Category Archives: DESARMAMENT & SECURITE

La déclaration du Pape François à Hiroshima constitue une nouvelle étape historique dans la lutte pour l’élimination totale des armes nucléaires

DESARMAMENT & SECURITE .

Une communique de presse de 7ZEIZH

Samedi 23 novembre 2019, La déclaration du Pape François à Hiroshima constitue une nouvelle étape historique dans la lutte pour l’élimination totale des armes nucléaires,  déclarent conjointement Roland Nivet et Edith Boulanger, co-porte-paroles nationaux du Mouvement de la Paix.

La déclaration du Pape François à Hiroshima le 23 novembre 2019 dans laquelle il indique que «l’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est un crime» et qu’ «un monde sans armes nucléaires est possible et nécessaire» et enfin que «le temps est venu de renoncer aux armes nucléaires et de construire une paix collective et concertée» constitue une nouvelle étape historique dans la lutte pour l’élimination totale des armes nucléaires.
En son temps l’académicien Jean Rostand parlant de l’arme atomique disait «préparer un crime c’est déjà un crime».

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article.)

Question for this article:

Can we abolish all nuclear weapons?

(. . . suite)

A six mois du début des travaux de la conférence d’examen du Traité de Non-Prolifération Nucléaire (TNP) à l’ONU en Mai 2020 qui va réunir tous les Etats, nous ne pouvons que nous réjouir du fait que le Pape appelle aussi «à soutenir tous les instruments internationaux du désarmement nucléaire y compris le Traité de Non-Prolifération Nucléaire (TNP) et le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires» (Tian) adopté aux Nations unies le 7 juillet 2017.

La proposition du Pape François pour que l’argent consacré à ces œuvres de mort soit consacré à un développement humain et à la lutte pour le climat rejoint le mot d’ordre retenu par les quelques 160 organisations du Collectif En marche pour la paix qui appelaient le 21 septembre (Journée internationale de la paix) à marcher «pour la paix, le climat, la justice sociale et le désarmement nucléaire».

Tous les gens épris de paix, quelles que soient par ailleurs leurs convictions ou appartenances idéologiques, religieuses, syndicales ou politiques trouveront, pensons-nous, une raison supplémentaire d’agir pour un monde sans armes nucléaires.

Il y a quelques jours nous avons adressé un courrier à tous les Parlementaires proposant l’adoption, dans le cadre de la préparation du Budget 2020 de la France, d’un amendement à cette loi de Finances visant un gel des crédits prévus en 2020 pour la modernisation des armes nucléaires.

Alors que la majorité gouvernementale a voté pour le doublement des crédits consacrés à l’arme atomique nous espérons que la déclaration du Pape les fera peut-être réfléchir et prendre en considération notre proposition d’amendement.

Signez la pétition: Maudite soit la guerre, construisons la Paix !

DESARMAMENT & SECURITE .

Une pétition sur Change.org

Le Mouvement de la Paix a lancé cette petition adressée à Les politiciens, élu, décideurs politiques . . .

Nous, femmes et hommes de tous les continents de la planète, favorables au développement d’une culture de la Paix au plan mondial, nous savons que pour l’avenir de l’humanité il n’y a pas d’autres chemins que la Paix.


(Cliquez sur l’image pour l’élargir)

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

Question for this article:

What can be accomplished with petitions for peace?

(. . . suite)

Nous savons aussi que la Paix est une construction qui nécessite en permanence l’action des citoyens, des peuples et des Etats.

C’est pourquoi, face aux dangers pour la paix que constituent : une mondialisation qui fait porter aux peuples le fardeau de dépenses militaires démesurées, des armes nucléaires qui menacent la survie de l’humanité, des dérèglements climatiques,

nous appelons toutes les femmes et les hommes, à travers le monde, à se mobiliser pour la Paix afin d’obtenir de tous les responsables politiques, élus, chefs d’Etat et responsables d’institutions internationales, qu’ils agissent en faveur de mesures de désarmement multilatéral (en particulier nucléaire), de protection de la planète, de développement de tous les droits humains et d’éducation à la culture de la Paix conformément à la Charte des Nations Unies.

100 ans après l’armistice du 11 novembre 1918, maudite soit la guerre, construisons la Paix !

Cet article est disponible en anglais et en espagnol.

Le texte en différentes langues : anglais, allemand, espagnol, italien, gallois, esperanto, arabe, russe, japonais est disponible à travers le lien suivant : www.mvtpaix.org.

Cliquez ici pour une liste des personnalités du monde entier appellent à signer

Dix-huitième Sommet du Mouvement des Non-alignés: allocution du Chef de l’Etat de l’Algérie (Texte intégral)

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article de Algerie Press Service

Le Chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, a prononcé, vendredi [25 octobre] à Bakou (Azerbaïdjan), une allocution devant le 18ème Sommet du Mouvement des Non-alignés (MNA), dont voici la traduction APS:


(Cliquez sur l’image pour l’élargir)

“Monsieur le président,
Excellences,
Mesdames, Messieurs,
 
Je voudrais, d’abord, exprimer mes vifs remerciements aux peuple et Gouvernement d’Azerbaïdjan, pays ami, et à sa tête le président Ilham Aliyev, pour l’hospitalité chaleureuse et l’organisation parfaite des travaux de ce sommet. Je félicite également l’Azerbaïdjan pour son ascension à la présidence du Mouvement des Non-alignés (MNA) en étant pleinement confiant en la capacité de ses représentants à œuvrer à la continuité et à la dynamisation du rôle de notre mouvement à la lumière des défis actuels auxquels font face nos pays.

Je tiens également à exprimer mes remerciements et ma reconnaissance au Gouvernement du Venezuela pour sa présidence et ses louables efforts, durant les trois dernières années, en faveur de la consolidation des nobles idéaux du MNA.
 
Monsieur le président,
 
A travers son histoire et ses réalisations, notre Mouvement a démontré sa capacité à s’ériger en acteur dans un nouvel ordre mondial, basé sur les valeurs et principes consacrés par la Charte des Nations unis et du Droit international. Un ordre établissant de solides bases à des partenariats fondés sur l’intérêt mutuel et le respect de la souveraineté et la volonté des pays.

De même qu’il a montré sa clairvoyance dans la concrétisation de solutions politiques pacifiques en vue de préserver la paix et la sécurité internationales.

Notre réunion intervient aujourd’hui dans une conjoncture particulière et dans un contexte international qui imposent au MNA la nécessité d’assumer sa responsabilité, en tant que bloc, face aux défis qui se posent à ses pays, notamment la prolifération des foyers de tension et les conflits régionaux et internationaux. Il y a aussi les défis que posent les problèmes du désarmement, l’aggravation des crises, climatique et migratoire, et les conflits sectaires et ethniques, qui constituent un terreau propice au racisme, à la haine, à l’extrémisme violent et à l’élargissement de la sphère du terrorisme international.

Au seuil de la troisième décennie de ce siècle, les aspirations des pays du MNA à un développement durable se trouvent confrontées à une réalité marquée par l’approfondissement du fossé entre le Nord et le Sud dans plusieurs domaines, d’où l’impératif de l’unification des visions et des efforts pour trouver des solutions urgentes à travers un dialogue franc et un travail sérieux en vue de garantir la stabilité et la sécurité des pays membres.

Ces défis, qui sont une profonde préoccupation pour nous tous, constituent en fait une source d’inspiration et de stimulation pour le renforcement de nos rangs et la conjugaison de nos efforts.
 
Monsieur le président,
 
La cause palestinienne, qui est au cœur des préoccupations de notre Mouvement, a connu un tournant décisif, pouvant torpiller les efforts de paix, consentis tout au long des dernières années.

La responsabilité historique, morale et légale nous dicte aujourd’hui de renouveler notre engagement permanent à l’égard de cette cause et de réaffirmer notre soutien indéfectible et constant au peuple palestinien dans sa quête pour la consécration de ses droits nationaux inaliénables, y compris son droit à l’autodétermination et à l’édification de son Etat, la Palestine indépendante.

S’inscrivant dans la large vague de solidarité avec la cause palestinienne à travers le monde suite au transfert des ambassades de certains pays à El-Qods et à la lumière de la poursuite des actes hostiles et criminels de l’occupant contre le peuple palestinien et ses droits, l’Algérie réitère, depuis cette tribune, son soutien indéfectible au peuple palestinien et à sa juste cause.
 
Monsieur le président,
 
L’accélération des évènements dans nombre de pays frères et amis et la propension à recourir à la logique de la force au lieu de la force de la logique, nous interpellent tous à rechercher les voies les plus efficientes pour le rétablissement de la stabilité dans ces régions. L’Algérie demeure profondément convaincue de l’importance du dialogue et du règlement pacifique des conflits, et attachée aux principes fondamentaux des Nations unis et du droit international, notamment en ce qui concerne la préservation de la paix et de la sécurité internationales, et partant, elle ne ménage aucun effort dans ce cadre.

L’Algérie réitère son appel aux parties libyennes à faire prévaloir l’intérêt suprême du pays et à adhérer aux efforts visant à trouver une solution pacifique inclusive, traduisant sur le terrain le travail en faveur du rétablissement de la sécurité et de la stabilité sur tout le territoire de la Libye, pour la préservation de sa souveraineté et son indépendance, l’unité de son peuple et le respect de ses institutions.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article.)

Question for this article:

The Non-Aligned Movement: Is it an effective force for the culture of peace?

(. . . suite)

S’agissant de la crise en Syrie, pays frère, l’Algérie n’a eu de cesse d’exhorter les parties concernées à faire montre de clairvoyance et de pondération pour la fin de toutes formes de violence et de destruction, le rejet de toutes les ingérences extérieures et l’adhésion à un processus de réconciliation permettant une sortie du tunnel. En effet, la solution politique est la seule issue à même de garantir la prise en charge des revendications légitimes du peuple syrien et la préservation de sa souveraineté, sa stabilité et son intégrité territoriale.

La crise humanitaire engendrée par le conflit au Yémen, que nous souhaitons revoir prospère, nous amène à exhorter, une nouvelle fois, les protagonistes à faire prévaloir l’intérêt de leur pays à travers la négociation et le dialogue en réponse aux aspirations, des frères au Yémen, à la sérénité et à la stabilité dans le cadre de l’unité nationale.
 
Monsieur le président,
 
L’Algérie réaffirme son engagement à continuer à œuvrer, avec l’ensemble des partenaires, à la mise en place de solides fondements pour la stabilité et la sécurité dans la région du Sahel dans le cadre du respect de la souveraineté des pays et la non ingérence dans leurs affaires internes.

Quatre années se sont déjà écoulées depuis la signature de l’Accord de paix au Mali, qui en dépit des difficultés rencontrées dans la mise en application de ses clauses, demeure un instrument optimal incontournable, aujourd’hui, pour le règlement définitif de la crise malienne.

Cet Accord qui n’était, certes, pas facile à mettre en place est sous-tendu par une approche fondée sur la réconciliation nationale et le respect de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale du Mai, et ouvre également la voie à de réelles perspectives de développement socioéconomique et culturel.

La mise en application des clauses de cet Accord a permis d’enregistrer des avancées encourageantes, mais beaucoup reste à faire. L’Algérie s’engage à poursuivre son rôle, sérieux et efficace, au sein du Comité de suivi avec les parties internationales concernées, pour une contribution judicieuse à la levée des entraves empêchant une sortie totale de la crise politique et sécuritaire qui secoue ce pays voisin.
 
Monsieur le président,

Le soutien aux causes justes et les efforts historiques du MNA aux côtés des peuples en lutte pour leur indépendance et leur liberté, tout au long des décennies passées, forcent le respect et la reconnaissance pour la position constante et de principe du Mouvement, en faveur du droit du peuple sahraoui frère à l’autodétermination.

Une position que l’Algérie appelle à maintenir en cette conjoncture, qui a vu le retour des deux parties en conflit à la table de négociations avant un arrêt net, suite à la démission de l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU au Sahara Occidental.

En tant que pays voisin et en sa qualité d’observateur officiel dans le cadre du processus de règlement onusien, l’Algérie réitère son appel au Secrétaire général de l’ONU à accélérer la relance de la nouvelle dynamique qu’il avait impulsé.
 
Monsieur le président,

Nombreux sont les pays du Mouvement à être confrontés au fléau du terrorisme, sous toutes ses formes et origines, qui même si le monde n’est toujours pas parvenu à lui donner une définition globale, fait l’unanimité quant à ses graves répercussions politiques, sécuritaires et économiques.

Forte de son expérience en matière de lutte contre le terrorisme durant toute une décennie, l’Algérie a pu développer une approche inclusive, basée sur la réconciliation nationale, en focalisant sur l’importance de la conjugaison des efforts en vue de l’éradication des foyers du terrorisme et l’assèchement de ses sources et en accordant un intérêt particulier aux questions de développement socio-économique.

Mon pays œuvre également à la promotion de la culture de la paix au niveau mondial. Il a été ainsi à l’origine de la décision de l’Assemblée générale de l’ONU relative à la célébration de la journée mondiale du vivre ensemble en paix, coïncidant avec le 16 mai de chaque année.

Incontestablement, le MNA demeure un acteur international majeur, dont ne nous pouvons aujourd’hui que saluer les réalisations et l’émergence en tant que défenseur des espoirs et aspirations des peuples de ses pays membres, étant donné qu’il n’a ménagé aucun effort pour contrer les menaces, unifier les visions et les efforts et cristalliser des solutions dans le contexte d’une réalité internationale tendant à un monde multipolaire.

Aussi, notre Mouvement doit-il saisir cette opportunité pour traduire la vision de ses pays membres en vue d’une réforme du système de l’ONU et un élargissement du Conseil de sécurité, exigence incontournable du Continent africain qui milite pour la fin de l’injustice historique imposée à ses pays, ainsi que pour la dynamisation du rôle de l’Assemblée générale en lui permettant d’exercer pleinement ses prérogatives et d’atteindre ses objectifs suprêmes de constituer une tribune pour les peuples, de consacrer la paix et de relever les grands défis auxquels fait face la communauté internationale.
 
Monsieur le président,

En conclusion, l’Algérie tient à réitérer sa conviction que le MNA est encore capable de jouer un rôle efficace dans le contexte international actuel, en continuant à aspirer à un nouvel ordre mondial, basé sur le respect scrupuleux des engagements auxquels chacun est tenu en vertu de la Charte de l’ONU et du droit international.  Un nouvel ordre mondial favorisant l’encouragement de la coopération socio-économique, l’attachement à la réunion des exigences du bon voisinage et la promotion des initiatives constructives pour réduire les disparités entre le Nord et le Sud dans la cadre d’un nouvel ordre économique, juste et équilibré.

Merci pour votre écoute”.

Les Amériques se préparent pour la deuxième Marche mondiale pour la Paix et la Nonviolence

. DESARMAMENT & SECURITE .

Un article de Pressenza

Amérique du Nord

États-Unis

Un hommage à ML King a eu lieu à Hélène Park. L’équipe de base passera par New York et San Francisco. Une visite aux Nations Unies est prévue pour une éventuelle réception par le Secrétaire Général. La présentation du documentaire «Le début de la fin des armes nucléaires« .Par l’intermédiaire de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes, une ligne de travail pour la collaboration et la convergence a été ouverte dans le cadre du programme 2030 des Nations Unies. Contacts avec le Secrétaire général des Nations Unies sur le thème de la refondation des Nations Unies et d’éventuelles macro-consultations sur le sujet lors du MM.

Canada

Il a participé à la marche pour le Jour de la Terre avec le message « La non-violence est écologique: sans guerre, il n’y a pas d’armes polluantes ». Un communiqué de presse est en cours d’élaboration pour demander des espaces pour faire l’invitation à organiser des activités pour le passage de la marche. Samedi, 27 / 4 a assisté à l’événement Spring of the Alternatives pour trouver des contacts.

Mexique

Ils ont invité la Marche mondiale à participer au Sommet des prix Nobel de la paix qui se tiendra à Mérida le 17 et le 23 le mois de septembre 2019. Lors de la visite de l’équipe de base, il y aura un événement à la frontière avec les États-Unis et un hommage au traité de Tlatelolco.

Amérique centrale

Guatemala

Des alliances ont été conclues entre des personnes et des organisations pour renforcer le groupe de promoteurs. Parmi celles-ci, différents secteurs sont représentés: Organisations de la société civile, DiverArte, Organismes liés à la communication communautaire, Organisations étudiantes, Université nationale: étudiant de l’université de San Carlos de Guatemala, municipalités: municipalité de Mixco

Honduras

Formation de l’école 60 qui mènera à la construction du symbole de la paix. Il sera réalisé par les enfants des écoles situées dans les zones frontalières du Honduras et du Guatemala, à la réception du 2ª MM. L’association des étudiants en médecine de l’université nationale UNAH et deux universités privées organise l’accompagnement de la 2ª MM lors de sa tournée en Amérique centrale. Les municipalités d’Omoa et de San Pedro Sula, décident de participer à la 2ª MM, avec une mobilisation massive de la population. Menant trois conférences simultanées dans les universités de San Pedro Sula sur des sujets liés à la paix dans le monde.

Cuba

Des contacts sont en cours avec certaines organisations cubaines.

El Salvador

Ils lanceront des activités à partir de l’Université Andrés Bello. Probablement dans plusieurs villes du pays: San Salvador, San Miguel, Chalatenango, etc.

Costa Rica

Nous présentons la campagne du plan d’action global pour la non-violence aux centres éducatifs 11 de 22 en juillet. Le plan de formation des enseignants commence la troisième semaine de juillet. Réunions avec les autorités gouvernementales, la municipalité de San José et des organisations pour proposer de mener des activités sur le thème de la non-violence. Réunions tous les quinze jours les mercredis au CAP à partir de 5p.m. Célébration avec des activités artistiques, symboles humains de la Journée internationale de la paix 21 / 9. Célébration de la journée de non-violence 2 / 10 et départ de 2MM. Participation à la marche de la fête du travail, distribution de prospectus et transport de la couverture 2MM. Déclaration d’intérêt culturel du 2MM par le gouvernement du Costa Rica. Au cours de la marche, 27 et 28 en novembre devraient participer au Forum international sur «Le rôle des armées au 21e siècle». Activités avec des enfants 1000 sur l’esplanade du musée des enfants. Concert pour la paix dans le parc de la démocratie. Réalisation de symboles humains au passage du 2MM et de certains événements culturels de réception.

Panama

L’année dernière, un forum s’est tenu à l’Université interaméricaine. Entre la fin septembre et le début octobre de 2019, nous organiserons un forum dans une université locale (lieu, date et heure à confirmer). Dans le cadre de la deuxième Marche mondiale pour la paix et la non-violence, nous invitons les intervenants à participer au forum «Culture de la paix, de la non-violence, du respect des enfants et de la nature pour un meilleur Panama». Ils peuvent, dans cet environnement, partager les informations qu’ils jugent pertinentes sur les actions, les contributions et les projets à cet égard.

Amérique du Sud

Colombie

À Bogota: Travailler avec les écoles 40 qui nous ont soutenus lors de la marche sud-américaine. Nous organiserons des ateliers sur la non-violence active, peintures murales, dessins, treuils à drapeaux, récits et écrits, symboles de la paix dans le secteur et défilés. Le symbole de la paix sera organisé sur la Plaza de Bolívar, invitant le peuple 5000. Réalisation d’un grand concert pour la paix et la non-violence. À Barrancabermeja: Il y aura une conférence à Unipaz et au SENA. Une marche à travers la ville pour rassembler les gens 2000. Des contacts seront établis avec les entités de défense des droits de l’homme sur lesquelles nous avons travaillé au cours du premier mars. Nous clôturerons avec un grand symbole de la paix au parc Kolibri. À Medellin: Carnaval de la culture, conférences dans une université sur la paix et la non-violence. Prenez contact avec les entités gouvernementales responsables des droits de l’homme et des organisations apparentées. Dans d’autres villes de la Colombie: (Cali-Popayan-Pasto-Carthagène-Tunia-Cucuta-Bucaramanga-Ipiales-Arménie-Neiva). Des marches de la paix et des symboles auront lieu. Contact avec les écoles. Discussions sur la non-violence dans les universités et les instituts.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour l’article en anglais ou ici pour l’article en espagnol .)

Questions for this article:

How can we be sure to get news about peace demonstrations?

(. . . suite)

Équateur

À Guayaquil, des lettres ont été envoyées aux universités 2 pour des forums. Les collèges nationaux qui ont communiqué verbalement leur adhésion ont été contactés. Des contacts ont également été établis dans d’autres villes telles que Manta, Ámbato et Quitó. À guayaquil : Des activités sont prévues à l’Université de Guayaquil et à l’Université Casa Grande. Championnat des clubs de sport inter jeunesse. Quelques collèges et la municipalité de Guayaquil. Sur la couverture: Des activités sont prévues pour le passage de la marche 2ª en coordination avec la table ronde panaméricaine et à l’Université de Manta.

Venezuela

Rendez-vous tous les dimanches avec des travaux de développement personnel et d’organisation du 2da March. Diptyque a été développé, les institutions contactées. Nous avons été interviewés à la radio. Et, dans le Forum de Sao Paulo à travers le secteur des femmes, la marche mondiale a été exposée. Nous continuons à contacter des personnes et des institutions qui soutiennent le 2da. Mars Il y aura des forums avec des vidéos pour exposer la marche.

Brasil

À Sao Paulo – SP: Réunions pour la diffusion du 2da MM et la formation d’un groupe de volontaires pour participer à l’organisation et à la diffusion du MM à Sao Paulo. Production de matériel explicatif sur la manière d’organiser les symboles de la paix et d’autres activités du monde dans les écoles et les universités. À Cubatão – SP: Rencontre avec le directeur de l’enseignement pour réaliser des symboles humains dans les écoles de la région. En juillet, 22 a rencontré les directeurs de 75 afin de réaliser des symboles humains dans diverses écoles des villes de la côte de Santos. Présentation de la marche du mois de juillet 23, cette fois aux directeurs et aux coordinateurs des premières années (1º à 5º degree). Il y avait une très bonne énergie positive, nous encourageons les écoles à réaliser le symbole de la paix lors du lancement de la Marche mondiale, durant la semaine de la non-violence de 2 à October 4. Participation à la Marche 2ª pour la culture de la paix qui se tiendra en août En Caucaia – SP: Présentation du 2º MM à des représentants de différents groupes religieux de la ville.
Participation à la marche 2ª pour la culture de la paix, qui se tiendra en août par le ministère des Sports et de la Culture de Cotia en collaboration avec une commission interconfessionnelle. À Paraisópolis – MG: En août 29, nous aurons une réunion avec toutes les écoles de Paraisópolis pour informer de la marche mondiale et proposer des activités. Lors du passage de l’équipe de la base, une activité est prévue avec les enfants dans la salle des messages du silo au sud de Minas Gerais. Em Salvador – BA: Voyage à Bahia pour diffuser la Marche, contact avec les Frères Bom Fim à Salvador, Bahia, avec la proposition de créer une communauté de résistance non violente dans la ville. À Recife – PE: La réunion avec le ministère de l’Éducation de Jaboatão dos Guararapes a eu lieu en juillet 17. La 12 du mois d’août se déroulera dans le cadre de la formation du projet sur la non-violence dans les écoles avec les écoles 30 de la région métropolitaine de Recife. À Curitiba – PR: Nous prévoyons une visite au camp de Lula Libre. Nous essayons d’organiser une visite de l’équipe de la base à Lula pour livrer le livre de la marche sud-américaine pour la paix et la non-violence.

Pérou

Ateliers de prévention et de lutte contre la violence avec les futurs enseignants et les mères dans les écoles du district de Comas, Lima. Prévention et lutte contre la violence chez les enseignants des écoles du district de Cañete. Nous avons des promoteurs dans chaque ville.
Nous sommes en coordination pour promouvoir les activités à chaque point. Nous avons un emplacement central à Lima, fourni par l’Université Ricardo Palma.

Bolivie

À La Paz: Les activités se sont concentrées sur l’impression et la remise de lettres d’invitation aux écoles secondaires et primaires de la région de Sopocachi à La Paz. Depuis juillet, des ateliers pour enseignants et étudiants de la même région ont débuté. À Cochabamba: Activités menées à l’Université Mayor de San Simón lors de la marche de la paix en Amérique du Sud à 2018. À Santa Cruz: Le Centre d’études sur le silo a commencé par la diffusion des activités de la Marche mondiale. Début des activités de diffusion en juillet.

Chili

Nous commençons les réunions d’organisation pour nous développer avec de nouvelles personnes qui s’intègrent aux activités. Nous prévoyons une tournée de toutes les régions du Chili pour promouvoir la formation de groupes de base. Ils compteront sur la production de matériaux de toutes sortes pour couvrir les actions. L’idée est d’intégrer les gens pour pouvoir continuer le MM dans les prochaines éditions. Au Chili également, nous allons renforcer le soutien au TPAN (Traité d’interdiction des armes nucléaires). Des progrès ont déjà été réalisés avec les parlementaires, nous allons maintenant élargir notre action aux municipalités. Contact au Chili avec l’environnement mexicain Alicia Bárcenas (CEPALC) qui a accès à l’ONU et aux gouvernements de la région. L’organisateur de WOMAD a offert de collaborer avec le 2ªMM au Chili pour la réalisation d’un méga symbole de la paix. Au Forum humaniste latino-américain de 11, 12 et 13 en mai, le MM pour l’Amérique a été lancé et une conversation au Teatro del Puente. Nous aurons une discussion du réseau d’équipes au niveau des Amériques du MM en juillet 27.

Argentine

Il existe des promoteurs dans les provinces 8: Salta, Jujuy, Tucumán, Cordoue, Mendoza, Rio Negro (El Bolsón), Bueno Aires (Tigre et Mar del Plata) et récemment dans la CABA (ville autonome de Bs. As.) Il y aura deux événements principaux dans le pays: Reconnaissance des mères et des grands-mères de la Plaza de Mayo en tant que référentes de la lutte non violente
Hommage au Silo [Mario Luis Rodríguez Cobos]. En cours d’organisation À Buenos Aires: Activités de diffusion à Parque Lezama, province de Buenos Aires et à la CABA. Le reste est l’activité de contact et la recherche d’accession. À Cordoue: L’équipe de promoteurs de la ville a été formée et des réunions d’organisation ont été organisées. Le 2MM a déjà été déclaré d’intérêt pédagogique par la province de Córdoba. La demande d’adhésion d’autres institutions à la municipalité et à la chambre des législateurs a été présentée. Il a été programmé: Travailler dans les écoles, La réalisation d’une campagne murale, La projection du documentaire »La fin des armes nucléaires», Un festival artistique musical parmi d’autres actions. À Jujuy: Un petit acte est prévu pour la livraison du livre de la Marche sud-américaine, à Chambre Miracle. Projet de déclarer la semaine 1 d’octobre la semaine de la non-violence de 2019. À Salta: La Communauté pour le développement humain et des membres de la Direction générale de l’organisation communautaire de la municipalité ont présenté à la Commission des droits de l’homme et des garanties constitutionnelles du Conseil de délibération le projet de déclarer la semaine 1 d’octobre la semaine de la non-violence de 2019 et de la Place de la Paix et de la Non Violence est inaugurée. Faire un calendrier avec des activités (1 par mois) de diffusion: Débat cinéma sur le début de la fin des armes nucléaires, Marathon ou balade à vélo, Symboles humains, Fermeture avec un festival culturel. À Mendoza: En juillet, 19 a eu lieu une réunion d’atelier avec des organisations sociales adhérant au 2MM. À la 02 d’octobre, il aura des marches de Las Heras au Centro de Mendoza. Symboles de paix des élèves de l’école de Mendoza. À Punta de Vacas: Célébration de l’anniversaire 10º de 1ªMM sur 02 / 01 / 2020.

L’Amérique prépare la marche mondiale

Malgré les difficultés économiques, sociales et politiques, chacun à sa manière tente de participer au projet. Si tel est le cas, si vous souhaitez collaborer et soutenir les initiatives en cours, vous pouvez le faire en facilitant les contacts d’individus, de personnalités ou d’ONG dans les pays susmentionnés ou dans d’autres pays grâce à cette adresse électronique.

France: 7 associations rappellent le rejet par l’ONU de l’arme nucléaire dès 1946

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article de Initiatives pour le desarmament nucléaire

Le 24 janvier 1946 la première résolution de l’ONU appelle à l’élimination des armes atomiques. Malgré cela, aujourd’hui les Etats détenteurs de l’arme nucléaire persistent à ignorer cet appel et au contraire se lancent dans une nouvelle course aux armements nucléaires.

Depuis l’adoption du Traité sur la Non-Prolifération des armes nucléaires (TNP) en 1970, les initiatives de l’ONU en faveur du désarmement nucléaire se sont multipliées, jusqu’au vote par 122 pays le 7 juillet 2017 d’un Traité d’interdiction des armes nucléaires. Malgré ces nombreuses résolutions et l’engagement au désarmement nucléaire des États dotés (1) inscrit dans l’article VI du Traité de Non-Prolifération, ceux-ci refusent l’horizon d’un monde sans armes nucléaires.

Alors que le stock mondial d’armes atomiques reste considérable, les pays nucléaires mettent au point de nouvelles armes atomiques plus performantes et plus sophistiquées qui accroissent la menace sur l’humanité d’une destruction volontaire (guerre nucléaire) ou involontaire (par erreur humaine ou technologique).

La menace d’une telle destruction est maintenant classée parmi les plus importantes pour notre planète.

En France, l’absence d’un débat objectif sur la bombe atomique laisse croire à l’opinion publique qu’elle serait une garantie absolue de sécurité. A l’occasion de cet anniversaire de la Résolution 1 des Nations Unies, il faut que nos dirigeants prennent conscience de l’urgence de cette situation et qu’ils mettent fin à cette absurde et suicidaire course aux armements nucléaires en s’engageant enfin dans la voie d’un désarmement nucléaire général, progressif et contrôlé.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article.)

Question for this article:

Can we abolish all nuclear weapons?

(. . . suite)

En 1999 le scientifique et humaniste français Théodore Monod déclarait : “L’arme nucléaire, c’est la fin acceptée de l’humanité”.
Etats dotés de l’arme nucléaire: Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie.

Associations signataires :

AFCDRP – Association Française des Communes, Départements et Régions pour la Paix.

Michel.cibot@gmail.com
https://afcdrp.com/
 
AMFPGN – Association des Médecins Français pour la Prévention de la Guerre Nucléaire.
r.galinski@amfpgn.org
https://www.amfpgn.org/
 
GRIP – Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité
https://www.grip.org/
 
IDN Initiatives pour le Désarmement Nucléaire
idn.france.association@gmail.com

Accueil


 
Mouvement de la Paix   
national@mvtpaix.org
www.mvtpaix.org/
 
Pax Christi France      
delegue@paxchristi.cef.fr
https://www.paxchristi.cef.fr/
 
Pugwash France
contact@pugwash.fr     
pugwash.fr/

Industrie d’armement Mondiale: Les Entreprises Americaines Dominent le Top 100; Les Entreprises Russes Grimpentà la Seconde Place

DESARMAMENT & SECURITE .

Un communiqué de presse de Stockholm International Peace Research Institute

Les ventes d’armes et de services à caractère militaire – le Top 100 du SIPRI – s’élèvent à 398,2 milliards de dollars en 2017, selon les nouvelles données sur l’industrie d’armement mondiale rendues publiques ce jour par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI).


En 2017, le total du Top 100 du SIPRI est supérieur de 2,5 % à celui de 2016 et représente une augmentation de 44 % depuis 2002 (première année où des données pouvant être comparées ont été rendues disponibles; les chiffres ne comprennent pas les données sur la Chine). Il s’agit de la troisième année consécutive d’augmentation des ventes d’armes du Top 100.

Les entreprises américaines augmentent leur part du total des ventes d’armes du Top 100

Avec 42 sociétés en 2017, les entreprises basées aux États-Unis ont continué de dominer le Top 100 en 2017. Pris dans leur ensemble, les ventes d’armes des entreprises américaines ont augmenté de 2,0 % en 2017, pour atteindre 226,6 milliards de dollars, soit 57 % du total des ventes d’armes du Top 100. Cinq entreprises américaines figurent dans le Top 10 en 2017. « Les entreprises américaines bénéficient directement de la demande actuelle en armes du Ministère américain de la Défense », souligne Aude Fleurant, directrice du programme Armes et Dépenses militaires du SIPRI.

Lockheed Martin demeure le premier producteur d’armes au monde en 2017, avec des ventes qui s’élèvent à 44,9 milliards de dollars. « L’écart entre Lockheed Martin et Boeing – les deux plus grands producteurs d’armes au monde – est passé de 11 milliards de dollars en 2016 à 18 milliards de dollars en 2017 », précise Fleurant.

La Russie devient le deuxième plus grand producteur d’armes du Top 100

Les ventes d’armes combinées des entreprises russes représentent 9,5 % du total des ventes du TOP 100, propulsant la Russie au second rang du Top 100 des plus grands producteurs d’armes en 2017. Cette position était occupée par le Royaume-Uni depuis 2002. Pris dans leur ensemble, les ventes d’armes des 10 entreprises russes figurant dans le Top 100 ont augmenté de 8,5 % en 2017, pour atteindre 37,7 milliards de dollars. « Les entreprises russes ont enregistré une augmentation significative de leurs ventes d’armes depuis 2011 », explique Simon Wezeman, chercheur principal au programme Armes et Dépenses militaires du SIPRI. « Cela correspond à l’augmentation des dépenses en achat d’armes par la Russie pour la modernisation de ses forces armées ».

En 2017, une entreprise russe figure pour la première fois dans le Top 10 depuis que le SIPRI publie cette liste annuelle. « Almaz-Antey, qui était déjà la plus grande entreprise de production d’armes de Russie, a augmenté ses ventes de 17 % en 2017, pour atteindre 8,6 milliards de dollars », précise Alexandra Kuimova, assistante chercheuse au programme Armes et Dépenses militaires du SIPRI.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article ou ici pour la version espagnole.)

Question for this article:

Does military spending lead to economic decline and collapse?

(. . . suite)

En plus de Almaz-Antey, trois autres entreprises russes du TOP 100 ont augmenté leurs ventes d’armes de plus de 15 % : United Engine Corporation (+25%), High Precision Systems (+22%), et Tactical Missiles Corporation (+19%).

Le Royaume-Uni demeure le plus grand producteur d’armes d’Europe occidentale

Les ventes d’armes combinées des 24 entreprises d’Europe occidentale figurant dans le Top 100 ont augmenté de 3,8 % en 2017, pour atteindre 94,9 milliards de dollars, soit 23,8 % du total du Top 100. En 2017, le Royaume-Uni demeure le plus grand producteur dans la région, avec un total de ventes d’armes s’élevant à 35,7 milliards de dollars ; et sept entreprises figurent dans le Top 100. « Les ventes d’armes combinées des entreprises britanniques sont de 2,3 % supérieures à celles de 2016 », indique Fleurant. « Cela est dû en grande partie à l’augmentation des ventes d’armes de BAE Systems, Rolls-Royce et GKN ».

BAE Systems, qui figure au quatrième rang du Top 100, est le plus grand producteur d’armes du Royaume-uni. Ses ventes d’armes ont augmenté de 3,3 % en 2017, soit 22,9 milliards de dollars.

Autres développements notables

• Les ventes d’armes des entreprises turques ont augmenté de 24 % en 2017. « Cette augmentation importante reflète les ambitions de la Turquie de développer son industrie d’armement afin de répondre à sa demande croissante en armes et devenir moins dépendante des fournisseurs étrangers », précise Pieter Wezeman, chercheur principal au programme Armes et Dépenses militaires du SIPRI.

• Pris dans leur ensemble, les ventes d’armes des quatre entreprises indiennes figurant dans le Top 100 totalisent 7,5 milliards de dollars en 2017, soit 1,9 % des ventes d’armes du Top 100.

• Les ventes des 15 plus grandes entreprises manufacturières classées par le Global Fortune 500, totalisent 2 311 milliards de dollars en 2017, soit 10 fois le total des ventes d’armes des 15 plus grands producteurs d’armes (231,6 milliards de dollars) en 2017, et près de 6 fois plus que le total des ventes d’armes combinées du Top 100 (398,2 milliards de dollars).

La base de données du SIPRI sur l’industrie d’armement

La base de données du SIPRI sur l’industrie d’armement a été créée en 1989. Pour l’instant, elle comprend des données sur les grandes firmes situées dans des pays d’Europe occidentale, y compris l’Union soviétique. Cependant, la version actuelle contient des données depuis 2002, dont celles sur des entreprises en Russie. Les entreprises chinoises ne sont pas comprises dans la base de données par manque d’informations disponibles qui permettraient d’effectuer une estimation raisonnable des ventes d’armes réalisées depuis 2002.

Les « Ventes d’armes » sont définies par le SIPRI comme comprenant les ventes de biens et services à caractère militaire à des clients du secteur militaire, incluant aussi bien les ventes sur le marché intérieur qu’à l’export. Sauf indication contraire, les données sont calculées en termes réels. Toutes les évolutions, entre 2016 et 2017, sont basées sur la liste des entreprises classées en 2017 (par exemple, la comparaison annuelle est effectuée entre les mêmes ensembles de sociétés).

La base de données du SIPRI sur l’industrie d’armement, qui offre un ensemble de données plus détaillées pour la période 2002-17, est disponible sur le site Internet du SIPRI.

Il s’agit du premier d’une série de communiqués rendant public les principales base de données avant la publication de l’édition 2019 du SIPRI Yearbook. Au cours du premier semestre 2019, le SIPRI publiera ses données sur les transferts internationaux d’armements (détails sur tous les transferts internationaux réalisés en 2018), ainsi que ses données sur les dépenses militaires mondiales (informations complètes sur les tendances mondiales, régionales et nationales des dépenses militaires). Toutes les données figureront dans la publication phare du SIPRI — SIPRI Yearbook 2019 — qui sera publié mi-2019.

L’Union Africaine: Tableau general de la paix et de la sécurité en Afrique vers 2023: Une analyse prospective des défis de paix et de sécurité

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article de L’Union Africaine

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) a consacré sa 766ème  réunion, tenue le 24 avril 2018, à une séance publique sur le thème: «Tableau general de la paix et de la sécurité en Afrique vers 2023» (Fin du premier plan décennal de mise en œuvre de l’Agenda 2063): Une analyse prospective des défis de paix et de sécurité “.

Le Conseil et les participants ont pris note de la déclaration liminaire faite par le Président du CPS pour le mois d’avril 2018, l’Ambassadeur Bankole A. Adeoye de la République fédérale du Nigéria. Ils ont également pris note des communications faites par le Directeur par intérim de l’UA pour la paix et la sécurité, le Dr. Admore Mupoki Kambudzi ; le Dr Kassim Mohammed Khamis de la Direction de la planification, du suivi et de l’évaluation de la politique stratégique, de la coopération internationale et de la mobilisation des ressources de l’UA; le chef de la Direction du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs, le Professeur Eddy Maloka et le Dr Jakkie Cilliers de l’Institut des Etudes de Sécurité (ISS). Le Conseil et les participants ont également pris note des déclarations faites par les représentants des États membres de l’UA, des Communautés économiques régionales, ainsi que par les représentants des partenaires de l’UA, d’autres institutions et organisations.

Le Conseil et les participants ont rappelé la vision de l’UA de réaliser une Afrique intégrée, prospère et pacifique, conduite par ses propres citoyens et représentant une force dynamique sur la scène mondiale. Ils ont également rappelé l’Agenda 2063, en tant que plan africain endogène de transformation structurelle et cadre stratégique de valeurs partagées pour une croissance inclusive et un développement durable sur le continent, y compris ses sept Aspirations. Ils ont rappelé, en particulier, l’Aspiration numéro quatre sur la construction d’une Afrique pacifique et sécurisée. Ils ont en outre rappelé la Déclaration solennelle du 50ème anniversaire de l’OUA / UA sur « Faire taire les armes en Afrique d’ici 2020» et les Objectifs de développement durable des Nations Unies (ODD), également connus sous le nom d’Agenda 2030.

Le Conseil et les participants ont reconnu que la plupart des conflits violents et des crises auxquels sont confrontées certaines parties du continent africain sont enracinés dans les déficits de gouvernance, y compris la mauvaise gestion de la diversité, la manipulation des constitutions, la marginalisation des jeunes et la mauvaise gestion des ressources naturelles. À cet égard, le Conseil et les participants ont exhorté tous les États membres à redoubler d’efforts et à améliorer leurs systèmes de gouvernance. Dans le même cadre, les participants ont souligné l’importance de renforcer les capacités des missions d’observation électorale de l’UA afin qu’elles s’acquittent de leur mandat de manière professionnelle et contribuent à assurer la crédibilité des élections dans les États membres et donc prévenir les conflits violents liés aux élections et les situations de crise. Ils ont également souligné le rôle crucial que le Groupe des sages peut jouer dans la prévention des conflits liés aux élections en Afrique.

Le Conseil et les participants ont également reconnu que bien que l’UA dispose de la plupart des instruments normatifs requis pour prévenir les conflits et les crises, promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité sur le continent, certains États membres n’ont pas encore signé et ratifié ces instruments. À cet égard, le Conseil a exhorté tous les États membres, qui ne l’ont pas encore fait, à signer, ratifier et domestiquer tous les instruments normatifs de l’UA, notamment la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance; la Déclaration de l’OUA sur les principes régissant la conduite des élections démocratiques en Afrique, le Protocole relatif à la création du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine.

(Cliquez ici pour l’article en anglais..)

Question for this article:

Can the African Union help bring a culture of peace to Africa?

Le Conseil a souligné l’importance pour la Commission de l’UA d’assurer l’harmonisation de la mise en œuvre de l’Architecture africaine de paix et de sécurité (APSA) et de l’Architecture africaine de gouvernance (AGA). Dans le contexte de la mise en œuvre de la feuille de route principale de l’UA sur les mesures pratiques pour faire taire les armes en Afrique d’ici 2020, le Conseil et les participants ont souligné l’importance d’une collaboration et d’une coopération renforcées entre l’UA et les CER/MR; l’UA et les Nations Unies; ainsi qu’entre l’UA et des entités internationales similaires dans la promotion d’une paix, d’une sécurité et d’une stabilité durables en Afrique.

Le Conseil et les participants ont souligné l’importance pour le CPS de s’acquitter pleinement de son mandat tel que prévu par le Protocole relatif à la création du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine.

Le Conseil et les participants notant le lien étroit entre les conflits violents et l’exploitation illégale des ressources naturelles, notamment les ressources minérales dans certaines parties du continent africain ont souligné l’importance pour les États membres de mettre en place des systèmes efficaces de gestion des ressources naturelles afin que les revenus de ces ressources ne soient pas utilisés pour alimenter les conflits mais plutôt pour le bénéfice des populations des États membres concernés.

Notant également le lien direct entre la pauvreté absolue et les conflits violents, le Conseil et les participants ont souligné l’importance pour les États membres de promouvoir des programmes de développement économique durables et équilibrés, qui tiennent pleinement compte des besoins de la population. Dans le même contexte, ils ont encouragé les États membres à investir davantage dans la modernisation de l’agriculture, en vue d’assurer la sécurité alimentaire de la population et de réglementer efficacement les industries minières. En outre, ils ont souligné la nécessité pour les États membres de lutter efficacement contre la corruption, le blanchiment d’argent et l’externalisation des maigres ressources financières de l’Afrique;

Les participants ont également souligné l’importance de comprendre les dimensions régionales des conflits africains et, partant, la contribution importante que les pays de la région peuvent apporter pour trouver des solutions durables aux conflits prolongés en Afrique. En outre, ils ont souligné l’importance de comprendre les facteurs exogènes qui génèrent et alimentent les conflits violents en Afrique, y compris le rôle des sociétés/entreprises multinationales;

Le Conseil et les participants conscients des liens étroits entre certains cas de rechute dans certaines parties du continent africain et de la non-application des accords de paix ont souligné l’importance pour les signataires des accords de paix dans les pays sortant des conflits de signer et de mettre en œuvre ces accords à la lettre et dans l’esprit, en vue de prévenir efficacement les futures rechutes. Dans le même contexte, ils ont souligné l’importance de s’approcher de manière constructive de tous les acteurs politiques clés dans les cadres de conflit, afin qu’ils développent la volonté politique nécessaire pour mettre fin aux conflits violents et rétablir la paix, la sécurité et la stabilité dans leurs pays;

Conscients également du fait que certains conflits violents dans certaines parties du continent résultent du régionalisme, de la marginalisation ethnique et raciale, le Conseil et les participants ont encouragé les États membres à veiller à ce que les compositions de toutes les institutions reflètent clairement la composition ethnique et raciale de leur pays.

Le Conseil et les participants, conscients de la nécessité de tirer profit du dividende démographique et la menace potentielle pour la sécurité que représentent les jeunes chômeurs et marginalisés, ont souligné l’importance pour les États membres d’intégrer les jeunes dans les processus de paix et de créer des conditions propices à leur autonomisation.

Le Conseil et les participants ont souligné l’importance d’accélérer l’opérationnalisation de la Force africaine en attente, afin de s’assurer que la Force est facilement accessible à la disposition du CPS pour une utilisation possible conformément à l’article 4 (h) du Protocole du CPS et de l’Acte constitutif;

Le Conseil et les participants ont souligné l’importance que revêt l’introduction de la culture de la paix, de l’unité dans la diversité, la tolérance dans les programmes d’éducation. À cet égard, ils ont encouragé tous les États membres, les CER/MR, les organisations de la société civile, le secteur privé et la communauté internationale à contribuer collectivement à la réalisation de l’objectif de faire taire les armes en Afrique d’ici à 2020.

Israël : « Je vais aller en prison car je refuse de servir dans l’armée israélienne »

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article de Finalscape

Mon nom est Nattan Helman. J’ai 20 ans, je viens du Kibboutz Haogen.

Le 20 novembre, je refuserai de servir dans l’armée israélienne pour des raisons de conscience. En troisième année de collège, je suis tombé sur des documents sur l’occupation et j’ai commencé à demander : Qu’est-ce qu’on fait là-bas ? Comment cela affecte-t-il notre société ? Comment est-ce que ça m’affecte moi ?


vidéo d’interview

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

Question for this article

“Put down the gun and take up the pen”, What are some other examples?

(…suite)

Après avoir fait des recherches, après avoir lu des livres, des articles et des témoignages de soldats, après avoir vu les territoires, j’en ai conclu que les politiques israéliennes oppressaient Palestiniens et Israéliens.
Quand j’ai reçu mon premier appel de l’armée, j’ai su que je n’y irai pas. Je l’ai dit à mes parents. Ils l’ont d’abord très mal pris, puis ils ont compris et ils m’ont soutenu.

Au début, je me suis senti seul et je pensais être le seul à penser ainsi. Je savais que mon refus était une violation de la loi mais face à chaque loi il y a la moralité, une conscience, une limite.

Dans le passé, il y a eu beaucoup d’injustice sociale qui était légale. L’Holocauste en Europe, l’Apartheid en Afrique du Sud, l’esclavage aux États-Unis sont tous des exemples d’injustice légale. Une loi exigeant l’enrôlement dans une armée qui oppose toute une population n’est pas une loi éthique et je ne ressens pas l’obligation d’y obéir. J’ai parlé avec d’anciens objecteurs des conditions de vie en prison, et j’essaie de m’habituer à l’idée d’y vivre.

La situation est effrayante et stressante, mais je pense que si je continue à croire à mes valeurs, elles me renforceront et me protègeront là-bas.

(Clickez ici pour une traduction anglaise.

RDC: Manifestation de la Journee Scolaire de la Non Violence et de la Paix

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article de John Mukhuta Muhiana, pour la Fondation de la Paix Mondiale /République Démocratique du Congo 

La Fondation de la Paix Mondial RDC a organisée une grande manifestation de la journée Scolaire de la non-violence, de la paix et la commémoration de la mort son excellence Mahatma Gandhi ; cette manifestation avait eu lieu le 30 Janvier 2018 dans l’Assemblée Provinciale du Lualaba, d’où les autorités politico Administratives, des Sociétés Minière, toutes les couches confondues, les écoles de projet Living Peace, quatre cent Indiens et le Représentant de l’Ambassadeur Indien.


En effet, la manifestion a débuté vers 14h00 dans la salle plénière précitée, d’où le représentant du Gouverneur Madame le Commissaire du Budget et Plan ainsi que les Membres organisateurs n’ont pas manqués les mots de« la paix, l’Amour et l’Unité ». Cette journée a été célébrée pour le poète Espagnol, éducateur et pacifiste, Llorenc Vidal, créer depuis l’année 1964, la célébration de cette journée a été reconnue par l’UNESCO en 1993.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

Question for this article

Could we benefit from more Celebrations of Peace?

(…suite)

Elle vise à attirer les politiciens, les fonctionnaires publics, les parents, éducateurs et enseignants, qu’il est nécessaire de promouvoir une éducation permanente à la non-violence et à la paix. Il est indispensable d’éduquer à la solidarité et au respect d’autrui, car les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent aussi être élevées les défenses de la paix. Sur ce, la Fondation de la Paix Mondiale a combinée quatre autres évènements : son 15ème anniversaire, la commémoration de la mort de Son Excellence Mahatma Gandhi et la célébrée de la journée mondiale de la non- violence ainsi que de la paix.

Afin, à 19h00, les invités ont été accompagnés à l’Hôtel Moon Palas pour prendre le cocktail et le repas jusqu’à 1h du matin. Cette fête a donné la joie aux partisans de la paix et aux participants. Cette manifestation a été sponsorisé par le Gouverneur de la Province Son Excellence Monsieur Muyej Mangeze Mans qui est notre Ambassadeur de cercle universel de la paix qui a contribué avec 3000$ pour l’organisation de cette manifestation et le Président de l’Assemblée Provincial l’honorable Kamwenyi Thumbo Louis qui nous a permis de faire la manifestation de la salle plénière de l’Assemblée.

(Clickez ici pour une traduction anglaise.

Fin du 4ème Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique

DESARMAMENT & SECURITE .

Un article de Panapress

Le 4ème Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique a pris fin mardi après-midi à Diamniadio, au Sénégal, après deux jours de travaux marqués par un panel de haut niveau animé par les présidents du Sénégal, Macky Sall, du Rwanda, Paul Kagamé, et du Mali, Ibrahima Boubacar Keïta.

Les trois chefs d’Etat ont particulièrement insisté sur la nécessité pour l’Afrique de compter d’abord sur elle-même pour assurer sa sécurité avant de faire appel à la communauté internationale.


(De gauche) le président du Rwanda, Paul Kagame, le président du Sénégal, Macky Sall, le président du Mali, Ibrahima Boubacar Keita, et le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, à l’ouverture du forum sur la paix et la sécurité à Dakar. Par SEYLLOU (AFP)

«Nous devons nous engager à résoudre nos problèmes avant de faire appel à l’aide étrangère. Je ne crois pas que la défense de l’Afrique viendra de l’extérieur. Je n’y crois pas. L’Afrique doit d’abord prendre en charge sa sécurité et nos partenaires vont venir en appoint», a déclaré le président Sall.

Le Premier ministre du Tchad, Albert Pahimi Padacké, le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, le ministre français de Forces armées, Mme Florence Parly, et le ministre délégué auprès du ministère japonais des Affaires étrangères, Masahisa Sato, ont également pris part à ce panel.

Le sentiment des trois chefs d’Etat est partagé par M. Padacké qui n’a pas manqué de souligner les efforts déployés par son pays pour aider ses voisins, le Niger, le Nigeria et le Cameroun, à lutter contre Bokko Haram qui sévit dans le bassin du Lac Tchad.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Clickez ici pour une traduction anglaise.

Question for this article

Islamic extremism, how should it be opposed?

(…suite)

«Nous devons compter d’abord sur nous-mêmes car il y va de la sécurité du continent et des Africains. C’est notre responsabilité de protéger nos pays et nos populations. Nous pouvons toujours faire appel à la communauté internationale, mais nous ne devons pas nous décharger sur elle», a-t-il dit.

«Le Tchad n’abrite aucune organisation terroriste, mais il a été le premier à intervenir au Mali et consacre d’importantes ressources à la lutte contre le terrorisme qui sévit chez ses voisins», a-t-il dit, se demandant combien de temps son pays tiendra-t-il encore s’il n’est pas soutenu dans ses efforts.

Toutefois, ils reconnaissent tous la nécessité d’une coopération sous-régionale et mondiale pour lutter contre le terrorisme, particulièrement en Afrique.

Les débats ont porté sur plusieurs thèmes dont le terrorisme et l’extrémisme violent, l’Afrique et les nouveaux enjeux sécuritaires, les migrations et les défis sécuritaires, la lutte contre le financement du terrorisme, la sécurité et la sûreté maritime en Afrique, ainsi que la cybersécurité et la gouvernance de l’information et de l’espace numérique.

Ce «forum de la maturité» a été organisé par le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur avec l’appui du ministère français de la Défense et de nombreux autres partenaires.

Placée cette année sous le thème «Défis sécuritaires en Afrique : pour des solutions intégrées», la rencontre a regroupé «plus de 400 participants» dont des acteurs régionaux et internationaux, des autorités politiques et militaires, des experts, des universitaires, des diplomates, des représentants d’organisations internationales et de la société civile.

L’organisation d’un tel forum a été décidé en décembre 2013 à Paris lors d’un sommet France-Afrique sur la lutte contre le terrorisme.