Le projet des capitales et villes culturelles arabes : 22 années après, diagnostic et perspectives

. PARTICIPATION DEMOCRATIQUE .

Un article par Mohamed Salah Kadri de Leaders

Le projet des Capitales culturelles a né en Europe, pour la première fois . . . lorsqu’en novembre 1983, Melina Mercouri (1920-1994), alors ministre grecque de la Culture, invita ses pairs européens à « repenser le rôle de la culture dans une construction européenne d’abord basée sur l’intégration économique de ses membres ». Le Conseil des Ministres européens chargés de la culture répondait à cet appel et Athènes (1985), Florence (1986), Amsterdam (1987) et Berlin-Ouest (1988) furent consacrées respectivement « villes européennes de la culture ».

Aussi, Faut-il rappeler qu’ au terme du traité de  L’Union des Capitales Culturelles Ibéro-américaines (L’UCCI) signé le 12 octobre 1982, Bogota fut déclarée en 1991, Capitale culturelle et La LaPaz, s’est vu bénéficier de ce titre en 1999 et voilà qu’aujourd’hui et après presque vingt ans, le titre lui est de nouveau décerné. . . . Les villes Montevideo (1996) et La Havane (1997) furent choisies dans le cadre de l’UCCI. . . .

Cette valorisation de l’appartenance à une aire culturelle commune forme également le cœur du programme « East Asia City of Culture » qui cherche à favoriser la compréhension mutuelle entre le Japon, la Corée du Sud et la Chine. . . .

Capitales et villes culturelles  dans la région arabe

Les objectifs étayés dans le document de faisabilité du Projet des Capitales culturelles arabes préparé par l’ALECSO et entérinés par la Conférence des Ministres de la culture dans les pays arabes en 1998, se résumaient comme suit:

* réaffirmer l’importance de l’unité culturelle arabe et présenter une image claire de la civilisation arabo-musulmane,

* promouvoir la participation des populations locales à la vie culturelle,

* inscrire la culture comme vecteur de développement économique et social,

* encourager les industries culturelles et de création dans les pays arabes,

* renforcer la coopération culturelle entre les pays arabes et avec le reste du monde.

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article. )

Latest Discussion

How can culture of peace be developed at the municipal level?

Le programme des capitales et villes culturelles arabes s’est poursuivi de façon régulière à partir de 1996, à raison d’une Capitale par année. D’ailleurs, de 1996 à 2018, un nombre de 21 capitales arabes ont jouis du titre: Le Caire (1996), Tunis (1997), Sharjah (1998), Beyrouth (1999), Riyad (2000),  Koweït (2001), Amman (2002), Rabat (2003), Sanaa (2004), Khartoum (2005), muscat (2006), Damas (2008), Jérusalem (2009), Doha (2010), Syrte (2011)(2) , Manama (2012), Bagdad (2013), Tripoli (2014)(3), Constantine (2015), Sfax (2016), Louxor (2017) et Oujda (2018).  Pour les cinq prochaines années, il s’agira de : Port-Soudan (2019), Bethléem (2020), Irbid (2021), Koweït (2022) et Tripoli (Liban 2023).

Les mérites et les limites du projet: quelques constats

Le bilan des Capitales culturelles arabes à ce jour prouve qu’elles disposent du potentiel nécessaire pour servir de catalyseur du développement local et du tourisme culturel. L’événement a été une occasion idoine pour que de nouvelles infrastructures soient à l’œuvre et d’autres réaménagées. Des sites historiques et archéologiques sont mis en valeur et des activités artistiques se sont multipliées. Cependant, l’absence de cellule ou de structure, même ad-hoc, au niveau de l’ALECSO chargée du suivi de ce programme rend difficile, aujourd’hui d’établir un bilan exhaustif des actions réalisées. . . .

On a tendance, de plus en plus, à se limiter à une cérémonie d’ouverture et une autre de clôture. . . .

Si le projet des Capitales culturelles arabes a constitué un moment phare de l’agenda des actions menées dans le cadre de la Décennie arabe de développement culturel (2005-2014), il est éminemment recommandé, désormais, avec le lancement depuis Tunis, le 22 juin 2018, par l’ALECSO, d’une Décennie arabe du droit culturel pour la période 2018-2027, de réhabiliter le projet des Capitales de la culture arabe à la lumière des objectifs de ladite Décennie. Les Capitales de la culture choisies pour les prochaines années devraient tenir compte dans leurs programmes des nouvelles donnes, à savoir protéger les droits culturels en tant que droits de l’homme et promouvoir la culture de la paix, de la tolérance et l’amélioration de la compréhension mutuelle entre les pays arabes et le reste du monde. En outre, il semble également opportun d’œuvrer à des alliances mutuelles, de nouer des partenariats et de conclure des jumelages entre les Capitales culturelles arabes et leurs homologuesafricaines, islamiques, européennes, asiatiques et ibéro-américaines. De facto, un travail sur l’image de la ville lauréate nécessite d’emprunter des politiques culturellessusceptibles d’inscrire les jeunes générations dans l’ère du temps et de les préparer à vivre dans un monde pluriel. D’autre part, le 29ème sommet arabe tenu à Dhahran (Royaume d’Arabie Saoudite) le 15 avril 2018 a-t-il présenté une opportunité de repenser le statut de la culture dans les pays arabe, en appelant à l’organisation d’un sommet arabe exclusivement dédié à la question culturelle ?« Mieux vaut tenir une seule promesse que d’en renouveler cent ».

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *