Category Archives: Uncategorized

Le PAYNCOP Gabon Presente sa Feuille de Route au Président de l’Assemblée Nationale

LIBERTE DE L’INFORMATION

Speciale à CPNN de Jerry Bibang

La Coordination Nationale du Réseau Panafricain des Jeunes pour la Culture de la Paix (PAYNCoP Gabon) a récemment présenté sa feuille de route au Président de l’Assemblée Nationale du Gabon. C’est à l’occasion d’une audience accordée par Faustin Boukoubi, le Président de l’institution, que le PAYNCoP Gabon a présenté sa vision et les prochaines activités dans le cadre de la promotion de la culture de la paix.

Au cours de la rencontre, Bautrin Ekouma, le Coordonateur National adjoint du PAYNCoP Gabon a présenté le groupe avant de donner la parole à Kevin Pango, le Chargé des relations avec les institutions, qui est revenu sur les missions du réseau qui se résument essentiellement à la promotion de la culture de la paix. Cela passe par le dialogue, la non violence, le vivre ensemble, la justice sociale, la démocratie etc.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Cliquez ici pour une version anglaise de cet article.)

 

Question related to this article.

Youth initiatives for a culture of peace, How can we ensure they get the attention and funding they deserve?

(. . . . suite)

Johanie Mayinou, la Chargée des Affaires juridiques a quant à elle exposé sur le Plan d’Action Stratégique qui repose sur 4 axes notamment la vulgarisation du PAYNCoP, la promotion de la culture de la paix, la vulgarisation de la Résolution 2250 et l’autonomisation économique des jeunes.

D’après Jerry Bibang, le Coordonateur National du PAYNCoP Gabon, la mise en œuvre de ce Plan d’Action nécessite l’implication de tous. Gouvernement, institutions, partenaires au développement, Organisations de la Société Civile, journalistes, partis politiques, confessions religieuses, citoyens… Chacun doit jouer sa partition car nous avons tous besoins de vivre dans la paix. La rencontre de ce jour s’inscrit dans le cadre de cette approche inclusive. « L’objectif est de susciter l’engagement de l’Assemblée Nationale dans la promotion de la culture de la paix » a-t-il ajouté.

Pour Faustin Boukoubi, le Président de l’Assemblée Nationale, la démarche des jeunes est louable car elle répond à un besoin vital qui est la paix. Sans la paix, aucun développement n’est possible. Il a encouragé le PAYNCoP Gabon dans la promotion de la culture de la paix, tout en garantissant l’accompagnement de l’institution qu’il dirige, dans la mesure des ressources disponibles.

Le Président de l’Assemblée Nationale a également invité le Réseau Panafricain des Jeunes pour la Culture de la Paix à collaborer avec les autres organisations de jeunesse pour une synergie et un impact social plus important.

La rencontre avec le Président de l’Assemblée Nationale intervient après celle du Directeur Général de Gabon 1ère (la première chaine nationale de télévision) qui avait également donné son accord de principe pour accompagner le PAYNCoP Gabon dans ses missions.

Algérie: Ooredoo partenaire du 32e Camp des scouts arabes

. . TOLÉRANCE & SOLIDARITÉ . .

Un article par Mouloud Ahmed dans Algerie Patriotique

Ooredoo est le partenaire de la 32e édition du Camp des scouts arabes, qui se tient à Alger du 25 août au 5 septembre 2018 sous le slogan «Le rêve arabe».

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour une traduction anglaise.

Question for this article

Two movements: scouting and culture of peace, Are they related?

(. . . suite)

Placée sous le haut patronage de Son Excellence le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, cette manifestation panarabe, organisée par les Scouts Musulmans Algériens (SMA), regroupe plus de 1200 participants représentant une vingtaine de pays arabes.
Cette édition, qu’accueille l’Algérie pour la troisième fois, vise à promouvoir le vivre ensemble, la culture de la paix ainsi que la solidarité et la fraternité entre les peuples. Un riche programme est concocté par le Comité d’organisation au profit des participants avec, notamment, des activités culturelles et éducatives, des visites touristiques, des animations aquatiques, des jeux de divertissement et des conférences thématiques.

Par sa participation à ce 32e Camp des scouts arabes, Ooredoo confirme son statut d’entreprise citoyenne résolument impliquée dans le soutien des évènements qui contribuent au rayonnement de l’Algérie.

Bulletin français 1 août 2018

. . . . . DEVELOPPEMENT DURABLE . . . . .

Le mois dernier, nous avions constaté les progrès du reboisement en Afrique avec l’évolution de la Grande Muraille Verte qui s’étend d’Ouest en Est, d’une part, et avec l’initiative Million Trees en Zambie. Auparavant, nous avions fait état du reboisement en Chine , au Pakistan et au Brésil.

Ce mois-ci, nous ajoutons des rapports sur l’initiative Greentrees Sequester en Amérique du Nord et le projet Defenders of the Forest à Madagascar. L’initiative Greentrees a reçu un prix de l’American Carbon Registry “en reconnaissance de la mise en œuvre exceptionnelle de la plus grande initiative de reforestation au monde en termes de volume de réductions d’émissions confirmées en haute qualité et en nombre de propriétaires fonciers et d’acres.”

Le projet de Madagascar est important parce que l’île est l’un des points chauds de la biodiversité les plus importants du monde avec la grande majorité de ses espèces de faune et de flore endémiques. Une grande partie de la faune sauvage de Madagascar est menacée, en particulier ses forêts humides. L’association Mitsinjo, composée des activistes locaux, embauche la jeunesse locale pour planter des arbres et conserver les animaux qui sont en danger d’extinction. L’association a des programmes d’éducation et de renforcement des capacités pour les communautés qu’elle soutient, y compris les écoles.

En même temps, le désinvestissement de combustibles fossiles continue de se renforcer. Nous avons déjà fait état d’initiatives pour une grande variété d’organisations locales et mondiales, incluant la Banque mondiale, des institutions catholiques, la Norvège et la ville de New York. Go Fossil Free, un groupe qui milite en faveur du désinvestissement, estime que des actions pour combustibles fossiles, de 6,15 billions de dollars ont été vendues depuis le début du mouvement en 2010.

Au Japon, qui a été l’un des plus grands financiers de la technologie du charbon au monde, Nippon Life Insurance, le plus grand assureur vie du Japon, avec 667 milliards de dollars d’actifs, a annoncé qu’il cesserait de financer les centrales électriques au charbon.

Ce mois-ci, nous voyons que le Parlement irlandais a voté pour vendre ses 370 millions de dollars d’investissements dans les combustibles fossiles “dès que possible”. Le vote de l’Irlande est particulièrement important parce qu’il reflète un changement majeur dans le mouvement de désinvestissement. Dans le passé le désinvestissement était entièrement motivé par des préoccupations morales – les institutions retiraient leur argent des compagnies pétrolières, gazières et houillères parce qu’elles ne voulaient pas contribuer à la destruction d’un climat stable. Désormais, le désinvestissement est de plus en plus perçu comme une initiative financière intelligente pour les investisseurs.

Peut-être le plus important de tout, il y a toujours des progrès dans les énergies renouvelables qui ne polluent pas l’atmosphère. Il y a quelques mois, nous avions signalé des investissements accrus dans l’énergie solaire en Chine, en Australie, en Suède, au Royaume-Uni et en Allemagne, y compris des voitures électriques et une autoroute solaire en Chine. Et ce mois-ci, nous voyons que l’Inde progresse vers le leadership dans l’énergie éolienne et solaire. Bien que les énergies renouvelables ne fournissent actuellement que 20% des besoins du pays, cela commence à changer en raison de considérations financières. La construction d’une nouvelle énergie renouvelable coûte moins cher que l’entretien de la plus grande partie de l’énergie électrique au charbon au pays, et encore moins que la construction de nouvelles centrales.

Enfin, pour une approche globale, nous pouvons vous recommander celle de l’agroécologie. Au Brésil, l’articulation nationale d’agroecologie réuni plusieurs centaines d’organisations d’agriculteurs, de femmes, d’artistes et de militants depuis plus de quinze ans afin de promouvoir un nouveau modèle de développement à partir des pratiques d’agricultures et d’utilisation du sol dans une perspective écologique et de bien commun centrée autour des savoirs et cultures traditionnelles et populaires.. La nature même de l’agroécologie est transversale et holistique. Si l’on prend les 17 objectifs de développement durable adoptés par les Nations Unies, on se rend compte que l’agroécologie en couvre la majorité: le climat, l’eau, la lutte pour l’égalité des genres, contre la pauvreté, contre la faim, le travail décent, etc.”

      

DÉVELOPPEMENT DURABLE



India strides towards clean energy leadership

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Campaign Nonviolence National Convergence in Washington, DC this September 21-22, 2018

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



II World Forum on Urban Violence and Education for Coexistence and Peace: Madrid, 5-8 November

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Mauritanie: Création du Mouvement de la Jeunesse Consciente pour l’Emploi

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Les femmes à l’école de la construction d’une paix durable au Cameroun

DROITS DE L’HOMME



9th International Conference on Human Rights Education

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



USA: A call to resist immigrant concentration camps

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Peru: Law to promote the culture of peace and non-violence in basic education

Espagne: Action de soutien au traité de non-prolifération des armes nucléaires

.DESARMAMENT & SECURITE.

Un article par Rafael de la Rubia du Pressenza (publié selon le Creative Commons Attribution 4.0 International license)

Le 7 juillet 2017, à l’initiative de l’organisation des Nations Unies, 122 pays ont mis un point final à la négociation et l’élaboration d’un traité de prohibition des armes nucléaires (Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons). Par la suite, le 20 septembre 2017, s’est ouvert le processus de signature du traité, avec l’espoir bien fondé que plus de 50 pays le ratifient, comme condition à son entrée en vigueur.

Le 15 novembre prochain, au congrès des députés, à Madrid, aura lieu une démarche au cours de laquelle sera abordé le contexte mondial de détérioration de la sécurité globale ainsi que le risque croissant de l’utilisation des armes nucléaires, et les principales initiatives internationales visant à l’éviter seront passées en revue.


(Cliquez sur l’image pour l’élargir.

Dans un contexte mondial où s’accroît, une fois de plus, le danger de guerre nucléaire, après les essais successifs de la Corée du Nord et la menace du président Trump de déclencher « une fureur et un feu encore jamais vus », il paraît nécessaire que le Parlement espagnol débatte de ce thème et adhère aux traités et actions internationales en cours.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

(Cliquez ici pour la version anglaise de cet article ou ici pour la version espagnole.)

Question for this article:

Can we abolish all nuclear weapons?

(. . . suite)

Plusieurs organisations sociales comme Monde sans guerres et sans violence (MSGySV), l’Association espagnole d’investigation pour la paix (AiPAZ), la Fondation pour la culture de la paix et WILPF (Women’s International League for Peace and Freedom) – Espagne, entre autres, ont pris l’initiative de transférer au Parlement espagnol ce débat, en appelant d’une part les groupes parlementaires à prendre position à ce sujet et à demander au gouvernement pourquoi l’Espagne ne figure pas parmi ces 122 pays qui ont travaillé à l’élaboration de ce traité, et en invitant, d’autre part, tous les députés et sénateurs d’Espagne à cette action qui aura lieu le mercredi 15 novembre prochain à 16h dans la salle Clara Campoamor du Congrès des députés. On y parlera du contexte mondial relatif aux armes nucléaires et du traité de prohibition précité, ainsi que d’autres initiatives de désarmement nucléaire. De plus, le réseau des parlementaires pour la non-prolifération nucléaire et le désarmement (PNND) sera présenté, lequel est un forum interparlementaire de caractère international qui compte plus de 700 parlementaires adhérents, hommes et femmes de 75 pays travaillant au désarmement nucléaire.

A cette fin Alyn Ware a été invité à participer, il est le coordinateur international de PNND, récompensé en 2009 par le Right Livelihood Award, plus connu sous le nom de prix Nobel alternatif de la paix, pour « le travail efficace et créatif qu’il a mené pendant décennies pour promouvoir l’éducation pour la paix et libérer le monde des armes nucléaires ». Ces prix sont décernés chaque année depuis que le suédois Jakob von Uexkull les a créés en 1980 pour « honorer et soutenir des personnalités qui proposent des solutions concrètes et exemplaires aux défis du monde actuel ». Motif pour lequel Alyn Ware a été défini par la presse comme « un infatigable défenseur de la paix et de la non violence ».

D’autre part, au cours des journées préparatoires de la 2e Marche Mondiale pour la paix et la Non‑violence, qui seront célébrées dans le palais de Cybèle (appelé palais des Communications jusqu’en 2011), siège du Conseil municipal de Madrid, le prochain vendredi 17/11, les initiatives en faveur du désarmement nucléaire seront examinées et l’adhésion de l’Espagne au Traité d’interdiction des armes nucléaires sera explicitement soutenue.

Archives français

Voici les articles du CPNN en français en 2015 et 2016 Utilisez la flèche ou les puces (ci-dessous) pour les voir tous – dans l’ordre de la date affichée.

Soyez patient si cette page prend du temps à charger. Il doit récupérer des centaines d’articles.

Pour des articles plus récents en français, cliquez ici.

Pour les archives de CPNN avant le 1er février 2015, cliquez ici.

Bulletin français 1 mai 2017

. . MARCHER POUR SAUVER LA PLANÈTE .

Deux mobilisations importantes pour la préservation de la planète ont eu lieu ce mois-ci sur le continent Nord-Americain. Près d’un million de personnes se sont engagés à travers les États-Unis et le Canada dans la Marche pour les Sciences le 22 avril. Une semaine plus tard, au moins un quart de million de gens ont participé à la Marche des Peuples pour le Climat.

À la principale Marche pour les Sciences à Washington, DC, le scientifique américain Bill Nye, coprésident d’honneur de l’événement, a prononcé un discours à une foule de dizaines de milliers de personnes sous une pluie battante. «Montrer au monde que la science est pour tous. Nos législateurs doivent savoir et accepter que la science sert chacun de nous », a déclaré Nye avant de crier:« Sauvez la planète!

Pour la Marche des Peuples pour le Climat une semaine plus tard, plus de 200 000 personnes ont participé à la marche de Washington, et plus ou moins 50 000 autres dans 370 manifestations à travers le pays. Selon son coordonnateur national, «cette marche est née d’un renforcement des relations entre organisations et mouvements progressistes les plus importants du pays … pour faire pression sur les leaders mondiaux afin qu’ils agissent sur le changement climatique. Il y avait une simple demande: Agir! . . . Agir sur le climat tout en créant des emplois, en investissant dans les communautés autochtones et en protégeant les travailleurs qui seront touchés par la transition vers une nouvelle économie d’énergie propre et renouvelable.

Si l’on devait cartographier les plus grandes mobilisations, cela ressemblerait presque à la carte que nous avons publiée en janvier pour les marches des femmes contre l’inauguration du président Trump. C’était à peu près la même carte que celle montrant les résultats des élections.

La marche pour la science a été convenablement fixée pour le 22 avril, date reconnue par les Nations Unies comme la Journée internationale de la Terre nourricière.

L’initiative de l’ONU est venue de l’Amérique latine et, elle a été en fait célébrée cette année dans la plupart des pays d’Amérique du Sud. Les déclarations des présidents de Bolivie et du Venezuela l’ont liée à la culture de la paix et au socialisme. En plus de la Bolivie et du Venezuela, nous avons donné des détails sur les célébrations au Mexique, au Chili, en Colombie, au Honduras, au Nicaragua, au Panama, au Pérou et en Argentine.

Par exemple, au Honduras, des organisations environnementales publiques et privées ont planté des milliers d’arbres dans les zones urbaines et rurales afin de sensibiliser à l’importance de prendre soin de la planète, tandis qu’en Argentine il y avait des ateliers, des activités écologiques et même le premier “festival biologique” de musique dans la ville de Rosario.

En plus des marches scientifiques, il y a eu beaucoup d’autres célébrations d’Earthday aux États-Unis et au Canada. Celles-ci incluaient des foires avec des activités éducatives, des plantations d’arbres et des nettoyages environnementaux communautaires. L’événement d l’Earthday du Dakota du Nord a été organisé par les cavaliers de la “Dakota Exile Healing Ride” qui ont célébré le «Traité du maïs sucré» qui s’est produit en 1870 avec les tribus Chippewa et Sioux. Ils ont appelé à «partager nos responsabilités à l’égard des terres et de l’eau, ainsi que le respect des cultures et des traditions de chacun en partageant comme ont fait les Dakota».

On aurait espéré que Earthday et la Journée internationale de la Terre nourricière soient célébrés à travers le monde, montrant ainsi une conscience croissante pour la culture de la paix, étant donné que le développement durable est l’un de ses huit domaines de programme. En effet, certains affirment que ces célébrations impliquaient «un milliard de personnes» dans “195 pays”. Malheureusement, notre enquête sur les activités de cette Journée dans le monde n’a pas confirmé une participation importante en dehors de l’Amérique du Nord et du Sud.

Certes, il y a une conscience croissante autour du monde que nous incite à agir pour sauver

notre planète, une conscience qui est complementaire à la conscience anti-guerre que nous avons vue lors de la Journée internationale de la paix de l’ONU. Bien que la conscience soit mondiale, il est peut-être opportun que les plus grandes mobilisations actuelles se déroulent aux États-Unis, car c’est l’empire américain qui constitue la plus grande menace à notre planète

      

LIBERTÉ DE L’INFORMATION



Earth Day around the World – 2017

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



Beirut Declaration enhances role of religions in promoting human rights

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Paraná, Brazil: Draft Law for Culture of Peace as public policy

DÉVELOPPEMENT DURABLE



France: Pierre Rabhi décoré de la Légion d’Honneur

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES



Togo: Les groupements de femmes de la region des Plateaux sensibilisees sur la cohesion sociale et la culture de la paix à Atakpamé

DROITS DE L’HOMME


Sanctuary city leaders vow to remain firm, despite threats from U.S. attorney general

DISARMAMENT ET SECURITÉ



The Inside Story on Our UN Report Calling Israel an Apartheid State

ÉDUCATION POUR LA PAIX


Togo : Le ministre Lorenzo lance les travaux de master en « culture de la paix et développement »

Continuation de L’Amérique latine en perspective

(continuation de l’article)

L’Histoire est en train de s’inverser doucement mais surement. Ainsi, les ravages causés par les politiques d’austérité en Europe couplé aux réussites fabuleuses des politiques sociales au Venezuela, en Bolivie ou en Equateur ainsi qu’au poids important de pays émergents comme le Brésil ont permis à L’Amérique Latine de s’attirer la sympathie et l’admiration de ceux qui en Europe luttent pour un système économique alternatif et un monde multipolaire où chaque pays jouerait de manière égal sa partition dans le concert des nations libres. Alors bien sur, il ne s’agit pas de copier ou de calquer l’expérience latino-américaine en Europe, mais de s’en inspirer et de prendre exemple sur des pays qui ont vécu la même situation que celle que vit le vieux continent aujourd’hui et qui peuvent désormais se taguer d’avoir des taux de croissance important, une baisse significative de leur dette, une diminution spectaculaire de la pauvreté et, au Venezuela et en Bolivie, la disparition pur et simple de l’analphabétisme.

Lors d’une conférence donné en français en novembre 2013 à la Sorbonne, le président équatorien Rafael Correa avait très justement affirmé que « l’Europe endettée reproduit nos erreurs », sous entendu les erreurs commises par les gouvernements néolibéraux sud-américains comme Carlos Menem en Argentine ou Carlos Andrès Pérez au Venezuela. Les orientations révolutionnaires et progressistes prises par certains pays d’Amérique du sud depuis environ quinze ans ont été un sacré pied de nez à ceux qui proclamaient la « fin de l’histoire ». Les maux dont souffre l’Europe sont les mêmes dont a souffert l’Amérique Latine il y a 20 ans. Et pourtant, grâce à des présidents courageux et déterminés à mettre fin à cet état de fait, les choses ont beaucoup changé. Reconquête des souverainetés populaires, nouvelles orientations économiques, nouvelle vision de la politique et de la démocratie… L’Amérique Latine, malgré un passé symbolisé par l’exploitation et le pillage, décrit comme un continent violent emprunt aux dictatures, montré avec l’Afrique comme le continent où règne la misère, cette Amérique Latine là a depuis bien changé et l’Europe, et plus généralement l’Occident, devraient s’en inspirer au lieu de vouloir la déstabiliser par le biais d’un vieil outil qui reste toujours à la mode : l’impérialisme.

L’Amérique Latine, une menace pour l’idéologie dominante

Néanmoins, le moins que l’on puisse dire, c’est que les transformations qui ont eu lieu en Amérique latine n’ont pas fait que des émules outre Atlantique. En effet, si la gauche radicale européenne a salué les transformations latino-américaines, les principaux partis des gouvernements européens, ainsi que les médias, se sont eux lancés dans une guerre ininterrompue contre les présidents insoumis du sous-continent.

Depuis que le Venezuela, suivie d’autres pays de la région, ont commencé à tenir tête aux puissances impérialistes occidentales et aux multinationales, ces pays sont devenues les cibles récurrentes des médias dominants. Le Monde, Libération, El Pais, La Repubblica etc., tous ces puissants médias aux mains de richissimes hommes d’affaires ont tout fait pour donner une image désastreuses des nouvelles expériences qui jalonnent l’Amérique latine. La déontologie journalistique a été abandonnée pour laisser la place aux invectives, aux mensonges et aux caricatures ignobles. Les médias, redoutables professionnels de la propagande, ont ainsi tout essayer pour tenter de donner une image néfaste des présidents Chavez, Morales, Correa… Souvent, ils ont volontairement occultés les réussites en matière de politique économique et sociale des pays concernés, préférant traiter les présidents en question de « dictateurs » ou de « populistes ». Les puissances impérialistes ont de leur coté vivement soutenues l’opposition fasciste, d’abord au président Chavez puis à son successeur, Nicolas Maduro.

La même chose se passe dans les autres pays, avec le soutien financier nord-américain à l’oligarchie bolivienne ou équatorienne par exemple. On sait maintenant le rôle fondamental qu’ont joué les gouvernements occidentaux, notamment Washington, pour détruire la vague socialiste qui déferlait dans le continent de Bolivar. Mais pourquoi tant d’acharnement à vouloir s’en prendre à des pays démocratiques et souverains ? Pourquoi tant de médiamensonges ? Cette méfiance des nations occidentales envers ce qui se passe en Amérique latine s’explique par la peur que suscite une contagion régionale puis internationale des révolutions latino-américaines. Les maitres de l’économie mondiale tremblent face à une possible « théorie des dominos ». On en est bien sûr assez loin mais la violence avec laquelle les médias et les puissances occidentales traitent certaines nations latino-américaines en dit long sur le danger que celles-ci représentent pour l’ordre économique et géopolitique mondial. Après la disparition de l’URSS, les Etats-Unis étaient devenues les maitres du monde et se permettaient tout, dans la plus grande impunité. L’économie néolibérale était imposée un peu de partout et la « fin de l’histoire » était déclarée. Mais le réveil des peuples d’Amérique Latine est venu bousculer un système qui se croyait tout puissant et à l’abri des révoltes. Les tentatives d’expérimentation de système économique alternatif visant à dépasser le capitalisme et l’émergence de puissances émergentes ont donné à l’Amérique Latine un nouveau statut et un nouvel aura dans le monde. Désormais, le continent a son mot à dire et ne se soumet plus, du moins certains pays, à l’impérialisme et au néocolonialisme états-unien et européen. Le continent lutte jour après jour pour arracher son indépendance économique, sa « véritable et définitive seconde indépendance » tel que le proclamait le comandante Chavez.

Le chemin est encore très long et le combat contre les ennemis intérieurs et extérieurs ne se fera pas sans dommages. Les contradictions inhérentes au processus de changement qui touche le continent constitueront de grands défis pour le future.

Quels défis pour l’avenir de l’Amérique latine ?

Les difficultés, les contradictions et les défis restent à l’ordre du jour en Amérique latine et dans les pays concernés par ce processus de changement social historique. Dans ce sens, si l’on veut contribuer à faire évoluer le processus, si l’on veut voire la révolution des peuples latino-américains s’approfondir et se radicaliser pour dépasser pas seulement le système néolibérale mais le système capitaliste, il est nécessaire assumer ces difficultés et de s’en approprier.

De nos jours, dans une situation tellement désespérante en Europe, nous aurions tendance à idéaliser le processus d’intégration latino-américain. Et pourtant, les difficultés et les contradictions inhérentes à ce processus existent bel et bien. Elles sont naturelles et propres à tout processus de changement social. Les pays de Notre Amérique ont plus que jamais besoin de notre solidarité et d’un regard d’égal à égal. Une attitude amicale consisterait donc à signaler les risques et les défis existants sans le moindre trace du paternalisme et de l’arrogance si caractéristiques du passé colonial européen. Nous devons faciliter les conditions pour l’approfondissement des politiques pour la transition vers un nouveau paradigme post-capitaliste, vers le socialisme latino-américain du 21ème siècle. La responsabilité historique de la gauche européenne doit être celle d’interpréter quel est le besoin de solidarité concrète à chaque instant, dans un monde dominé par la désinformation, et de contrecarrer la propagande qui se développe au quotidien sous nos yeux. Notre but est simple : manifester au monde entier qu’en Amérique latine une révolution est en marche. Une révolution que oui, certes, présente des anomalies et parfois des incohérences, mais qui reste une révolution qui vise à bouleverser l’ordre économique et politique qui a détruit, au sens strict du terme, ce continent. Une révolution qui représente un espoir et une alternative pour tous les pays du Sud. Une révolution qui est en train de contribuer à un progrès social généralisé. Dans cette période de crise systémique du capitalisme mondiale, les politiques sociales latino-américaines devraient inspirer autres parties du monde en difficulté, notamment l’Europe et à l’Amérique du nord de l’austérité, de la précarité et de la dégradation sociale. Donc oui, s’approprier des défis et des contradictions de ce processus est un devoir fondamental pour nous tous. Cela pour en comprendre soigneusement les caractéristiques et être ainsi capables d’argumenter, de démontrer, à l’appui de bases et connaissances solides, que oui, une alternative est possible, que oui, la lutte contre l’impérialisme et le ravage néolibérale est en marche, pour la construction d’un monde de paix et justice sociale.

Fin de l’article:

Comme on a vu auparavant, la situation et les conditions socio-économiques dans les différents pays touchés par ce processus se sont assurément améliorées. Des importantes réformes politiques ont vu le jour dans la majorité de ces pays, favorisant l’accroissement de la participation des populations (notamment les populations indigènes) jadis exclues de la vie et de l’action politique et, aujourd’hui, finalement propriétaires d’une « conscience politique », leur permettant d’avoir une incidence majeure. La promotion de l’inter-culturalité et la plurinationalité ont aussi été une réalité, comme le témoigne l’instauration de L’Etat Plurinational de Bolivie et sa nouvelle Constitution politique.

Un nouveau modèle de développement est-il possible ?

La voie vers une nouvelle conception/paradigme de développement a tout de même commencé, avec l’introduction (au niveau normatif et des discours) de l’élément naturel (la Pachamama, la Madre Tierra, en espagnol) comme caractère de premier plan dans les stratégies de développement. C’est un bouleversement à ne pas sous-estimer. Malgré ce qu’écrivait Marx à propos du lien entre capitalisme et destruction de la nature, les expériences socialistes passées n’ont pas mis l’accent, pour des claires raisons historiques et stratégiques, sur la nécessité de placer la nature au centre des politiques de développement. C’est-à-dire que la conception dominante restait fondamentalement anthropocentrique au lieu de biocentrique. Les avances plus importantes dans ce sens on peut les observer en Equateur et en Bolivie, où l’introduction des droits de la nature au sein de la constitution représente une nouveauté pionnière. Néanmoins, à cause de l’état de dépendance de l’économie extractive, ces avances et ces discours restent sur la carte. Mais au moins, ils sont inscrits sur la carte. La concrétisation du processus de changement (avec notamment l’émancipation du système capitaliste, l’intégration économique au sein du bloc progressiste latino-américain, la création d’institutions supranationales latino-américaines dans les secteurs clés des économies et la mise en ouvre d’une stratégie économique nationale basée sur la diversification économique) aura le devoir de transposer ces discours et ces lois dans des politiques tangibles et effectives.

Or, tout ce qui brille n’est pas de l’or. Les hiérarchies et les structures de domination hérités des périodes précédentes (la période coloniale et celle néocoloniale) sont encore en place. Comme le dit François Houtart, sociologue belge, le processus latino-américain est aujourd’hui un processus post-néolibéral mais pas encore post-capitaliste. Pour lui, le caractère post-néolibéral est très affirmé, pour le fait de vouloir concrétiser la reconstruction de l’Etat, récupérer ses rôles et se libérer de l’ingérence hégémonique des chiens de garde du capital financier international : la Banque Mondiale et le Fond Monétaire Internationale. Néanmoins, à l’heure actuelle, on ne peut pas parler de tout cela comme d’une transformation post-capitaliste : les pays latinos (sauf Cuba) restent essentiellement dans une logique organisationnelle de leur économie qui est capitaliste, l’exploitation de la force travail est toujours une réalité même si, à différence des pays néolibérales, des politiques redistributives ont amélioré les conditions de vie des travailleurs. Au Venezuela par contre, la transition est allée plus loin, l’approfondissement de la révolution bolivarienne a contribué à créer des nouvelles formes d’organisation au sein des entreprises et des communes socialistes autogouvernés.

En outre, dans tous ces pays (aussi dans ce cas sauf Cuba et en moindre mesure au Venezuela) les multinationales continuent à dicter la loi pour ce qui concerne notamment l’extraction des ressources naturelles, hydrocarbures et produits miniers en primis. En Equateur, Chevron est toujours très influent dans les politiques extractives du pétrole amazonien. En Bolivie, malgré des importantes vagues de nationalisation dans l’industrie minière et des hydrocarbures, initiées par le gouvernement Morales en 2006, les multinationales sont encore sur place, puissantes, agressives comme d’habitude, en train de polluer les écosystèmes et asservir les populations locales. A l’est du pays, encore sous le contrôle de l’oligarchie blanche du pays, Monsanto dicte la loi dans les immenses plantations de soya. Inutile de discuter du cas du Brésil et de l’Argentine, pays encore plus en arrière dans ces processus de changement structurel.

Origine et nature de ces contradictions

Mais pourquoi, se demande beaucoup de monde, en dépit des discours des acteurs politiques de ces pays, le processus fatigue à prendre son essor ? Nous pensons que cette question est en effet mal formulée. Le processus ne fatigue pas à progresser. Le processus est, par sa même étymologie, quelque chose qui avance par étapes. Cela détermine des contradictions inévitables, des « tensions créatives au sein de la révolution », comme l’affirme le vice-président bolivien Alvaro Garcia Linera. Des tensions, inévitables, qui « d’un côté, menacent la poursuite (de la révolution) ; de l’autre, elles permettent d’imaginer les moyens de passer à l’étape ultérieure ». Comme on l’écrivait dans un vieil article de Investig’Action, « pour dépasser cette contradiction, le premier pas sera la démocratisation et puis l’appropriation par la société du processus juridique d’arbitrage. Il faut pousser une avant-garde garante de l’intérêt commun. Dans un premier temps, l’objet devrait être la réduction des inégalités par une redistribution des richesses. La deuxième étape, constituerait la transformation progressive du peuple en instance collective ».

Ces contradictions seront d’autant plus marquées dans le cas de pays comme ceux latino-américains à l’entrée dans le 21ème siècle, présentant des caractéristiques à prendre en compte. La Bolivie, L’Equateur et le Venezuela, par exemple, ont été probablement les pays les plus touchés par la dévastation néolibérale de l’Amérique latine, arrangée par les gendarmes du néocolonialisme occidental, la Banque Mondiale et le FMI, en accord avec les grandes puissances occidentales. Tout résidu de tissu industriel a été anéanti, les populations indigènes spoliés de leur droits, la pauvreté se trouvait à des niveaux catastrophiques (en 2005 la Bolivie était, après Haïti, le deuxième pays le plus pauvre de tout l’hémisphère occidental)… L’un des héritages les plus douloureux de la période néolibérale, dont on ne fait pas assez souvent mention, est sans doute la totale dépendance des économies de ces pays aux exportations de produits non-finis (notamment pétrole brut, produits miniers, gaz et autres hydrocarbures). Il faut considérer aussi le fait que cette dépendance se manifeste aussi de la côté du savoir technologique et administratif. Ce fait implique que au moment de leur entrée en jeu, les présidents progressistes latino-américains se sont trouvés dans un état de (totale) dépendance vers les marchés internationaux et le « jeu » du commerce international de matières premières. Sortir d’un jour à l’autre de ce « jeu » aurait signifié l’impossibilité, pour ces pays, de financer leurs politiques sociales et de soutenir leurs dépenses en général. Par conséquence, dans le court-terme, le maintien de liens des pays progressistes avec le système capitaliste international est une condition nécessaire pour leur survie.

Le processus d’intégration latino-américain et la route vers le socialisme du 21ème siècle s’inscrivent dans un processus long, complexe, trempé d’entraves et inéluctablement contradictoire. C’est justement pour ces difficultés, qui de surcroit s’accompagnent d’une intensification de la machine impérialiste à l’échelle globale, qu’on a la responsabilité de suivre et appuyer ce mouvement émancipateur depuis nos réalités. Ça relève de l’avenir de nous tous, de tous les peuples qui luttent pour la paix, la liberté et la justice sociale.

Cet article fait partie du “Journal de Notre Amérique n°1”, pour lire ce Journal cliquez ici.

Continuation de Syriza, Podemos, Nouvelle Donne. L’alternative à l’Europe des Draghi-Macron

(continuation de l’article)

Syriza
 
Vangelis Goulas, membre de Syriza, nous a expliqué que son parti vient des luttes altermondialistes et n’est donc pas né en un jour et récemment. Sa première apparition date des élections législatives de 2004, fruit d’une alliance électorale de plusieurs partis de gauche, partiellement initié déjà pour les élections locales de 2002. En 2006, rien de significatif ne sort des élections municipales, le positionnement étant peu clair. Syriza, allié en 2007 au mouvement communiste KOE, dépasse les 5% aux élections législatives et obtient 14 sièges, principalement dans les grandes villes. La jeunesse se rallie de plus en plus après 2008 à Syriza qui a soutenu les manifestations faisant suite à la mort d’un adolescent de 15 ans tué par un policier.

On arrive en 2010, année où se met en place le ‘’soutien’’ (sic) de l’Europe à la Grèce. « En échange de grands sacrifices », comme l’a titré La Tribune du 3 mai 2010. Un mémorandum est signé entre la Troïka et la Grèce. « Je l’ai signé sans le lire », avouera le ministre du développement Michalis Chryssochoïdis. Une espèce de Michel Sapin grec.

Puis la situation s’accélère en même temps qu’elle se dégrade.
Syriza devient en 2012 la première force de gauche aux élections législatives anticipées. Une force à la fois contestataire et constructive, proposant des solutions alternatives. Mais la droite fait alliance avec le Pasok et la gauche démocrate pour continuer de complaire au programme de la Troïka.

Arrive les élections législatives de 2015. Syriza, après avoir fait un travail de pédagogie politique, l’emporte avec un programme anti-austérité. Alexis Tsipras est nommé Premier ministre.
 
Où en est Syriza aujourd’hui ?
Un pays comme la Grèce peut-il être souverain ?
 
Sur la souveraineté de la Grèce, comme de tout autre pays en Europe aujourd’hui, force est de reconnaître que le dogme européen de l’austérité pèse, avant toute velléité nationale. Dans des termes certes différents, les Institutions, nouveau nom de la Troïka, s’adressent de la même façon à Tsipras et à Valls.

Ce qui nous permets de lire dans La tribune du 24 mars : « Ce qui importe pour Berlin comme pour Bruxelles, c’est avant tout de dissimuler cette stratégie du « nœud coulant » où l’on laisse le patient grec s’asphyxier de plus en plus jusqu’à ce qu’il accorde tout ce qu’on lui demande ».

Et dans La Croix du 26 janvier : « Il est évident que la France doit redoubler d’efforts, que ce soit au niveau des réformes budgétaires ou des réformes structurelles », a déclaré mercredi 25 février au soir le vice-président de la Commission européenne chargé de l’euro, Valdis Dombrovskis ».

Sauf que les grecs ont choisi, nous dit Vangelis Goulas, de décider de leur avenir et parlent plus fort. En maintenant un plan anti-austérité et humanitaire, notamment.

Un risque existe, c’est certain. Car l’oligarchie européenne, représentée par Mario Draghi, ancien Président pour l’Europe de Goldman-Sachs et Président de la BCE, a pour principal objectif, non pas de sauver la Grèce mais de préserver les intérêts des banques. Ce qui a été fait une fois déjà, en repassant des banques aux Etats une partie de la dette grecque.

Mario Draghi qui n’hésite pas aussi à demander aux banques grecques de ne plus acheter de bons du trésor grec, histoire de faire plier à Athènes ceux qui pourraient être un mauvais exemple de démocratie en Europe, montre le coté inhumain de ceux qui servent la finance avant tout. Peu lui importe la conséquence de ses décisions sur le peuple grec.

Vangelis Goulas nous apprend au passage que la Grèce se retrouve à devoir gérer, vu la situation internationale perturbée à l’Est et au Moyen Orient, un flux migratoire clandestin important, comme doit le faire aussi l’Italie. Une question que l’Europe, grande pourvoyeuse de leçons aux pays du sud, refuse de mettre à son ordre du jour.
 
Podemos. Ganemos. Mouvement des Indignados.
Espagne. Ce n’est pas une crise, c’est une arnaque.
 
En Espagne, la situation a priori n’est pas la même qu’en Grèce, mais a eu les mêmes conséquences dramatiques pour la population.

Le pays était donné en exemple la veille encore de la crise de 2008, ce qui n’a pas empêché la bulle immobilière, soutenue activement par les banques, de s’écrouler. De grands projets, toujours liés à une corruption importante des élus, ont été stoppés net. Les banques ont donc du être sauvées. Car ici comme ailleurs, « il faut sauver le système ». Qui profite, ici comme ailleurs, à la seule oligarchie financière et politique.

Le déficit public explose. Un plan d’austérité est mis en place par la gauche au pouvoir. Les expulsions se multiplient. Le chômage monte à 25%. Celui des moins de 25 ans explose à 50%. En 2011 la droite remporte les élections.

Les espagnols ont calculé que 168,4 milliards leur avaient été volés sous les gouvernements successifs, en fraude fiscale, (80 milliards), pour être donnés aux banques (36 milliards), à l’église (10 milliards), en intérêts de la dette (39 milliards), etc. Alors que le budget de la santé en 2013 était de 3,8 milliards, celui de l’éducation de 1,9 milliards, celui de l’emploi de 26 milliards.

Fin de l’article:

C’est sur ce terrain qu’est né le grand mouvement des indignés espagnol, (Los Indignados, émules ibériques de Stephane Hessel), appelé aussi M15, qui occupe durant plusieurs semaines la Puerta des Sol, à Madrid en 2011. Mouvement assembléiste, non violent, fortement démultiplié dans les autres régions.

Ruben Borlado, membre du M15 et de Ganemos, un mouvement de transformation sociale, nous en a retracé l’histoire. Une histoire qui s’arrête sans avoir pu, et sans avoir voulu, mettre en place un relai politique, mais qui se prolonge depuis, de manière très vivante, de différentes façons. Ce qu’illustre le propos de Ruben, qui nous dit ne parler au nom de personne, mais en son nom propre, comme  un activiste social.

C’est ainsi que se sont développées une multitude de mouvements locaux, s’impliquant, sous divers noms, en réseaux, socialement, dans la défense des expulsés, dans l’organisation de marches, dans des élections municipales.

Comme Ganemos le tente à Zaragoza et dans quelques autres villes. Comme le fait de son coté Podemos, qui ne se présente pas toujours sous son drapeau mais sous celui de mouvements associatifs. 
 
Podemos.
 
C’est en janvier 2014 qu’est créé Podemos, avec pour objectif de donner un débouché politique aux mouvements nés du M15 de la Puerta Del sol. Ses initiateurs appartiennent à la frange intellectuelle espagnole, issus pour partie de l’université, dont quelques professeurs d’économie et de sciences politiques.

Première tentative, première réussite, à l’occasion des élections européennes. Podemos dépasse les 10% des voix dans certaines régions d’Espagne, et obtient, avec une moyenne nationale de 8%, 5 élus au Parlement de Strasbourg. Un coup de canon dans la politique espagnole et dans les autres pays d’Europe.

Marco Albert, de Podemos,  nous a montré qu’il n’y avait pas de réponses simple à une situation au départ hétérogène, et donc complexe à gérer, celle des Indignados du 15 mai. C’est pourquoi, outre les ingrédients dégagés plus haut par Eric Alt, il faut bien comprendre que le succès de Podemos vient d’un mélange subtil, et qui n’a pas convenu à tous, de pratiques encore idéalistes, comme un financement participatif, et de pratiques organisationnelles jugées indispensables pour lutter sur le front des élections.

Il y a eu lutte entre tendance mouvementiste et tendance organisationnelle, cette dernière étant portée par le jeune et déjà célèbre Pablo Iglesias, qui l’a emporté. Sa tendance juge que le passage par l’Etat est indispensable pour une transformation sociale. Laquelle passe par une lutte prioritaire contre la corruption qui éclabousse largement à droite comme à gauche. (1700 dossiers sont en cours d’instruction), et par une bataille culturelle, d’accord en tous points avec notre ami le juge sicilien Scarpinato.
 
Réseaux, communication, mobilité intellectuelle.
 
Parmi d’autres éléments ayant contribué au succès de Podemos, il faut citer :

Tout d’abord son positionnement au dessus du clivage droite gauche, pour le remplacer par un clivage ‘’gens d’en haut’’ ‘’gens d’en bas’’.

Puis ensuite, la bataille de la communication menée par Pablo Iglesias, dans sa propre émission de débats sur une chaine locale madrilène universitaire ‘’La Tuerka’’, ce qui lui a ouvert un accès aux autres chaines.

Et c’est certainement aussi son  travail en réseau avec des centaines de clubs locaux, associations, mouvements participatifs, dont les importants mouvements des « Marées sociales », organisées sur les thèmes de la santé, du système éducatif, des personnes expulsées, des retraités précarisés, de la défense de l’eau comme ressource publique, qui lui assure un lien permanent avec ce qui bouge au niveau des citoyens.

Enfin, il faut reconnaître à Pablo Iglesias des facilités de communication lui permettant de se réapproprier dans l’actualité les thèmes sensibles, au point d’être traité par certains de populiste.

Ce qui n’est plus une injure lorsque cela vient de ceux dont la politique consiste à entretenir chez les citoyens les reflexes conditionnés de la peur. Peur de perdre son emploi, peur de perdre son logement, peur de la précarité, peur de se faire remarquer, peur de l’autre, voisin ou émigré. Des reflexes créés par ce que Naomi Klein a appelé « La stratégie du choc ».
 
Information additionnelle.

Eric Alt a donné la parole en fin de réunion à Sophie Wahnich, venue présenter l’association française « Interdemos : De peuple à peuple », une initiative visant à collecter des fonds pour manifester la solidarité des peuples français et européens avec la Grèce dans le moment critique vécu par ce pays.
 
Cercle Podemos Paris.
http://podemosparis.com/blog/
¿Qué es un Círculo Podemos?

Syriza à Paris
http://syriza-fr.org
 
Nouvelle Donne
http://www.nouvelledonne.fr