Bonita, une jeune actrice du changement, inspire des filles et des femmes au Népal grâce à l’éducation

. . . EGALITE HOMMES/FEMMES . . .

Un article de l’UNESCO

Bonita Sharma est une jeune actrice du changement au Népal. Elle a participé au projet « Female Champions Fellowship », une plate-forme d’apprentissage intensif pour les jeunes femmes qui bénéficie du soutien du Fonds Malala de l’UNESCO pour le droit des filles à l’éducation. En tant que « Championne », elle a contribué à l’autonomisation des filles et des femmes au Népal grâce à son projet sur l’éducation nutritionnelle. L’éducation des filles est une priorité pour Bonita et elle travaille avec sa communauté pour faire en sorte que toutes les filles dans son pays aient la chance d’apprendre.  


Video de Bonita en Nepal

Au Népal, toutes les filles n’ont pas la chance d’aller à l’école. En quoi penses-tu que l’éducation transforme des vies ? Comment a-t-elle transformé ta vie ?

Je pense que l’éducation influe sur la vie entière d’une fille.

Une fillette qui a accès à une éducation de qualité deviendra une adolescente confiante, consciente d’elle-même et de son entourage. Adulte, elle prendra des décisions éclairées et indépendantes concernant sa santé, sa carrière et sa famille (par exemple sur le mariage et la reproduction). En tant que mère éduquée, elle ouvrira la voie à la prochaine génération de filles qui auront un meilleur avenir.

Je me sens privilégiée d’avoir eu la chance de recevoir une bonne éducation, sans aucune discrimination. Cela m’a permis de devenir une jeune actrice du changement dans ma communauté. L’éducation m’a donné les moyens de donner aux autres les moyens d’agir.

Grâce au Fonds Malala de l’UNESCO pour le droit des filles à l’éducation, tu donnes aux filles et aux femmes au Népal les moyens d’accéder à une éducation axée sur l’alimentation et la santé. Quel a été l’impact de ton projet sur les jeunes et leurs communautés ?

Mon équipe et moi-même avons déjà atteint des centaines de filles et de garçons, de femmes et d’hommes au Népal, à travers mon projet Action for Nutrition. Nos programmes n’ont pas seulement amélioré leurs connaissances sur la santé et l’alimentation, mais nous avons également pu libérer leur créativité, leur confiance et leur sens des responsabilités.

(Cliquez ici pour une version espagnole de cet article ou ici pour une version anglaise.)

Pregunta(s) relacionada(s) al artículo

Does the UN advance equality for women?

Manamaya Gurung, une élève de l’école Shree Indreshwori dans le district de Sindhupalchok, ne se sentait pas à l’aise pour parler de la menstruation. Après avoir participé à notre programme éducatif, elle était capable d’expliquer l’hygiène menstruelle aux visiteurs avec confiance durant notre manifestation Swasthya Mela (exposition sur la santé).

C’est vraiment gratifiant de voir des jeunes filles comme Manamaya devenir des émissaires dans leur propre communauté, en surveillant les pratiques de leurs familles, groupes de camarades et membres de la communauté en matière de santé, d’alimentation et d’hygiène. De même, après avoir participé à nos programmes, les enseignants, les mères, les pères et les femmes agents de santé communautaires bénévoles ont adopté une attitude plus responsable vis-à-vis du problème de la malnutrition, de la consommation de « junk food » et de la mauvaise hygiène.

Nous parlons souvent de l’importance des modèles féminins pour les filles et leur éducation. En tant que Championne, qui t’as inspirée à devenir qui tu es ?

Ma mère venait seulement d’achever ses études secondaires lorsqu’elle s’est mariée avec mon père. À l’époque, la société attendait des femmes qu’elles abandonnent leurs études pour s’occuper de leur famille. Ma mère n’a pas renoncé à son rêve d’obtenir un diplôme supérieur. Elle a atteint son objectif malgré toutes les critiques, les obstacles et les difficultés.

Dès mon plus jeune âge, j’ai pu voir la persévérance de ma mère et le soutien de mon père. Le fait d’avoir grandi dans cet environnement m’a permis de devenir la Championne que je suis aujourd’hui. Ma mère m’a appris la détermination et l’importance de l’éducation. Je suis convaincue que nous avons besoin de ces modèles dans nos maisons, nos écoles et nos communautés pour nous inspirer dès not

Quels sont tes futurs projets en tant que Championne ?

Grâce à mon projet, je fais de petits pas pour contribuer aux Objectifs de développement durable et garantir une éducation de qualité pour tous, parce qu’il reste encore beaucoup à faire. J’ai également fondé Social Changemakers and Innovators (SOCHAI) pour améliorer la santé nutritionnelle des femmes et des jeunes enfants au Népal et autonomiser les femmes marginalisées en leur offrant des opportunités économiques.

Dans les prochains jours, je prévois d’élargir nos programmes dans tout le Népal grâce à un soutien et à une collaboration multisectoriels, aussi bien au niveau des politiques que sur le terrain. En intégrant la santé, l’alimentation, le genre, l’entrepreneuriat, l’innovation, la technologie et les infrastructures dans l’éducation, j’ai pour objectif, à l’avenir, d’autonomiser des millions de filles et de femmes.

Quels conseils donnerais-tu aux filles et aux femmes à travers le monde ?

L’éducation est la clé pour surmonter les obstacles et atteindre notre plein potentiel dans la vie. Elle est essentielle au changement positif que nous attendons tous dans le monde. Comme l’a dit Malala, « Un enfant, un enseignant, un livre et un stylo peuvent changer le monde ». Alors, prenons nos livres et nos stylos.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *