Les syndicats de l’éducation se joignent à l’appel mondial à l’action contre la violence basée sur le genre en milieu scolaire

. . . EGALITE HOMMES/FEMMES . . .

Un article de l’Internationale de l’Education

A l’occasion des 16 Jours de mobilisation pour arrêter la violence 2017, le Groupe de travail mondial visant l’abolition de la violence basée sur le genre en milieu scolaire, dont l’Internationale de l’Education fait partie, a appelé les acteurs du développement, donateurs et gouvernements à agir, en soulignant les étapes clés vers l’éradication de ce fléau.


Les enseignants sont au cœur de toute réponse efficace à la violence basée sur le genre en milieu scolaire

L’appel à action est disponible ici.  (voir les extraits ci-dessous.)

La violence basée sur le genre en milieu scolaire (VBGMS) est un phénomène qui touche des millions d’enfants, d’enseignant-e-s et de personnels du milieu éducatif, ainsi que leurs familles et communautés. Elle est présente dans tous les pays du monde. Les jeunes vivent la VBGMS différemment selon leur sexe, leur identité de genre, leur pays et leur contexte. La VBGMS est le résultat de normes et de stéréotypes sexospécifiques, perpétré au travers de rapports de force inégaux. Les pratiques sexistes inéquitables « interviennent » dans les écoles au travers des politiques, pédagogies et programmes d’études, ainsi que des relations quotidiennes entre/au sein des élèves et enseignants qui instaurent un « traitement basé sur les genres ».

L’école se veut un lieu d’apprentissage et d’épanouissement, mais elle peut facilement se transformer en espace dangereux, où les élèves, filles comme garçons, risquent d’être victimes et auteurs de violence. En matière de violence, les enseignants sont trop souvent perçus comme un élément du problème, que ce soit parce qu’ils administrent des châtiments corporels ou parce qu’ils exigent des faveurs sexuelles en échange de notes, par exemple. Par ailleurs, l’école est également un lieu de travail où enseignants et personnel de soutien à l’éducation peuvent aussi bien être victimes que auteurs de violence.

Plusieurs études ont révélé que les établissements de formation du personnel enseignant ne préparent pas nécessairement les professeurs à faire face aux comportements abusifs et aux attitudes de violence à l’égard des femmes et des enfants. Les données sur l’impact de la VBGMS sur les enseignants et le personnel éducatif n’abondent pas, mais plusieurs témoignages indiquent que les femmes enseignantes sont particulièrement vulnérables à la VBG, et souffrent souvent de harcèlement et d’abus de la part des élèves, de leurs collègues enseignants, de la direction, dans les institutions de formation des enseignants et dans les systèmes administratifs.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une version espagnole de cet article ou ici pour une version anglaise.)

Question related to this article

Protecting women and girls against violence, Is progress being made?

(. . . suite)

Les éducateurs sont également témoins de discrimination, de violence et d’abus, ce qui renforce leur vulnérabilité à l’école et à la maison. Cela pose un réel défi car la violence n’est en aucun cas excusable et les enseignant-e-s doivent respecter les normes les plus strictes en matière d’éthique et de service. Cependant, savoir que les enseignants aussi sont quelquefois victimes et comprendre l’origine du phénomène peut permettre aux systèmes éducatifs de fournir un soutien éclairé aux enseignants, afin qu’ils puissent à leur tour assurer un soutien et une aide solides aux élèves et agir en tant qu’agents du changement positif. D’une manière générale, les enseignant-e-s doivent être vus comme la ressource éducative globale la plus importante pouvant jouer un rôle crucial dans l’abolition de la VBGMS. Les initiatives s’attaquant à la VBGMS doivent nécessairement impliquer les enseignants dans leur rôle d’agents de changement – non seulement faut-il leur permettre de dispenser à leurs élèves une éducation de qualité et de promouvoir l’égalité des sexes, la non-violence, les droits de l’enfant et l’équité, mais il faut aussi leur créer des espaces sécurisés dans lesquels travailler. Il est donc impératif d’adopter une perspective plus vaste en ce qui concerne le rôle des enseignants, en tant qu’agents du changement et en tant que professionnels du système éducatif. Il faut combiner le développement des compétences et des aptitudes aux efforts visant la création d’un environnement propice où les enseignant-e-s peuvent accomplir leurs devoirs et exercer leurs droits.

En reconnaissance du rôle essentiel des enseignant-e- s dans la lutte contre la violence basée sur le genre en milieu scolaire, le groupe de travail mondial visant l’abolition de la VBGMS demande aux ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT, SYNDICATS DE L’ÉDUCATION, DONATEURS ET GOUVERNEMENTS de:

Reconnaître les enseignant-e-s comme des facteurs d’influence clé dans la vie des enfants et dans la prévention de la violence basée sur le genre en milieu scolaire.

. . . . .

Adopter une approche systémique pour lutter contre la VBGMS dans l’ensemble du secteur de l’éducation, afin de permettre aux enseignants d’agir dans un environnement propice et compétent.

. . . . .

Travailler avec les syndicats de l’éducation et les ministères de l’éducation afin de définir des politiques et des plans abordant la VBGMS.

. . . . . .

Renforcer le professionnalisme et la responsabilisation face à la VBGMS au sein de la profession enseignante.

. . . . .

Fournir aux enseignant-e-s les compétences et outils nécessaires pour faire face à la VBGMS.

. . . . . .

(Merci à Janet Hudgins, le reporter de CPNN pour cet article.)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *