Ferhat

Professeur à la Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis, Horchani Ferhat a, dans son exposé introductif, expliqué les raisons de l’échec de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme. Cet échec, selon lui, se traduit au moins sur trois plans.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question for this article

Islamic extremism, how should it be opposed?

(. . . suite)

Le premier, c’est l’augmentation spectaculaire des groupes terroristes. À l’en croire, le nombre des groupes de terroristes devient plus important avec des appellations locales.

Le deuxième plan de ce constat, c’est que, selon le professeur Ferhat, les groupes terroristes actuels (État islamique, Daesch) ont des ambitions plus larges que la simple terreur. Ils ont des ambitions territoriales, politiques.

S’agissant du troisième plan d’échec, le professeur renseigne que ces groupes peuvent avoir une force d’attraction à l’égard d’un nombre important de jeunes à travers les frontières nationales. Il s’agit, poursuit-il, d’une menace transnationale pour ne pas dire transcontinental. 

Pour le professeur, cet échec relatif de la communauté internationale, malgré tout l’argent qui a été dépensé, exige une autre lecture. “Nous ne pouvons plus continuer comme ça”, a déclaré le professeur Horchani Ferhat, pensant qu’il faut une lecture juste du phénomène terrorisme. L’objectif de cette lecture, poursuit-il, est d’éradiquer non pas seulement ce qui est visible mais il faut extirper le mal dans sa racine.

“Il faut une véritable stratégie. Et cette stratégie ne peut être qu’une stratégie mondiale et multiforme. Cela veut dire qu’elle implique non seulement l’État mais aussi les communautés nationales c’est-à-dire les populations mondiales”, a-t-il souligné. Il a rappelé par ailleurs que le phénomène du terrorisme est très complexe et peut avoir des motivations très diverses. Il peut, à son avis, avoir sa source dans la criminalité, le commerce des stupéfiants, la quête de l’argent facile, la radicalisation, l’exclusion sociale et économique, la pauvreté absolue entre autres.

Le Canada et ses partenaires annoncent un investissement historique dans l’éducation des femmes et des filles en situation de crise et de conflit

. . . EGALITE HOMMES/FEMMES . . .

Un article du page web du Premier Ministre du Canada

L’égalité des sexes est un droit de la personne fondamental et une priorité de premier plan pour le Canada et sa présidence du G7. Si nous voulons faire de l’égalité des sexes une réalité, les femmes et les filles à travers le monde doivent avoir un accès égal à une éducation et à des opportunités d’apprentissage de qualité. Lorsque les femmes et les filles ont une chance égale d’apprendre, de s’épanouir et de réussir, elles aident à bâtir une économie qui profite au plus grand nombre.

Le Canada, de concert avec l’Allemagne, la Banque mondiale, le Japon, le Royaume-Uni, et l’Union européenne a annoncé aujourd’hui [9 juin] un investissement de près de 3,8 milliards de dollars canadiens. Cet annonce représente l’investissement le plus important jamais réalisé dans l’éducation des femmes et des filles en situation de crise et de conflit, et marque un tournant décisif en vue d’améliorer l’accès et de réduire les obstacles à l’éducation de qualité à travers le monde. Cet investissement pourrait changer la vie de millions de femmes et de filles parmi les plus vulnérables dans le monde.


Le premier ministre Justin Trudeau participe à la seance de traveil du G7. Photo par Adam Scotti (CPM)

Ces investissements appuieront des mesures à l’échelle mondiale visant les objectifs suivants :

* doter les femmes et les filles des compétences nécessaires aux emplois de demain;

* améliorer la formation des enseignants afin d’offrir un meilleur programme d’éducation aux femmes et aux filles;

* améliorer la qualité des données disponibles sur l’éducation des femmes et des filles;

* promouvoir une meilleure coordination entre les partenaires humanitaires et du développement;

* soutenir des méthodes d’éducation innovatrices, en particulier pour les groupes vulnérables et difficiles à desservir, dont les réfugiés et les personnes déplacées;

* soutenir les pays en développement dans leurs efforts visant à offrir la chance égale aux filles d’effectuer un parcours éducatif de qualité d’une durée minimale de 12 ans, de l’école primaire à l’école secondaire.

Le Canada travaillera avec ces partenaires et d’autres pour appuyer l’éducation des femmes et des filles partout dans le monde. Ils veilleront également à ce que les voix des femmes et des filles éclairent les décisions portant sur l’éducation et l’emploi.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Questions for this article:

Gender equality in education, Is it advancing?

(. . . suite)

Citation

« Nous devons travailler ensemble pour veiller à ce que les femmes et les filles aient accès à une éducation de qualité et à une formation axée sur les compétences qui soit moderne. De l’école primaire à l’école secondaire, et par la suite, les femmes et les filles dans les situations de crise et de conflit doivent avoir une chance égale de réussir. Le fait d’investir dans leur éducation n’est pas seulement la bonne chose à faire, mais bien un choix intelligent. Nous savons que, si elles en ont la chance, les femmes et les filles seront le moteur de changements positifs. Elles pourront améliorer leur vie, celle de leur famille et de leur communauté et, du même coup, transformer notre monde. »


— Le très hon. Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Faits saillants

Dans le cadre de leur annonce de fonds d’aujourd’hui, les partenaires internationaux se sont engagés à réaliser les investissements suivants :

* Le Canada investit 400 millions de dollars canadiens sur trois ans, en plus de l’investissement en janvier 2018 de 180 millions de dollars au Partenariat mondial pour l’éducation pour la période de 2018 à 2020.

* L’Allemagne investit 75 millions d’euros.

* La Banque mondiale investit 2 milliards de dollars américains sur cinq ans.

* Le Japon investit 200 millions de dollars américains dans une éducation de qualité pour les filles et les femmes, y compris celles dans les situations d’urgence ou les États fragiles et touchés par un conflit.

* Le Royaume-Uni investit 187 millions de livres, s’appuyant sur l’annonce que la première ministre May a faite à la Réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth du mois d’avril, quand elle a promis de verser 212 millions de livres pour offrir des possibilités d’apprentissage à près d’un million de filles des pays en développement du Commonwealth.

* L’Union européenne investit 72 millions d’euros sur trois ans.

* En février 2018, la France s’est engagée à verser 200 millions d’euros au Partenariat mondial pour l’éducation afin de soutenir l’éducation des filles et d’aider à renforcer les systèmes d’éducation dans les pays en développement.

À la fin de 2016, il y avait dans le monde 65,5 millions de personnes déplacées de force, dont plus de la moitié étaient des femmes de moins de 18 ans, n’ayant que peu ou pas accès à des possibilités d’apprentissage et à une éducation de qualité.

Les filles sont plus susceptibles d’être retirées de l’école en raison de la pauvreté que provoque le déplacement, elles sont plus susceptibles d’être contraintes de se marier tôt et elles sont touchées de manière démesurée par la violence sexuelle et la violence fondée sur le sexe.

Dans le cadre de sa présidence du G7 en 2018, le Canada fait progresser des priorités nationales et internationales qui s’inscrivent dans cinq grands thèmes :

* Investir dans la croissance économique qui profite à tout le monde

* Se préparer aux emplois de l’avenir

* Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes

* Travailler ensemble à l’égard des changements climatiques, des océans et de l’énergie propre

* Construire un monde plus pacifique et plus sûr

(Merci à la Good News Agency d’avoir porté ceci à notre attention.)

En Amérique latine, l’agroécologie est une lutte profondément politique

. . DEVELOPPEMENT DURABLE . .

Un article par Florence Poznanski pour Articiulação Nacional de Agroecologia

L’agroécologie promeut un nouveau modèle de développement à partir des pratiques d’agricultures et d’utilisation du sol dans une perspective écologique et de bien commun centrée autour des savoirs et cultures traditionnelles et populaires. Au Brésil, l’articulation nationale d’agroecologie (l’ANA) réuni plusieurs centaines d’organisations d’agriculteurs, de femmes, d’artistes et de militants depuis plus de quinze ans. Tous les quatre ans elle organise la rencontre nationale d’agroecologie (la RNA) dans le but de renforcer ce réseau et partager les savoirs-faire. Sa quatrième édition s’est tenue entre les 31 mai et 3 juin dans la ville de Belo Horizonte (sud-est du pays) avec comme thème le lien entre la ville et la campagne pour la production d’une alimentation plus saine. Parmi les 2000 participants provenant des différentes régions du pays se trouvaient également une cinquantaine de personnes de 14 pays.

Martin Willaume, Paulo Petersen et Patrícia Candela Orozco. Photos par Lucas Bois

Les réseaux internationaux de l’agroécologie 

Le Comité catholique contre la faim et le développement (CCFD) faisait partie des participants qui ont fait le voyage. L’organisation française défend le droit à la terre sur tous les continents depuis plus de 50 ans. Sa présence se doit au partenariat de soutien institutionnel qui a été signé avec l’ANA en 2016 dans le cadre d’un programme mondial sur la transition écologique et la valorisation des savoirs des communautés traditionnelles. En Amérique latine, outre le Brésil, le CCFD accompagne des organisations dans 10 pays comme le Mexique, le Pérou, l’Equateur, Haïti.



“L’expérience latino-américaine nous intéresse beaucoup parce qu’elle développe une approche politique de l’agroécologie qui va bien au-delà de la seule question de l’agriculture. En plus du débat sur la production d’aliments biologique et la protection du sol, le mouvement parvient à relier d’autres axes centraux tels que le travail décent, l’égalité de genre ou la lutte pour la démocratie », explique Martin Willaume en charge des projets dans la région andine du CCFD. “Cette approche n’existe pas dans d’autres régions du monde, par exemple en Afrique où le mouvement travaille selon une ligne principalement technique. Nous sommes intéressés à comprendre comment se construit cette articulation pour amener ensuite l’expérience là-bas », ajoute-t-il.

Il fait état de plusieurs expériences agroécologiques sur le continent qui s’entrecroisent avec d’autres agendas politiques. En Bolivie, par exemple, l’agroécologie est devenu un axe central dans le processus de construction de l’autonomie locale des peuples autochtones, conformément à la législation de l’État plurinational. Au Pérou, les mouvements construisent l’agroécologie comme un moyen de lute contre l’exploitation minière, et en Colombie, le mouvement agroécologique associe dans la lutte les enjeux du processus de paix.



(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article ou ici pour une version espagnole.)

Question for this article:

What is the relation between movements for food sovereignty and the global movement for a culture of peace? 



(. . . suite)

Pour affronter les empires de l’agro-business,  il faut une union internationale

Paulo Petersen, membre du comité exécutif de l’ANA, explique en quoi ces alliances internationales sont importantes, surtout dans le contexte que connaît le Brésil actuellement.



“La nature même de l’agroécologie est transversale. Si l’on prend les 17 objectifs de développement durable [adoptés par les Nations Unies], on se rend compte que l’agroécologie en couvre la majorité: le climat, l’eau, la lutte pour l’égalité des genres, contre la pauvreté, contre la faim, le travail décent, etc.”, commente Peterson. En complétant la réflexion de Willaume sur la dimension politique de l’agroécologie, il souligne qu ‘«il n’est pas possible de penser l’agroécologie sans penser la défense de la démocratie. Nous parlons de processus qui ne correspondent pas à une logique de marché. L’agroécologie est liée au bien commun. C’est un défi global car les entreprises que nous combattons sont des empires mondiaux et la réponse consiste en plus d’autonomie, plus de souveraineté pour se rapprocher de la nature et créer de nouvelles relations sociales. “


Il explique que plusieurs organisations latino-américaines ont contacté l’ANA pour participer à la RNA et souligne également que ces échanges de connaissances sont importants pour permettre au mouvement de continuer à innover et s’enrichir de nouvelles idées.



Le Brésil a une force d’articulation pionnière sur le continent

Parmi les représentants latino-américains, se trouvait la Colombienne Patrícia Candela Orozco qui s’est rendue au Brésil pour connaître l’expérience de la RNA. Elle représente l’Instituto Mayor Campesino (IMCA), situé dans la région du Valle del Cauca, près de Cali. Une organisation qui  travaille depuis 57 ans avec les communautés paysannes et s’implique pour la promotion de la citoyenneté et de l’économie solidaire.



Pour elle, le Brésil est pionnier au niveau de l’agenda de l’agroécologie en Amérique latine. Elle remarque que les organisations du pays ont su construire une convergence des forces importante qui donne corps au mouvement et leur permet d’organiser un événement aussi important. Elle dit avoir aussi été très impressionnée par la méthodologie appelée «mystique», qui utilise les chants populaires, le théâtre et la poésie pour introduire ou contextualiser les échanges lors des réunions et permets aussi davantage d’interaction avec les participants. “Quand on arrive à atteindre le côté émotionnel des gens on donne un pouvoir beaucoup plus fort à nos messages, on ne reste pas que dans le rationnel. Si chacun ressent la nécessité de cette lutte depuis son fort l’intérieur, il peut transmettre ce message plus facilement au reste de la population », explique Candela Orozco.



La taille du réseau impliqué dans l’organisation de la RNA est un autre point qui a attiré son attention. En Colombie, l’IMCA a participé à la construction de la première rencontre nationale d’agriculteurs qui a eu lieu en 2017 à l’initiative de diverses organisations de la société civile. Patrícia décrit le défi qu’une telle initiative représente et affirme être très enthousiaste en découvrant de nouvelles perspectives d’action présentées par l’expérience brésilienne.

Après quatre jours d’ateliers, de séminaires et d’échanges, l’ANA a adopté une déclaration politique indiquant les principaux axes de lute du mouvement pour les prochaines années. La déclaration dénonce les violences du latifundium et du modèle de développement prédateur qui asservi les peuples à l’extraction des matières première la terre apauvrissant la terre et ceux qui en vivent. Elle réaffirme aussi sa conviction que l’agroécologie représente une alternative tangible et réelle à ce modèle capitaliste centré sur la vie, la nature et la dignité humaine.

(Merci a Kiki Chauvin, le reporter de CPNN pour cet article.)

Côte d’Ivoire: Un séminaire sur la culture de la paix organisé à la Fondation FHB de Yamoussoukro

. . EDUCATION POUR LA PAIX . .

Un article de Abidjan.net

“Eduquer à la paix, c’est former un citoyen solidaire et responsable, respectueux de la dignité humaine et des différences, et capable de prévenir des conflits ou de les résoudre par des voies non-violentes”, a confié, mercredi [13 juin], la directrice du département de la recherche de la paix de la fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro, Dr Doumbia Diénéba.


Dr Doumbia Diénéba

La spécialiste en culture de la paix qui s’exprimait à l’occasion d’un séminaire de formation organisé à Yamoussoukro sur le thème « La citoyenneté, la culture de la paix et la compréhension mutuelle en milieu universitaire » a affirmé que la culture de la paix n’aboutira que s’il y a compréhension mutuelle et conception ouverte et active de la diversité.

Dr Doumbia a souligné que la paix est une réponse à un problème de l’action collective et non une donnée, elle n’est pas innée chez l’être humain, elle est le fruit d’un autre type de sagesse.

(cliquez ici pour la version anglaise de cet article)

Question pour cet article:

Where is peace education taking place?

Initiée par la fondation FHB pour la recherche de la paix en collaboration avec l’Université Alassane Ouattara (UAO), la session de formation concerne les membres de la Plateforme universitaire pour la promotion de la paix et de la démocratie (PUPPAD-UAO), et les responsables des clubs, associations et syndicats d’étudiants.

En dépit des efforts et de toutes les mesures prises par les autorités universitaires et le Gouvernement, la violence dans les Universités revient de façon épisodique. Ce fléau menace depuis quelques années, la sécurité des individus, des biens sur le campus et perturbe les années académiques.

Face à la complexité et à la multiplicité de ces violences dont les causes exigent des initiatives et actions coordonnées et complémentaires, la fondation FHB entend amener les participants à maîtriser les outils de la culture de la paix et les mécanismes de prévention et de gestion des conflits, dans la perspective d’un environnement universitaire où le comportement citoyen et la compréhension mutuelle sont possibles.

Pour l’experte en gestion pacifique de conflit, il s’agit de réussir le passage d’un monde marqué par une prédominance de violence sous toutes ses formes, qui ne laisse aucun répit aux citoyens, à un monde où les valeurs de la citoyenneté et de la culture de la paix constituent le fondement même du Vivre ensemble.

La directrice du département de la recherche de la paix de la fondation FHB a dit espérer que la formation renforcera les compétences des participants et créera au sein de leur Université, une masse critique d’expertise et d’expériences avérées dans le domaine du civisme de la citoyenneté, de la culture de la paix et de la non-violence.

Réseau Panafricain des Femmes pour la Culture de la Paix et le Développement Durable : Pour une culture de la paix.

. . . EGALITE HOMMES/FEMMES . . .

Un article de Pyramid Media Gabon

L’assemblée générale constitutive du Réseau Panafricain des Femmes pour la Culture de la Paix et le Développement durable-section Gabon, qui a eu lieu le week-end dernier à la Chambre de Commerce de Libreville, a porté Victoire Lasseni- Duboze à la tête de cette organisation.


Victoire Lasseni- Duboze lors de son intervention/DR.

Avec le soutien du Système des Nations-Unies au Gabon et de la Fondation Doupambi-Matoka pour le développement solidaire, l’assemblée générale constitutive du réseau panafricain des femmes pour la culture de la paix et le développement durable-section Gabon, s’est tenue  le weekend écoulé dans  la capitale gabonaise. 

Il faut avouer que c’est l’aboutissement d’un long processus enclenché en 2017 avec la mise en œuvre du projet « appui à la contribution des femmes pour la promotion de la culture de la paix et des objectifs du développement  durable au Gabon », initié par le médiateur de la République. Il consistait en la réalisation de plusieurs activités de femmes dont les célébrations des journées internationales de la femme (8mars) et de la paix (21 septembre).

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Questions for this article:

Can the women of Africa lead the continent to peace?

(. . . suite)

Les activités déclinées avaient pour but de promouvoir les conditions d’un savoir-vivre ensemble harmonieux et pacifié avec des femmes issues de la société civile, du monde artistique, culturel et scientifique. Plus de 2oo femmes se sont engagées pour la création d’un réseau national pour la culture de la paix et le développement durable, au cours de la première célébration. C’est en 2017, lors de la journée internationale de la paix que le processus de création dudit réseau sera officialisé par la mise en place formelle d’un bureau provisoire, qui s’était attelé à élaborer les projets de statuts, de règlement intérieur et de plan d’action.

Présent à cette assemblée, Stephen Jackson, coordinateur du Système des Nations-Unis au Gabon, a laissé entendre: « Je me félicite donc de la tenue de la présente Assemblée générale constitutive du réseau panafricain des femmes pour la culture de la paix et le développement durable-section Gabon, en ce qu’il témoigne non seulement de la force de conviction et de l’engagement des femmes gabonaises mais également en ce qu’il met en relief, en phase avec la Décennie nationale de la femme(2015-2025), la prise de conscience et de reconnaissance dans ce pays, de la nécessaire contribution des femmes au développement national ».

A noter que cette assemblée générale  avait pour but d’élire le bureau dudit réseau. Et c’est Victoire Issembe, épouse Lasseni-Duboze, qui a été portée à la tête de cette organisation. Elle a annoncé d’ailleurs par la suite que ce réseau sera mis en place dans les neuf provinces du Gabon. Car,  a-t-elle renchéri : « nous avons besoin de paix sur toute l’étendue du territoire ».

Rappelons que le Reseau Panafricain des Femmes pour la Culture de la Paix et le Développement Durable aura pour vocation de mobiliser les femmes de la société civile gabonaise et africaine conformément «  au plan d’action en faveur d’une culture de la paix en Afrique-Agissons pour la paix », adopté à Luanda(Angola), en mars 2013, à l’issue du forum panafricain « Sources et ressources pour une culture de la paix ».

La culture de la non-violence bientôt au cœur des programmes scolaires libanais

. . EDUCATION POUR LA PAIX . .

Un article par Anne-Marie El-Hage pour L’Orient le Jour (reproduit par permission de l’auteur)

Un accord signé entre l’université Aunohr et le ministère de l’Éducation prévoit de développer une culture de paix dans les écoles du pays.

Pour la première fois au Liban, la culture de non-violence sera au cœur du système éducatif, public et privé, classique et technique. Non seulement elle figurera au menu des prochains programmes scolaires, dans le cadre du chantier de développement de ces programmes, depuis l’école maternelle jusqu’aux classes secondaires, mais l’ensemble du système éducatif devrait en être imprégné, l’enseignement, la direction des établissements, la vie scolaire, les cours de récréation, les transports scolaires, la relation entre les élèves, celle entre élèves et instituteurs…


Signature de l’accord sur le développement de la culture de la non-violence dans les écoles. Photo Aunohr
(Cliquez sur l’image pour l’élargir)

C’est ce que promet le protocole d’accord entre le ministère de l’Éducation et l’Academic University For Non-Violence & Human Rights – Aunohr. Un accord qui a été signé le 15 mai courant entre les deux parties, représentées du côté étatique par le ministre Marwan Hamadé, parrain de l’événement, et par la présidente du Centre de recherche et de développement pédagogiques (CRDP), Nada Oweijane, et du côté académique, par la fondatrice d’Aunohr, Ogarit Younan, et par le président de l’université, Issam Mansour.

(cliquez ici pour la version anglaise de cet article)

Question pour cet article:

Peace Studies in School Curricula, What would it take to make it happen around the world?

Une telle initiative a pour objectif « d’institutionnaliser la culture non violente, explique Ogarit Younan, d’y faire participer l’État, dans toutes ses composantes, en partant du ministère de l’Éducation et du CRDP ». Car, note-t-elle, « les besoins sont pressants à ce niveau, vu la recrudescence de la violence parmi les jeunes et même chez les enfants ». Ce qui explique que l’université Aunohr est souvent sollicitée par les établissements scolaires à travers le pays, pour former leurs enseignants à la culture de la non-violence ou pour organiser des activités dans ce sens à l’intention des élèves. « À l’issue de l’application de nos méthodes, les résultats sont palpables », observe Mme Younan, précisant que les enfants sont plus calmes, que la vie éducative devient plus facile. Ce qui a poussé le ministre de l’Éducation, Marwan Hamadé, à dire, à l’issue de la signature de l’accord, qu’il s’agit de « l’un des plus beaux accords signés par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur ». Et ce dans une volonté de mettre en exergue le caractère crucial de la culture de non-violence pour le Liban.

Instaurer la paix commence dès l’enfance

Quant au point de départ de cette volonté mutuelle, il réside dans la Déclaration des droits de l’enfant et la Déclaration universelle des droits de l’homme. Signataire de ces deux déclarations, le Liban est face à un autre défi de taille fixé par les Nations unies, celui de répandre une culture de paix et de non-violence dans le monde, dans le cadre du programme onusien d’action pour la décennie 2001-2010. « Changer l’esprit des gens, instaurer la paix, doit commencer dans les écoles et dès l’enfance », martèle Mme Younan. Pour ce faire, l’université (qui a obtenu son permis en 2014) a déjà développé des curricula complets. Elle doit à présent élaborer le matériel pédagogique adéquat, mais aussi former les formateurs qui iront sur le terrain. Car la culture de la non-violence passe par différents apprentissages, à savoir la gestion de la colère, l’écoute, le développement de la mémoire pacifique, la construction du véritable moi, la compréhension des conflits dans la relation aux autres, le langage non violent, et bien d’autres choses encore.

Ce n’est certes pas la première fois que le concept de non-violence est privilégié au sein des institutions libanaises. En 1997, Ogarit Younan était déjà consultante de la société civile pour introduire ce principe dans les programmes scolaires. « Mais juste quelques chapitres ont été modifiés », note-t-elle, précisant qu’à l’époque, « c’était un premier pas ». Beaucoup plus tard, le 13 octobre 2016, le Conseil des ministres consacre le 2 octobre de chaque année, journée nationale pour la culture de la non-violence. Avec la signature du nouvel accord, l’espoir de grandir dans un environnement non violent est désormais à portée de main pour les enfants du Liban. À la condition, certes, que l’initiative soit mise à exécution.

(Merci à Phyllis Kotite, le reporter de CPNN pour cet article.)

Bulletin français 1 juin 2018

LA SOCIÉTÉ CIVILE PREND L’INITIATIVE

Deux grands événements internationaux pour la paix prévus pour mai et juin ont été annulés ou reportés ce mois-ci, ce qui a conduit la société civile à prendre le relais.

Nous faisons référance à la réunion de haut niveau entre les Présidents des États-Unis et de la Corée du Nord prévue pour le 12 juin et à la Conférence de haut niveau des Nations Unies sur le désarmement nucléaire qui devait s’ouvrir le 14 mai.

En Corée, l’Initiative des femmes Nobel s’est jointe à des milliers de femmes coréennes, du nord et du sud, pour réclamer la fin de la guerre de Corée, la réunification des familles et le leadership des femmes dans le processus de paix. Elles ont organisé des symposiums internationaux sur la paix à Pyongyang et à Séoul où elles ont écouté des femmes coréennes et partagé leurs expériences et leurs idées sur la mobilisation des femmes pour mettre fin à la guerre et aux conflits violents. Le 24 mai, Journée internationale de la femme pour la paix et le désarmement, ce sont avec 1200 femmes coréennes, qu’ils ont franchi avec succès la zone démilitarisée de environ 3,5 km (DMZ) qui sépare des millions de familles coréennes; c’est un acte symbolique fort de paix.

Comme les lecteurs de CPNN le savent d’après les bulletins de juillet, août et novembre 2017, la proposition d’une Conférence de haut niveau des Nations Unies sur le désarmement nucléaire faisait suite au traité historique des Nations Unies visant à interdire les armes nucléaires. La Conférence a été soutenue par les nations du Mouvement des pays non alignés. Cependant, il semble que la pression des États nucléaires les ait forcés à retirer leur parrainage et à reporter la conférence. Il semble maintenant que cela ne puisse jamais avoir lieu !

Bien que la conférence n’ait pas lieu, de nombreuses organisations prennent la défense du désarmement nucléaire. Dans CPNN ce mois-ci, nous publions des articles sur les initiatives de l’Association médicale mondiale, des femmes parliamentaires venant du monde entier, les activistes locaux opposant l’une des plus grandes installations nucléaires américaines et la Campagne américaine pour le respect du Traité d’interdiction nucléaire.

Le Conseil de l’Association médicale mondiale, réunissant les délégués de près de 40 associations médicales nationales réunies en Lettonie, a exprimé sa vive préoccupation face à la menace croissante de guerre nucléaire et a parlé des conséquences catastrophiques de ces armes sur la santé humaine et l’environnement. Ils ont exhorté tous les États à signer et à appliquer rapidement le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires.

49 femmes parlementaires du monde entier, sous les auspices de l’organisation, Parlementaires pour la non-prolifération nucléaire et le désarmement, ont lancé un appel, intitulé «Sécurité commune pour un monde durable et exempt d’armes nucléaires». Elles viennent des pays suivants: Kazakhstan, Îles Marshall, Autriche, Australie, Suisse, Finlande, Canada, Allemagne, Portugal, Nouvelle-Zélande, Suède, Bangladesh, Pays-Bas, Jordanie, Royaume-Uni, Norvège, États-Unis, Mexique, Chili et Costa Rica.

À Oak Ridge, au Tennessee, l’une des plus importantes installations de production nucléaire des États-Unis, des militants locaux ont recueilli suffisamment d’argent pour intenter une action en justice afin d’arrêter une nouvelle usine de traitement nucléaire. En même temps, ils ont transmis leur message contre les armes nucléaires à des réunions internationales et à l’Organisation des Nations Unies.

La Campagne américaine pour le respect du Traité d’interdiction nucléaire mobilise la société civile à tous les niveaux, individus, entreprises, communautés religieuses, écoles, organisations, villes et états pour se conformer au Traité d’interdiction des armes nucléaires. Leur objectif est de faire pression sur l’industrie des armes nucléaires et éventuellement forcer le gouvernement fédéral à mettre en œuvre le Traité d’interdiction des armes nucléaires.

Enfin, à un autre niveau, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a annoncé une nouvelle initiative pour le désarmement, axée sur trois priorités: les armes de destruction massive, les armes classiques et les nouvelles technologies sur le champ de bataille. Espérons que la pression en faveur du désarmement et de la paix venant du haut et du bas de l’État pourra faire avancer le progrès.

      

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Women legislators release appeal for common security for a sustainable and nuclear-weapon-free world

LIBERTÉ DE L’INFORMATION


Mapping Youth Involvement in Colombia’s Peace Process

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Mexico: Congress Exhorts the City Councils to contribute to the culture of peace

DÉVELOPPEMENT DURABLE



Solar Leads Record Renewables Investment

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES


Women, Peace and Security Focal Points Network meets in Berlin to promote women’s role in peace processes

DROITS DE L’HOMME



The carnage against Gaza civilian protesters

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



La prochaine vague de réfugiés des changements climatiques

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Algérie: Société civile : Inculquer la culture de la paix aux enfants

La prochaine vague de réfugiés des changements climatiques

. TOLÉRANCE & SOLIDARITÉ .

Un article de Kumi Naidoo dans Project Syndicate

Les instances internationales se sont engagées dans une série de discussions qui pourraient fondamentalement changer la gestion des mouvements migratoires à travers les frontières. Le dialogue porte principalement sur la protection des réfugiés ; l’autre volet sur la migration. .


Ces discussions, menées sous l’égide des Nations unies ne déboucheront pas sur des accords juridiquement contraignants. Mais les débats en eux-mêmes constituent une rare occasion d’établir un consensus sur les problèmes contemporains de migrations. Et de manière encore plus importante, la communauté internationale aura ainsi l’occasion de planifier les répercussions des changements climatiques, qui ne manqueront pas de devenir sous peu la principale cause du déracinement et de la migration des populations mondiales.

Le compte récent recense près de 258 millions de migrants dans le monde entier, dont 22,5 millions de réfugiés enregistrés par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Ces chiffres ne sont rien si les plus modestes prédictions relatives au climat se réalisent. Selon l’Organisation internationale pour les migrations, les changements climatiques pourraient déplacer près d’un milliard de personnes d’ici 2050. Et pourtant aucun traité international ne couvre les migrations provoquées par le climat — une lacune qui doit être comblée dès maintenant.

Les normes internationales de protection des réfugiés n’ont jamais reçu autant d’attention depuis 1951. Cette année-là, devant le déplacement de 80 millions de personnes après la Deuxième Guerre mondiale, les pays membres de l’ONU ont ratifié un cadre intégral pour normaliser comment sont traités les réfugiés. Le Pacte mondial sur les réfugiés débattu en ce moment s’appuie sur ce cadre pour élaborer des stratégies donnant des outils aux réfugiés et assister les États les accueillant. Fait encore plus important, le document engagerait les signataires à la protection de « ceux qui ont été forcés de migrer en raison de catastrophes naturelles et de changements climatiques ».

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(cliquez ici pour une version anglaise ou ici pour une version espagnole de cet article.)

Question related to this article:

 

The refugee crisis, Who is responsible?

(. . . suite)

Le deuxième accord porte encore plus à conséquence pour la gestion des populations déplacées par les événements climatiques. Il n’y a jamais eu de traité mondial en vigueur concernant les migrations ; et les initiatives bilatérales antérieures se sont attardées presque exclusivement sur la violence et les conflits comme principales causes des exodes. La proposition du Pacte mondial sur les migrations étudie aussi d’autres facteurs et est d’avis que les changements climatiques sont parmi les « facteurs défavorables structurels qui obligent les gens à quitter leur patrie ».

Ce type de vocabulaire réglementaire confirme ce que les populations à risque du monde entier savent déjà : les sécheresses, les catastrophes naturelles, la désertification, les mauvaises récoltes et bien d’autres bouleversements environnementaux détruisent le gagne-pain de communautés entières et rendent inhabitables des régions entières. Dans mon pays, l’Afrique du Sud, une sécheresse record oblige les grandes villes à envisager un rationnement de l’eau. Si les pénuries d’eau persistent, les migrations ne tarderont pas.

La rareté des ressources est particulièrement inquiétante dans des États politiquement instables où les changements climatiques sont déjà liés à des conflits violents et à des bouleversements sociaux. Les conflits pour la mainmise de terres fertiles et de réserves d’eau potable ont ainsi nourri la guerre au Darfour et même la crise actuelle en Syrie — l’une des plus grandes sources de migrants aujourd’hui — qui s’est déclarée après des sécheresses successives ayant chassé les Syriens ruraux vers les villes. Il n’est pas irréaliste de penser qu’encore plus de sang sera versé dans les années à venir en raison de changements climatiques.

Les deux cadres de l’ONU pourraient servir de base pour la planification de la gestion des migrations futures découlant des changements climatiques. Les prises de décision guidées par les modèles scientifiques permettent aux États d’élaborer des stratégies de réinstallation des populations se déroulant en bon ordre, dans la dignité et l’équité. C’est assurément une démarche plus avisée que les interventions effectuées jusqu’ici à l’improviste.

Mais l’Histoire nous apprend que les États sont plutôt hostiles aux solutions collectives pour gérer les migrations forcées. L’étendue des dégâts est aujourd’hui bien visible dans le sort troublant et inacceptable des réfugiés venant de toutes les régions du monde.

À l’approche du dernier mois des discussions relatives au pacte, à quoi devons-nous nous attendre de ceux qui négocient le plan mondial de gestion des migrations sans précédent des populations ? Les causes et les conséquences des changements climatiques exigent qu’on y porte une attention plus étroite. Les déracinés doivent pouvoir refaire leur vie dans la dignité. Les dirigeants mondiaux seront jugés selon l’atteinte de cet objectif grâce aux pactes mondiaux pour les réfugiés et les migrants.

(Merci à Paul Kimmel, le reporter de CPNN pour cet article.)