Bulletin français 1 septembre 2016

. . . À NOUVEAU LES VILLES . . .

À nouveau ce mois-ci, nous retrouvons les villes en tête dans la promotion de la culture de la paix, et plus particulièrement en ce qui concerne le développement durable, la tolérance et la solidarité, la participation démocratique, l’activisme pour la paix et le désarmement.

Avant d’entrer dans les détails, nous devons relever la signature officielle de l’accord de paix pour la Colombie qui est resté en cours de négociation de longues années et qui a été suivi, dans son évolution, étape par étape, par CPNN, ainsi que les progrès vers un accord de paix pour mettre fin à 47 ans de guerre entre le gouvernement des Philippines et le mouvement communiste du Front national démocratique.

Le conseil municipal de la ville de Rennes, en France, a décidé à l’unanimité, de soutenir un projet de travail vers la souveraineté alimentaire. C’est la deuxième ville de France à avoir cette approche, la première étant la ville d’Albi. Le projet est né en partenariat avec l’ONG “Incroyables comestibles.” Dans la présentation du projet, Mr Theurier, conseiller municipal a déclaré: “La démarche Incroyables comestibles permet d’offrir des espaces à jardiner pour les habitants, elle est vecteur de lien social, elle favorise la végétalisation de la Ville, elle offre de la nourriture gratuite, elle participe au développement d’une agriculture urbaine et donc à l’autonomie alimentaire des villes. Surtout, elle permet de recréer du lien entre habitants des milieux urbains et productions alimentaires et d’éduquer à la protection de l’environnement. Alors que la population urbaine ne cesse de grandir, les enjeux liés à l’agriculture – notamment la préservation du foncier – sont de moins en moins perçus de façon tangible par nombre de nos concitoyens. Recréer ce lien est une nécessité pour l’avenir.”

Madame la Maire de Madrid en Espagne, fait valoir que les villes sont les mieux placées pour responsabiliser les citoyens. Madrid, par exemple, a négocié son propre accord avec l’Organisation des Nations Unies pour accueillir les réfugiés. Elle a mis en place un budget participatif qui peut aider à mettre fin à l’apathie démocratique. Et comme nous l’avons noté il y a quelques mois, la réponse au terrorisme à Madrid est de promouvoir une éducation pro-paix.«Elle commence à l’école. Nous voulons que les enfants apprennent la valeur du dialogue et de la médiation, et apprennent à résoudre leurs propres problèmes entre eux.”Mme Carmena, Maire de Madrid)

La Commission de la Culture de la Paix de Ashland, Oregon (USA) continue de montrer comment promouvoir la paix au niveau de la ville. Elle a mis en place un “réseau intercommunautaire de Peacebuilders», qui répertorie “tous les groupes locaux et les individus de tous les secteurs de notre ville, qui ont décidé de nous rejoindre.” La Commision entend organiser des conférences régulières “encourageant la collaboration vers un réseau interconnecté de la paix, la justice, la durabilité et l’inclusion dans notre région.”

La plus récente commission municipale de paix est celle de Santos, au Brésil. Parmi les activités de la commission sont le Réseau de Maires pour la paix (dont la ville de Santos fait partie) ainsi que des activités de soutien de la société civile, comme le projet Ponta do Giz de l’ABrasOFFA qui promeuvent la paix dans les écoles. Un rôle clé de la commission est de mettre la paix à l’ordre du jour de tous les dirigeants de la ville (qu’il s’agisse de dirigeants formels ou non).

Enfin, la CGLU (Cités et Gouvernements Locaux Unis) a designé les cinq finalistes pour le Prix Ville de la Paix attribué lors de la conférence annuelle qui se tiendra à Bogota, Colombie, en Octobre. Convenablement (compte tenu de la signature des accords de paix), deux des villes sont en Colombie: Palmira et Cali. Palmira utilise un concours de musique pour promouvoir la paix, tandis que Cali assure la formation des travailleurs communautaires de paix. Les autres villes sont Canoas, au Brésil, qui a établi «les territoires pour la paix», Shabunda, Congo, qui a créé «les comités de paix permanents» et Kauwagan, Philippines, pour ses «armes aux fermes” concernant la démobilisation des anciens soldats rebelles.

      

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE

Iran

Iranian Women Won More than a Medal at the Olympics

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Peru: #NiUnaMenos: 50,000 protest violence against women in Lima

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



La ville de Montréal à l’heure du 12ème Forum Social Mondial

DROITS DE L’HOMME



UN: National Human Rights Institutions will play a more strategic role in education

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



Global Youth Rising 2016 – Reflections

DÉVELOPPEMENT DURABLE



Rennes, France : 210 000 habitants vers l’autosuffisance alimentaire !

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Breakthrough in Philippine peace process

ÉDUCATION POUR LA PAIX


Three Decades of Peace Education in the Philippines

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *