French
Spanish
GLOBAL MOVEMENT FOR A CULTURE OF PEACE

On the left below, please find an article for the Culture of Peace News Network and on the right the discussion related to this article. You are invited to read and join in the discussion by clicking on any of the questions listed here, or, if you wish, you may enter a new discussion question as described on the bottom of this page. Please take the time to check one of the boxes below as to whether this article should be given a high priority, a medium priority or no priority

Learn Write Read Home About Us Discuss Search Subscribe Contact
by program area
by region
by category
by recency
United Nations and Culture of Peace
Global Movement for a Culture of Peace
Values, Attitudes, Actions
Rules of the Game
Submit an Article
Become a CPNN Reporter


Sortie de crise au Bénin : des leaders d’opinion et religieux réunis autour de Tévoédjrè Albert
an article by Ismail Kèko, La Nouvelle Tribune (légèrement abrégé)

Une table ronde de deux jours s’est ouverte mercredi sous l’initiative de l’ex Médiateur de la République, Albert Tévoédjrè, qui est sortie pour la. C’était au siège du Centre panafricain de prospective sociale-Institut Albert Tévoédjrè (Cpps-Iat) en présence de Nouratou Zato Yérima, représentante du Friedrich Ebert et Alexandrine Dazogo représentante du Fnuap, et du ministre chargé du dialogue social, Antonin Dossou sans oublier le président du Cpps-Iat, Albert Tévoédjrè.


Albert Tévoédjrè

click on photo to enlarge

Cette table ronde survient au moment où notre pays a tendance à paralyser certaines bases essentielles du fonctionnement du Bénin et de notre démocratie chèrement acquise.

Décideurs, responsables syndicaux, leaders sociaux, leaders d’opinion et religieux étaient tous conviés à cette table ronde qui a pour objectif, selon les organisateurs, de permettre aux personnes invitées identifiées, d’échanger entre elles de la situation sociale du pays de manière à fouetter la conscience de chacun en vue d’un autre chemin sous-tendu par des actions concrètes de développement qui préserveront les droits humains relatifs à l’éducation et à la santé quelle que soit la situation politique du pays. Il sera question pour eux, d’échanger sur la base de communications appropriées pour sensibiliser la population à un comportement de vraie responsabilité sociale.

A l’ouverture des travaux, Albert Tévoédjrè dira que « … depuis ce matin, ce qui a été dit avec franchise, avec éloquence et conviction, je trouve qu’il y a de l’espoir. Ce n’est pas des millions d’hommes qui vont changer le pays ! C’est peut-être cent mille personnes. Il faut une locomotive et des gens qui veulent et qui montrent que l’exemple vaut mieux que le savoir, et par conséquent, je suis très impressionné par ce que j’ai entendu. Je souhaite que nous ayons à l’esprit que nous sommes à une période cruciale. Il y aurait des élections l’année prochaine ou bientôt. Il faut exiger que les questions que vous posez soient dans les programmes et que vous rentriez dans la bagarre, pour que soient élus les gens au niveau des municipales, législatives que des présidentielles, qui feront ce que vous voulez, s’il n’y a pas tout le monde, au moins quelques uns, pour que vous leur rappeliez ce qu’ils ont promis… ».

Quant au ministre en charge du dialogue social, il déclare « nous devons privilégier le dialogue social en amont plutôt que d’y recourir seulement pour juguler des crises, ce qui rend par ailleurs leur résolution éphémère » . .

Trois communications ont été présentées hier à l’assistance au cours de cette première journée. La première est relative à la « sauvegarde des acquis démocratiques au Bénin » présentée par le Pr. Joël Aïvo. La deuxième communication est intitulée « la jouissance des droits fondamentaux de l’homme et la problématique de la liberté syndicale » et la troisième porte sur le « rôle des leaders d’opinion et des responsables religieux dans la conquête d’un comportement social respectueux des droits fondamentaux ».

( Cliquez ici pour une version anglaise)

DISCUSSION

Question(s) related to this article:


Can peace be guaranteed through nonviolent means?,

* * * * *

Latest reader comment:

We have the advantage of an independent evaluation of the Nonviolent Peaceforce initiative in the Philippines conducted by Swisspeace.  The evaluation is very favorable, although in the end, as one reads through it, gets the impression that such initiatives can help but cannot bring peace by themselves.

Here is the executive summary:

Nonviolent Peaceforce in the Philippines can look back at more than two years of unique, relevant contributions and constructive engagement in one of the most difficult, political and volatile, contexts to work in: Being the only international non-governmental organization working with and living in close proximity to the most conflict-affected population in Mindanao, NP in the Philippines was able to support and enhance local structures of cease-fire monitoring, early warning, cross-community dialogues, human rights protection, to offer civilian protection and help to reduce the high levels of community violence.

The accepted offer to NP in the Philippines in late 2009 by the conflict parties GRP and the MILF to join the International Monitoring Team1 (IMT) and its Civilian Protection Component is a direct expression and result of its successful contributions to non-violence and violence reduction of the last two years.

To keep up the important work of NP’s project in the Philippines in the years to come, it is essential to ensure that the activities and objectives of NPP are based on a strategically and conceptually sound footing. This seems even more important given that NPP is going through a remarkable consolidation and expansion phase at the time of report-writing.

The re-focus on its key mandate, strengths and strategic advantages in Mindanao gives NP the opportunity to further enhance its unique work in the area of nonviolence,  peacekeeping and peacebuilding.


This report was posted on 9 novembre 2014.