L’UNESCO et l’OMT signent la Déclaration de Mascate sur le tourisme et la culture: « Favoriser le développement durable »

. . DEVELOPPEMENT DURABLE . .

Un article de L’UNESCO

La culture, sous toutes ses formes, incite plus de 1,2 milliard de touristes à faire leurs valises et traverser les frontières internationales chaque année. C’est un moyen important de promouvoir le dialogue interculturel, de créer des opportunités d’emploi, de freiner la migration rurale et de nourrir un sentiment de fierté au sein des communautés d’accueil. Pourtant, non maitrisé, il peut également nuire à l’expérience même du tourisme culturel.


Photo copyright Ministry of Heritage and Culture of Oman

Reconnaissant qu’une approche durable ayant l’adhésion de tous les partenaires, est cruciale pour le tourisme culturel, la consolidation de la paix et la protection du patrimoine, les représentants de l’UNESCO, de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT),  des délégations,  des acteurs du secteur privé, des membres de communautés locales et des ONG ont signé, le 12 décembre dernier, la Déclaration de Mascate sur le tourisme et la culture « Favoriser le développement durable ».

Cette signature a conclu les deux jours consacrés à la Conférence mondiale sur le tourisme et la culture, co-organisée par l’UNESCO et l’OMT et accueillie par le Sultanat d’Oman. Grâce à cette déclaration, une trentaine de ministres et vice-ministres du tourisme et de la culture, ainsi que 800 participants de 70 pays, ont réaffirmé leur engagement à renforcer les synergies entre tourisme et culture et à promouvoir la contribution du tourisme culturel dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

« Le tourisme culturel est en plein essor, sa notoriété est croissante, il prend de l’ampleur incluant innovation et changement. Pourtant, cette croissance engendre une responsabilité accrue: la responsabilité de protéger nos biens culturels et naturels, le fondement même de nos sociétés et de nos civilisations » a déclaré Taleb Rifai, Secrétaire général de l’OMT.

Francesco Bandarin, Sous-directeur général de l’UNESCO pour la culture, a souligné que nous devons créer une dynamique positive entre la culture et le tourisme, « qui favorise la pérennité, tout en bénéficiant aux communautés locales. Cette dynamique doit contribuer davantage à la sécurité et à la stabilité des villes, au travail décent, à la réduction des inégalités, à l’environnement, à la promotion de l’égalité des sexes et à la création de sociétés pacifiques et inclusives. »

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

Question for this article:

How can tourism promote a culture of peace?

(. . . suite)

Les ministres du Cambodge, de Libye, de Somalie, de l’Irak et du Vietnam ont discuté du rôle du tourisme culturel en tant que facteur de paix et de prospérité et ont partagé leurs points de vue sur la capacité du tourisme à soutenir leur pays.

La Déclaration préconise des politiques de tourisme culturel qui, non seulement responsabilisent les communautés locales, mais également emploient de nouveaux modèles innovants de tourisme favorisant le développement durable, l’interaction hôte-invité et les échanges culturels. Cette Déclaration favorise l’intégration du tourisme culturel durable et la protection du patrimoine dans les cadres de sécurité nationaux, régionaux et internationaux. Par ailleurs, elle promeut la gestion responsable du tourisme, en particulier avec l’engagement des communautés locales, ainsi que l’utilisation des nouvelles technologies pour un développement urbain durable. La Déclaration fait également référence à la Convention de l’UNESCO de 1972 sur la protection du patrimoine mondial culturel et naturel et à la Convention de 2005 pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles en relation avec ces objectifs.

Ahmed Bin Nasser Al Mahrizi, Ministre du tourisme du Sultanat d’Oman, a souligné l’importance d’échanger des expériences et des idées pour parvenir à un développement touristique durable.

Les participants ont partagé les meilleures pratiques sur des sujets tels que l’engagement communautaire, la gestion des visiteurs et l’utilisation des ressources du tourisme dans des sites aussi diversifiés que la Zone de conservation de Ngorongoro en Tanzanie, Ras Al Khaimah aux Émirats arabes unis ou le Château de Versailles en France.

 L’entrepreneuriat, les PME et la protection des savoirs traditionnels ont été considérés comme compatibles avec le développement du tourisme durable, avec des exemples dans le secteur de l’hôtellerie en Inde et d’autres régions développant des initiatives alimentaires locales. D’autres exemples incluent des projets comme celui de la Banque mondiale revitalisant le patrimoine culturel pour le développement du tourisme durable, ou le partenariat de Seabourn Cruise Line avec l’UNESCO, pour sensibiliser les visiteurs au patrimoine mondial.

Après la première Conférence mondiale OMT / UNESCO sur le tourisme et la culture au Cambodge en 2015, cette deuxième conférence faisait partie des événements officiels de l’Année internationale du tourisme durable 2017, proclamée par les Nations Unies. Istanbul (Turquie) et Kyoto (Japon) recevront respectivement les éditions 2018 et 2019.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *