All posts by a0018061

Grands Lacs: les jeunes de la RDC et ceux du Rwanda ont manifesté à Goma pour la paix dans la sous-région

. . PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE .

Un article par Justin Kabumba de L’Interview

Plusieurs centaines des jeunes du Rwanda et de la République démocratique du Congo ont marché dans les rues ce jeudi 3 octobre 2019, à Goma chef de la province du Nord-Kivu pour soutenir la paix dans la région des Grands Lacs.


LINTERVIEW.CD/Photo Justin Kabumba

C’est sous le thème “Notre diversité, notre opportunité” que ces fils et filles venu de ces deux pays voisins, tous vêtus en bleus blancs qu’ils se sont réunis pour prêcher la paix dans la région de Grands Lacs et interpellés les dirigeants des ces deux pays que les jeunes sont prêts a œuvrer pour la paix .

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Cliquez ici pour une version anglaise.)

 

Question related to this article.

Can you add to this analysis of the Democratic Republic of the Congo?

(. . . suite)

” Longtemps victimes des guerres en répétitions, nous avons pris l’option de célébrer la paix. Nous sommes entrain de pouvoir prêcher la culture de la paix ,parce-que pensons que la paix ça se construit, voilà pourquoi nous mobilisons les jeunes pour dire que nous sommes prêt pour la paix et nous soutenons la paix ” a déclaré, Guy Kibira, président provincial de la jeunesse du Nord-Kivu.

Ces jeunes disent croire au nouveau régime dans le retour de la paix total en RDC.

“Le nouveau régime inspire confiance ,voilà pourquoi nous faisons tout ça,pour qu’ils comprennent par tout ou ils se retrouvent et qu’ils comprennent que nous nous aspirons à la paix ,nous voulons vivre dans la paix et dans cette paix que nous aurons des partenaires qui viendrons investure dans notre région ” ajoute-t-il.

Même réaction du côté d’un jeune venu du Rwanda qui se dit être satisfait de l’initiative,la quelle selon lui pérenniserait la paix entre ces deux pays .

” Je suis venu marché avec mes frères congolais pour montré que nous sommes les mêmes ,et qu’on aucun problèmes entre le Rwanda et la RDC, nous devons vivres dans une bonne cohabitation pacifique ” déclare ,un jeune du Rwanda.
Cette marche s’inscrit dans le programme régional ” Dialogue transfrontalière pour la paix dans la région des Grands lacs .


Ces jeunes avec un signe de satisfaction se sont rassemblés au rond-point Muningi du territoire de Nyiragongo ou ils ont commencés leur marche avant d’aller chuter au stadium de L’ISC Goma ou plusieurs échanges d’expériences ont été fait afin de lancé un message fort aux autorités congolaises et Rwandaises et de leurs dires que les jeunes sont prêt pour la paix en harmonie dans la région de Grands Lacs et que ces dirigeants doivent suivre les aspirations profondes des jeunes de la province du Nord-Kivu en RDC et celle de la district de Rubavu au Rwanda.

Bulletin français 1 octobre 2019

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX .

Dans notre enquête de cette année, nous avons trouvé 655 actions pour cette Journée qui ont eu lieu dans le monde entier. Il s’agit plus ou moins du même nombre que pour 2018.

Le thème de cette année, décidé par les Nations Unies, était l’action climatique pour la paix. Le thème de cette Journée était ainsi associé aux énormes mobilisations contre le changement climatique qui se sont déroulées ce mois-ci dans le monde entier.

Le plus grand nombre d’actions organisées pour la Journée internationale de la paix, soit 280, s’est déroulé aux États-Unis et au Canada, grâce à la remarquable mobilisation de Campaign Nonviolence. Pour citer leur site Web: “Depuis trois décennies, Pace e Bene anime des formations à la non-violence, publie des ouvrages sur la non-violence et prend des mesures en faveur du changement non-violent. Dans l’esprit de St. Francis, Gandhi, Dorothy Day et du Dr Martin Luther King, Jr., nous avons constamment invité des personnes partout dans le monde à suivre le chemin de la non-violence. Maintenant, Campaign Nonviolence va encore plus loin dans ce travail. . pour la Semaine d’action nationale de la non-violence, chaque mois de septembre, nous nous mobilisons à travers le pays et dans le monde pour une culture de la paix, l’égalité économique, justice raciale et une restitution saine de notre environnement.”

Il y a eu également une très large mobilisation cette année en France, grâce aux efforts du Mouvement de la paix qui était responsable de la moitié des 144 actions en Europe. Pour citer leur site Web, tel que traduit par CPNN, “le Mouvement de la Paix agit pour le désarmement, en particulier nucléaire, mais aussi contre la production et les transferts d’armements, pour la réduction des budgets militaires. Constitué de près de 150 comités répartis sur toute la France et tissant des liens avec des organisations internationales pacifistes, le Mouvement de la Paix entend proposer des initiatives autour des 8 points constitutifs de la décennie internationale (ONU – UNESCO) de la promotion d’une culture de la Paix et de la non-violence :
Le renforcement d’une culture de la paix par l’éducation,
La promotion d’un développement durable sur les plans économique et social,
La promotion du respect de tous les droits de l’Homme,
Les mesures visant à assurer l’égalité entre les femmes et les hommes,
Les mesures visant à favoriser la participation à la vie démocratique,
Les mesures visant à développer la compréhension, la tolérance et la solidarité,
Les mesures visant à soutenir la communication participative et la libre circulation de l’information et des connaissances,
Les mesures visant à promouvoir la paix et la sécurité internationales.”

Dans le reste du monde, contrairement à l’Amérique du Nord et à l’Europe, les peuples souffrent de guerres et de conflits armés, et c’est là que se trouvent les mobilisations les plus remarquables pour la Journée internationale de la paix.

En Amérique latine, des mesures ont été prises en Colombie afin de renforcer l’accord de paix mettant fin aux décennies de guerre et de souffrances. Le défilé de mode à Bogota, organisé par des membres de l’ancienne guérilla des FARC, passés de l’arme à la machine à coudre, a défilé sur le podium avec des pancartes appelant à la mise en œuvre de l’accord de paix. À Medeillin, c’était un bar local qui prenait en charge l’organisation d’ateliers et de manifestations sportives en soutien à l’accord. À Tumaco, c’était une pièce de théâtre et à Valleduopar, une exposition de photos.

Dans les pays de l’ex-Union soviétique, la majorité des 54 actions ont eu lieu des deux cotés du conflit armé en Ukraine. Les mères et les enfants ont lancé des cris poignants appelant à la fin de la violence et de la séparation. Espérons que leurs cris soient entendus et mènent à la paix !. Dans la zone Est à Rovenka, “Au son des” Cloches de la paix “, les enfants se sont mis en cercle et ont joint leurs mains … Ensemble, ils ont souhaité que la guerre se termine dans le Donbass.” “À Avdeevka, qui a été à plusieurs reprises sous le feu, où ils entendent encore des coups de feu et pansent leurs plaies (il y a encore beaucoup de maisons détruites et endommagées par les bombardements), il existe un lien spécial avec la Journée mondiale de la paix à l’école n ° 7… où les élèves fabriquaient des colombes en papier, écriver ce qu’ils feraient pour la paix et organiser également une foule dansante dans la rue.” Et dans la zone Ouest, à Kvasilovsky, “Tous ceux qui étaient présents avaient les larmes aux yeux alors qu’ils observaient les enfants … tendant la main vers nous, adultes: “Je veux la paix! Je ne veux pas entendre le mot “guerre !”

En Afrique, 9 des 53 actions ont eu lieu en République démocratique du Congo, qui continue de souffrir de décennies de guerres locales. À Beni “Alors que la paix est célébrée dans d’autres pays du monde, chez nous on célèbre les assassinats, des massacres, des pillages…” À Kananga “C’est depuis que nous sommes au mouvement citoyen lutte pour le changement pendant ou après les atrocités de Kamwina Nsapu nous n’avons jamais cesser de lancer le message de paix, mener des campagnes de sensibilisation, participer dans différentes émissions des chaînes de radios pour appeler les gens qui avaient les armes dans leurs mains pour déposer et faire la paix”. Et au Sud-Kivu “La journée internationale de la paix est célébrée pendant qu’un climat d’insécurité reste entretenu par la présence des groupes armés qui sèment terreur et désolation au Sud Kivu et dans toute la partie Est de la RDC.”

En ce qui concerne les États arabes, face à la terrible guerre en cours dans leurs pays, trois villes du Yémen: Aden, Hadramaout et Taiz ont célébré la Journée internationale de la paix. Á Taiz de jeunes étudiants en art ont réalisé des dessins avec des écrits exprimant la paix, la coexistence, la fraternité, la tolérance, des expressions appelant au dialogue et à la tolérance entre tous les groupes religieux, partis et regroupements, accordant la priorité aux intérêts de la nation, renonçant au sectarisme et à la violence, et appelant tous à travailler ensemble pour une paix durable. . .mettant le message que Taiz, malgré son siège et sa guerre, est toujours une ville qui aime la vie, l’art et la beauté et est toujours une ville d’amour, de coexistence et de paix.” D’autres actions ont été menées pour célébrer les récents accords de paix au Soudan et consolider la paix en Syrie.

En Asie et dans le Pacifique, la Journée n’a pas été consacrée à la résolution de conflits et de tensions comme en Afghanistan, au Cachemire, au Myanmar et en Corée, mais en Chine, le massacre de Nanjing, perpétré lors de l’invasion japonaise de 1937, continue d’être commémore cette année par des chants de paix de la chorale “Zi Jincao”.

En somme, nous avons souligné ici les aspects de la Journée internationale de la paix qui contribuent à la prise de conscience nécessaire à une éventuelle transition de la culture de la guerre à une culture de la paix.

 

GLOBAL

Journée internationale de la paix: Que s’est-il passé cette année?

ÉTATS-UNIS ET CANADA

États-Unis et Canada: Journée internationale de la paix

EUROPE


Europe: Journée internationale de la paix

ASIE ET PACIFIQUE

Asie et Pacifique: Journée internationale de la paix

PAYS EX-SOVIÉTIQUES

Pays Ex-Soviétiques: Journée internationale de la paix

ETATS ARABES ET MOYEN-ORIENT

Etats Arabes et Moyen-Orient: Journée internationale de la paix

AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBES


Latine et Caraïbes: Journée internationale de la paix

AFRIQUE

Afrique: Journée internationale de la paix

Journée internationale de la paix: le PAYNCoP Gabon participe à la protection de l’environnement

. . DEVELOPPEMENT DURABLE .

de Jerry Bibang

Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la paix, célébrée cette année sous le thème : « Action climatique, action pour la paix », la Coordination Nationale du Réseau Panafricain des Jeunes pour la Culture de la Paix (PAYNCoP GABON) a pris part, vendredi 20 septembre dernier, à l’opération de ramassage des déchets plastiques, organisée par le système des Nations Unies au Gabon.


Bautrin Ekouma, le Coordonnateur National du Payncop Gabon et d’autres volontaires au cours de l’activité

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Clickez ici pour une version anglaise .)

Question for this article:

Despite the vested interests of companies and governments, Can we make progress toward sustainable development?

(. . . suite)

En effet, conscient que l’urgence climatique mondiale menace la sécurité et la stabilité des peuples à travers le monde, le Secrétaire Général des Nations Unies, M. Antonio Guteres, a invité les ‘”itoyens du monde” à prendre des mesures et mener des actions concrètes en faveur de la protection de l’environnement. C’est suite à cet appel que le PAYNCoP Gabon s’est joint au système des Nations Unies pour une opération de ramassage des bouteilles plastiques.

Conduits par M. Keita Ohashi, le Représentant résident du Fonds des Nations Unies pour la Population au Gabon (UNFPA), les bénévoles ont sillonné le carrefour “derrière la prison” en passant par “les trois quartiers” jusqu’à la plage du Lycée National Léon Mba. Environ, plus de 2000 bouteilles plastiques ont été collectées et seront remises à un jeune entrepreneur pour le recyclage.

Dans son mot de circonstance, M. Francis James, le Coordonnateur Résident du PNUD Gabon a encouragé les jeunes à s’approprier les questions des changements climatiques car c’est l’avenir de la jeunesse qui est menacée.

Cette opération a également enregistré la participation d’autres regroupements associatifs notamment le Mouvement Citoyen pour la Bonne Gouvernance au Gabon (MCB2G), l’alliance pour la justice climatique, section Gabon (PACJA GABON), Youth Students for Peace (YSP), la fédération pour la paix universelle (UPF), PlasMandji et bien d’autres

Tournoi e la Paix / Le Payncop Gabon Sensibilise sur la Culture de la Paix et la Resolution 2250

. PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE . .

de Jerry Bibang

Dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de la paix, la Coordination Nationale du Réseau Panafricain des Jeunes pour la Culture de la Paix (PAYNCoP Gabon) a pris part, samedi 21 septembre dernier, au Tournoi de la Paix, organisé par le Système des Nations Unies au Gabon.

Au cours de cette manifestation, le PAYNCoP Gabon a entretenu les jeunes sur les attitudes, valeurs et comportements à adopter pour cultiver ”la culture de la paix”. Il s’agit, entre autres, du respect de l’autre, du rejet de toutes formes de violence, la solidarité à l’endroit des nécessiteux, le vivre-ensemble, le pardon, le dialogue etc.

(Cliquez ici pour l’article en anglais. )

Latest Discussion

How can sports promote peace?

Aussi, le public a été sensibilisé, via un guide illustré, sur la résolution 2250 (jeunes, paix et sécurité) qui exhorte les Etats membres de l’Onu à mettre en place des mécanismes qui permettent une participation active des jeunes dans les questions de paix et sécurité à tous les niveaux du processus de consolidation ou de maintien de la paix.

En marge de cette sensibilisation, le PAYNCoP Gabon a également offert des trousseaux scolaires aux enfants de l’orphelinat Arc-en-ciel « afin de leur témoigner l’amour et la solidarité qui devraient orienter toutes nos actions » a expliqué Jerry Bibang, le Coordonnateur National du PAYNCoP Gabon. « C’est l’occasion pour nous de remercier nos partenaires grâce à qui nous menons ces activités notamment le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA) et l’UNESCO » a-t-il ajouté.

Initié par l’UNOCA, le Tournoi de la Paix est une activité qui permet de célébrer, dans la communion et la convivialité, la paix comme valeur universelle sans laquelle il serait impossible d’envisager un développement durable. Cette année, la compétition a regroupé huit équipes notamment la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), la Direction générale des droits de l’homme, les Eléments français au Gabon, la Gendarmerie nationale, le Réseau panafricain des jeunes pour la culture de la paix, le Système des Nations Unies et la Police Nationale qui a remporté la compétition. Rendez-vous a été pris pour l’année prochaine.

Biennale de Luanda – Forum panafricain pour la culture de la paix 18-22 septembre 2019 13 Septembre 2019

LIBRE CIRCULATION DE L’INFORMATION

Un article de l’UNESCO

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, participera à la Biennale de Luanda qui se déroulera du 18 au 22 septembre dans la capitale de l’Angola et qui réunira des responsables gouvernementaux, des représentants de la société civile, d’organisations internationales, ainsi que des artistes et des scientifiques du continent africain comme de la diaspora.


© UNESCO

La Directrice générale participera à l’ouverture de la Biennale aux côtés de João Manuel Gonçalves Lourenço, Président de l’Angola, d’Ibrahim Boubacar Keïta, Président du Mali, de Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l’Union africaine, et de Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix 2018.

Les présidents de la République du Congo et de la Namibie doivent aussi participer à cette première édition de la Biennale de Luanda qui sera organisée autour de trois axes :
(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Cliquez ici pour une version anglaise. ou ici pour une version espagnol.)

 

Question related to this article.

Will UNESCO once again play a role in the culture of peace?

(. . . . suite)

1. Forum des partenaires – Alliance pour l’Afrique. Créée en 2018 par l’UNESCO, l’Alliance mobilise des donateurs, des entreprises des secteurs public et privé, ainsi que des organisations régionales et internationales autour de projets de développement durable en Afrique. Ceux-ci concernent un large éventail de domaines relevant du mandat de l’UNESCO, notamment la préservation du patrimoine et le soutien aux médias libres et pluralistes ;

2. Forum d’idées ; Forum des jeunes ; Forum des femmes. Il s’agit de trois plates-formes de réflexion sur l’avenir de l’Afrique, axées sur la diffusion de bonnes pratiques et de solutions pour la prévention des crises, ainsi que sur la résolution et l’atténuation des conflits ;

3. Festival des cultures. Mise en valeur de la diversité culturelle des pays africains et de la diaspora africaine.

Né d’un partenariat entre l’Angola, l’Union africaine et l’UNESCO, le Forum est conçu pour promouvoir la prévention de la violence et le règlement des conflits en facilitant les échanges culturels en Afrique et au sein de la diaspora africaine, ainsi que le dialogue intergénérationnel et l’égalité des sexes. Il s’agit de nourrir la réflexion et de faciliter la diffusion d’œuvres artistiques, d’idées et de connaissances relatives à la culture de la paix. Il s’inspire de la Charte de la renaissance culturelle africaine adoptée en 2006.

Au cours de sa visite en Angola, la Directrice générale de l’UNESCO signera également un accord de partenariat en vue de la création d’un programme national de doctorat en science, technologie et innovation, visant à former 160 doctorants d’ici 2020. Le projet s’inscrit dans le cadre d’un partenariat plus large visant à renforcer les capacités éducatives, scientifiques et culturelles de l’Angola.

Essonne, France: De Grigny à Hiroshima, le parcours d’une lycéenne partie évoquer la Paix

. PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE . .

Un article de Actu

Inès Lakehal, une jeune lycéenne de Grigny de 17 ans a été envoyée par sa commune au Japon pendant une semaine pour élever la voix grignoise en faveur de la paix.

Elle n’a que 17 ans, et pourtant. Du haut de son jeune âge, la Grignoise Inès Lakehal peut désormais se prévaloir d’avoir assisté à un des plus importants rassemblements diplomatiques et solidaires de la jeunesse. Au cours de l’été, la lycéenne était dépêchée par sa commune au pays du Soleil levant pendant une semaine, dans le cadre d’un programme d’actions mené par l’organisation non gouvernementale Mayors for peace (Maires pour la paix, en français).

Ensuite, nous avons cette volonté associative de travailler dans ces différents Objectifs : représenter Grigny lors des cérémonies de commémoration japonaises du 6 août à Hiroshima et assister ensuite à la Conférence internationale de la jeunesse pour la Paix dans le Futur avec une quarantaine d’autres adolescents de différentes nationalités. « Cette expérience a été très enrichissante, s’exclame Inès Lakehal. C’est la première fois que je voyageais seule, aussi loin en dehors de la France, et que j’avais à utiliser l’anglais continuellement. Heureusement que je m’étais bien préparée », poursuit-elle en échappant un rire de soulagement.

Éprise de paix depuis ses 11 ans, cette dernière, très impliquée dans sa ville et qui parle couramment la langue de Shakespeare, disposait de motivations et d’un profil adéquats pour que son dossier de participation soit accepté par Mayors for peace.

(Cliquez ici pour l’article en anglais. )

Latest Discussion

How can culture of peace be developed at the municipal level?

Ateliers de travail et visites culturelles

Divisée en deux temps, la journée japonaise standard d’Inès s’est articulée pendant sept jours entre des ateliers de travail thématiques sur la paix le matin et des visites culturelles du pays l’après-midi (ville d’Uwajima, balades avec le kimono estival traditionnel Yukata…). La lycéenne confie avoir rencontré lors de ce voyage des personnes « vraiment incroyables, investies, uniformément désireuses de faire la paix ».

« J’ai conduit des conversations sur la paix passionnantes et constructives. J’ai réalisé que bien des clichés que nous possédons sur certaines nationalités sont complètement faux. Je pense notamment à cette jeune Iranienne qui était dans mon groupe. Une des personnes les plus adorables du monde, si ouverte et vantant tant l’apaisement entre les états, alors même que nous avons en Europe cette image si mauvaise de l’Iran », reconnaît-elle.

Une future carrière dans la politique ou la diplomatie ?

Désormais riche de ses différents engagements et toujours aussi férue de paix, Inès n’exclut pas d’orienter son avenir et sa carrière vers la politique ou la diplomatie. « Depuis la fin de mes mandats au conseil municipal des collégiens à Grigny, j’accompagne les jeunes de cette instance pour leur permettre de s’adapter à leurs nouveaux rôles et prête mains fortes à ceux qui les encadrent pour trouver des idées, des projets », explique-t-elle.

La jeune demoiselle n’en reste pas pour le moins lucide et reconnaît que l’accession à de hautes sphères de décision peut parfois conduire aux désenchantements. « Avoir la chance de participer à tous ces dispositifs m’a donné une passion et l’envie de poursuivre dans cette voie. Mais c’est un milieu compliqué, que je n’avais pas ressenti jusqu’alors car à Grigny le cadre ressemble à un cocon, une grande famille où tout le monde se connaît », confit-elle.

150 communes françaises au sein de l’ONG

Mayors for peace a été créée en 1948 par les maires des villes japonaises bombardées lors de la Seconde Guerre mondiale Hiroshima et Nagasaki. Il s’agit d’une organisation non gouvernementale bénéficiant du statut de consultant spécial auprès du conseil économique et social des Nations Unies.

Ses grands axes d’actions portent sur la promotion et l’éducation à la culture de la paix, sur le soutien à la charte de l’ONU et le développement des organismes multilatéraux de sécurité, sur l’arrêt des guerres et le règlement pacifique des conflits, ou encore sur le désarmement et l’élimination des armes nucléaires. Rassemblant plus de 6 000 municipalités dans 160 pays, Mayors for peace a été rejoint en France par 150 communes tricolores. Le président de la branche hexagonale ne se révèle être que…Philippe Rio, le maire de Grigny.

Bulletin français 1 septembre 2019

ESPOIR DE PAIX EN TERRE SAINTE


Si nous regardons les info et ne considérons que le court terme, la paix semble très éloignée entre Israéliens et Palestiniens. Mais si nous adoptons une vision à long terme tant au niveau du passé que du futur, il y a des raisons d’espérer.

Commençons par les nouvelles à court terme:

Ilhan Omar et Rashida Tlaib, les deux premières femmes musulmanes du Congrès Americain, ont été empêchées de se rendre en Israël et dans les Territoires occupés, probablement parce qu’elles soutiennent le mouvement non violent de BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions). Richard Falk, ancien Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’Homme dans les territoires palestiniens occupés, a déclaré que cela était dû à la “complicité malveillante” qui a évoluée entre les présidents américain et israélien Trump et Netanyahu. Par exemple, Trump avait tweeté qu’Ilhan Omar et Rashid Tlaib, détestaient Israël et tous les Juifs.

Toujours dans l’actualité récente, Democracy Now a présenté l’interview d’une fille palestinienne, Janna Jihad, qui, à l’âge de 13 ans, continue de dénoncer l’occupation israélienne de Gaza. Elle a commencé à raconter des histoires sur sa maison de Nabi Saleh alors qu’elle n’avait que 7 ans, après que son cousin et son oncle aient tués. Depuis, Janna a partagé d’innombrables vidéos sur la résistance palestinienne sur Twitter, YouTube et Facebook, rassemblant ainsi des dizaines de milliers des téléspectateurs du monde entier. Interrogée par Amy sur ce qu’elle pensait pouvoir être la solution, Janna a répondu “Pour moi, la solution qui fonctionnerait serait un État partagé. Il se peut que nous puissions tous vivre ensemble sous un gouvernement, obtenant les mêmes droits, moi comme toutes les autres personnes. Tous les réfugiés pourraient revenir en Palestine. Tous les peuples pourraient vivre en paix, dans l’égalité.”

Il y a plus d’espoir si nous regardons à long terme:

Dr. Bahan Bastani retrace l’histoire des interactions culturelles entre l’Islam et le judaïsme, les musulmans et les juifs. Il nous rappelle qu’au cours de l’âge d’or de la civilisation islamique, du IXe au XIIe siècle, les civilisations musulmane et juive ont prospéré dans les centres islamiques d’enseignement supérieur de Bagdad et d’al-Andalousie-Espagne, et que les territoires musulmans étaient un paradis pour les Juif du monde. Dans l’environnement multiculturel fertile d’al-Andulus, les érudits juifs et musulmans ont réalisé d’importants progrès dans les domaines de l’astronomie, de l’astrologie, de l’optique, de la géométrie, de la médecine, de la philosophie et des œuvres littéraires. En outre, lorsque l’Espagne est tombée sous la domination catholique espagnole en 1492 et que les Juifs ont été persécutés, c’est l’empire ottoman qui a envoyé des navires pour sauver les Juifs d’Espagne les envoyer dans les territoires musulmans. Au cours des trois siècles suivants, les Juifs de l’Empire Ottoman Turc et Musulman ont accédé à des postes élevés en tant que médecins de cour et diplomates étrangers.

Le Docteur palestinien Mazin Qumsiyeh retrace l’histoire du pays de Canaan. Il commence par l’aube de la civilisation qui a eu lieu dans cette région lorsque les gens sont passés de chasseurs-cueilleurs à des communautés agricoles. Pendant les 12 000 premières années avant les Croisades, il y a eu très peu de conflits. “La Palestine était une société multiethnique, multireligieuse, multiculturelle et multilingue. Les Croisades, comme le conflit actuel, venait aussi de l’extérieur.”

Mais, comme Qumsiyeh le dit, “le patient n’est pas sans espoir … en biologie, quand je regarde la forêt et que je vois une espèce dominer, je ne dis pas que c’est une forêt en bonne santé. Je dis que c’est malsain, qu’elle va décliner. La force vient de la diversité, alors nous disons que c’est ce qui va se passer ici et c’est une autre raison pour laquelle je suis optimiste: nous luttons pour l’égalité et pour maintenir le pays comme il était supposé être: multiethnique, multiculturelle et multireligieux.”

En regardant les temps actuels, le rabbin Michael Lerner a contesté l’idée que le problème vient simplement du fait “qu’Israël est une société raciste et que la plupart des Israéliens sont racistes”. Au lieu de rejeter ceux qui sont en désaccord, les acrtivistes de gauche doivent comprendre les origines historiques des attitudes sionistes, issues non seulement de l’Holocauste, mais aussi de l’expérience de juifs d’anciens pays communistes et de pays arabes méconnus par les juifs d’origine européenne. Il conclut: “Les actions scandaleuses de la majorité juive de devenir des oppresseurs des Palestiniens resteront, pendant des milliers d’années dans le futur, l’un des moments les plus scandaleux de l’histoire juive. Mais cela ne sera annulé que lorsque nous pourrons développer une nouvelle politique de compassion des deux côtés et une conviction renouvelée que nous pouvons travailler ensemble si nous partons d’une perspective de respect et de soins à leur égard, même lorsque nous ne sommes pas d’accord avec leurs inclinations politiques actuelles ”

Comme le disent de longue date les militants de la paix Len et Libby Traubman: “Un ennemi est un ennemi que nous n’avons pas écouté quand il parle de son histoire“.

Le sionisme peut-il être racheté?” est également exploré par l’écrivain tikkoun Yehezkel Landau. Il voit un espoir dans la lutte mutuelle des Israéliens et des Palestiniens contre la dégradation de l’environnement, comme en témoigne la marche annuelle pour le climat. “Quand elle a été organisée il y a cinq ans, quelque 200 personnes y ont participé. Cette année, plus de 5 000 personnes, citoyens palestiniens et juifs de tout Israël, ont défilé. Elles portaient des banderoles proclamant la solidarité mutuelle face aux menaces environnementales et à la nécessité de travailler ensemble. Pour assurer un avenir commun … Nous avons besoin de plus de signes d’espoir comme ceux-là pour stimuler notre esprit et motiver l’action, au sein de nos communautés respectives et au-delà des frontières.”

Pendant ce temps, la lutte pour la justice continue. Omar Barghouti, membre fondateur de la Campagne palestinienne pour le boycott universitaire et culturel d’Israël et cofondateur du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), appelle à soutenir le BDS face aux tentatives du Congrès américain de le supprimer. Il nous rappelle que “le BDS appelle à la libération de la Palestine dans des conditions d’égalité avec les Israéliens et s’oppose catégoriquement à toutes les formes de racisme, y compris l’antisémitisme”. Et il conclut: “Notre espoir demeure vivant alors que nous assistons à un changement de l’opinion publique en faveur des droits de l’Homme des Palestiniens”.

      

TOLÉRANCE ET SOLIDARITÉ



Manifesto on diversity: the Land of Canaan

DÉVELOPPEMENT DURABLE



Kazakh capital to host 2019 UNWTO Urban Tourism Global Summit on SDGs

ÉQUALITÉ HOMMES/FEMMES




Voices of Afghan women ‘must be heard at the table in the peace process and beyond’

ÉDUCATION POUR LA PAIX



Colombia: Barranquilla will host the first Ibero-American Education Congress

DISARMAMENT ET SECURITÉ



Les Amériques se préparent pour la deuxième Marche mondiale pour la Paix et la Nonviolence

DROITS DE L’HOMME



Le PAYNCoP Gabon et AFRICTIVITES édifient les organisations de la société civile sur la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples

LIBERTÉ DE L’INFORMATION


Colombia: Rigoberta Menchú asks the Government to strengthen the peace agreement

PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE



Côte d’Ivoire: Béoumi:Les chefs traditionnels initient une caravane pour la paix

Côte d’Ivoire: Béoumi:Les chefs traditionnels initient une caravane pour la paix

. PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE . .

Un article de L’intelligent d’Abidjan

Plusieurs mois après la crise intercommunautaire qu’a connue le département de Béoumi, des chefs cantons et chefs traditionnels, membres de la Chambre des rois et chefs traditionnls de Côte d’Ivoire et la Cour royale de Sakassou ont entamé mercredi 14 août 2019, une campagne de sensibilisation sur la culture de la paix et la cohésion dans ce département.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Cliquez ici pour une version anglaise.)

 

Question related to this article.

How important is community development for a culture of peace?

(. . . suite)

“Nous irons dans tous les villages du département de Béoumi pour promouvoir la paix, le rassemblement, la concorde et faire bloc autour des valeurs qui nous unissent tous”, à déclaré le chef de cette mission Nanan N’goran Koffi 2, par ailleurs président régional de la chambre des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire. Le lancement de cette campagne a été marqué plus tard par une rencontre avec les chefs de villages et guides musulmans du département de Béoumi à la résidence du chef canton Kondéh dans cette ville . À la chefferie kondêh et guides musulmans, Nanan N’goran Koffi 2 , les a exhortés à adhérer à cette campagne qui durera jusqu’au 5 octobre prochain afin de la réussir. Face à l’immensité de la tâche, il en appel à la prise de conscience de tous. “Nous devons amener nos populations à tuer en eux les sentiments de haine et d’orgueil pour s’engager résolument sur le chemin de la paix”, expliqué Nanan N’goran Koffi 2.

Nanan Ago Barthélémy, chef du canton Kondéh et Bamo Kéïta, imam central de la mosquée de Béoumi se sont engagés et ont engagé tous leurs collaborateurs à tous mettre en œuvre pour mener ensemble cette campagne afin de faire du département de Béoumi, un havre de paix et de cohabitation. “Il nous faut mettre tout en œuvre afin de faciliter cette campagne dans nos 98 villages. Les chefs cantons et chefs traditionnels de la région de Gbêkê sont unis autour de nous. La Côte d’Ivoire est unie autour de nous. Il nous appartient de saisir cette main tendue des chefs cantons et chefs traditionnels”, a dit Nanan Ago Barthélémy.

Côte d’Ivoire: Symposium National des Leaders Religieux, Rois et Chefs Traditionnels pour une Culture de la Paix et de la Non-Violence

. PARTICIPATION DÉMOCRATIQUE . .

Un article de Abidjan.net

L’Abbé Jacques Kouassi, Prêtre du Diocèse de Yamoussoukro, au cours des panels qui ont ponctué ce mardi 13 août, la première séance des travaux du symposium national des leaders religieux, rois et chefs traditionnels pour une culture de la paix et de la non-violence, s’est interrogé de savoir est ce que les politiciens en Côte d’Ivoire veulent la paix ou seulement le pouvoir ?

C’est sous la bannière de la « Gestion des conflits et réconciliation en Côte d’Ivoire » que les leaders religieux, rois et chefs traditionnels ont planché sur leurs rôles et responsabilités pour un usage efficace des alliances inter-ethniques dans le règlement des conflits communautaires et/ou politiques.

En guise de contribution, l’Abbé Jacques Kouassi, en a profité pour tirer sur la sonnette d’alarme en interpellant ses pairs à mener une analyse sur ce qu’il faut faire pour le bien de tout le monde et non de celui d’un parti politique.

(Voir suite sur colonne de droite. . . )

( Cliquez ici pour une version anglaise.)

 

Question related to this article.

How should elections be organized in a true democracy?

(. . . suite)

Face à la recomposition de la CEI adoptée par les parlementaires et contestée par l’opposition ivoirienne, il invite les rois et chefs traditionnels à se prononcer là-dessus pour éviter les erreurs du passé.

« Sans passion, réfléchissons bien à cela parce que c’est comme ça que ça commence. Nous les religieux, nous allons parler, mais est ce que ceux qui doivent écouter sont prêts à écouter. Nous sommes nombreux à vouloir parler, mais il faut parler non pas pour prendre parti mais pour le bien de la Côte d’Ivoire », soutient le Père Jacques Kouassi.

Réagissant sur l’ambition de ce panel de mettre en place un comité de résolution des conflits pour informer les autorités étatiques, il s’est insurgé contre le fait qu’en Afrique en général et particulièrement en Côte d’Ivoire, les autorités ont du mal à faire la distinction entre les ressources de l’Etat et celles de leur parti politique.

Selon lui, quelle est cette autorité qui serait prête à aller régler des conflits sachant qu’il est dans une zone de son adversaire politique sans qu’il ne biaise la chose ?

« Je me suis interrogé de savoir, est ce que le politique veut vraiment la paix ou veut uniquement le pouvoir ? Est ce que les politiciens en Côte d’Ivoire veulent la paix ou recherchent que le pouvoir ? »

Voici la question qu’il dit se poser sans cesse, sans avoir de réponse.

Le PAYNCoP Gabon et AFRICTIVITES édifient les organisations de la société civile sur la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP)

DROITS DE L’HOMME . .

de Jerry Bibang, le Coordonateur National du PAYNCoP Gabon

Dans le cadre de la célébration du mois africain de la justice, le Mouvement Citoyen pour la Bonne Gouvernance au Gabon (MCB2G) et le Réseau Panafricain des Jeunes pour la Culture de la Paix (PAYNCoP), en partenariat avec les Africtivistes, ont organisé, le samedi 10 aout, une conférence publique sur le thème “Commission Africaine des Droits de l’Homme et des peuples et accès à la justice : mécanisme pour ce droit fondamental.”


(Cliquez sur le photo pour l’élargir.

Animée par Maitre Paulette Oyane Ondo, avocate et défenseure des Droits de l’homme, la rencontre qui s’est tenue au Centre Culturel de Glass a regroupé plusieurs responsables d’Ong et associations œuvrant pour la défense et la promotion des Droits de l’Homme.

(Cliquez ici pour une version anglaise.)

Question(s) related to this article:

How can human rights be defended?

Dans son allocution de circonstance, Jerry Bibang, le Coordonateur Général du MCB2G et Coordonateur National du PAYNCoP Gabon a insisté sur le contexte de cette rencontre : “l’activité qui nous réunis ce jour s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme intitulé. ‘Local Initiative for Justice’ qui vise à mettre en place un cadre de dialogue, d’échange, de discussion et de débat autour des problématiques de droits de l’homme et des peuples. Ce programme, piloté par la plate forme Africtivistes, se compose de 5 grandes sessions qui se tiendront successivement au Gabon, au Congo, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso et au Cameroun.”

A travers ce programme, “les Africtivistes et toutes les parties prenantes souhaitent mieux faire connaitre la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) qui reste encore peu connu du grand public,” a-t-il ajouté.

Prenant la parole, Maitre Paulette Oyane Ondo a commencé par un rappel historique avant d’aborder la composition, le fonctionnement, les mécanismes et les conditions de saisine de la CADHP. Pour l’avocate, la Commission, créée en 1987 en Ethiopie, assure essentiellement la promotion, la protection, la garantie et le respect des Droits de l’Homme en Afrique. Son outil de base est la Charte africaine des Droits de l’Homme et des peuples.

La commission fait également office de juridiction entre Etats ou en cas de différent entre un Etat et un individu ou un groupe de personne vivant en Afrique. Si la commission est accessible à tous, il existe toutefois des conditions pour qu’elle se saisisse d’une affaire. La première condition est que le pays mis en cause ait ratifié la Charte africaine des Droits de l’homme ; et la deuxième est que la plainte soit liée à une violation du texte de base. L’avocate a profité de l’occasion pour relever le mutisme et l’absence de la société civile gabonaise auprès de la CADHP, avant de répondre aux nombreuses questions des participants.

En marge de cette communication, le public a également eu droit à la présentation de la plate forme Africtivistes, assurée par Boursier Tchibinda, l’un des membres de cette organisation panafricaine ainsi que la présentation du MCB2G, par Joanie Mahinou, la Coodonatrice générale adjointe de cette Ong.